01/07/2020 wsws.org  8 min #176198

Fiat Chrysler menace de licencier les travailleurs qui arrêtent la production en raison des préoccupations liées au Covid-19

Fiat Chrysler menace de licencier les travailleurs qui arrêtent la production en raison des préoccupations liées au Covid-19

Par Jerry White
1 juillet 2020

Le bulletin d'information des travailleurs de l'automobile du WSWS (Autoworker Newsletter) aidera les travailleurs de l'automobile et les autres travailleurs à mettre en place des comités de sécurité. Envoyez un courriel au WSWS au Bulletin d'information des travailleurs de l'automobile du WSWS à autoworkers@wsws.org.

Les travailleurs de Fiat Chrysler de deux usines d'assemblage de la région de Detroit ont arrêté la production en raison des inquiétudes concernant la propagation de la maladie mortelle Covid-19. À peine quelques jours après, la colère continue de croître face aux conditions dangereuses et à la dissimulation de nouveaux cas par la direction et le syndicat des travailleurs unis de l'automobile (UAW).

Les travailleurs des usines d'assemblage de Jefferson North et de Sterling Heights ont mis en place des comités de sécurité de base pour protéger la vie des travailleurs des usines. Ils servent aussi à coordonner les actions avec les travailleurs de l'industrie automobile et d'autres usines et des lieux de travail. En réponse à cette action courageuse, des travailleurs de tous les États-Unis ont contacté les comités pour savoir comment mettre en place des comités de sécurité de base dans leurs propres usines.

Un travailleur de Kansas City Ford a ainsi écrit: les travailleurs de son usine «ne font pas confiance à l'entreprise et au syndicat en ce moment. Surtout, il s'agit des problèmes liés au coronavirus» et qu'ils aimeraient «savoir comment nous pouvons former un comité de sécurité de base dans notre usine». Nous n'avons pas reçu de mises à jour de Ford et de l'UAW après avoir entendu des rumeurs sur des employés renvoyés chez eux à cause de ce virus. Nous avons besoin de ce système dès que possible.»

Les comités de sécurité de Jefferson North et de Sterling Heights ont émis six demandes. À savoir: la notification immédiate de tout cas de Covid-19; la fermeture de l'usine pendant au moins 24 heures après la confirmation d'un cas afin de procéder à un nettoyage en profondeur de l'ensemble de l'usine; la distanciation sociale à l'entrée et à la sortie de l'usine et pendant toutes les pauses; et l'arrêt de la production pendant 10 minutes toutes les heures pour permettre aux travailleurs d'enlever leurs masques, de se reposer et de se rafraîchir. Ils ont également demandé des tests réguliers et universels et le droit de refuser de travailler, sans représailles de la part de la direction ou de l'UAW, si les conditions ne sont pas sûres.

En réponse à cette initiative croissante des travailleurs, la direction des entreprises et l'UAW ont lancé une campagne d'intimidation contre les travailleurs qui prennent des mesures pour protéger leur vie.

Lundi, les superviseurs des installations de la FCA dans tout le pays ont temporairement arrêté la production et se sont rendus à chaque poste de travail pour lire une lettre provocatrice d'un cadre supérieur de l'entreprise. Selon un enregistrement de l'une de ces séances que les travailleurs ont envoyé au WSWS Autoworker Newsletter, le cadre a déclaré: «Les arrêts de travail non autorisés dans nos installations créent à la fois des perturbations et des problèmes de sécurité potentiels et ne peuvent donc pas être tolérés.»

La lettre poursuivait: «La FCA enquêtera sur tout arrêt de travail non autorisé et prendra des mesures appropriées, immédiates et décisives à l'égard de l'employé qu'on juge l'instigateur de telles activités inutiles». Elle ajoute: «En plus des mesures disciplinaires appropriées, les arrêts de travail non autorisés entraîneront une rémunération nulle. Ces protocoles s'appliquent à tous les employés représentés et non représentés, quel que soit leur lieu de travail.»

La lettre prétendait à tort que la FCA et l'UAW avaient «mis en place un certain nombre de processus pour répondre aux préoccupations en matière de sécurité». Elle demandait aux travailleurs de s'en remettre à «leur superviseur; leur chef d'équipe; le service de santé environnementale, leur représentant de l'UAW; le représentant des ressources humaines et la ligne d'assistance éthique de la FCA;» pour signaler les conditions dangereuses. En d'autres termes, ils doivent s'en remettre aux mêmes personnes qui ont dissimulé la vérité et exigé que les travailleurs sacrifient leur santé et celle de leurs proches au profit de l'entreprise.

L'une de ces nouvelles mesures comprend un «système d'hydratation» censé résoudre le problème des travailleurs qui s'évanouissent parce qu'ils doivent travailler avec des masques dans des usines extrêmement chaudes. Avec une bienveillance sans limites, la FCA va désormais fournir aux travailleurs deux bouteilles d'eau par équipe!

Après avoir lu cette lettre, les superviseurs ont demandé aux travailleurs de signer une liste indiquant qu'ils avaient été informés de cette nouvelle politique. S'ils décidaient de ne pas signer, les travailleurs étaient priés d'écrire «RTS» (Refus de signer) à côté de leur nom. Les directeurs ont affirmé ne pas savoir si cela entraînerait des mesures de rétorsion contre les travailleurs résistants.

Avant de signer, les travailleurs ont demandé s'ils pouvaient obtenir une copie de la lettre ou en prendre une photo avec leur téléphone. Les directeurs ont déclaré que l'entreprise l'avait explicitement interdit. C'est pourquoi de nombreux travailleurs ont refusé. «La direction a juste essayé de nous lire une lettre sur le Covid et de nous faire signer un papier», a rapporté un travailleur de Jefferson North. «Plusieurs ont dit qu'ils ne pouvaient même pas entendre ce qui se disait à cause du bruit des machines, tandis que d'autres ont refusé de signer sans copie et sont partis.»

Comme on pouvait s'y attendre, l'UAW est restée silencieuse sur ces menaces à l'emploi des travailleurs et n'a pas répondu à une demande de renseignements sur la lettre de la FCA émanant des reporters du WSWS. Cela est tout à fait conforme au rôle de l'UAW, qui a longtemps fonctionné comme un outil de corruption des constructeurs automobiles.

Le comité de sécurité de la Jefferson North Rank-and-File a rapidement dénoncé cette attaque contre les droits des travailleurs qui ont agi collectivement et de manière tout à fait justifiée pour protéger leur vie. «L'entreprise et l'UAW n'auraient pas recours à ces menaces si les conditions dans les usines étaient vraiment sûres. La direction et le syndicat continuent à dissimuler la propagation du virus et les conditions malsaines. Si un travailleur est victimisé pour avoir défendu un environnement de travail sûr, alors chaque travailleur de l'usine devrait arrêter de travailler jusqu'à ce qu'il retrouve son emploi.»

«Wow. Licencier les instigateurs, ce sont des tactiques de peur, purement et simplement», a déclaré Johnny, un travailleur de l'usine de montage Toledo North, où on a lu le même message aux travailleurs. «Ce sont des violations flagrantes des lois du travail et de l'OSHA (l'administration fédérale de la sécurité et de la santé au travail), qui permettent des arrêts de travail pour des raisons de sécurité», a déclaré Johnny. C'est pourquoi les dirigeants ont refusé d'en donner une copie aux travailleurs, a-t-il ajouté.

«Il faut garder la ligne, c'est tout ce qui concerne la direction et l'UAW», a déclaré un travailleur de la JNAP. «Ils n'ont pris aucune mesure sérieuse. Ils nous disent que nous faisons appel à des intérimaires, mais la majorité des infections sont propagées par des personnes asymptomatiques. Ils veulent que nous signions ces papiers pour nous soustraire à leur responsabilité».

«Trump et le Congrès ne s'intéressent qu'à Wall Street. Ils ne se soucient pas de la mort d'un groupe de travailleurs âgés; alors ils n'auront pas à payer la sécurité sociale. Mais nous avons des droits, inscrits dans la Déclaration d'indépendance et la Constitution, et le plus important est que notre droit à la vie n'est pas négociable.»

Il a poursuivi: «L'UAW n'est pas notre voix. L'OSHA n'aide pas». (L'agence fédérale n'a émis qu'une seule citation en réponse à plus de 5.000 plaintes liées à la COVID-19 déposées par des travailleurs).

«Nous, les travailleurs, devons être les adultes responsables dans la salle. C'est à nous de combattre ce virus. Les travailleurs ne veulent pas mourir ou voir leur famille mourir.»

«Ils veulent supprimer les allocations de chômage et obliger les gens à reprendre le travail. C'est la guerre des classes. C'est une guerre, pas pour quelque chose de ridicule comme prendre du pétrole à l'Irak, mais pour la vie.»

Un ouvrier du Tennessee spécialisé dans les pièces détachées automobiles a repris ces sentiments qui a écrit dans le Bulletin d'information des travailleurs de l'automobile du WSWS: «Les travailleurs réguliers comme moi sont les attrapeurs de balles de première ligne qui sont remplaçables». On protège les cadres moyens et supérieurs qui travaillent à domicile, a-t-il dit, «comme les officiers, et les entreprises sont les généraux qui n'ont rien à risquer, sauf leur réputation en matière d'actions et de finances.»

Les travailleurs de FCA Trenton Engine, à cinquante kilomètres au sud de Detroit, ont rapporté que les nouvelles des arrêts de travail à Jefferson North et Sterling Heights Assembly avaient déferlé dans leur usine.

Dénonçant les fausses mesures de sécurité, un travailleur a déclaré: «Ils disent aux médias qu'ils nettoient tout, mais qu'ils n'essuient pas les postes et les zones de travail. Ils ont des autocollants sur le sol juste pour le spectacle. Faisons comme si nous faisions en sorte que tout le monde dans l'usine se tienne debout sur ces X pour avoir une distance sociale. Mais ce n'est pas du tout ce qu'ils font. Tout est un mensonge et un faux.»

Lundi matin, on a appris qu'un travailleur de l'usine sud du complexe de Trenton avait été testé positif. Craignant que les travailleurs n'arrêtent la production, la direction a envoyé quatre équipes dans la salle de repos et a organisé un nettoyage hâtif de la zone. «Au lieu de nous renvoyer chez nous», a rapporté un travailleur, «ils ont mis en quarantaine quatre équipes à l'intérieur de l'usine. Nous devrions fermer pendant 72 heures, puisque le virus reste aussi longtemps sur les surfaces. La FCA n'a pas besoin de plus d'argent! C'est une prison qui travaille là-bas.»

Le travailleur a dit qu'il était d'accord avec les comités de base du JNAP et du SHAP. «Nous avons besoin d'une organisation de lutte qui se chargera de la question de la sécurité des travailleurs», a-t-il conclu.

Le Parti de l'égalité socialiste et le Bulletin des travailleurs de l'automobile du WSWS feront tout leur possible pour aider les travailleurs à former des comités de sécurité de base. De la même manière que ceux établis à JNAP et à Detroit. Nous aiderons aussi à élargir la lutte afin de mobiliser les travailleurs de tous les secteurs et de tous les lieux de travail pour lutter contre la pandémie et sauver des vies.

Envoyez un courriel à la lettre d'information des travailleurs de l'automobile de WSWS à l'adresse autoworkers@wsws.org.

(Article paru d'abord en anglais 30 juin 2020)

L'auteur recommande également :

 Les travailleurs de l'automobile lancent une nouvelle vague de luttes pour lutter contre la pandémie de COVID-19

[30 juin 2020]

 wsws.org

 Commenter