31/07/2020 ism-france.org  9 min #177462

Israël préfère une solution à un seul État qui protège ses privilèges coloniaux

Par Joseph Massad
29.07.2020 - Les discussions sur une "solution à un seul État" pour la situation coloniale en Palestine et en Israël se sont  intensifiées ces dernières semaines. Des gens issus de différents contextes nationaux et politiques, qui avaient toujours soutenu la "solution à deux États", ont commencé à exprimer leur soutien à un seul État. Ils le font parce qu'ils se sont rendu compte que la "solution à deux États" est devenue intenable. Mais comme il existe trois arrangements différents pour la "solution à un seul État", lequel d'entre eux ont-ils à l'esprit pour le peuple palestinien ?

Trois 'solutions à un seul Etat'

L'échec de la "solution à deux États", initialement proposée par la commission Peel de la Grande-Bretagne coloniale en 1937 et formalisée une décennie plus tard par les puissances impérialistes occidentales et l'Union soviétique par le biais du plan de partage des Nations unies de 1947, a eu des effets dramatiques sur l'avenir de la colonie de peuplement sioniste en Palestine.

L'échec du mouvement sioniste à inciter la majorité des Juifs européens et américains à venir en Palestine entre 1897 et 1947 (ou depuis) et son incapacité à acquérir plus de 6,5 % des terres pendant cette période ont nécessité un arrangement pour établir une colonie de peuplement juive sur au moins certaines parties de la Palestine, sinon sur la totalité.

Depuis 1967, des milliards de dollars ont été dépensés pour imposer cette "solution à deux États" au peuple palestinien - qui, il est important de le souligner, n'est qu'une solution devant l'échec des sionistes à coloniser avec succès l'ensemble du pays.

La capitulation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) avec la signature des accords d'Oslo en 1993 a été, selon l'OLP, le couronnement des efforts pour réaliser la "solution à deux États" qui légitime Israël tout en accordant un prix de consolation à l'OLP sous la forme d'un mini-État toujours différé.

Pour les Israéliens, qui sont essentiellement les auteurs des accords, l'accord d'Oslo n'était qu'un coup de relations publiques pour la "solution à deux États", alors qu'ils ont secrètement et pas si secrètement sonné le glas de cette solution, en préparation de la "solution à un État" finale.

Ce que les Israéliens ont à l'esprit, c'est un seul État, un peu comme ce que les colons blancs européens avaient réalisé à travers les Amériques, l'Afrique et l'Océanie, depuis la fin du XVIIIe siècle, à savoir la domination des indigènes par le vol de terres et une série d'arrangements sécuritaires draconiens légitimés par la signature d'une série de traités.

Ceci s'accompagne d'une campagne de communication faisant la promotion des États suprémacistes blancs que les colons ont établis en tant que "démocraties". Ces arrangements ont relativement bien fonctionné aux États-Unis jusqu'aux années 1960, lorsqu'il a fallu les actualiser pour mieux vendre la suprématie blanche aux Américains blancs et au reste du monde comme la meilleure forme de "démocratie".

C'est, avec quelques variantes, ce qui s'était passé au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

L'État blanc-suprémaciste

Cependant, la solution d'un seul État blanc suprémaciste, qui a bien fonctionné en raison de l'efficacité du génocide et de l'esclavage pour établir la suprématie démographique des Blancs dans les Amériques et en Océanie, a moins bien réussi ailleurs, et encore moins en Afrique.

L'État unique suprémaciste blanc que les colons français d'Algérie ont établi en 1830 a finalement échoué en 1962, tout comme l'État unique suprémaciste blanc au Kenya et en Rhodésie, en 1963 et 1980 respectivement.

En Algérie, les colons blancs étaient un million pour neuf millions d'Algériens indigènes, tandis qu'au Kenya, ils étaient entre 23.000 pour plus de cinq millions de Kenyans indigènes, et en Rhodésie, les Blancs étaient environ 277.000 colons pour six millions de Zimbabwéens indigènes.

À sa place, les luttes de libération dans les trois anciennes colonies de peuplement ont établi une nouvelle version de la solution à un seul État - un État décolonisé et déracialisé dans lequel les colons blancs seraient des citoyens égaux (bien qu'au Zimbabwe, les pays impérialistes occidentaux aient insisté pour garantir les privilèges économiques mal acquis des colons blancs pendant une vingtaine d'années encore).

Dans les trois cas, les colons ont refusé de vivre sur un pied d'égalité et ont opté pour le rapatriement en Europe ou dans d'autres colonies de colons suprémacistes blancs, où leur privilège racial blanc pouvait être maintenu et sauvegardé.

C'est en Afrique du Sud que la solution à un seul État fondé sur la suprématie blanche, a survécu le plus longtemps. Les colons blancs ont opté pour cette solution tout en présentant leur régime d'apartheid comme une solution à onze patries (dix patries pour les Noirs autochtones et le reste de l'Afrique du Sud pour les colons blancs).

Cela a servi d'inspiration aux Israéliens pour rédiger les accords d'Oslo, par lesquels ils ont établi les bantoustans palestiniens.

Mais cet arrangement a également échoué en Afrique du Sud et a finalement été transformé en une nouvelle version coloniale de la solution à un seul État. Le Congrès national africain l'a accepté en 1994, à savoir un État où aucune décolonisation ne serait effectuée et où la sauvegarde d'une racialisation partielle par le maintien de la suprématie économique des Blancs serait le prix à payer pour renverser la suprématie politique des Blancs.

La différence entre les colonies de colons suprémacistes blancs aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie et l'Afrique du Sud est d'ordre démographique. Par le biais du génocide et de l'esclavage, les colons blancs ont établi leur suprématie démographique dans leurs colonies de peuplement, ce qui leur a permis de prétendre que leur pouvoir était/est celui de la majorité démocratique.

L'abandon de la stratégie de génocide de masse en Afrique du Sud signifiait que la solution d'un seul État était celle où les Blancs ne pouvaient rester que les dirigeants économiques, mais pas les dirigeants politiques du pays, puisqu'ils représentaient 4,5 millions de personnes pour environ 36 millions de Noirs, de personnes de couleur et d'Indiens, à la fin du régime d'apartheid.

Le dilemme palestinien

En Palestine, le dilemme des colons juifs qui constituaient 10 % de la population de la Palestine après la première guerre mondiale et 30 % après la deuxième guerre mondiale était de savoir comment établir une majorité démographique sans commettre de génocide.

Ils ont opté pour l'expulsion massive, un plan qu'ils avaient élaboré dès la fin des années 20 et plus formellement après le milieu des années 30. Lorsqu'ils ont fini de conquérir la Palestine à la fin de 1948, ils avaient expulsé 90 % de la population palestinienne dans les zones qu'ils avaient conquises et établi un État juif-suprémaciste unique, à la manière des États-Unis, du Canada et de l'Australie.

Après la conquête du reste de la Palestine par Israël en 1967, la démographie a changé, ce qui a créé une nouvelle série de problèmes.

Aujourd'hui, les Palestiniens autochtones (sept millions - 5,1 millions en Cisjordanie et à Gaza et 1,9 million en Israël) sont à nouveau plus nombreux que leurs colonisateurs (6,7 millions), sans compter les huit millions de réfugiés palestiniens expulsés qui vivent en Jordanie, en Syrie et au Liban dans un rayon de 160 km autour de leur patrie.

Cette nouvelle situation a nécessité l'abandon de l'État unitaire blanc-suprémaciste de type américain, pour le remplacer par le style de gouvernement d'apartheid Afrique du Sud-Bantoustan-un État, appelé "solution à deux États", formalisé à Oslo.

Mais avec l'invalidité de la solution à deux États, certains de ses partisans en dehors d'Israël ont fait pression pour une solution à un seul État, de type sud-africain post-apartheid. Le Premier ministre jordanien Omar Razzaz, dont le pays a reconnu le droit d'Israël à être une colonie de peuplement juif dans l'accord de paix signé en 1994, a expliqué la semaine dernière que la Jordanie pouvait envisager positivement une "solution démocratique à un seul État" à condition qu'elle accorde des droits égaux aux deux peuples.

La solution d'un seul État des sionistes

Pendant ce temps, l'expert juif sioniste libéral américain Peter Beinart a abandonné son soutien à la solution à deux États juifs suprémacistes et a opté pour un seul État.

Beinart, cependant, veut rassurer les colons juifs et leurs partisans que ce qu'il appelle de ses vœux n'est pas un État unique décolonisé et déracialisé avec des droits politiques et économiques égaux pour tous, comme l'Algérie, le Kenya et le Zimbabwe indépendants l'avaient établi, mais plutôt un État unique de type Afrique du Sud post-apartheid.

Dans un article récent, Beinart a écrit que "le bi-nationalisme démocratique en Israël-Palestine serait (...) prodigieusement compliqué et complexe. Mais les juifs seraient bien placés pour défendre leurs intérêts - peut-être même si bien placés qu'ils empêcheraient une transformation fondamentale. Par rapport aux Sud-Africains blancs, les juifs israéliens ont des liens transnationaux beaucoup plus forts avec une diaspora beaucoup plus importante.

Ils représentent également une part bien plus importante de la population. Lorsque l'apartheid a pris fin, l'Afrique du Sud était composée de 12 % de blancs. Israël-Palestine est à peu près à 50 % juif. Et même si la part de la population juive a diminué en raison de l'émigration, du retour de réfugiés [palestiniens] et d'un taux de natalité plus faible, l'expérience de l'Afrique du Sud et des États-Unis - où l'égalité politique n'a que marginalement comblé le fossé économique entre les historiquement privilégiés et les historiquement opprimés - suggère que les privilèges économiques juifs perdureraient".

Beinart comprend bien que les colons juifs en Palestine/Israël, comme les colons blancs ailleurs, quitteraient le pays s'ils perdaient le privilège de blanc juif et se soumettaient à la décolonisation et à l'égalité des droits avec les autochtones, c'est pourquoi il insiste sur le fait que "dans un pays égalitaire", comme dans l'Afrique du Sud post-apartheid où les blancs continuent à prospérer en tant que dirigeants économiques, "les juifs ne pourraient pas simplement survivre, mais prospérer".

Pourtant, et par crainte de cette éventualité, plus d'un million de juifs israéliens ont obtenu la double nationalité au cours des deux dernières décennies, la seconde nationalité étant invariablement européenne ou américaine.

Ce sont des pays qui, si les juifs israéliens y retournaient, préserveraient leur privilège de blancs (il est à noter que les propres parents de Beinart étaient des colons sud-africains blancs qui ont déménagé dans cette autre colonie de colons suprémacistes blancs de l'autre côté de l'Atlantique, où il est né).

Fin des privilèges coloniaux

Les partisans d'Israël craignent les trois solutions à un seul État, mais pas dans la même mesure. Ils craignent la solution d'un seul État d'apartheid parce qu'elle ferait perdre à Israël le soutien international et l'exposerait à des sanctions ; ils craignent surtout la solution Algérie-Kenya-Zimbabwe parce qu'elle ferait perdre aux colons juifs tous leurs privilèges coloniaux et raciaux en les rendant égaux aux indigènes.

Le fait que certains d'entre eux soutiennent aujourd'hui la solution sud-africaine post-apartheid à un seul État est leur nouveau compromis, car il semble être le seul des trois qui puisse sauvegarder le privilège de la suprématie juive sans sanctions internationales.

Que personne ne soit dupe, à moins que la solution d'un seul État n'annule tous les privilèges raciaux et coloniaux des juifs et ne décolonise le pays afin d'accorder des droits égaux à tous, il y aura encore une autre campagne de relations publiques pour dissimuler le maintien de la suprématie juive sous une nouvelle apparence.

Source :  Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

 ism-france.org

 Commenter