15/08/2020 wsws.org  9 min #178035

L'opposition à l'ouverture des écoles en Allemagne s'intensifie

Par Carola Kleinert et Gregor Link
15 août 2020

Selon les chiffres officiels, la pandémie de coronavirus fait désormais environ 6000 morts dans le monde chaque jour. Aux États-Unis seulement, le virus tue près de 1500 personnes chaque jour. Bien que le nombre de nouvelles infections quotidiennes en Allemagne soit à son plus haut niveau en trois mois, avec 1226 cas mardi, la sénatrice berlinoise de l'Éducation Andrea Scheeres (SPD) a autorisé les écoles à ouvrir lundi sur la base d'une fréquentation obligatoire et d'un fonctionnement complet.

En même temps, le gouvernement du Land de Berlin, composé d'une coalition du SPD, du Parti de gauche et des Verts, a balayé de la main la distance minimale scientifiquement requise de 1,50 mètre pour se protéger contre l'infection. Plus de 370.000 élèves des écoles berlinoises, ainsi que 87.000 apprentis, ainsi que tous leurs enseignants, ont repris des cours complets sans masque au début de cette semaine.

Students of the Robert-Koch vocational college sit with face masks in the classroom during computer science lessons in Dortmund, Germany, Thursday, Aug. 13, 2020. (AP Photo/Martin Meissner)

Les Länder de Brandebourg, Hambourg et Schleswig-Holstein ont également repris la scolarité régulière lundi. Les écoles ont ouvert en Mecklembourg-Poméranie occidentale la semaine dernière et en Rhénanie du Nord-Westphalie, la province la plus peuplée d'Allemagne, mercredi cette semaine.

Le gouvernement rouge-rouge-vert du Land de Berlin dirigé par le maire Michael Müller et la sénatrice de l'Éducation Sandra Scheeres (tous deux du SPD) a - contrairement aux réserves exprimées par de sérieux virologues - capitulé sans vergogne face aux exigences de la grande entreprise: pour que les entreprises puissent bénéficier du travail des parents, leurs enfants doivent retourner à l'école à tout prix.

Ceci est clairement souligné dans une déclaration commune de la Chambre de commerce et d'industrie (IHK), de la Fédération de l'hôtellerie et de la restauration (Dehoga), de l'Association professionnelle et des fédérations d'employeurs (UVB) samedi dernier: «C'est dans l'intérêt des entrepreneurs et de leurs collègues qu'on éduque leurs enfants et que l'on s'en occupe de manière fiable.» Selon les chefs d'entreprise, il est «grand temps que le fonctionnement régulier des écoles berlinoises reprenne».

Les médias sociaux ont réagi avec colère à de telles déclarations et à la politique du Land de rouvrir les écoles. Kathy, une enseignante de Berlin, a expliqué sur Twitter: «Le bien-être des enfants est constamment cité comme la raison principale de l'ouverture des écoles.» Les exigences des fédérations d'entreprises, a-t-elle poursuivi, sont «incroyablement inhumaines». L'un des collègues de Kathy note: «Il semblerait que Scheeres et le Sénat reçoivent leurs ordres directement de l'UVB.»

Jasmin, une enseignante du primaire à Berlin, a parlé au World Socialist Web Site des conditions dans son école et de ce qui devrait être fait. Elle a décrit le plan du gouvernement du Land de Berlin comme «complètement ridicule». Dans son «plan modèle d'hygiène», a-t-elle déclaré, le Sénat de Berlin a décrété «que les pièces devraient être correctement aérées pendant plusieurs minutes au moins une fois par leçon et pendant les pauses. Cependant, avant les vacances d'été, de nombreuses fenêtres ne pouvaient pas être ouvertes correctement pour des raisons de sécurité. Mais les pièces étroites et mal ventilées offrent des conditions idéales pour la propagation du COVID-19.»

L'utilisateur de Twitter Dieter R. a un point de vue similaire. Il écrit à propos du rappel hypocrite de la ministre de la Famille Franziska Giffey d'aérer régulièrement les écoles: «Dans de nombreuses écoles, les fenêtres ne peuvent pas être ouvertes du tout, sinon elles tomberaient! Dans des couloirs entiers, on ne peut même pas laisser les fenêtres entrouvertes! Et à quoi bon laisser les fenêtres entrouvertes dans une classe de 30 enfants? Il n'y a pratiquement pas d'air frais dans la classe et pas de ventilation. Tout cela n'est qu'un mauvais prétexte, comme les prétendues mesures convenues par la KMK [Conférence des ministres de l'Éducation et des Affaires culturelles].»

Même le lavage et la désinfection réguliers des mains restent «aussi chaotiques qu'avant les vacances d'été», souligne Jasmin. «Notre école n'a qu'un seul agent de nettoyage pour tout le bâtiment de l'école, comme avant la pandémie! Pour moins de 11 euros de l'heure, il nettoie à partir de 10h à 19h: après avoir fini avec les dernières toilettes, il peut tout recommencer. Les toilettes et les salles très sales sont horribles et elles ne peuvent être gardées propres. Les toilettes de l'école sont nettoyées vers midi, même si cela devrait vraiment être fait le matin. Parfois, il n'y a qu'un seul lavabo et distributeur de savon qui fonctionne. Dans les salles elles-mêmes, le sol n'est balayé qu'une fois par jour par l'agent de nettoyage.»

Les enseignants et les assistants éducatifs, selon Jasmin, doivent assumer des tâches de nettoyage en plus de leurs tâches existantes. Par exemple, «avant et après chaque pause dans la cour», ils doivent veiller «à ce que les enfants des écoles primaires se lavent soigneusement les mains individuellement dans les toilettes». Ils sont également chargés de désinfecter les locaux et les surfaces: «Lors de nos pauses, nous devons désinfecter toutes les surfaces après chaque changement de classe. Dans les salles informatiques, tous les claviers, souris et écrans doivent être désinfectés après chaque utilisation. Les enseignants doivent utiliser leurs pauses entre les cours pour nettoyer et surveiller les toilettes.»

Dans une déclaration au WSWS, Ingo R., le chef de l'équipe d'encadrement de la salle de cours de son enfant, a critiqué le manque de coopération entre les parents et le personnel de l'école: «Je trouve dommage que de nombreux directeurs d'école n'engagent pas de dialogue avec les parents», a-t-il déclaré. «J'ai rencontré de nombreux parents qui auraient aimé transférer les outils techniques du monde du travail dans le monde scolaire.»

Mais alors que de nombreux enseignants, parents et élèves s'opposent à l'ouverture des écoles dans des conditions dangereuses, les autorités scolaires de Berlin ignorent avec arrogance ces préoccupations. Au lieu de cela, Scheeres a annoncé la création d'un «Conseil consultatif sur l'hygiène», composé de médecins, de psychologues pour enfants, de parents, d'étudiants et de politiciens, c'est-à-dire qui exclut les enseignants, qui doit se réunir en «groupe de travail».

«Donc, au lieu de mesures soutenues par des experts médicaux, il y aura d'abord un groupe de travail», a noté Sven D., un enseignant de Berlin, sur Facebook. «Ensuite, ils auraient de nouveau gagné du temps à ne rien faire. Et puis pour s'assurer qu'ils n'aient rien à faire par la suite, ils rassemblent des groupes de personnes qui représentent les «bonnes» positions. Ce virus a été détecté pour la première fois en Allemagne il y a plus de six mois; plus de 9200 personnes sont décédées depuis, y compris des élèves et des enseignants - et maintenant un groupe de travail est en cours de création. Cette administration ne veut pas travailler et est prête à marcher sur des cadavres en raison de sa paresse et son incompétence.»

Son collègue Andreas S. écrit: «Pourquoi l'argent n'a-t-il pas été injecté dans le système scolaire depuis des mois? Pas même maintenant, alors que les classes surchargées, les petites salles de classe, le manque de systèmes de ventilation et le manque d'équipement mettent des vies en danger?»

Sur la base des conclusions des principaux virologues et épidémiologistes internationaux, le WSWS a averti à plusieurs reprises que les conditions spécifiques qui prévalent dans les entreprises et les écoles offrent des conditions optimales pour des événements dits de «super-propagation». Le virologue de l'hôpital de la Charité de Berlin, Christian Drosten, ainsi que de nombreux autres scientifiques, a déclaré à plusieurs reprises que des règles de distanciation appropriées et l'utilisation de masques de protection individuelle dans des pièces fermées sont indispensables pour prévenir des épidémies massives et des chaînes d'infections touchant des centaines de personnes.

Le concept d'hygiène du Sénat de Berlin n'est pas seulement inadéquat, il échoue également dans la pratique en raison des conditions qui prévalent dans les écoles. «La formation de petits groupes et la prévention de la promiscuité de différents groupes de classe, ce que prônent les autorités scolaires, seront abandonnées la journée même compte tenu du système de garde après l'école», a noté Jasmin. «Il n'y a ni groupes fixes ni masques obligatoires fournis dans les garderies scolaires après l'école. Même si les enseignants utilisent des salles de classe vides pour les garderies, il n'est pas possible de maintenir les structures de groupe existantes des cours précédents, car il n'y a pas assez de personnel d'encadrement.»

Si une infection se déclare dans un groupe de classe, poursuit-elle, «c'est le service de santé publique qui décide des mesures de quarantaine appropriées. Jusqu'à ce que cette décision soit prise, seul l'élève concerné est mis en quarantaine. Tous les autres doivent continuer à suivre les cours normalement, y compris les frères et sœurs dispersés dans plusieurs classes».

Le système de transports en commun bondé de la ville de Berlin, que la plupart des élèves utilisent pour se rendre à l'école, est un autre problème majeur.

Il y a une colère et un désespoir généralisés face aux décisions et aux actions des autorités scolaires. Selon une enquête menée par l'ARD Press Club, 56 pour cent des personnes interrogées considèrent que «le fonctionnement normal [des écoles] sans règles de distanciation» est irresponsable.

Une autre contribution d'un enseignant berlinois sur Twitter est significative: «Cette école en fonctionnement normal est une bombe à retardement, maintenant les cours doivent recommencer pour un moment», écrit-elle, «Quand on marche dans les couloirs étroits, on peut presque entendre le tic-tac.»

Sa collègue Verena parle apparemment au nom de beaucoup lorsqu'elle écrit: «Ce que les politiciens exigent maintenant est complètement inhumain. Même avec une légère progression de la maladie, personne ne sait vraiment quels seront les effets à long terme. En fin de compte, tout le monde risque d'être infecté et personne ne peut prédire comment le virus affectera réellement chaque individu. Lorsque les seules priorités sont «l'éducation» et le capitalisme, je crois que nous avons perdu toutes nos valeurs importantes.»

«De plus, rien ne garantit que vous recevrez une éducation adéquate si vous mettez votre vie et celle de vos proches en danger», ajoute-t-elle ironiquement.

Jasmin insiste également sur l'impact social sur les familles pauvres et leurs enfants: «De nombreux élèves, en particulier ceux issus de familles pauvres, n'ont pas d'ordinateurs portables et de tablettes. Des solutions et des concepts d'apprentissage sont disponibles depuis des années: plus d'assistants sociaux et de traducteurs pour travailler comme aides familiales, des groupes d'apprentissage plus petits, plus de salles, plus de personnel enseignant, un meilleur nettoyage et un meilleur équipement des écoles. Les écoles et les enseignants ont subi d'énormes réductions budgétaires et sont maintenant poussés dans le domaine expérimental de l'immunité collective, ce qui aura de graves conséquences.»

Dans ce contexte, Jasmin lance un appel urgent à ses collègues: «Les enseignants devraient refuser de travailler dans ces conditions et se mettre en grève jusqu'à ce que leurs revendications pour des classes plus petites et plus de soutien à tous les niveaux de la vie scolaire soient satisfaites. Cela comprend le personnel de nettoyage, les aides familiales, les traducteurs et autres membres du personnel auxiliaire. Des activités de loisirs gratuites devraient également être organisées pour les enfants et des services de soutien psychologique devraient être créés. L'argent est là. Taxez les riches!»

(Article paru en anglais le 14 août 2020)

 wsws.org

 Commenter