15/08/2020 reseauinternational.net  7 min #178039

Qui finance des groupes sécessionnistes de la Ras de Hong Kong pour des activités anti-chinoises?

par Danielle Bleitrach

On perçoit mieux à quoi servait la loi sur la sécurité, il s'agissait aussi, comme on le voit ici, de pouvoir faire une enquête sur les sources de financement des manifestations à Hong Kong. Ici comme ailleurs dans le monde la déstabilisation sous couvert de liberté, de droits de l'homme sert en fait une main mise impérialiste. Les Chinois ont un côté pragmatique, on ne fait pas tomber Al Capone sur ses crimes, mais en le mettant dans les pattes d'une brigade financière. Le tout c'est d'avoir la loi qui permet de perquisitionner et mettre la main sur le système de financement. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

----------- Certains groupes anti-chinois de la région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) qui collectent illégalement de l'argent en ligne pour leurs activités séparatistes sont devenus la cible de dénonciations publiques pour avoir conspiré avec les forces étrangères pour détruire la région.

L'argent et leurs actes répréhensibles sont en train d'être découverts grâce à des enquêtes menées en vertu de la loi sur la sécurité nationale, ont déclaré des experts juridiques basés à Hong Kong au Global Times.

Des agents de la sécurité nationale à Hong Kong enquêtent sur un groupe nommé "Je veux laam chau", alias de "Luttez pour la liberté, soutenez Hong Kong (SWHK)", a déclaré jeudi le média local South China Morning Post. Le groupe aurait reçu près de 3,87 millions de dollars de dons lors de plusieurs campagnes de financement participatif sur des plateformes en ligne à l'étranger.

Outre "SWHK", plusieurs groupes sécessionnistes, dont le Demosistō dissous et l'IAD de Hong Kong, ont également collecté, ou sont encore en train de collecter, des fonds sur des sites de financement participatif basés aux États-Unis ou au Royaume-Uni.

Le financement participatif pour des activités mettant en danger la sécurité nationale va à l'encontre à la fois de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong et des dispositions du droit pénal chinois concernant la sécurité nationale, a déclaré jeudi Wu Yingpeng, un avocat basé à Hong Kong, au Global Times.

Suivi de l'argent illégal

Des groupes radicaux de collecte de fonds, dont "SWHK", ont collecté quelque 6,84 millions de dollars au cours de l'année écoulée, selon les médias de Hong Kong. Les groupes affirment qu'ils dépensent l'argent pour appeler à des «sanctions internationales» contre Pékin en raison de la loi sur la sécurité nationale.

La police de Hong Kong suit d'où vient l'argent de ces groupes. L'enquête implique l'Apple Daily Charitable Foundation, une fondation appartenant au tabloïd local Apple Daily dont le fondateur Jimmy Lai et plusieurs hauts dirigeants ont fait l'objet d'une enquête pour soupçon de collusion avec les forces étrangères et de mise en danger de la sécurité nationale.

La fondation ne semble pas disposée à rendre publiques les sources de son financement. Après que Lai ait été libéré sous caution le 11 août, Apple Daily a demandé une interdiction judiciaire contre la police d'accéder aux documents saisis dans ses bureaux, a confirmé la police de Hong Kong au Global Times.

Certains des documents saisis étaient liés à l'Apple Daily Charitable Foundation, y compris ses dossiers financiers et "d'autres détails sur les subventions caritatives", a rapporté le tabloïd le 11 août, citant son rédacteur en chef Ryan Law.

La police de Hong Kong a déclaré lundi que certaines personnes utilisaient "les comptes bancaires à l'étranger des dirigeants d'Apple Daily" pour soutenir "SWHK". La police soupçonne Lai d'aider financièrement SWHK et en donnant plusieurs millions de dollars de Hong Kong aux membres du mouvement Occupy central en 2014

IL est probable, a déclaré Li bien que les résultats de l'enquête de police n'aient pas encore été rendus publics, que Lai a aidé ces groupes selon Xiaobing, spécialiste des études à Hong Kong, Macao et Taiwan à l'Université Nankai de Tianjin.

Si le financement est prouvé, il deviendra plus clair pour le public de découvrir comment ces groupes se soutiennent mutuellement pour faire entendre des voix séparatistes nuisibles à l'ensemble de la société, a déclaré Li au Global Times. Li a qualifié les groupes de "tumeur maligne" qui érode la stabilité sociale à Hong Kong, affirmant que leur élimination est cruciale pour un environnement politique plus transparent et plus prometteur dans la région à l'avenir.

Lai, 71 ans, a également investi dans les médias et l'immobilier au Myanmar et sur l'île de Taïwan, selon des documents divulgués envoyés aux médias de Hong Kong en 2014.

Depuis l'arrestation de Lai, le cours de l'action de sa société de médias Next Digital a  connu de fortes hausses. et des chutes, suggérant que certaines personnes et des forces extérieures ont gonflé le cours des actions, a déclaré Liang Haiming, président du China Silk Road iValley Research Institute.

On ne sait pas si la volatilité de l'action est liée aux mouvements des forces sécessionnistes de Hong Kong, a déclaré Liang jeudi au Global Times, affirmant que la HK Securities and Futures Commission avait lancé une enquête sur cette action étrangement performante.

"Si cette anomalie commerciale est vraiment une opération de porte dérobée du camp de Lai, il doit avoir été bien préparé pour contourner l'enquête et les problèmes juridiques connexes", a-t-il analysé.

Pas d'échappatoire aux lois

Plusieurs groupes radicaux sont depuis longtemps de connivence avec les forces extérieures pour faire pression sur les politiciens étrangers pour qu'ils se mêlent des affaires de Hong Kong, ce qui a gravement compromis la sécurité et la stabilité de la région, ont déclaré des observateurs.

"SWHK" a travaillé avec un groupe anti-chinois basé à Londres Hong Kong Watch pour manipuler le groupe parlementaire multipartite du Royaume-Uni à Hong Kong afin de stigmatiser la police de Hong Kong, ont révélé les médias de Hong Kong.

Le groupe a lancé au moins trois campagnes de financement participatif en ligne depuis 2019. Le Global Times a constaté que sa dernière campagne était toujours en cours, après avoir collecté près de 1,69 million de dollars avec le slogan «Rise From the Ashes» depuis son lancement sur le site de financement participatif américain gofundme.com fin mai.

Le fait qu'un financement participatif à l'étranger soit légal ou non dépend des lois locales où la campagne est lancée, a déclaré Wu. Néanmoins, la Chine a compétence sur l'acte si un crime a lieu sur son territoire, selon le paragraphe 3 de l'article 6 de la loi pénale chinoise, a-t-il ajouté.

Cela signifie que si les collecteurs de fonds dépensaient de l'argent financé par crowdfunding pour des activités mettant en danger la sécurité nationale à Hong Kong, ils pourraient être appréhendés quel que soit l'endroit où l'argent a été collecté, a déclaré Wu au Global Times.

La police de Hong Kong a déclaré qu'elle avait retrouvé deux hommes et une femme responsables des opérations de "SWHK". Le 10 août, il a arrêté Wilson Li, Andy Li et Agnes Chow - anciens membres principaux des groupes anti-chinois "Scholarism" "Hong Kong Story" et "Demosistō" - soupçonnés de collusion avec les forces étrangères, de blanchiment d'argent et de complot en vue de commettre une fraude.

Une image de preuve de vandalisme et d'incendie criminel par des émeutiers est présentée par la police de Hong Kong lors d'une conférence de presse à Hong Kong (sud de la Chine), le 21 octobre 2019. Photo: Xinhua

Les trois auraient été des "membres clés" à Hong Kong derrière ces groupes, a déclaré une source au South China Morning Post.

Des observateurs ont déclaré que la police avait également mis six séparatistes vivant à l'étranger sur sa liste de personnes recherchées, dont Samuel Chu du "Hong Kong Democracy Council" (HKDC), une organisation sécessionniste basée à Washington qui a collecté quelque 100000 dollars grâce à une campagne de financement participatif qu'elle a lancée sur gofundme. com fin juin.

Les émeutes de rue de l'année dernière ont révélé comment certaines ONG ont joué un rôle de plus en plus important dans l'accélération de la violence de rue en finançant des manifestants illégaux et en appelant à des dons pour les personnes arrêtées. Le 19 décembre 2019, la police de Hong Kong a arrêté quatre membres de Spark Alliance, une plateforme de collecte de fonds en ligne qui lève des fonds pour aider les manifestants illégaux, sous l'accusation de blanchiment d'argent.

Des organisations similaires telles que «612 Humanitarian Relief Fund» et «Justice Defence Fund» ont des antécédents d'inconduite financière connus des médias locaux, appelant à une répression plus intense contre eux.

Certains jeunes membres de groupes séparatistes qui ont fui vers Taiwan n'ont pas vu un monde de «démocratie, de liberté et de lumière» comme promis par leurs défenseurs, mais sont plutôt en train de languir dans un pays lointain, selon les médias.

Li Xiaobing a suggéré que le Comité pour la sauvegarde de la sécurité nationale de Hong Kong et le Bureau du gouvernement central pour la sauvegarde de la sécurité nationale à Hong Kong, deux agences de surveillance clés qui assurent la sécurité de Hong Kong, devraient suivre de près les personnes qui compromettent la stabilité de Hong Kong. en mobilisant leurs ressources.

Après la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, les séparatistes devraient être plus conscients qu'ils devront payer le prix de leurs actes irresponsables, a averti l'expert.

Par des journalistes du personnel du GT

Source: Global Times

illustration: Des manifestants radicaux bloquent la route dans le district central de Hong Kong, dans le sud de la Chine, le 12 novembre 2019.

source:  histoireetsociete.com

 reseauinternational.net

 Commenter
Référencé par : 1 article