31/08/2020 wsws.org  8 min #178626

Les syndicats d'enseignants de l'Ontario facilitent la rentrée scolaire imprudente du gouvernement de droite de Ford

Par Matthew Richter
31 août 2020

Le gouvernement de droite du premier ministre progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford, impose actuellement une réouverture meurtrière des écoles de l'Ontario, dans le but de forcer 2 millions d'élèves et plus de 200.000 enseignants à retourner dans des classes et des bâtiments scolaires dangereux en moins de deux semaines. Contrairement à l'affirmation absurde du gouvernement selon laquelle il a présenté des lignes directrices pour assurer une «réouverture en toute sécurité», la réalité est qu'il se précipite pour entasser les enfants dans des écoles surpeuplées et mal équipées afin que leurs parents soient obligés de retourner au travail pour en faire profiter l'élite au pouvoir.

Le plan du gouvernement Ford prévoit le retour en personne des élèves du primaire de la maternelle à la huitième année. Les élèves de l'école primaire reviendront pour la semaine scolaire complète de cinq jours. Il n'y aura pas de réduction de la taille des classes pour faciliter la distanciation sociale. Les élèves de la maternelle à la troisième année ne seront pas tenus de porter un masque. Les élèves du secondaire seront soumis au «modèle hybride», avec une cohorte de 15 élèves maximum qui retourneront en classe pour un enseignement à temps partiel, en personne, en alternance avec l'autre moitié de la classe qui apprendra à distance.

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, a largement contribué à l'élaboration de ce plan. Williams a été critiqué au début de l'année pour avoir suggéré que le dépistage du coronavirus devrait être limité aux personnes qui présentent des symptômes, alors qu'il est scientifiquement prouvé que les personnes présymptomatiques ou asymptomatiques peuvent être infectieuses. Cette politique a guidé le gouvernement Ford au début de l'année lorsqu'il a forcé les travailleurs agricoles migrants asymptomatiques à reprendre le travail. On sait qu'au moins trois jeunes travailleurs agricoles migrants ont succombé à la COVID-19.

Comme on pouvait s'y attendre, rien n'est fait pour proposer des tests de COVID-19 réguliers aux étudiants et aux enseignants.

Les lignes directrices du gouvernement indiquent expressément que les écoles ont le choix de contacter les autorités de santé publique ou les parents si les élèves ne se sentent pas bien, car il s'agit de «cas fréquents» et les élèves présentent souvent des «symptômes non spécifiques». Même si une éclosion se produit, définie comme deux cas ou plus dans une école au cours d'une période de 14 jours, l'établissement ne fermera pas. Au lieu de cela, le gouvernement a demandé aux écoles de mettre en place une signalisation supplémentaire, de restreindre les activités extrascolaires et de gérer les mouvements du personnel et des élèves. Dans le cas où une école est contrainte de fermer, les directives déclarent également que l'éclosion n'a pas besoin d'être terminée pour que l'école puisse rouvrir.

Au départ, le plan de réouverture prévoyait 309 millions de dollars supplémentaires pour le budget de l'éducation, mais 244 millions de dollars supplémentaires ont été ajoutés pour améliorer la ventilation et le nettoyage le 13 août, après un tollé public concernant les insuffisances du plan du gouvernement. Cette somme est une goutte d'eau pitoyable compte tenu de la réduction systématique des coûts des budgets de l'éducation menée par les gouvernements libéraux et conservateurs successifs.

La campagne criminelle de réouverture des écoles suscite une large opposition. Près de 250.000 personnes ont signé une pétition sur Change.org pour demander des changements majeurs au plan.

Le gouvernement Ford ne pourrait pas procéder de manière aussi imprudente sans l'étroite collaboration des syndicats de l'éducation de l'Ontario, dont la principale priorité est de s'assurer qu'aucune opposition sociale ou protestation ne se développe contre la réouverture des écoles.

La Fédération des enseignants du primaire de l'Ontario (ETFO), la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (OSSTF), l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) et l'Association des enseignants catholiques anglophones de l'Ontario (OECTA) se sont limitées à affirmer que le gouvernement a violé la loi sur la santé et la sécurité au travail. Dans une lettre du 13 août, se plaignant du manque d'implication des syndicats dans l'élaboration du plan de rentrée des classes, elles ont menacé de s'adresser à la Commission des relations de travail de l'Ontario (OLRB) propatronale pour contester le plan du gouvernement. L'OLRB n'a donné suite qu'à une seule des plus de 300 demandes liées à la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

L'hostilité farouche des syndicats à toute lutte des enseignants contre la dangereuse politique de réouverture est conforme à leur rôle dans la répression de l'opposition aux attaques du gouvernement Ford au cours de l'année écoulée. Dès l'expiration du contrat de 250.000 enseignants et travailleurs de l'éducation à la fin du mois d'août 2019, les syndicats ont délibérément cherché à isoler les enseignants et à les empêcher de lutter ensemble. Le soutien des enseignants à la grève pour défendre l'éducation publique a été écrasant: 98 % des membres de l'ETFO, 97 % des membres de l'OECTA et 95,5 % des membres de l'OSSTF ont voté en faveur d'une grève.

Cependant, les syndicats ont ignoré de manière flagrante ces mandats de grève massifs et ont systématiquement réprimé l'initiative de leurs membres, empêchant une action unifiée contre le gouvernement Ford. Au lieu d'un effort combiné, les syndicats ont mené une série de grèves rotatives d'un jour et autres actions sur les lieux de travail comme l'application à la lettre de la convention, tous les syndicats suivant des calendriers d'action distincts et poursuivant leurs propres négociations avec le gouvernement. Ce n'est qu'au bout de six mois que les syndicats, face au soutien massif du public pour les enseignants, ont finalement accepté de faire une grève d'un jour le 21 février.

Cette journée de grève a été la plus grande grève des enseignants de la province en plus de deux décennies. En opposition au programme d'austérité du gouvernement Ford, les enseignants ont demandé une augmentation substantielle des dépenses d'éducation afin de réduire la taille des classes, réparer les bâtiments scolaires délabrés, augmenter le salaire des enseignants et fournir des services de soutien aux étudiants. Ils s'opposaient également à l'imposition par le gouvernement Ford de l'introduction de quatre cours d'apprentissage en ligne obligatoires pour les élèves du secondaire, dont beaucoup n'ont pas l'équipement et l'accès Internet nécessaires pour y participer.

Compte tenu de l'ampleur de l'hostilité populaire à l'égard de l'attaque générale du gouvernement Ford contre les dépenses en matière de santé et de services sociaux ainsi que d'éducation, y compris le plafonnement à 1 % des salaires et des avantages sociaux pour plus d'un million de travailleurs du secteur public, la grève des enseignants aurait pu servir de tremplin à une vaste lutte de la classe ouvrière contre l'austérité qui aurait inévitablement soulevé la question d'une grève générale et du pouvoir politique.

Mais les syndicats avaient d'autres idées. Terrifiés par le fort soutien de l'opinion publique à la grève d'un jour, ils ont rapidement annulé ou retardé toute nouvelle grève régionale et tout plan de grève du travail. Ils se sont ensuite servis de la pandémie de coronavirus comme couverture pour intensifier leurs discussions à huis clos avec le gouvernement Ford. Les quatre syndicats ont donc conclu des contrats assortis de concessions en mars et avril, qui ne répondaient à aucune des demandes des enseignants.

L'arrêt de la grève des enseignants par les syndicats et l'acceptation d'une grande partie des réductions de Ford ont créé des conditions dans lesquelles les enseignants, les élèves et leurs familles sont contraints de risquer leur vie dans des bâtiments scolaires peu sûrs et dépourvus de ressources, en pleine pandémie.

Prenons, par exemple, la question de la taille des classes. Dans leur lettre commune du 13 août, les quatre syndicats de l'éducation ont identifié le problème de la taille des classes comme leur principale préoccupation dans le plan de rentrée scolaire du gouvernement. Un grand nombre d'élèves entassés dans des salles de classe mal ventilées créera les conditions idéales pour que le virus se propage. Pourtant, à peine quatre mois plus tôt, la FEESO avait accepté une augmentation de la taille des classes dans l'accord final conclu avec le gouvernement et avait forcé ses membres à l'accepter. L'augmentation de la taille des classes de 22 à 23 élèves en moyenne, introduite pour la première fois au cours de l'année scolaire 2019-2020, est devenue permanente. Une augmentation similaire des effectifs des classes a été acceptée par l'ETFO.

La seule façon pour les enseignants de mettre un terme à la réouverture criminelle des écoles et de sauver des vies est de former des comités de sécurité de la base indépendants, en opposition aux syndicats. Ces comités devraient demander la fermeture immédiate de toutes les écoles jusqu'à ce que la pandémie soit totalement maîtrisée, et exiger une augmentation considérable du financement de l'enseignement public afin de garantir que tous les élèves puissent avoir accès à l'enseignement en ligne et à des services de soutien supplémentaires, notamment les soins de santé mentale, l'aide à l'éducation spécialisée et la sécurité alimentaire. Pour défendre ces demandes, les comités de sécurité de la base doivent s'efforcer d'unir tous les travailleurs - éducateurs, chauffeurs de bus scolaires, concierges, personnel d'entretien et autres personnels de soutien, ainsi que les travailleurs des secteurs de la fabrication, des soins de santé, de la logistique, de l'épicerie et de la transformation des aliments, du commerce de détail et de la restauration - pour mener une grève générale à l'échelle nationale afin d'empêcher la réouverture des écoles et de sauver des vies.

Aux États-Unis, où des milliers d'infections parmi les enseignants et les élèves ont été signalées dans tout le pays depuis la réouverture des écoles fin juillet, les enseignants ont déjà pris la décision de créer des comités de sécurité de la base pour lutter pour ce programme.

Nous encourageons vivement tous les éducateurs, élèves, parents et membres de famille de l'Ontario et du Canada qui sont d'accord avec ce programme  à nous contacter dès aujourd'hui. Le coronavirus ne connaît pas de frontières nationales. Seule une réponse internationale coordonnée à la pandémie peut sauver la vie des enseignants, des élèves et de leurs familles.

(Article paru en anglais le 28 août 2020)

 wsws.org

 Commenter