12/09/2020 wsws.org  7 min #179147

Le gouvernement espagnol exige la réouverture des écoles alors que les décès liés au Covid-19 augmentent

Le gouvernement espagnol exige la réouverture des écoles alors que les décès liés au COVID-19 augmentent

Par Alice Summers
12 septembre 2020

La décision politiquement criminelle du gouvernement espagnol de rouvrir les écoles au milieu d'une vague massive d'infections au COVID-19 entraînera d'innombrables décès inutiles. Les deux partis au pouvoir, le parti «populiste de gauche» Podemos et le Parti socialiste social-démocrate (PSOE), agissent dans une totale indifférence pour la santé et la vie de millions d'enseignants, d'enfants et de leurs familles.

L'Espagne reste l'épicentre de la résurgence du coronavirus en Europe occidentale. Le week-end dernier, le pays a franchi une étape sombre, passant le seuil d'un demi-million d'infections après avoir enregistré 26.560 nouveaux cas entre vendredi et dimanche. Le total officiel est maintenant de 543.379. Vendredi a également vu 184 nouveaux décès, le plus grand nombre de décès quotidiens depuis la fin du mois de mai. Alors que le bilan truqué officiel est de 29.516 morts, les analyses des principaux journaux indiquent qu'au moins 45.000 personnes sont décédées du virus en Espagne.

La classe dirigeante se réjouit, cependant, que la réouverture des écoles lui permette de mettre en œuvre sa politique fascisante «d'immunité collective» - permettre au virus de suivre son cours à travers la population sans se soucier de la mort et de la destruction qui s'en suivront.

Mercredi, la première ministre régionale de droite de Madrid, Isabel Ayuso, a déclaré à Es Radio: «Il est probable que pratiquement tous les enfants, d'une manière ou d'une autre, seront infectés par le coronavirus».

Ayuso a clairement exprimé son mépris pour le sort des écoliers et de leurs familles. «Peut-être qu'ils seront infectés au cours du week-end lors d'une réunion de famille», a-t-elle déclaré dédaigneusement, «ou dans l'après-midi dans le parc ou l'attraper d'un camarade de classe. Nous ne savons pas tout simplement, car le virus peut être n'importe où». Néanmoins, elle a souligné que «les enfants doivent retourner à l'école», afin d'«être avec des enfants de leur âge», reprendre «leurs habitudes» et «socialiser».

Conscient de l'opposition explosive parmi les enseignants et les parents, Ayuso a exigé avec arrogance qu'il n'y ait «pas de grèves ni de menaces», affirmant que «ce n'est pas le moment pour proclamer "moi, moi, moi"» de la part des travailleurs.

La diatribe fasciste d'Ayuso est cependant la clé pour comprendre la politique du gouvernement PSOE-Podemos. S'adressant au quotidien El País, la ministre de l'Éducation du PSOE, Isabel Celaá, a répété des affirmations anti-scientifiques et discréditées selon lesquelles l'ouverture d'écoles ne conduirait pas à une augmentation des infections. «Aujourd'hui, il est établi dans le domaine de la science que la fermeture des écoles n'apporte aucun bénéfice à l'évolution de la pandémie en termes de réduction des cas», a-t-elle déclaré. «Et les avantages de l'école sont bien plus importants que les risques.... »

Dans une interview séparée avec Radio Nacional de España (RNE), Celaá a déclaré que pour les enfants, «l'endroit le plus sûr est l'école», insistant sur le fait que la réouverture de l'école se déroulera comme prévu contre toutes les preuves scientifiques et l'opposition populaire.

«Tant qu'il n'y aura pas de transmission incontrôlée», a-t-elle déclaré, «qui devra être déterminée par le ministère de la Santé, les écoles doivent rester ouvertes car nous vivons tous avec la pandémie.»

Sur cette base, le gouvernement PSOE-Podemos menace de poursuites tous les parents qui n'envoient pas leurs enfants à l'école pour y être infectés par le COVID-19. Le parquet a annoncé jeudi qu'il entamerait des «poursuites pénales» contre tout parent d'un enfant âgé de 6 à 16 ans qui ne va pas à l'école. Il a déclaré que la fréquentation scolaire présentielle est une «obligation incontournable», accusant les parents qui souhaitent garder leurs enfants à la maison de négligence.

Il a menacé que «la négligence volontaire, injustifiée et persistante des parents entraînera des conséquences juridiques découlant de leur manquement aux devoirs inhérents à l'autorité parentale».

Le gouvernement PSOE-Podemos agit avec un mépris ouvert pour la vie et la santé des enseignants ainsi que des élèves et de leurs familles.

La prédiction d'Ayuso selon laquelle presque tous les enfants espagnols contracteront le COVID-19 témoigne d'un mépris stupéfiant pour la santé et la vie non seulement de leurs parents et des membres plus âgés de leur famille, qui contractent plus souvent des formes mortelles de la maladie, mais aussi des enfants eux-mêmes. Il est maintenant scientifiquement documenté que le COVID-19 peut fréquemment causer des lésions cardiaques graves et durables et des maladies telles que le syndrome de Kawasaki chez les enfants.

En outre, l'Espagne compte l'une des proportions les plus élevées d'enseignants âgés d'Europe occidentale, avec 38,2 pour cent d'enseignants de plus de 50 ans et avec une moyenne d'âge de 46 ans. Il y a 22.127 enseignants de plus de 60 ans en Espagne (près de 5 pour cent de tous les travailleurs de l'éducation); près de 2.000 d'entre eux ont plus de 65 ans. Des milliers d'éducateurs sont donc exposés à un risque grave, car les personnes de plus de 60 ans sont connues pour être l'un des groupes les plus vulnérables à succomber au coronavirus.

Le virus se propage rapidement à travers l'Espagne. Dans une indication de la transmission communautaire généralisée en Espagne, entre 2.000 et 2.500 des 67.000 éducateurs testés (plus de 3,5%) ont affiché un résultat positif d'anticorps. Ceux avec un résultat positif doivent maintenant être contrôlés pour vérifier s'ils restent infectieux.

Les mesures limitées qui ont été annoncées dans certaines des 17 régions d'Espagne, telles que la réduction de la taille des classes, l'obligation pour les enfants de plus de six ans de porter des masques et la mise en œuvre de mesures de distanciation sociale, sont dérisoires à première vue et, dans de nombreux cas, n'ont même pas été mises en œuvre.

La semaine dernière, Ayuso a annoncé à la dernière minute que tous les enseignants de la région de Madrid devraient subir un test d'anticorps contre le coronavirus avant le début du trimestre. Les éducateurs ont été convoqués par e-mail avec un préavis de moins de 24 heures pour subir des tests, conduisant à des scènes chaotiques de milliers de personnes faisant la queue dans les rues de Madrid, avec des mesures de distanciation sociale presque impossibles à respecter.

Samedi, il a été annoncé que 30 pour cent des salles de classe des écoles primaires catalanes n'avaient pas encore respecté les politiques de réduction de l'effectif des classes, moins d'une semaine avant la réouverture des écoles. Le gouvernement de Catalogne avait promis que pas plus de 20 élèves seraient autorisés dans chaque salle de classe, mais ce ratio, en soi insuffisant pour empêcher la propagation du virus, n'a pas été atteint dans de nombreuses écoles publiques. Il n'y a aucun plafond du nombre d'élèves pour les classes du secondaire.

L'Association des Familles pour un choix d'éducation sûr, un groupe de parents basé en Catalogne, a condamné le gouvernement catalan pour le manque de mesures de sécurité dans les écoles, le dénonçant pour avoir «transformé les centres éducatifs en abattoirs». Les écoles, a déclaré l'Association, «sont le cadre idéal pour une nouvelle éruption générale portant atteinte à la santé publique», avec «l'utilisation de masques n'ayant aucun but dans des espaces clos et exigus, sans ventilation ni équipement de nettoyage».

Environ 39.000 enseignants supplémentaires seront nécessaires dans tout le pays pour respecter la recommandation du ministère de l'Éducation selon laquelle la taille des classes ne devrait pas dépasser 20 enfants, selon les gouvernements régionaux espagnols. Le syndicat des commissions ouvrières (CCOO) estime ce chiffre à environ 70.000. De nombreuses régions sont loin d'atteindre ces objectifs de recrutement.

Dans un signe avant-coureur de la catastrophe qui est sur le point de s'abattre sur l'Espagne à la réouverture des écoles, une crèche de Séville, dans la province d'Andalousie, a déjà été contrainte de fermer après qu'un membre du personnel ait été déclaré positif. Soixante nourrissons âgés de zéro à trois ans qui fréquentaient la crèche doivent désormais s'isoler à la maison.

Les parents qui ne peuvent pas travailler ou obtenir des ressources financières pendant que leurs enfants sont en quarantaine ne toucheront rien de l'État. Bien qu'il s'était précédemment engagé à couvrir les frais de congé de maladie des parents restant à la maison pour s'occuper des enfants en quarantaine ou infectés, le Premier ministre du PSOE, Pedro Sánchez, a maintenant fait marche arrière, déclarant que les parents devraient se rabattre sur les programmes existants de congés de maladie sans indemnités.

Vendredi de la semaine dernière, Sánchez a déclaré qu'«il n'y a pas de risque zéro» quant à l'ouverture des écoles, mais qu'il voulait transmettre un message de «sécurité raisonnable» aux enseignants. Les 17 régions autonomes espagnoles ne doivent pas fermer les écoles «unilatéralement», a-t-il déclaré, quels que soient les dangers pour la santé publique.

 wsws.org

 Commenter