16/10/2020 les-crises.fr  3 min #180456

Guerre d'Algérie : nouvelles révélations sur les assassinats ciblés des services secrets français

Source :  Algérie 360

Des documents lèvent le voile sur des projets d'élimination de Français, d'Européens et de dignitaires étrangers pendant la guerre d'Algérie.

Un ouvrage fouillé à paraître, Les Tueurs de la République (Fayard), de Vincent Nouzille, dans son édition augmentée, livre des documents inédits qui attestent le fait que pendant la guerre d'Algérie, l'État français avait ordonné l'élimination de plusieurs ressortissants français, européens et dignitaires étrangers.

Ces documents proviennent du fond d'archives personnelles de Jacques Foccart, homme de confiance du général de Gaulle, chargé de suivre les services secrets et les affaires africaines.

Les archives découvertes par Vincent Nouzille révèlent qu'au cœur de l'été 1958, Foccart a coordonné, sous les ordres du général du Gaulle, un programme d'opérations clandestines d'assassinats ciblés à l'encontre de personnes ayant témoigné de la sympathie pour la cause algérienne, et ce même s'il s'agissait de ressortissants français.

« Menaces, attentats, sabotages mais aussi assassinats figurent parmi les moyens employés. Le service action du Sdece (service de documentation extérieure et de contre-espionnage, devenu DGSE) était chargé de mener ces missions. Constantin Melnik, conseiller du premier ministre chargé des affaires de renseignement de 1959 à 1962, chiffrait le nombre d'assassinats à 140 pour la seule année 1960, sans pour autant fournir de détails. », révèle le monde.

Un premier document en date du 5 août 1958 et intitulé « Fiche concernant les objectifs homo » (terme désignant les assassinats) dresse une liste de neuf personnes à éliminer, classées en 3 catégories, à savoir :

  • Les Français pro-FLN (comme Jacques Favrel, journaliste basé à Alger) ;
  • Les Français trafiquants d'armes ;
  • Politique (le nom d'Armelle Crochemore est évoqué).

L'autre document de choix mis au jour dans le livre de Vincent Nouzille récapitule, sous forme de tableau, l'ensemble des « opérations réalisées depuis le 1er janvier 1956 », assassinats, sabotages ou attentats, en indiquant le « but à atteindre », le lieu, les moyens utilisés et le résultat.

Si ces nouveaux éléments viennent documenter de possibles graves infractions de l'État au droit national en décidant d'éliminer physiquement des citoyens français en dehors de tout cadre légal, ils soulèvent également la question de l'efficacité d'une telle politique.

Lire l'article complet sur  Le Monde

Source :  Algérie 360 - 25/09/2020

 les-crises.fr

 Commenter