Accepter cookie ?
12/11/2020 reseauinternational.net  10 min #181550

Pol Pot revisité

Le citoyen suédois d'origine israélienne, Israël Shamir, s'est rendu au Cambodge et a visité la capitale Phnom Penh ainsi que les anciennes zones tenues par les Khmers rouges jusque dans les années 1990. Le récit qu'il en a rapporté pour Counterpunch est très diffèrent de l'histoire officielle.

*

par Israël Shamir.

Pendant la saison de la mousson, le Cambodge est verdoyant, frais et paisible. Les rizières sur les pentes basses des collines sont inondées, les forêts qui cachent de vieux temples sont presque infranchissables, la mer agitée dissuade les nageurs. C'est un moment agréable pour visiter à nouveau ce pays modeste : le Cambodge n'est pas bondé et les Cambodgiens ne sont pas avides, mais plutôt paisibles et détendus. Ils pêchent des crevettes et des calamars sur le bord de mer. Ils cultivent du riz, préservé des herbicides, planté, cultivé et récolté manuellement. Ils produisent suffisamment pour eux-mêmes et pour l'exportation aussi - certainement pas un paradis, mais le pays se débrouille.

Le socialisme se démantèle rapidement : les usines chinoises continuent de produire des T-shirts pour le marché européen et américain, employant des dizaines de milliers de jeunes filles cambodgiennes gagnant 80 dollars par mois. Elles sont limogées au premier signe de syndicalisation. Les nouveaux riches vivent dans des palais; il y a beaucoup de voitures Lexus et une Rolls-Royce occasionnelle. D'énormes troncs d'arbres noirs et rouges, durs et précieux sont constamment transportés au port pour l'exportation du bois, détruisant les forêts mais enrichissant les commerçants. Il y a beaucoup de nouveaux restaurateurs français dans la capitale; Les représentants d'ONG gagnent en une minute l'équivalent du salaire mensuel d'un travailleur.

Il ne reste pas grand-chose de la période turbulente où les Cambodgiens ont essayé de changer radicalement l'ordre des choses au cours de leur révolution paysanne conservatrice traditionaliste unique sous la bannière communiste. C'était l'époque glorieuse de Jean Luc Godard et de son film La Chinoise, de la Révolution culturelle en Chine envoyant des moines du parti pour la rééducation dans des fermes isolées, des Khmers rouges marchant sur la capitale corrompue. Le mouvement socialiste avait atteint un point de bifurcation: soit passer à plus de socialisme à la Mao, soit reculer vers moins de socialisme à la manière de Moscou. L'expérience des Khmers rouges n'a duré que trois ans, de 1975 à 1978.

Étonnamment, les Cambodgiens n'ont pas de mauvais souvenirs de cette période. C'est une découverte assez étonnante pour un visiteur peu fréquent. Je ne suis pas venu pour redéfinir «la vérité», quelle qu'elle soit, mais plutôt pour découvrir quelle est la mémoire collective des Cambodgiens, comment perçoivent-ils les événements de la fin du XXe siècle, quel récit est resté au fil du temps. La machinerie narrative omnipotente de l'Occident a ancré dans notre conscience l'image de communautés sanglantes khmeres rouges cannibalisant leur propre peuple sur les champs de la mort et gouvernées par un Pol Pot cauchemardesque, le despote impitoyable par excellence.

Un professeur américain très cité, RJ Rummel, a écrit que « sur une population de 1970 estimée à environ 7 100 000 habitants... près de 3 300 000 hommes, femmes et enfants ont été assassinés... la plupart... ont été assassinés par les Khmers rouges communistes ». Une personne sur deux a été tuée, selon son estimation.

Cependant, la population du Cambodge n'a pas été divisée par deux, mais elle a plus que doublé depuis 1970, malgré de multiples génocides présumés. Apparemment, les génocidaires étaient incompétents, ou leurs réalisations ont été grandement exagérées.

Le Pol Pot dont les Cambodgiens se souviennent n'était pas un tyran, mais un grand patriote et nationaliste, un amoureux de la culture indigène et du mode de vie indigène. Il a été élevé dans les cercles du palais royal; sa tante était une concubine du roi précédent. Il a étudié à Paris, mais au lieu de gagner de l'argent et entamé une carrière, il est rentré chez lui et a passé quelques années parmi les tribus de la forêt pour apprendre des paysans. Il ressentait de la compassion pour les villageois ordinaires qui étaient quotidiennement arnaqués par les citadins, les parasites compradores. Il a construit une armée pour défendre la campagne contre ces voleurs puissants. Pol Pot, un moine aux besoins simples, ne cherchait pas la richesse, la renommée ou le pouvoir pour lui-même. Il avait une grande ambition: mettre fin au capitalisme colonial défaillant au Cambodge, revenir à la tradition villageoise, et à partir de là, construire un nouveau pays à partir de rien.

Sa vision était très différente de celle des Soviétiques. Les Soviétiques ont construit leur industrie en saignant la paysannerie; Pol Pot voulait d'abord reconstruire le village, et seulement après, construire une industrie pour répondre aux besoins des villageois. Il méprisait les citadins; à son avis, ils ne faisaient rien d'utile. Beaucoup d'entre eux étaient liés aux usuriers, une caractéristique distincte du Cambodge postcolonial; d'autres aidaient les entreprises étrangères à dépouiller les gens de leur richesse. Étant fort nationaliste, Pol Pot se méfiait des minorités vietnamienne et chinoise. Mais ce qu'il détestait le plus, c'était la capacité d'acquisition, la cupidité, le désir de posséder des choses. Saint François et Léon Tolstoï l'auraient compris.

Les Cambodgiens à qui j'ai parlé percevaient les terribles histoires de l'Holocauste communiste comme une invention occidentale. Ils m'ont rappelé ce qui s'est passé: leur brève histoire de troubles a commencé en 1970, lorsque les Américains ont chassé leur dirigeant légitime, le prince Sihanouk, et l'ont remplacé par leur dictateur militaire par procuration Lon Nol. Le deuxième prénom de Lon Nol était Corruption, et ses partisans ont volé tout ce qu'ils pouvaient, transféré leurs gains mal acquis à l'étranger, puis ont déménagé aux États-Unis. En plus de cela, il y a eu des bombardements américains. Les paysans ont couru rejoindre la guérilla forestière des Khmers rouges, dirigée par quelques diplômés de la Sorbonne, et ont finalement réussi à expulser Lon Nol et ses partisans américains.

En 1975, Pol Pot a pris le contrôle du pays, dévasté par une campagne de bombardements américains dont la férocité n'avait rien à envier à ceux de Dresde, et l'a sauvé, disent-ils. En effet, les avions américains (vous souvenez-vous de Ride of the Valkyries dans le film Apocalypse Now ?) ont largué plus de bombes sur ce pays pauvre qu'ils n'en avaient balancé sur l'Allemagne nazie, et ont répandu leurs mines partout dans le pays. Si on presse les Cambodgiens de nommer leur grand destructeur (et qu'ils ne veulent pas s'enfouir dans le passé), c'est bien le professeur Henry Kissinger qu'ils citent, pas le camarade Pol Pot.

Pol Pot et ses amis ont hérité d'un pays détruit. Les villages avaient été dépeuplés; des millions de réfugiés s'étaient rassemblés dans la capitale pour échapper aux bombes américaines et aux mines américaines. Indigents et affamés, il fallait les nourrir. Mais à cause de la campagne de bombardement, personne n'a planté de riz en 1974. Pol Pot a ordonné à tout le monde de quitter la ville pour les rizières afin de planter du riz. C'était une étape difficile, mais nécessaire, et en un an, le Cambodge avait eu beaucoup de riz, assez pour nourrir tout le monde et même vendre un surplus pour acheter les produits nécessaires.

Le nouveau Cambodge (ou Kampuchea, comme on l'appelait) sous Pol Pot et ses camarades était un cauchemar pour les privilégiés, pour les riches et pour leurs serviteurs; mais les pauvres avaient assez de nourriture et apprenaient à lire et à écrire. Quant aux tueries de masse, ce ne sont que des histoires d'horreur, ont affirmé mes interlocuteurs cambodgiens. Les paysans victorieux ont sûrement abattu des maraudeurs et des espions, mais beaucoup d'autres sont morts en sautant sur des mines américaines et lors de la prise de contrôle vietnamienne qui a suivi, ont-ils déclaré.

Afin d'écouter l'autre côté, je me suis rendu dans les champs de la mort de Choeung Ek, le mémorial où les victimes présumées ont été tuées et enterrées. C'est un endroit à environ 30 km de Phnom Penh, un parc verdoyant soigné avec un petit musée très visité par les touristes, le Yad va-Shem cambodgien (Yad va-Shem est un monument construit à Jérusalem en mémoire des victimes de l'holocauste). Une plaque indique que les gardes khmers rouges amenaient de 20 à 30 détenus deux ou trois fois par mois et en tuaient beaucoup. Si l'on fait les comptes pour trois ans, cela fait moins de deux mille morts, mais une autre plaque affirme qu'ils ont déterré environ huit mille corps. Cependant, une troisième plaque indique qu'il y a eu plus d'un million de morts. Noam Chomsky a estimé que le nombre de morts au Cambodge aurait pu être gonflé « d'un facteur mille ».

Il n'y a pas de photos des meurtres; au lieu de cela, l'humble musée détient quelques peintures naïves montrant un homme grand et fort tuant un petit homme faible, dans un style plutôt traditionnel. D'autres plaques indiquaient : « Ici, les outils meurtriers ont été conservés, mais il ne reste plus rien » et des inscriptions similaires. Pour moi, cela a rappelé d'autres histoires d'atrocités rouges parrainées par la CIA, que ce soit la Terreur de Staline ou l'Holodomor ukrainien. Les personnes actuellement en charge des États-Unis, de l'Europe et de la Russie veulent présenter toutes les alternatives à leurs gouvernements comme incompétentes ou sanglantes ou les deux. Ils détestent particulièrement les dirigeants incorruptibles, que ce soit Robespierre ou Lénine, Staline ou Mao - et Pol Pot. Ils préfèrent les leaders corrompus et aident à les installer au pouvoir. Les Américains ont une autre bonne raison: les meurtres de Pol Pot servent à cacher leurs propres atrocités, les millions d'Indochinois qu'ils ont brûlés au napalm et mitraillés.

Les Cambodgiens disent que beaucoup plus de personnes ont été tuées par les envahisseurs vietnamiens en 1978; tandis que les Vietnamiens préfèrent faire porter la culpabilité aux Khmers rouges. Mais le gouvernement actuel n'encourage pas cela ni aucune autre étude sur le passé, et pour une bonne raison : pratiquement tous les hauts fonctionnaires de plus d'un certain âge étaient des Khmers rouges, et souvent des dirigeants. De plus, presque tous ont collaboré avec les Vietnamiens. L'actuel Premier ministre, Hun Sen, était un commandant khmer rouge et a soutenu plus tard l'occupation vietnamienne. Lorsque les Vietnamiens sont rentrés chez eux, il est resté au pouvoir.

Le prince Sihanouk, exilé par les Américains, a également soutenu les Khmers rouges. Il est rentré chez lui dans son palais royal soigné et dans son temple d'argent adjacent avec le Bouddha d'émeraude après le départ des Vietnamiens. Il a fini par transférer la couronne à son fils, un moine qui a dû quitter le monastère et assumer le trône. La famille royale n'a donc pas non plus envie de creuser le passé. Personne ne veut en discuter ouvertement; L'histoire officielle des atrocités présumées des Khmers rouges est ancrée dans la conscience occidentale, bien que les tentatives de juger les auteurs aient donné peu de résultats.

Avec le recul, il semble que les Khmers rouges de Pol Pot ont échoué dans leur politique étrangère plutôt que dans leur politique intérieure. C'est bien qu'ils aient supprimé l'argent, dynamité des banques et envoyé des banquiers planter du riz. C'est bien qu'ils aient asséché la grande sangsue suceuse de sang, les compradors des grandes villes et les prêteurs d'argent. Leur échec est qu'ils n'ont pas calculé leur position vis-à-vis du Vietnam et ont tenté de dépasser leur propre poids. Le Vietnam était très puissant - il venait de vaincre les États-Unis - et ne tolérerait aucune absurdité de la part de leurs petits frères à Phnom Penh. Les Vietnamiens prévoyaient de créer une fédération indochinoise comprenant le Laos et le Cambodge sous leur propre direction. Ils ont envahi et renversé les Khmers rouges obstinés qui tenaient trop à leur indépendance. Ils ont également soutenu la légende noire du génocide pour justifier leur propre intervention sanglante.

On parle trop des maux commis sous les régimes futuristes, et trop peu des maux des dirigeants avides. Ce n'est pas souvent que nous nous souvenons de la famine du Bengale, de l'holocauste d'Hiroshima, de la tragédie du Vietnam, ou même de Sabra et Chatila. L'introduction du capitalisme en Russie a tué plus de personnes que l'introduction du socialisme, mais qui sait cela ?

Maintenant, nous pouvons réévaluer prudemment les tentatives courageuses pour atteindre le socialisme dans divers pays. Elles se sont déroulées dans des conditions difficiles et défavorables, sous la menace d'une intervention, face à une propagande hostile. Mais rappelons-nous: si le socialisme a échoué, le capitalisme aussi. Si le communisme était accompagné de pertes en vies humaines, le capitalisme l'était aussi et l'est toujours. Mais avec le capitalisme, nous n'avons pas d'avenir digne d'être vécu, tandis que le socialisme offre encore de l'espoir à nous et à nos enfants.

 Israël Shamir

Israël Shamir est un Israélien de gauche et antisioniste réfugié en Suède. Il a obtenu la nationalité de son pays d'accueil.

source :  counterpunch.org

via  lagazetteducitoyen.over-blog.com

 reseauinternational.net

 Commenter