Accepter cookie ?
30/11/2020 reseauinternational.net  8 min #182312

Les Anglo-Sionistes tentent de provoquer une guerre contre l'Iran

par The Saker.

Il n'y a vraiment rien de particulièrement compliqué dans ce qui vient de se passer : les Anglo-Sionistes ont assassiné un scientifique iranien de haut niveau dans l'espoir que ce meurtre déclenche une guerre. Les Iraniens ont promis des représailles, mais n'ont pris aucune mesure, du moins jusqu'à présent.

Comme il y a ceux qui vont inévitablement conclure que « l'Iran ne peut rien faire », ou que « l'Iran a peur » ou même que « l'Iran devrait frapper Israël », tout ce que je veux faire aujourd'hui c'est mentionner quelques éléments fondamentaux sur la dissuasion et les représailles. Commençons par la dissuasion.

La dissuasion : il y a deux moyens fondamentaux de dissuader un ennemi : le déni et la punition. Le premier cas est infiniment plus souhaitable que le second. Pourquoi ? Le déni signifie simplement que vous pouvez contrecarrer les plans d'attaque de votre ennemi en l'empêchant de réussir. C'est ce que fait un système de défense aérienne : il détruit le missile entrant avant qu'il n'atteigne la cible.

Dans notre cas, une stratégie de déni efficace aurait été exécutée en protégeant efficacement Mohsen Fakhrizadeh et sa famille contre toute attaque. Il est clair que les Iraniens ont échoué dans cette tâche. Franchement, je dois dire que je ne trouve aucune excuse possible à cela : tout le monde savait depuis des années que Mohsen Fakhrizadeh était sur la liste des cibles israéliennes et les autorités iraniennes ont donc eu des années pour se préparer à le défendre efficacement. En vérité, ce n'est pas aussi difficile qu'il n'y paraît. Pourtant, tout ce qu'elles ont apparemment fait, c'est lui fournir deux gardes du corps et ce qui semble être une voiture non blindée. Il est également évident que les agresseurs savaient exactement où sa voiture passerait et quand. Là encore, c'est tout simplement inexcusable. Si les services iraniens de contre-terrorisme et de contre-espionnage sont si négligents, cela signifie que beaucoup d'autres responsables iraniens clés pourraient être tués ensuite. Conclusion : les Iraniens ont prouvé qu'ils ne sont pas capables de déni.

Espérons qu'ils ont maintenant appris leur leçon et que des spécialistes plus compétents et déterminés seront désormais chargés de protéger les personnalités iraniennes clés.

Pire encore, il est fort possible que certains fonctionnaires iraniens aient été recrutés par les Anglo-Sionistes pour aider à l'exécution du plan d'assassinat. Ne jamais dire jamais, mais je suis fermement convaincu que de tels assassinats ne sont pas possibles sans complices locaux. Encore une fois, c'est une question à laquelle les services de sécurité iraniens devront non seulement répondre, mais devront résoudre !

Si les Iraniens ne sont pas capables de déni, alors cela signifie que leur seule option pour dissuader de telles attaques est la punition.

Les Iraniens peuvent-ils punir les États-Unis et/ou Israël ?

Oui, bien sûr, mais seulement au risque de faire exactement ce que les Anglo-Sionistes veulent : donner à l'Empire un prétexte de guerre ou, au moins, d'une frappe non symbolique sur les principales installations iraniennes (et, éventuellement, sur des représentants gouvernementaux).

Le facteur clé à considérer ici est que la puissance globale de l'Iran est encore beaucoup plus faible que la puissance globale de l'Empire anglo-sioniste. Que cela vous plaise ou non, c'est un fait. Même la Russie et la Chine sont globalement plus faibles que l'Empire, donc elles partagent toutes le même problème : comment dissuader un parti plus fort ?

En fait, il y a d'autres options que de répondre immédiatement à l'attaque.

Une option est ce que la CIA appelle « le déni plausible » (l'équivalent russe serait « assurez-vous que personne ne soit au courant ») : vous vous assurez qu'il n'y a aucun moyen de prouver que vous avez pris des mesures. Cela peut se faire par le biais de proxys et/ou d'opérations secrètes.

[Encadré : j'ai lu que les Iraniens ont tué deux des assaillants et en ont capturé un vivant ; si c'est vrai, alors je vous parie que ces terroristes n'étaient ni américains ni israéliens mais locaux, c'est-à-dire des terroristes engagés soit en Iran soit ailleurs au Moyen-Orient. C'est toujours ainsi que la CIA opère, il suffit de se rappeler comment la CIA s'est engagée dans une campagne d'attentats à la voiture piégée au Liban dans laquelle des agents locaux de la CIA ont été utilisés pour poser les bombes. De la manière typique de la CIA, ces attaques ont fait 83 morts et des centaines de blessés, mais ont manqué la cible prévue : Cheikh Mohammed Hussein Fadlallah].

Une autre option est ce que l'on pourrait appeler une « riposte par mille coups » - c'est ce que les Iraniens font aux États-Unis en Irak : les forces pro-iraniennes attaquent régulièrement les forces et les positions américaines, mais toujours en dessous du seuil à partir duquel les États-Unis doivent prendre des mesures publiques importantes. Cette approche peut se résumer ainsi : « Vous ne déclencherez certainement pas une guerre de grande envergure juste pour un incident relativement mineur ? ». Si les « incidents » restent suffisamment « mineurs », votre ennemi sera frustré et incapable d'articuler une réponse adéquate, surtout dans le temps.

Parlons du moment à présent. On dit que « la vengeance est un plat qui se mange froid ». C'est vrai ! Lorsque les Anglo-Sionistes exécutent une opération secrète à haut risque, ils essaient généralement de mettre leurs forces dans un état de préparation plus élevé en cas de frappe de représailles ouverte. Mais voilà le problème : aucune force ou installation ne peut rester éternellement en état de préparation maximale. C'est trop coûteux, trop compliqué, trop perturbant pour les opérations normales et, finalement, une forme de lassitude s'installe. Mieux encore, l'attaquant primitif conclura tôt ou tard que « nous avons esquivé cette balle » ou « qu'ils n'ont pas osé nous attaquer », poussera un soupir de soulagement et reprendra ses activités normales.

Ensuite, vient le lieu/la localisation : si vous êtes le plus faible mais que vous souhaitez exercer des représailles, non seulement il est préférable de laisser passer du temps et le faire après que votre adversaire ait baissé sa garde, mais vous pouvez aussi choisir de riposter très loin de l'endroit où vous avez vous-même été attaqué. Dans notre cas, cela signifie que puisque les Anglo-Sionistes ont effectivement commis leur acte terroriste au vu et au su de tous, vous n'avez pas besoin de faire la même chose. Frappez-les quelque part aussi loin que possible de leur propre territoire national. La bonne nouvelle, c'est que l'empire anglo-sioniste a une empreinte planétaire. Et, mieux encore, l'Empire est en réalité déjà mort et incapable de maintenir un état de préparation élevé dans le monde entier. Pour dire les choses simplement, il y a beaucoup de cibles très faciles, il est assez facile d'en choisir une.

Gardez à l'esprit que vous n'avez pas à exercer de représailles en nature. S'ils tuent l'un de vos scientifiques, cela ne signifie pas du tout que vous devez tuer l'un des leurs : il existe de nombreuses possibilités de représailles qui ne nécessitent pas du tout de tuer quelqu'un : vous pouvez exercer des représailles économiques, politiques et vous pouvez également choisir de vous venger contre n'importe quelle colonie américaine ou israélienne (il y en a encore beaucoup). Comment ?

Par exemple, les Iraniens pourraient se venger contre tout soi-disant « allié » des États-Unis ou d'Israël au Moyen-Orient et même ailleurs. N'oubliez pas que l'énorme empreinte de l'Empire rend cette action indéfendable et que le chaos politique actuel aux États-Unis pourrait être exactement ce dont certains de ces soi-disant « alliés » ont besoin pour essayer de se soustraire au contrôle des États-Unis/Israël.

En vérité, l'Iran a une multitude d'options !

Oui, l'Iran n'exécutera probablement pas une action immédiate et publique de représailles similaire à celle qui a suivi le meurtre du Général Soleimani. Pourquoi ? Parce qu'ils n'ont pas besoin de le faire ! Le but principal de la contre-attaque iranienne était de montrer au monde, et en particulier aux décideurs américains, que la posture des États-Unis au Moyen-Orient les rend extrêmement vulnérables aux tirs de missiles iraniens. Ils n'ont pas besoin de recommencer. En fait, si la logique ou la contre-attaque iranienne était de montrer qu'il y aurait un prix à payer pour les États-Unis et Israël en cas d'attaque à grande échelle, il serait complètement illogique et contre-productif de faire maintenant exactement ce qui pourrait déclencher une telle attaque.

Je pense que nous pouvons être absolument sûrs que l'Iran ripostera pour les meurtres de Soleimani et de Fakhrizadeh, mais je pense que cette riposte sera « servie froide » et, probablement, de manière asymétrique. Cela n'a rien à voir avec les « peurs » ou les « faiblesses » des Iraniens et tout à voir avec le fait que les Iraniens sont de superbes stratèges.

PS : ceux qui s'intéressent aux opérations secrètes iraniennes pourraient se pencher sur la PanAm 103 et sur la façon dont les Iraniens ont utilisé les exilés irakiens pour détourner l'attaque anglo-sioniste prévue sur l'Iran vers leur ennemi mortel d'à côté : L'Irak de Saddam Hussein. Je n'ai tout simplement pas le temps d'écrire sur ces sujets maintenant, mais suivez les pistes et vous pourrez découvrir par vous-même ce qui s'est réellement passé.

source :  thesaker.is

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter