Accepter cookie ?
30/11/2020 europalestine.com  6 min #182337

Raids de nuits de l'armée israélienne au domicile des Palestiniens : le rapport de 3 Ong israéliennes

 30 novembre 2020

L'armée d'occupation pénètre dans les foyers palestiniens plus de 250 fois par mois, révèle un rapport de trois groupes israéliens de défense des droits de l'homme, qui détaille le traumatisme des familles alors que les soldats effectuent des raids de nuit chez elles, dans les territoires occupés.

Ce rapport comprend des témoignages de soldats, de médecins et de familles palestiniennes. Il décrit la manière dont les soldats israéliens fouillent des maisons palestiniennes, les mettent sens dessus-dessous, procèdent à des arrestations, et font du repérage pour utiliser les toits comme les postes d'observation.

Les conséquences d'un raid au camp de réfugiés de Balata à Naplouse

Fruit de deux années de recherche menées par les groupes Breaking the Silence, Yesh Din et Physicians for Human Rights Israel, le rapport montre le grave impact psychologique sur les individus, les familles et la société palestinienne des raids, dont le caractère arbitraire, a surtout pour but d'intimider les Palestiniens, en violation du droit international.

«En l'absence d'obligation, en vertu du droit militaire, d'obtenir des mandats judiciaires approuvant l'intrusion dans le domaine privé, les soldats ne présentent aux membres de la famille aucun mandat ou autre document expliquant pourquoi ils envahissent le maison ou qui a approuvé l'invasion », souligne le rapport.

Avner Gvaryahu, directeur exécutif de Breaking the Silence, qui a lui-même mené des invasions de domicile alors qu'il était sergent dans une unité de tireurs d'élite, a décrit le rapport comme exposant une partie de l'occupation la plus cachée à la vue du grand public.

«Tout comme les points de contrôle et la barrière de séparation, cela fait partie de l'ADN de l'occupation. Pour les soldats comme moi, cela se terminait lorsque nous retournions à la jeep,puis au au camp pour dormir. Mais pour les Palestiniens, c'est un traumatisme à long terme. Cela signifie que vous ne pouvez pas vous sentir en sécurité dans votre propre maison ou dans votre lit. Pour moi, le dernier souvenir est celui des regards perçants de peur et de haine.«

L'occupation israélienne des territoires palestiniens a suivi la guerre des Six jours en 1967. Alors que les accords de paix d'Oslo signés entre Palestiniens et Israéliens étaient censés annoncer la fin de l'occupation, les colonies juives - considérées comme illégales par la majeure partie de la communauté internationale - ont continué à construire sur des terres revendiquées par les Palestiniens pour un futur État, tandis que l'armée israélienne continue de mener des opérations à la fois dans des zones apparemment sous contrôle palestinien total et dans des zones toujours sous administration israélienne.

Parmi les quelque 40 soldats israéliens qui ont témoigné pour le rapport, un certain nombre ont décrit une formation rudimentaire et aussi souvent un manque de compétences linguistiques pour interagir avec les familles palestiniennes qu'ils ont rencontrées.

Fadel Tamimi, imam de 59 ans dans une mosquée de Nabi Saleh en Cisjordanie, dit qu'il a perdu le compte du nombre de fois où des soldats sont entrés chez lui, suggérant qu'il pourrait y en avoir plus de 20.

Fadel Tamimi, Photographie: Quique Kierszenbaum / The Observer

« Leur objectif est de faire peur à tout le monde. De montrer qui commande. Ils ne disent jamais pourquoi ni ne montrent un ordre ou un morceau de papier », a-t-il déclaré à l'Observer la semaine dernière. «À une occasion, je me souviens que j'étais allé à la mosquée pour les premières prières matinales. Quand je suis revenu, les soldats étaient chez moi. Ils avaient mis toute ma famille dans la cuisine. Quand je suis entré dans ma chambre, j'ai trouvé trois soldats posés sur le lit. Vous sentez que votre vie privée est envahie.Le but est de contrôler et d'humilier. »

«Ce qui me vient à l'esprit», déclare le Dr Jumana Milhem, psychologue qui travaille avec Physicians for Human Rights Israel, «c'est que le processus implique la déshumanisation de toute une société. [Son] but est de briser leur esprit humain.

«Les gens signalent du stress des semaines après ces événements. « Il existe plusieurs facteurs de risque de TSPT [trouble de stress post-traumatique] que nous observons dans des pourcentages élevés dans la société palestinienne en général. Il ne s'agit pas ici d'un seul traumatisme mais d'une facette du traumatisme continu de l'occupation. Le sentiment d'être emprisonné dans son propre pays. Ce sentiment d'être constamment exposé. «

Deux soldats impliqués dans les raids ont parlé de leurs expériences, comme un tournant pour eux, notamment dans la façon dont ils se considéraient comme des «bons» ou «mauvais » soldats et individus.

Pour «M», une femme qui n'a été impliquée qu'une seule fois dans une invasion de maison après s'être portée volontaire pour participer à un raid en tant que soldate non combattant, la perspective semblait d'abord excitante. « Mais j'ai gardé cette image de cet autre soldat qui avait une petite mitrailleuse. Il le tient devant ce mignon petit garçon de trois ans. Il a un masque facial et il retire le masque, et sourit au garçon. Et là j'ai compris : peu importe à quel point ce soldat était « gentil ». Ce qui compte, c'est que vous soyez dans une maison à trois heures du matin. Nous ne pouvons pas être là sans détruire leurs vies et créer la terreur qui nous reviendra plus tard. »

Des soldats israéliens se déploient près d'une maison palestinienne lors d'un raid visant à trouver un militant du Hamas dans le village de Surif, au nord de la ville d'Hébron

Pour Ariel Bernstein, 29 ans, qui a servi dans une unité d'infanterie d'élite, le Sayeret Nahal, son inquiétude a commencé au cours de la période de 2014 lorsque l'armée israélienne a inondé la Cisjordanie de soldats à la recherche de trois adolescents enlevés et assassinés par le Hamas.

«On nous a montré une image aérienne avec chaque maison numérotée. On nous a dit de choisir quatre maisons au hasard pour entrer et «retourner», ce qui signifie tout retourner pour tout ce qui est suspect. J'ai trouvé étrange de faire le choix. «La deuxième maison dans laquelle nous sommes entrés était une grande et élégante maison. J'ai décidé de rester avec la famille. Ni moi ni aucun des soldats ne parlait arabe, donc la communication était très limitée. La famille répétait sans cesse la même chose en arabe. Et je suis frustré et je leur dis de se taire. Et ils me supplient de plus en plus dramatiquement et puis, soudain, le vieil homme de la maison a une crise et il tremble par terre, mousse, et la famille pleure de manière hystérique. Je réalise qu'ils ont dû parler de son médicament. »

«Il y a toujours une raison de sécurité officielle de faire ce genre de choses pour protéger les vies israéliennes. Mais en pratique, cela signifie contrôler les civils [palestiniens].»

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source :  theguardian.com

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter