02/12/2020 mondialisation.ca  4 min #182407

Brics: coopération médiatique d'un monde multipolaire

Par  Mikhail Gamandiy-Egorov

Le cinquième Forum des médias des BRICS a eu le mérite de remettre à l'ordre du jour une orientation fort importante d'interaction entre les puissances composant le groupe - celle d'une coopération accrue dans le secteur médiatique. Le tout à une période cruciale des défis géopolitiques, géoéconomiques, sécuritaires et sanitaires.

La cinquième réunion du présidium du Forum des médias des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a été tenue lundi par visioconférence. Les participants se sont engagés à unir leurs efforts pour  améliorer le mécanisme du forum et intensifier les échanges et la coopération entre les médias des BRICS dans l'ère post-Covid-19.

Le président et rédacteur en chef de l'agence de presse gouvernementale chinoise Xinhua, He Ping, par ailleurs président exécutif du Forum des médias des BRICS, a noté que «dans le contexte de changements importants jamais vus depuis un siècle, les médias des BRICS devraient saisir la tendance de l'histoire et agir en tant que facilitateurs pour un développement pacifique».

Il a également exhorté les médias des pays BRICS à connaitre la tendance générale du développement mondial afin d'être des narrateurs de l'histoire des BRICS, à suivre les tendances de l'évolution des médias pour être des leaders du développement novateur, et à mettre pleinement en valeur les avantages de la collaboration des nations BRICS en vue d'être ceux qui poursuivent la coopération pragmatique.

Pour Trust Matsilele, professeur de journalisme à l'Université de technologie de la péninsule du Cap en Afrique du Sud, cité par l'agence Xinhua, les médias des BRICS doivent également  contribuer à promouvoir les échanges culturels entre les pays membres de l'organisation. Toujours selon cet expert, «les médias jouent un rôle dans la mise en avant auprès du public de l'unicité culturelle des pays des BRICS» et que la promotion des échanges culturels entre les pays membres contribuent également à renforcer davantage les relations économico-commerciales.

En termes de perspectives, si le concept de la coopération sur les plans médiatique et informationnel au sein des BRICS est loin d'être nouveau, désormais l'heure est vraisemblablement au renforcement des actions conjointes. Et ce pour plusieurs raisons. Parmi elles on retrouve évidemment la nécessité de la poursuite du renforcement de l'interaction intra-BRICS, dans le cadre de projets aussi bien bilatéraux que multilatéraux. Pour autant, il ne faut pas oublier également la nécessité d'assurer une réponse médiatique forte et coordonnée aux attaques informationnelles qui continuent de viser aussi bien les pays BRICS - que toutes les nations partisanes de la multipolarité. Notamment de la part du mainstream médiatique occidental.

En effet, que ce soit du côté de nombre de médias occidentaux anglophones, comme francophones, la tendance ne change pas. Il suffit d'ailleurs pour cela d'observer nombre de reportages réalisés par les représentants du mainstream, ne serait-ce que sur l'exemple de sujets liés à la Chine, la Russie, l'Afrique du Sud ou l'Inde, visant à donner une image si souvent déformée sur la réalité des pays concernés. Mais plus que cela - à nuire aux intérêts géopolitiques, géoéconomiques et sécuritaires des dites nations.

Il n'empêche que la donne a changé. D'ailleurs, nombre de journalistes et d'analystes de grands médias régionaux, continentaux et internationaux, l'affirment avec certitude. Pour les panélistes de la grande chaine panafricaine Afrique Média TV - il est aujourd'hui devenu clair que la peur a changé de camp. Et c'est assez logique.

Si l'Occident médiatique pouvait longtemps effectivement se vanter de dominer l'espace informationnel international, désormais plusieurs des médias internationaux dits «alternatifs» dépassent en popularité et appréciation leurs concurrents occidentaux. Et ce aussi bien en Eurasie, Afrique ou en Amérique latine.

Et plus que cela encore, si les attaques informationnelles de l'Occident, bien souvent avec le soutien de ses élites politiques, ne baissent aucunement en intensité, il s'agit effectivement aujourd'hui de la peur pure et simple de voir les partisans de la réalité multipolaire mondiale s'unir et renforcer l'interaction conjointe. D'autant plus que pour ces derniers - tous ensemble il s'agit ni plus ni moins - d'une majorité évidente du globe terrestre. Si l'alliance des puissances non-occidentales est devenue évidente sur la scène géopolitique internationale, l'alliance médiatico-informationnelle constitue également et sans le moindre doute une source d'inquiétude majeure pour les nostalgiques de l'unipolarité révolue.

Mikhail Gamandiy-Egorov

La source originale de cet article est  Observateur Continental
Copyright ©  Mikhail Gamandiy-Egorov,  Observateur Continental, 2020

 mondialisation.ca

 Commenter