Accepter cookie ?
04/12/2020 investigaction.net  9 min #182495

Les assassins et l'Iran

04 Déc 2020

Article de :  Patrick Lawrence

Spécialiste du nucléaire, le scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh a été assassiné à Téhéran le 27 novembre. L'implication d'Israël est largement convenue. Mais Patrick Lawrence pointe aussi la responsabilité des États-Unis. Si certains estiment que l'équipe Trump a voulu abattre une dernière carte avant de passer la main, l'ancien grand reporter de l'International Herald Tribune estime pour sa part que cet assassinat pourrait aussi arranger l'équipe Biden.

J'étais au téléphone avec un ami à Téhéran dimanche et je me suis retrouvé à lui parler d'une carte de Noël que j'avais gardé clouée à la porte du garde-manger d'une ferme dans laquelle je vivais il y a de nombreuses années. «Joyeux Noël, et je suis désolé...», pouvait-on lire sur le devant. Et à l'intérieur: « Je suis désolé que mon pays ait bombardé votre pays. »

Soroosh, et nous resterons avec les prénoms, a ri comme je savais qu'il le ferait. «La blague s'étend aux assassinats maintenant», dit-il sur un ton à la fois de bonne humeur et de tristesse. La blague est amère et cela fait longtemps qu'elle s'étend aux assassinats, comme le sait quiconque possédant un livre un tant soit peu solide sur l'histoire de l'après-guerre.

En tant qu'Américain, dois-je des excuses à Soroosh ainsi qu'à 82 millions d'autres Iraniens? Les États-Unis ont-ils assassiné le Dr Mohsen Fakhrizadeh, le scientifique nucléaire iranien le plus accompli, vendredi dernier?

Mes réponses, dans l'ordre: Oui, et j'ai eu le privilège d'avoir l'occasion d'en offrir une. Et oui: l'apartheid d'Israël s'est mouillé pour faire le job, comme on dit, mais ce n'est pas le moment de tourner autour du pot. Les États-Unis sont responsables de l'assassinat d'un haut responsable de la communauté scientifique de la République islamique. Je fais cette affirmation ayant toute confiance en sa vérité.

Notre presse grand public nous a offert ces derniers jours de sérieuses rumeurs sur le rôle direct d'Israël dans le meurtre de Fakhrizadeh. Il y a maintenant un consensus sur ce point, y compris au sein de notre aimable «communauté du renseignement». Mais ces généreuses parts de postulat - «ça avait toutes les caractéristiques d'une opération minutée avec précision du Mossad», nous a dit dimanche le New York Times - ne sont guère plus qu'une distraction inutile qui (1) nous amène à la réalité de la sauvagerie gratuite d'Israël et (2) laisse entendre que les États-Unis n'ont rien à voir avec cela.

L'interprète vedette de ce récit n'est autre que John Brennan, l'ancien directeur de la CIA, architecte en chef de la psy op du Russiagate et - je le dis avec certitude - parmi les menteurs les plus audacieux que j'ai connus dans ma vie. «C'était un acte criminel et très imprudent», a tweeté Brennan ce week-end. «Cela risque de provoquer des représailles mortelles et une nouvelle vague de conflits régionaux. Les dirigeants iraniens auraient intérêt à attendre le retour d'un leadership américain responsable sur la scène mondiale et à résister à l'envie de répondre aux coupables présumés. »

Que dit le vieux fantôme ici? Assez pour que Brennan pointe du doigt les Israéliens sans les nommer. Mais tout ira bien avec «le retour d'un leadership américain responsable?» Il me semble que Brennan accuse implicitement le régime Trump de complicité tout en préservant le mythe de l'innocence américaine pour l'arrivée du nouveau régime Biden.

Le contexte plus large

Soyons clairs. Il ne s'agit pas de savoir qui a appuyé sur la gâchette sur un boulevard à l'extérieur de Téhéran vendredi dernier. Les États-Unis ont-ils commandé le peloton d'exécution de Patrice Lumumba dans la jungle katangaise en 1961? Ont-ils conduit Salvador Allende au suicide (s'il s'agissait d'un suicide) à Santiago en 1973? Non et non. Ont-ils porté la responsabilité de ces morts? Oui et oui.

Plus récemment, Susan Rice, agissant alors en tant que conseillère à la sécurité nationale de Barack Obama, a-t-elle condamné à mort Mohammad Morsi, élu par le peuple, il y a sept ans? Non. A-t-elle, dans un appel téléphonique sans ambiguïté accablant, autorisé le coup d'État de 2013 en Égypte qui a conduit à la mort de Morsi? Encore une fois, oui.

Dans tous ces cas et plus particulièrement dans ce dernier, il s'agit simplement de voir les événements dans leur contexte plus large - ce que nous devons faire par nous-mêmes, car notre gouvernement et notre presse sont entièrement dévoués à empêcher une telle chose dans toute la mesure possible. Et dans ce contexte plus large, il n'est guère difficile de reconnaître la culpabilité de Washington dans un nouveau meurtre.

D'après les preuves disponibles, Israël assassine régulièrement des scientifiques iraniens depuis une décennie ou plus. Dans une chronique bien outrée publiée ce week-end dans Haaretz, Gideon Levy en compte une dizaine. Cela reflète ce que nous pouvons utilement considérer comme le culte de l'assassinat d'Israël. «À côté des systèmes d'irrigation goutte à goutte et des tomates cerises», écrit Levy d'une plume perçante, «il y a peu de domaines dans lesquels Israël est plus fier que ce qu'il appelle des «meurtres ciblés », qui sont en fait des actes de meurtre commis par l'État.»

Culture de violence

Cette culture de la violence contre les autres - Levy compte 70 assassinats de Palestiniens depuis 2000 - est une longue et terrible histoire. À mon avis, même l'esprit le plus diabolique ne pouvait pas évoquer un mémorial aussi pervers aux 6 millions. Cette culture a-t-elle pris racine sans le feu vert étasunien? Compte tenu de la nature (effroyable) de la relation américano-israélienne, il est tout simplement impossible d'en douter.

Depuis la guerre de 1967, Washington a passé un long appel téléphonique, du genre à la Susan Rice, autorisant implicitement ou explicitement l'anarchie de l'apartheid israélien. Les Israéliens sont nos officiers militaires chiliens au Moyen-Orient. Bibi Netanyahu est l'équivalent structurel de Mobutu Sese Seko, un punk corrompu avec un excès temporaire de pouvoir.

L'influence injustifiée d'Israël dans la politique US, au Capitole et ailleurs, est importante. Mais dans la mode «deal's a deal», Israël est un avant-poste fidèle et très important de l'empire, et cela ne doit pas être oublié. Il obtient le même laissez-passer que n'importe quelle dictature sanglante pour ses excès. D'où les systèmes de missiles, les vaisseaux de combat, les F - 16 et F - 35, et tout le reste.

Oui, Israël franchit parfois les bornes du point de vue étasunien, notamment pendant les longues années du mandat de Premier ministre de Netanyahu. Mais comme tous les gens attentifs l'ont compris depuis longtemps, tout ce qu'Israël fait sera finalement considéré comme une infraction mineure dans l'ordre général des choses et cela sera finalement accepté par les cliques politiques à Washington. Joe «Il n'est pas nécessaire d'être juif pour être sioniste» Biden n'est pas étranger à ce genre de choses.

Un aperçu de l'affaire

Les grandes lignes de l'affaire Fakhrizadeh nous sont accessibles et ne sont pas si difficiles à lire. De ce que nous savons, cela ressemble à un cas d'approbation explicite du régime Trump, sinon d'encouragement. Mais la pensée de Brennan que Biden et son peuple débarqueront sur de grands chevaux blancs est strictement réservée aux naïfs.

Mike Pompeo, qui a inlassablement passé toutes ces journées, du matin au soir, à provoquer un conflit ouvert avec l'Iran, quand il ne fait pas la même chose avec la Chine, a effectué une dernière visite à Netanyahu le 19 novembre, huit jours avant l'assassinat de Fakhrizadeh. Le Premier ministre israélien a ensuite décrit la rencontre avec notre secrétaire d'État comme «intime et productive».

C'était un jeudi. Al Jazeera a par la suite rapporté que Netanyahu s'était secrètement envolé pour l'Arabie saoudite le dimanche suivant pour une réunion avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et Pompeo. « Un membre du cabinet de Netanyahu et du Likud a confirmé lundi des informations selon lesquelles le dirigeant israélien avait tenu une réunion en Arabie saoudite, la qualifiant de » réalisation incroyable « «, a rapporté Al Jazz.

Le tableau nous offre trois espèces de mollusques ennemis de l'Iran réunis dans la même pièce, dont deux se retrouvaient pour la deuxième fois en quatre jours. Il est possible que le complot d'assassinat, un complot aux conséquences géopolitiques évidentes, n'ait jamais été évoqué. Nous ne le savons pas, tout comme nous ne savons pas si cette partie de la lune non faite de roches est bien faite de fromage. Ce que nous savons, c'est que Fakhrizadeh était mort cinq jours après cette réunion saoudienne.

Ma lecture: Pompeo joue ses dernières cartes avant de nettoyer son casier à Foggy Bottom. N'ayant pas réussi à lancer sa guerre biblique avec l'Iran, le mieux qu'il pouvait faire était de laisser un gâchis pour le «leadership américain responsable» sur le point de prendre le pouvoir à Washington. Ni Bibi ni MbS, qui jouent maintenant avec l'idée de normaliser leurs relations, n'ont besoin d'être convaincus pour faire des dégâts à l'Iran.

Nous lisons maintenant que le meurtre de Fakhrizadeh a peut-être fatalement saboté les projets du président élu Biden de restaurer l'accord US de 2015 sur le nucléaire iranien, accord que le président Donald Trump avait abandonné un an après son mandat. Comment ça marche? Si Biden et ses nouveaux conseillers - Antony Blinken aux affaires étrangères, Jake Sullivan à la sécurité nationale - sont sérieux au sujet de la diplomatie avec Téhéran, le moment est venu de faire tout son possible, n'est-ce pas? Messieurs, montez sur ces chevaux blancs.

Dans le même article évoquant étrangement que des dommages viennent d'être infligés aux aspirations diplomatiques de Biden, Sullivan est cité. Il indique que les États-Unis reviendront à l'accord «si l'Iran revient au respect, pour ses obligations qu'il a violées, et est prêt à faire avancer les négociations de bonne foi sur ces accords de suivi. »

Les «accords de suivi» semblent être ceux sur lesquels Trump et Pompeo ont insisté - pas de systèmes de défense antimissile, pas d'efforts pour sécuriser le voisinage, ces derniers étant qualifiés à tort «d'actes de terreur». Permettez-moi de clarifier les choses: nous sommes ici pour corriger les erreurs du régime Trump, et nous proposons de le faire en les acceptant?

Ces gens ne sont tout simplement pas sérieux.

Ma conclusion provisoire: Biden, Blinken et Sullivan ne voient pas comment réengager l'accord de 2015 parce que Biden est inexcusablement proche d'Israël et qu'Israël a exprimé son opposition à cet accord dans les termes les plus clairs. Pour le moment, il semble qu'ils se couvriront derrière le meurtre de Fakhrizadeh tout en se faufilant par la porte latérale: Oh! zut, nous voulions parler à Téhéran, mais les événements nous en ont empêchés.

Pouvons-nous marquer cela comme l'échec numéro 1 en matière de politique de notre «leadership américain responsable»? Ce ne sera sans doute que le début d'une longue liste.

Source originale:  Consortium News

Traduit de l'anglais par Investig'Action

 investigaction.net

 Commenter