Accepter cookie ?
09/12/2020 reseauinternational.net  7 min #182695

L'Iran liquide le chef du Mossad à Tel-Aviv

Iran

Veterans Today (VT) : « Il y a deux jours, VT a publié une histoire exclusive basée sur les nouvelles que nous avons reçues de Tel-Aviv. Il y a quelques mois, VT était le seul média à rapporter le bombardement nucléaire de Beyrouth jusqu'à ce que l'histoire de VT soit confirmée par le président Donald Trump ».  Vidéo

Now Israel, even if it responds, even if it swallows, the" war " has gone into the OPEN... And in this scenario, they have no chance

Mossad'in üst düzey yöneticisi 45 yaşindaki Fahmi Hinawi, Tel Aviv şehir merkezinde kimligi belirsiz kişiler tarafindan aracina açilan ateş sonucu öldürüldü.

VT : « Confirmé, Fahmi Hinavi, chef opérationnel du Mossad israélien, a été tué par une équipe iranienne à l'intérieur de Tel-Aviv dans la nuit de jeudi. Hinavi serait à l'origine de l'assassinat d'un scientifique nucléaire iranien il y a quelques semaines ».

Nos sources affirment que des équipes d'agents du renseignement iraniens sont entrées en Israël sous de fausses identités il y a plus d'une semaine. Ils avaient depuis longtemps établi des maisons sûres à l'intérieur d'Israël.

A senior #Mossad commander, known with his Arab name, Fahmi Hinavi is reported to have been shot dead in Tel Aviv on December 5, 2020, apparently in retaliation to the killing of Iranian scientist Mohsen Fakhrzadeh assassination. Israeli has not yet officially confirmed it.

Un commandant supérieur du Mossad, connu sous son nom arabe, Fahmi Hinavi,

aurait été abattu à Tel-Aviv le 5 décembre 2020, apparemment en représailles à l'assassinat

du scientifique iranien Mohsen Fakhrzadeh. Israël ne l'a pas encore officiellement confirmé.

Leur tâche était de tuer le chef opérationnel du Mossad, Fahmi Hinawi, qui avait planifié le meurtre du scientifique iranien Mohsen Fakhrizadeh à Téhéran.

Nos rapports ont confirmé que Hinawi avait été touché par des balles et qu'il y avait peut-être eu d'autres attaques également. Une confirmation est venue d'Arab News, de Sputnik News en Russie et des médias iraniens.

VT : « Confirmé, Fahmi Hinavi, chef opérationnel du Mossad israélien, a été tué par une équipe iranienne à Tel Aviv jeudi soir ».

On pense que Hinavi est la force derrière l'assassinat d'un scientifique nucléaire iranien il y a quelques semaines. C'est le seul meurtre dont nous ayons eu connaissance, mais on soupçonne que d'autres ont également été tués en Israël, totalement censurés par la presse occidentale.

Dans la soirée du jeudi 3 décembre, un Israélien de 45 ans du nom de Fahmi Hinavi a été abattu alors qu'il voyageait dans sa voiture, au sud-est de Tel Aviv : 15 balles auraient été tirées par des assaillants qui se sont alors évaporés le plus facilement dans la nature, sans laisser aucune trace : pour une entité dont les services secrets affirment, à la suite de l'attentat terroriste du 27 novembre et de l'assassinat ciblé du physicien nucléaire du dirigeant iranien Fakhrizadeh, fait de l'Iran un « terrain de jeu », et dont le chef, Yossi Cohen va jusqu'à suggérer que « c'est loin d'être le dernier », c'est plutôt borderline.

 Signature of Iran Retaliation - Assassination of Israeli Mossad Chief

C'est d'autant plus limité que pendant 48 heures, aucun média israélien n'a osé en parler de peur que les colons sionistes, paniqués déjà à l'idée de devoir payer le prix du sang de l'Iranien, commencent à faire le lien entre cette liquidation et deux autres affaires de liquidation similaires produites ces derniers jours chez X et Y et penser que la « Résistance » leur est bien plus proche que ne le suggèrent les coups. bluff de Cohen et Cie...

Mais vendredi soir, les choses ont commencé à déraper et les réseaux sociaux ont diffusé des images d'une fusillade qui aurait tout pour ressembler à « une réponse » : les assaillants se seraient approchés du véhicule de l'officier Hinavi alors qu'il s'était arrêté à un feu rouge avant de décharger leur mitrailleuse puis de partir. Les médias ont tenté de faire passer « l'individu » par un quidam, victime d'une querelle de famille mais la présence des forces du Mossad et des services de sécurité avant même l'arrivée des policiers sur les lieux ne laissait aucun doute.

La grande question : la liquidation de Hinavi a-t-elle un lien avec le lâche assassinat de Fakhrizadeh, sept jours plutôt alors que ce dernier se déplaçait en voiture non loin de la capitale iranienne Téhéran ? Possible et le coup serait beaucoup plus net : si le Mossad mettait 20 ans à avoir Fakhrizadeh et ce, non pas avec l'aide d'un commando composé de 12 assassins comme le suggère la presse du Golf dans leur excès d'enthousiasme, mais par une « télécommande-mitrailleuse contrôlée », Hinavi a lui-même été liquidé en pleine rue, par « plusieurs assaillants » qui « l'ont fait le plus simplement du monde ». Cela étant, il y a quelque chose de louche à ce sujet !

Depuis l'assassinat du scientifique iranien chevronné, des rapports font état d'un véritable tremblement de terre au sein de l'appareil de renseignement et des forces armées israéliennes qui accusent le couple Netanyahu-Cohen d'avoir agi contre l'Iran sans les avertir : on dit même que le ministre de la Guerre Gantz, dont le chef d'état-major répète à quiconque veut l'entendre qu'Israël est prêt pour tous les scénarios de guerre iraniens, refuse d'assumer « militairement » les conséquences de « l'acte de Netanyahou » car Israël serait « ruiné » au « premier tir de missile iranien » ou de ses «mandataires » ! Signe des tensions existantes, vendredi 4 décembre, et même s'il se vantait jusqu'à présent d'avoir désigné le nom de Fakhrizadeh comme cible à tirer en 2018 et a finalement réussi à l'obtenir, Netanyahou est apparu sur l'écran de l'American Hudson Institute pour blâmer l'Iran d'accuser Israël de tout événement qui se produirait. Visiblement gêné d'avoir été interrogé sur le meurtre du 27 novembre, il a lancé : « les Iraniens nous accusent de tout ce qui est vrai ou faux ».

En bref, depuis la semaine dernière, Israël est dans le pétrin et la tentation est grande de quelque manière que ce soit, y compris l'automutilation, de « soulager la pression ». L'automutilation serait la bienvenue. De plus, une réponse iranienne irait bien au-delà des cas Hinavi. Jeudi, une alerte générale a été levée au réacteur nucléaire de Dimona dans le Néguev, le régime de Tel Aviv ayant mis en garde ses « anciens et nouveaux employés » contre « le danger » qui les attend désormais au détour de chaque rue, chaque ruelle ou même quand ils étaient chez eux... Ainsi, la réponse promise par l'Iran vient paradoxalement se greffer à celle du Hezbollah pour le meurtre de « Kamel Mohsen » pour élargir ainsi le « cercle de l'angoisse » des soldats sionistes aux « chercheurs », « universitaires », « Think Tankers »,... Israël, Nasrallah a déjà promis la balle de ses tireurs d'élite à l'armée israélienne, l'Iran ayant juré que sa « réponse » sera « douloureuse et précise ».

Et l'Iran frappera Israël...

Fakhri Zadeh lâchement assassinée : Le faux pas de trop

Signe de l'enfer qu'a connu l'entité sioniste, Israël Hayom a lancé jeudi une attaque contre les unités de cyberguerre de l'armée, cible samedi, quelques heures après l'assassinat de Fakhrizadeh, des super hackers de BlackShadow : « ce sont des gens qui nous réclament des bitcoins en menaçant de publier les données de milliers de clients des compagnies d'assurance, dont des officiers, des fonctionnaires, des militaires, des universitaires... des Israéliens. Une première rançon atteint un million de dollars.... mais on a l'impression qu'il ne s'agit que d'un leurre et que cette réapparition intermittente de BlackSadow a quelque chose à voir avec l'Iran... »

En août 2020, l'armée sioniste, en état d'alerte sur le front nord et attendant que le Hezbollah fasse feu, s'est livrée à une manœuvre ridicule en envoyant ses unités chasser les fantômes et en prétendant avoir neutralisé une opération de commando israélien. À l'époque, toutes les sources de renseignement se moquaient d'un Israël qui, bien conscient de ses failles militaires et de renseignement, menait des « faux drapeaux » de mauvaise qualité puisqu'une opération de « faux drapeau » était en principe destinée à donner au plus fort le prétexte d'attaquer le plus faible... Mais là encore, le régime sioniste entend inverser les principes... maladroitement. Fakhrizadeh vaut plus que mille mille Hinavi... il vaut tout Israël et plus encore...

source :  veteranstoday.com

via  numidia-liberum.blogspot.com

 reseauinternational.net

 Commenter