Accepter cookie ?
26/02/2021 europalestine.com  4 min #186144

Lettre de Bassem Tamimi au président Joe Biden

 26 février 2021

Extraits de la lettre de Bassem Tamimi, le père d'Ahed Tamimi, écrite à Nabi Saleh en Palestine occupée, et adressée au nouveau président américain : « Qu'est-ce que le monde nous a donné ? »

« J'avais l'habitude de croire en la paix et à la solution à deux États adoptée par l'Organisation de libération de la Palestine - les dirigeants de notre peuple - comme notre chemin vers la libération de l'occupation. J'ai défendu cette solution, j'en ai débattu d'autres et j'ai eu du mal à y parvenir. J'ai chanté pour la paix et nommé mon propre fils « Salam » comme un signe avant-coureur d'un avenir différent. Mais après des décennies de processus de paix, la « paix » elle-même n'est pas encore née.

Le rapport de force est faussé en faveur de notre adversaire. Les bulldozers imposent une réalité sur le terrain qui ne peut être surmontée par les bonnes intentions de l'amour et de la paix seuls.

Monsieur le Président, un jour, quand Salam avait cinq ans, il est venu me voir en pleurant et m'a dit : « Change mon nom, je ne veux pas qu'on m'appelle Salam ! » Il avait entendu des gens se moquer et maudissant le processus de « paix » ; mon fils croyait qu'il était le « salam » dont ils parlaient.

Comment, Monsieur le Président, restaurerez-vous le sens du mot pour que mon fils commence à aimer son nom ? Comment restaurera-t-on le sens de la liberté, de la justice et de la démocratie dans l'esprit de nos enfants? Comment allons-nous les protéger de la tentation du terrorisme, dont nous souffrons tous aujourd'hui ?

Près de trois décennies après la signature des Accords d'Oslo, j'ai eu une discussion avec ma fille, Ahed, et ses amis après avoir assisté à une manifestation contre l'annexion et les colonies. Au milieu d'un nuage de gaz lacrymogènes et de balles, et avec la force du terrorisme d'État visant la nouvelle génération de combattants de la liberté, j'ai tenté d'afficher mes prouesses intellectuelles en prenant position en faveur d'une solution à deux États.

Ahed m'a dit alors : Vous, votre génération, et les générations d'avant, vous avez combattu et vous avez été emprisonnés, blessés et tués. Notre leadership - avec toute son histoire et son symbolisme, et la confiance que notre peuple y accordait - croyait en cette solution. Vous avez fait confiance au monde, à l'ONU et au droit international, et abandonné 78 pour cent du territoire palestinien pour cette solution, pour la paix. Qu'est-ce que tu as gagné ? Qu'est-ce que le monde, qui vous a promis un pays, vous a réellement donné ? Tu ne vois pas les colonies, père ? Tu ne vois pas le mur ? Ne voyez-vous pas que le monde ne se soucie pas de notre sang et de nos souffrances ?

Ce monde veut que notre souffrance continue, parce qu'elle lui permet d'échapper au fardeau du regret pour un crime qu'il a commis contre l'humanité. Un crime pour lequel nous payons le prix de la douleur et de la souffrance, depuis que la Déclaration Balfour a déclaré que notre pays sera l'endroit où l'État d'Israël est établi, pour défendre les intérêts de la colonisation. Donc, si nous devons être tués, blessés et emprisonnés pour une expérience que le monde a prouvé qu'il ne peut pas réaliser, alors nous devrions nous sacrifier pour la libération de notre peuple et de notre terre. Nous devrions établir un État de Palestine dans lequel chacun vit librement et pacifiquement, sans discrimination fondée sur la race, la religion ou la couleur. Un pays libre pour les gens libres.

Cette paix commence par la Palestine comme fondement sur lequel construire, alors que nous nous efforçons de surmonter les obstacles du passé et les exigences du présent, et de traverser le pont de l'espérance avec optimisme et confiance.

Bassem Tamimi, est un dirigeant du Comité de Lutte Populaire de Nabi Saleh en Cisjordanie occupée

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Palestine Updates

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter