Accepter cookie ?
07/04/2021 francesoir.fr  9 min #187938

Elections américaines : les révélations de Mike Lindell

Plusieurs actions sont toujours en cours aux Etats-Unis concernant les fraudes massives qui se sont déroulées pendant les élections présidentielles de novembre dernier. Les médias dominants, acquis à l'agenda mondialiste des élites, instaurent délibérément une culture de l'effacement (cancel culture) pour faire oublier au peuple qu'il a été trahi, mais certains patriotes continuent d'œuvrer pour la vérité et la justice. Le sujet revêt une importance historique puisqu'il s'agit de rétablir l'intégrité des principes fondateurs de nos démocraties, le droit de chaque électeur d'exprimer son choix lorsqu'il vote et l'égalité un homme = une voix, alors que le 20 janvier dernier, a été installé un président fantoche à la tête de la république américaine.

Un récent article de France Soir a fait le point sur  les fraudes institutionnalisées via les votes par correspondance. Les machines de vote sont l'autre source majeure des fraudes. Les experts en cyberattaques, informaticiens, statisticiens et physiciens ont poursuivi l'examen du fonctionnement de ces machines et l'analyse scientifique des résultats sans que le grand public en soit informé. Toute remise en cause de l'élection est désormais filtrée par les ayatollahs des Big Tech et la loi du silence imposée par les médias mainstream dans un pays où le premier amendement de la Constitution protège la presse et la liberté d'expression. Une partie du public, laissé ainsi dans l'ignorance, est persuadé que les recours devant les tribunaux n'ont pas abouti. Lorsque la Cour suprême s'est lavé les mains, refusant d'entendre la motion du Texas soutenue par 19 autres états sur les conséquences des fraudes, ce coup de massue a ébranlé la confiance dans la justice.

Et pourtant, certains Américains ont décidé qu'ils ne pouvaient en aucun cas laisser passer ces fraudes sous peine de signer la fin de leur république. Habités par l'esprit pionnier de leur pays, attachés à la Constitution, ils contribuent par leurs compétences et leurs réseaux, mettent en jeu leur réputation et risquent parfois leur vie pour faire éclater la vérité.

Différentes actions en justice se poursuivent

Physicien spécialiste de l'énergie, John Droz Jr. se définit comme apolitique mais n'est pas prêt à avaler des couleuvres. Il a mis sur pied une équipe de scientifiques volontaires pour analyser les résultats des élections et leurs conclusions sont sans appel : Trump avait effectivement gagné et gagné largement. Pour préserver l'intégrité des élections et répondre à celles et ceux qui pensent que les actions en justice n'ont rien donné, il fait le point : 85 requêtes ont été portées devant les tribunaux, parmi elles, 41 ont été retenues sur le fond et sont en cours d'examen par les juges.

De son côté, Gary Fielder, avocat constitutionnel du Colorado, constatant les obstacles rencontrés par ses confrères Lin Wood, Sidney Powell et Rudy Giuliani pour tenter de remettre en cause les résultats électoraux, a décidé de prendre une autre voie judiciaire. Six avocats l'ont rejoint pour initier  un recours collectif (class action) et démontrer que de nombreux acteurs ont violé les droits des électeurs américains en manipulant les machines Dominion, interférant dans les élections, truquant les bulletins, faisant voter les gens plusieurs fois etc.. Selon G. Fielder, quelle que soit votre préférence politique, laisser passer le fait que ces machines appliquent un facteur multiplicateur sur chaque vote, comme en Géorgie : 1,13 pour Biden et 0,87 pour Trump, n'est pas acceptable. Les droits des électeurs ont été violés et cette action collective est lancée contre la société Dominion et Mark Zuckerberg CEO de Facebook,  qui a financé pour 350 millions de dollars de ces machines dans certains états comme la Pennsylvanie. Tout Américain vivant enregistré sur les listes électorales peut s'associer à la plainte, soit jusqu'à 160 millions des personnes. Cette class action a été déposée le 21 décembre 2020. La prochaine étape va être une motion de rejet de la part des accusés qui vont contester la plainte, mais cela fait partie de la procédure. L'avocat constitutionnel est persuadé que cette plainte est fondée et va aller devant un jury, même s'il faut accepter que cela prendra du temps. Les dommages demandés pour les électeurs enregistrés sont de 1000 dollars par électeur, potentiellement 160 milliards de dollars.

Les révélations de Mike Lindell

Mike Lindell, conservateur inconnu hors des Etats-Unis, est un entrepreneur à succès, président fondateur de  MyPillow. Représentant typique du self-made man qui a réussi, il a inventé des oreillers performants et mis au point une stratégie marketing novatrice en ligne pour les commercialiser. Son entreprise fabrique, vend et distribue ses oreillers ainsi que du linge de lit dans tout le pays et emploie 2500 salariés. Comme tant d'autres Américains, durant la nuit du 3 au 4 novembre, alors que Trump s'acheminait vers la victoire, M. Lindell a assisté, médusé, à ces soudaines remontées abruptes (spikes) du candidat Biden dans les États clés. Suivies par un autre phénomène jamais survenu dans le passé, l'annonce par ces États qu'ils arrêtaient de compter les bulletins au milieu de la nuit...

Très circonspect par rapport aux résultats et face à la précipitation des médias annonçant que les élections étaient pliées, Mike Lindell a rencontré le Président Trump pour lui apporter son soutien dans la contestation des élections. Alors que se déroulaient des centaines d'auditions publiques d'experts et de témoins dans les différents États clés, que des recours étaient déposés auprès des cours de justice y compris la Cour suprême, cette course contre la montre a été stoppée net. L'assaut du Capitole du 6 janvier qui ressemble plus à une opération sous fausse bannière a coupé court à tout débat démocratique, et l'inauguration de Joe Biden sans passation officielle du pouvoir a eu lieu le 20 janvier.

Mais en véritable créateur d'entreprise, Mike Lindell n'a pas lâché. Il a déployé ses ressources, ses contacts et ses réseaux pour continuer de rassembler les preuves accumulées par les chercheurs de tous bords. Laissant Sidney Powell et les autres avocats poursuivre leurs actions en justice, il s'est concentré sur les fraudes effectuées par le biais des machines à voter connectées à Internet, principalement les machines Dominion, et a réalisé deux documentaires édifiants apportant les preuves absolues des fraudes et de l'interférence étrangère dans les élections, en premier lieu la Chine. Dans cette affaire, Mike Lindell avec son équipe a rempli la mission du FBI.

En rétorsion, l'entrepreneur est attaqué de toutes parts, viré des médias, Twitter, Google, Youtube, Facebook, et raillé par la presse. Son documentaire a été catégorisé pornographie par Facebook ! Ses sites ont été attaqués par des trolls. De nombreux réseaux de distribution ont supprimé le référencement de ses produits « MyPillow ». Il a été physiquement menacé ainsi que sa famille, idem pour son entreprise et obligé d'engager du personnel de sécurité. Mais l'homme est sans peur et sans reproche. Enthousiaste, il est persuadé que ces révélations du plus grand cyber-crime perpétré contre le peuple, vont rassembler les Américains sous leur drapeau et remettre Donald Trump à la place qui lui revient : président des Etats-Unis.

Les preuves

Dans son documentaire intitulé " La preuve absolue" diffusé début février, Mike interviewe les principaux experts en cyber-sécurité qui ont audité les machines et les résultats. Tous confirment que les machines sont connectées à Internet, envoient et reçoivent des données en temps réel et montrent avec certitude que les votes électroniques ont été manipulés via des serveurs à distance. Le comté d'Antrim dans le Michigan est l'un des rares comtés où le juge a autorisé l'audit des machines, audit qui a montré l'injection de votes pour Biden à des moments précis, et a conduit à renverser complètement les résultats du comté en faveur de Trump. L'apogée du documentaire est la base de données collectée en temps réel dans 29 195 comtés US par des experts en cyberguerre dès le 1er novembre 2020 et jusqu'au 5 novembre. Ces preuves avérées dévoilent la puissance du système de surveillance développé par les agences du renseignement pour contrôler le cyberespace. Ce tableau de milliers de pages de données fournit l'évidence judiciaire des cyberattaques des hackers, avec l'adresse IP de chaque machine à voter, dans quel comté elle se trouve, quel ordinateur est en train d'hacker la machine, son identité numérique, sa position géographique, quel procédé est utilisé pour la pénétrer, à quelle heure, et combien de votes sont soustraits à Trump. 67% de ces intrusions proviennent d'ordinateurs situés en Chine. À ce jour, 115 millions de personnes ont visionné Absolute Proof et les trois quarts des Américains sont aujourd'hui convaincus que l'élection a été volée.

Dans son deuxième documentaire  Scientific proof, mis en ligne le 29 mars, Mike présente les travaux du docteur Douglas Frank. Cet agrégé de physique, auteur de 44 publications, a analysé les bases de données des électeurs disponibles dans chaque état. Douglas Frank a découvert les algorithmes qui ont été conçus pour changer les élections en temps réel via Internet. Il confirme par ses propres analyses que les attaques ont été organisées en trois temps avec les machines en ligne pour : préparer l'injection de l'algorithme - l'appliquer pour manipuler les votes - nettoyer pour effacer les traces. En fait, ces algorithmes indiquent aux hackers quoi faire lorsqu'ils pénètrent dans la machine. Cette clé est un polynôme du sixième ordre, c'est-à-dire composé de six facteurs appliqués aux différentes tranches d'âge des électeurs pour manipuler leurs votes. Ayant trouvé cette clé, le Dr. Frank l'a appliquée à tous les comtés d'un État donné et a été capable de prédire les résultats ! L'algorithme est adapté pour chaque État, en fonction de la forme de la base de données des électeurs de l'état.

En éliminant les algorithmes frauduleux utilisés dans probablement tous les États américains, y compris les États où Donald Trump a gagné - dans l'État de l'Ohio où il avait 7 points d'avance, il a en fait gagné de 14 points - Trump a gagné les États clés et remporté l'élection avec au moins 80 millions de votes populaires, contre 66 pour Biden.

La majorité des décideurs politiques à Washington, quel que soit leur bord, savent très bien que ces dernières élections ont été volées au peuple américain, mais « the show must go on ». Pour combien de temps encore ?

 francesoir.fr

 Commenter