Accepter cookie ?
08/04/2021 les-crises.fr  4 min #187966

Covid longs : Le Dr Fauci lance une initiative nationale pour étudier les symptômes et séquelles

Source :  USA Today, Adrianna Rodriguez

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Le gouvernement américain lance une initiative à l'échelle nationale pour étudier les patients atteints de la COVID-19 qui souffrent de symptômes résiduels des mois après leur guérison, communément appelés COVID long, a déclaré le Dr Anthony Fauci lors d'un briefing à la Maison Blanche.

Le principal expert en maladies infectieuses du pays a également révélé un nom scientifique pour le nouveau syndrome - Post Acute Sequelae of SARS-CoV-2 (PASC) - ce qui légitime davantage la population qui en souffre.

« (Il y a) beaucoup de questions importantes qui sont actuellement sans réponse et nous espérons que cette série d'initiatives nous permettra d'y répondre », a déclaré Fauci.

Cette annonce intervient après qu'une étude publiée dans JAMA Network Open a révélé qu'environ 30 % des patients COVID-19 ont signalé des symptômes persistants jusqu'à neuf mois après leur maladie.

Ces symptômes comprenaient la fatigue, l'essoufflement, les troubles du sommeil, les fièvres, les problèmes gastro-intestinaux, l'anxiété et la dépression, ainsi que le « brouillard cérébral ».

« Parfois, ces symptômes apparaissent bien après l'infection ou évoluent au fil du temps et peuvent persister pendant des mois, pouvant être légers, gênants ou même très invalidants », a déclaré Fauci.

Les National Institutes of Health prévoient d'intégrer à l'initiative, des données provenant de projets existants sur les patients atteints de COVID-19. L'un de ces projets est la COVID-19 Neuro Databank-Biobank (ou le projet NeuroCOVID), une base de données et une biobanque dirigée par l'Université de New York.

Le projet NeuroCOVID demande aux institutions et aux cliniciens individuels de transmettre des informations sur les symptômes neurologiques, les conditions médicales sous-jacentes, l'évolution de la maladie, les complications et les résultats. Ils peuvent également remettre des prélèvements existants tels que du sang, des tissus et du liquide céphalo-rachidien à la biobanque du projet.

« Au fur et à mesure que de nombreuses personnes tombaient malades, il est devenu évident qu'un grand nombre de patients semblaient souffrir de troubles neurologiques qui paraissaient être associés à la COVID », a déclaré le Dr Sharon Meropol, directrice du programme du projet NeuroCOVID. « Certains d'entre eux avaient de nouvelles pathologies, d'autres avaient des pathologies existantes qui étaient exacerbées ».

La banque de données acceptera des informations sur les adultes, les enfants, les femmes enceintes et leurs bébés. L'identité des patients sera protégée par leurs praticiens, car eux seuls peuvent consulter les informations personnelles ; le projet NeuroCOVID ne peut voir qu'un code généré, non identifiable, qui fait référence au patient.

Au début de la pandémie, les experts de la santé ont émis l'hypothèse que les symptômes neurologiques pouvaient être déclenchés par une forme grave de COVID-19. Mais au fil du temps, un plus grand nombre de patients atteints d'une forme légère ou modérée ont commencé à présenter ces symptômes, a déclaré le Dr Barbara Karp, directrice de programme au National Institute of Neurological Disorders and Stroke du NIH.

« Lorsque nous abordons les malades du COVID long, (nous constatons que) les conséquences à long terme de la COVID touchent en grande partie le domaine neurologique », a-t-elle déclaré.

Selon le Dr Pravin George, neurologue à l'unité de soins intensifs neurologiques de la Cleveland Clinic, le symptôme le plus courant chez les cas de longue durée est le brouillard cérébral, qui se traduit par des problèmes de mémoire, des difficultés de concentration et une fatigue intense.

L'une des explications de ces symptômes pourrait être que le système immunitaire attaque les cellules normales du corps pendant l'infection, y compris les cellules du cerveau, a-t-il déclaré. Ils pourraient également être causés par l'inflammation ou les faibles niveaux d'oxygène qui sont caractéristiques de la maladie.

Personne ne peut en être sûr tant que cette population n'est pas étudiée en profondeur, a déclaré George.

« Nous n'avons pas les réponses, mais ce qui est vraiment important, c'est de découvrir ce qu'il en est et c'est là qu'un effort national comme celui-ci joue vraiment un rôle important, a déclaré Karp. Nous espérons qu'à long terme, si nous pouvons identifier le syndrome, nous pourrons alors développer des moyens d'aborder son traitement. »

Source :  USA Today, Adrianna Rodriguez, 24-02-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

 les-crises.fr

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-04-08 #10512

comment cela peut-il être autre chose qu'un mensonge déguisé en mensonge qui cache encore beaucoup d'autres mensonges ?