Accepter cookie ?
25/07/2021 les-crises.fr  9 min #192693

Non, les nazis n'étaient pas des « socialistes ». Il les haïssaient.

Les Nazis détestaient les socialistes. Ce sont les gouvernements qui ont reconstruit l'Europe qui ont adopté des programmes de protection sociale.

Source :  The Washington Post, Ronald J. Granieri
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Saviez-vous que « nazi » est l'abréviation de « national socialiste » ? Cela signifie qu'Hitler et ses sbires étaient tous socialistes. Bernie Sanders se dit socialiste, lui aussi. Cela signifie que Bernie Sanders et ses partisans sont les mêmes que les Nazis n'est-ce pas ?

Quiconque a été sur Twitter politique au cours de la dernière décennie a vu une version de ce syllogisme. Les conservateurs, qui cherchent à échapper aux étiquettes de « fascistes » et de « Nazis » que leur lancent les critiques de gauche depuis les années 1960, ont retourné la situation. Des ouvrages tels que « Liberal Fascism » (Le fascisme libéral, NdT) de Jonah Goldberg ont noté que de nombreux fascistes de premier plan, comme le dictateur italien Benito Mussolini, ont commencé par être socialistes, tout comme de nombreux « progressistes » du début du XXe siècle ont adopté des idées eugéniques finalement liées au génocide raciste nazi. Ce lien est devenu un argument décisif pour des voix de droite comme Dinesh D'Souza et Candace Owens : non seulement la gauche honnie, incarnée en 2020 par des personnalités comme Sanders, Alexandria Ocasio-Cortez et Elizabeth Warren, est un dangereux descendant des Nazis, mais toute personne qui s'y oppose ne peut pas avoir de liens avec les idées odieuses des Nazis.

Il n'y a qu'un seul problème : cet argument est faux. Bien que les Nazis aient poursuivi un niveau d'intervention du gouvernement dans l'économie qui aurait choqué les doctrinaires du marché libre, leur « socialisme » était au mieux un élément secondaire de leur attrait. En effet, la plupart des partisans du nazisme ont embrassé le parti précisément parce qu'ils le considéraient comme un ennemi de la gauche politique et une alternative à celle-ci. Un examen plus approfondi du lien entre le nazisme et le socialisme peut nous aider à mieux comprendre les deux idéologies dans leurs contextes historiques et leur signification pour la politique contemporaine.

Le régime nazi n'avait pas grand-chose à voir avec le socialisme, même si celui-ci figurait en bonne place dans le nom du Parti national socialiste des travailleurs allemands. Le NSDAP, depuis Hitler, a lutté contre les implications politiques de la présence du socialisme dans le nom du parti. Certains des premiers dirigeants nazis, tels que Gregor et Otto Strasser, font appel au ressentiment de la classe ouvrière, espérant détourner les travailleurs allemands de leur attachement aux partis socialistes et communistes existants. Le programme du NSDAP de 1920, les 25 points, comprenait des passages dénonçant les banques, les grands magasins et « l'esclavage des intérêts », ce qui suggérait un rejet quasi-marxiste des marchés libres. Mais il s'agissait également de critiques typiques du livre de jeu antisémite, ce qui donnait un indice que l'objectif idéologique primordial du parti n'était pas une remise en cause fondamentale de la propriété privée.

Au lieu de contrôler les moyens de production ou de redistribuer les richesses pour construire une société utopique, les Nazis se concentrent sur la sauvegarde d'une hiérarchie sociale et raciale. Ils promettaient la solidarité aux membres de la Volksgemeinschaft (« communauté raciale ») tout en refusant des droits à ceux qui n'appartenaient pas au cercle magique.

En outre, bien que les Nazis aient tenté de séduire les électeurs de tous bords, les fondateurs du parti et sa base initiale étaient des hommes d'affaires et des artisans, et non le prolétariat industriel de la tradition marxiste. Leurs premiers succès électoraux notables se situent dans les petites villes et les zones rurales protestantes des actuelles Thuringe et Saxe, parmi les électeurs qui se méfient des villes cosmopolites et laïques et qui associent le « socialisme » et le « capitalisme » aux Juifs et aux étrangers.

Cette peur de la révolution sociale et le sentiment que la démocratie, avec sa cacophonie de voix et la nécessité de compromis, menacerait leur hiérarchie sociale préférée ont donné au nazisme son attrait auprès de ces électeurs - même si cela signifiait sacrifier la démocratie. Alors que les communistes ont encouragé la destruction de la démocratie allemande, y voyant un moyen de produire finalement la révolution qu'ils souhaitaient, le seul parti politique allemand qui a constamment résisté aux arguments nazis, le parti social-démocrate (SPD), a offert un autre signe de la discontinuité entre le socialisme et le nazisme.

Ceux qui, en dehors de l'Allemagne, embrassaient les idées nazies étaient aussi généralement des anti-gauchistes. Lorsque les Français murmuraient « Mieux vaut Hitler que [le chef du parti socialiste et Premier ministre Léon] Blum », ils savaient parfaitement ce que représentait le national-socialisme, et ce n'était absolument pas le « socialisme ». Lorsque bon nombre de ces mêmes Français ont mis en place le gouvernement fantoche de Vichy en 1940, ils l'ont fait sous la bannière « Travail, famille, patrie », heureux d'utiliser les ressources de l'État pour soutenir leur idée d'authentiques Français - même s'ils critiquaient le capitalisme pour avoir fourni des avantages à des personnes qu'ils ne considéraient pas comme françaises.

Contrairement à une grande partie de la gauche européenne, de nombreux conservateurs se sont montrés disposés à travailler avec les Nazis - ce qu'ils ont regretté par la suite -, une association qui a entaché le conservatisme européen d'après-guerre. Par conséquent, lorsqu'il a fallu reconstruire la politique européenne après la guerre, ce sont les partis de centre-gauche tels que les travaillistes en Grande-Bretagne, les socialistes en France et le SPD en Allemagne, qui ont abandonné les doctrines marxistes rigides, ainsi que le nouveau mouvement de centre-droit de la démocratie chrétienne, qui a rejeté le nationalisme traditionnel, qui ont relevé le défi. C'est l'heure de l'État-providence, soutenu par les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates, qui encourage la solidarité sociale dans un cadre démocratique et capitaliste.

Malgré cette réalité, lier le socialisme et le nazisme à la critique des idées de gauche est devenu une arme politique dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, ce qui n'est peut-être pas surprenant étant donné que la Guerre froide a suivi directement la Seconde Guerre mondiale. Des universitaires aussi différents que Zbigniew Brzezinski et Hannah Arendt ont utilisé le concept plus large de « totalitarisme » pour fusionner les deux. Cette formule a permis aux Américains de passer facilement du statut d'allié de guerre à celui de menace existentielle pour l'Union soviétique. Le totalitarisme mettait l'accent sur les similitudes structurelles et les pratiques violentes des régimes nazi et stalinien.

Ce concept s'est toutefois révélé controversé pour expliquer les origines ou l'attrait ultérieur du communisme ou du nazisme/fascisme. Bien que Hitler et Staline aient coopéré dans un effort de conquête de l'Europe de l'Est entre 1939 et 1941, il s'agissait davantage d'un mariage de convenance que du sous-produit d'une synergie idéologique. En effet, les deux camps ont fini par se livrer une guerre génocidaire.

L'économiste autrichien et futur lauréat du prix Nobel Friedrich von Hayek a ajouté une couche supplémentaire à la conversation sur le socialisme et le nazisme avec son best-seller de 1943, « La route du servage ». En tant que fervent partisan du marché libre, Hayek était consterné par la montée de la planification économique dans les États démocratiques, incarnée par le New Deal de Franklin Roosevelt. Hayek a averti que toute intervention gouvernementale sur le marché érodait la liberté et conduisait finalement à une forme de dictature.

Hayek a exercé une influence considérable dans le monde entier au sein du mouvement conservateur en plein essor durant la seconde moitié du XXe siècle. Il a conseillé de futurs dirigeants tels que Margaret Thatcher et Ronald Reagan, et son livre est devenu le fondement de la droite. L'affirmation de Hayek selon laquelle toutes les interventions gouvernementales dans l'économie conduisent au totalitarisme continue d'animer des ouvrages populaires tels que « The Big Lie » (Le grand mensonge, NdT) de D'Souza, renforçant l'idée que l'État providence est une drogue d'initiation au génocide.

Mais si ces idées peuvent sembler logiques aux puristes du marché libre, l'histoire montre que ce sont les partis qui ont surgi en réaction aux horreurs nazies qui ont construit ces États-providence. Dénoncer leurs programmes comme étant du « socialisme » ou mettre en garde contre un lien entre les deux n'est rien d'autre qu'un sophisme historique et politique qui tente de transformer l'effet en cause et la victime en bourreau.

Les analogies historiques sont utiles pour simplifier et clarifier, mais elles fonctionnent mieux lorsqu'elles sont utilisées avec précaution. Alors que les problèmes manifestes du capitalisme mondial, ainsi que l'impasse politique, encouragent une nouvelle soif de transformation politique fondamentale, il est particulièrement important que nous comprenions les décisions tragiques des années 1930 et leurs conséquences dans leur contexte complet, plutôt que de simplement transposer des mots du passé sur les débats du présent.

Le national-socialisme a préservé la propriété privée, tout en mettant l'ensemble des ressources de la société au service d'une vision nationale expansionniste et raciste, qui incluait la conquête et la soumission meurtrière d'autres peuples. Il est insensé de penser que le seul, ou même le principal, aspect négatif de ce régime était le fait qu'il utilisait le pouvoir de l'État pour allouer les ressources financières. Il est tout aussi insensé de suggérer que l'utilisation du pouvoir de l'État pour allouer certaines ressources financières aujourd'hui entraînera automatiquement les mêmes conséquences désastreuses.

Le « gotcha » historique menace de réduire nos conversations politiques à l'insignifiance, et nous devons y résister. Les débats sur le rôle approprié de l'État dans la protection des citoyens contre les exigences négatives du marché sont nécessairement complexes. Trouver le bon équilibre des intérêts dans un ordre politique démocratique dépend de la mesure des résultats, et non du pouvoir des mots magiques pour dévaloriser des idées concurrentes.

Source :  The Washington Post, Ronald J. Granieri, 05-02-2020
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter