Accepter cookie ?
30/08/2021 legrandsoir.info  19 min #194353

Start-up nation : quand l'État programme son obsolescence

Jules BRION

Depuis de nombreuses années, les start-ups françaises peuvent se targuer d'avoir à leur disposition de nombreuses subventions publiques et un environnement médiatique favorable. Partant du postulat que la puissance privée est seule capable d'imagination et d'innovation, l'État français finance à tour de bras ces « jeunes pousses » dans l'espoir schumpéterien de révolutionner son économie. Cette stratégie économique condamne pourtant la puissance publique à l'impuissance et à l'attentisme.

En 2017, Emmanuel Macron avait largement axé sa campagne présidentielle sur un discours général favorable à l'entreprenariat. La stratégie économique française valorise ainsi la création de nouvelles entreprises, dites jeunes pousses ou start-ups. En avril 2017, le futur président français  assène qu'une « start-up nation est une Nation où chacun peut se dire qu'il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une ». Ces entités ont pour vocation de proposer des technologies de ruptures disruptives, selon l'expression de l'économiste américain Clayton Christensen, c'est-à-dire une redéfinition des règles du jeu économique venant remplacer les anciens schémas de pensée.

Cette configuration institutionnelle favorable aux start-ups n'est cependant pas apparue subitement lors de la dernière présidentielle. Le label French Tech est en effet lancé dès 2013 par Fleur Pellerin, alors Ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Économie numérique. Ce programme a pour ambition de développer les jeunes pousses hexagonales. Les successeurs de Fleur Pellerin vous tous accompagner et poursuivre ce mouvement d'effervescence : en 2015 sont lancés le French Tech Ticket ainsi que le French Tech Visa en 2017.

Ce discours s'accompagne d'un appel à créer le plus de licornes possibles : des start-ups valorisées sur les marchés à plus d'un milliard d'euros. Alors que la France  compte 3 licornes en 2017, ce chiffre est passé à 15 en 2020. Le gouvernement espère qu'il en sera crée 10 de plus d'ici 2025. Ce constant appel à l'innovation s'inspire de l'exemple israélien, parangon de la start-up nation, qui compte une jeune pousse pour 1400 habitants. Poussé par l'afflux de liquidités fourni par son ministère de la défense, l'État hébreux s'est lancé très tôt dans cette stratégie économique. Les nombreuses start-ups qui y sont créées permettent à Israël de mieux peser sur la scène internationale : son secteur de l'innovation  représente 10% de son PIB et près de la moitié de ses exportations.

De l'État providence à l'État subventionneur
Toutes ces entreprises ne se sont pas créées d'elles-mêmes. Pour leur écrasante majorité, elles ont largement été financées par la puissance publique. Dès 2012, tout un écosystème institutionnel favorable à l'entreprenariat individuel est mis en place. En pleine campagne présidentielle, François Hollande promet une réindustrialisation rapide et efficace de la France.

Afin d'atteindre cet objectif ambitieux, ce dernier  entend créer « une banque publique d'investissement qui... accompagnera le développement des entreprises stratégiques ». Quatre mois plus tard naît la Banque Publique d'Investissement (BPI), détenue par la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC) ainsi que par l'État. La BPI a pour mission de « financer des projets de long terme » et d'œuvrer à la « conversion numérique » de l'Hexagone. Très vite, l'institution devient un outil permettant à l'État de financer massivement les start-ups. La BPI subventionne ainsi le label French Tech à hauteur de 200 millions d'euros et est actionnaire de nombreuses start-ups françaises.

Comme le pointe, une grande majorité des entreprises du French Tech Next 40/120 - un programme regroupant les start-ups françaises les plus prometteuses - a reçu des prêts et des subventions de la puissance publique. On estime ainsi que 89% de ces entreprises ont reçu une aide indirecte de la BPI ! En pleine crise sanitaire, l'institution  obtient plus de 2 milliards d'euros pour soutenir ces entreprises innovantes tandis que 3,7 milliards du plan de relance décidé en 2020 par le gouvernement a été fléché vers la création et l'aide aux start-ups. Cedric O, Secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, confirme ainsi qu'il « va y avoir des opportunités suite à la crise (sanitaire), tout comme celle de 2008 ».

Pour autant, l'État français ne soutient pas ses start-ups uniquement sur le plan financier. La loi Pacte de 2019, en continuité avec la loi Allègre de 1999, facilite les passerelles public-privé et encourage les chercheurs à créer des entreprises. Ces dispositions législatives permettent à des recherches menées et financées grâce à de l'argent public d'être « valorisées », c'est-à-dire en réalité privatisées, par le secteur lucratif. Des Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologies (SATT) ont été créées pour accélérer ce processus dans de nombreuses universités. Plus de 250 start-ups ont été développées par le prisme de ce réseau depuis 2012. L'Union européenne n'est pas en reste dans cette stratégie de soutien massif aux « jeunes pousses ». Sa stratégie Horizon 2020, un programme de 79 milliards d'euros étalé entre 2014 et 2020, dédiait 20% de son budget à la création de start-ups. Pléthore de pays européens se tournent eux aussi vers des stratégies de numérisation de l'économie, souvent via un soutien sans faille aux start-ups. En 2012, le ministre italien de l'économie, sous le gouvernement du technocrate Mario Monti, a promulgué une loi qui a permis à l'État italien de  dépenser 200 millions d'euros pour aider les jeunes entreprises du pays, dans le but de « promouvoir la mobilité sociale ». Depuis 2019, le fonds national pour l'innovation italien a dépensé 245 millions d'euros pour subventionner 480 start-ups.

Le mythe des start-ups souveraines et créatrices d'emplois
Si les nations européennes axent autant leurs stratégies économiques sur le développement des start-ups, c'est avant tout car cette politique permet aux États de prétendre agir dans des domaines clefs où leur incurie a mainte fois été pointée du doigt : la lutte contre le chômage de masse et la mise en place d'une souveraineté technologique.

Nombre de médias se sont ainsi fait le relais de la start-up mania, louant la capacité de la French Tech à «  créer 224.000 nouveaux emplois d'ici à 2025 » et à être le « fer de lance de l'économie ». Ces jeunes pousses permettraient de créer jusqu'à « 5,2 emplois indirects qui dépendent de (leur) activité » et d'œuvrer à la réindustrialisation de la France.

Ce constat mérite pourtant d'être nuancé. Comme cela a déjà été évoqué, la start-up mania s'accompagne d'une aide inconditionnelle de l'État français par le prisme de la BPI. Pourtant, comme  l'ont analysé nos confrères du Média, le bilan de l'institution est tâché de nombreux scandales. La banque, dès sa création, n'a pas été pensée comme un organisme capable de contenir et d'endiguer la désindustrialisation de l'Hexagone. M. Moscovici, alors ministre des finances, déclarait ainsi en 2012, que « la BPI n'est pas un outil défensif, c'est un outil offensif, n'en faisons pas un pompier ». L'institution est en effet souvent demeurée indifférente aux plans de licenciements et  en a même favorisé certains comme le confirment les exemples des entreprises Veralia et Arjowiggins. Une loi du 23 mars 2020 a quant à elle permis d'ouvrir le conseil d'administration de l'institution à des acteurs privés, laissant une fois de plus planer le doute sur la capacité et la volonté de la banque publique d'agir pour le bien commun.

Plutôt que de défendre le droit de tout citoyen à obtenir un emploi, inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946, l'État dépense des sommes faramineuses afin d'encourager la création d'entreprises à l'avenir très incertain.
Il est également permis de rester sceptique face à une stratégie de réduction de chômage structurelle se basant principalement sur le soutien à des start-ups qui participent à la « plateformisation » de notre économie. En proposant de mettre en contact clients et professionnels, des entreprises telles que Uber ou Deliveroo s'évertuent à détruire code du travail et régulations étatiques. Alors qu'elles sont vendues comme des instruments permettant de lutter contre le chômage, ces start-ups ne peuvent exister et espérer devenir rentables que par une grande flexibilité et en excluant leurs travailleurs du salariat. Le gouvernement socialiste espagnol vient ainsi récemment de légiférer afin de contrôler ces géants de l'économie de plateforme, permettant de conférer un statut de salarié aux livreurs qui étaient considérés comme des travailleurs indépendants.
À peine la nouvelle annoncée,  Deliveroo a annoncé qu'elle comptait mettre fin à ses activités dans le pays, tandis que ses concurrents Stuart, Glovo et UberEats critiquaient cette décision qui va mettre « en danger un secteur qui apporte 700 millions d'euros au PIB national ».

En somme, la France semble avoir abandonné toute stratégie ambitieuse de réduction du chômage de masse. Plutôt que de défendre le droit de tout citoyen à obtenir un emploi, inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946, l'État dépense des sommes faramineuses afin d'encourager la création d'entreprises à l'avenir très incertain. Dans cette politique qui s'apparente à un véritable choix du chômage, les citoyens sont appelés à innover alors même que les multiples causes du chômage structurelle sont éludées. Pour autant, cette incurie étatique ne date ni du quinquennat Hollande ni du mandat du président Macron : Raymond Barre  déclarait en 1980 que « les chômeurs pourraient essayer de créer leur entreprise au lieu de se borner à toucher les allocations de chômage ! ».

Outre l'argument des créations d'emplois, le soutien aux start-ups est également justifié par une nécessaire préservation de la souveraineté nationale. Dès qu'éclate en 2013 l'affaire Snowden, la préservation de la vie privée et la souveraineté technologique deviennent des préoccupations politiques majeures. Des entrepreneurs ont profité de ce phénomène pour proposer des technologies souveraines capables de réduire l'impuissance des nations européennes face à l'espionnage de masse. Les États comme la France vont alors largement baser leur politique de défense de la souveraineté nationale par un soutien massif à des start-ups.

L'exemple de l'entreprise Qwant est sur ce point éloquent tant il permet de montrer les insuffisances et les impasses d'une telle approche. Fondée en 2011 par Jean-Manuel Rozan, Eric Léandri et Patrick Constant, l'entreprise se rêve en « Google français » en proposant un moteur de recherche souverain. Alors que la société n'est pas loin de la faillite, l'affaire Snowden lui permet de faire un large lobbying au sein des institutions françaises. Ces efforts seront rapidement récompensés puisque la Caisse des Dépôts et des Consignations investit en 2017 plus de 20 millions d'euros dans le projet tout en détenant 20% de son capital.

En janvier 2020, l'État annonce même que Qwant est désormais installé sur les postes informatiques de l'administration publique. Pourtant, force est de constater que cette aide massive n'a pas permis de bâtir un moteur de recherche réellement souverain : en 2019, soit sept ans après sa création, Qwant utilise la technologie de Bing (Microsoft) dans 75% des recherches effectuées.  Une note de la Direction interministérielle du numérique (DINUM) pointe également les nombreuses failles de l'entreprise, tels que les salaires mirobolants de ses dirigeants et les nombreux problèmes techniques du logiciel utilisé par Qwant, qui laissent perplexe quant au soutien massif que lui prodigue l'État. Plus largement, rien n'indique qu'une entreprise créée sur le sol français ne tombera pas aux mains de fonds d'investissements étrangers : parmi les licornes « françaises »,  la start-up Aircall (téléphonie via IP) est détenue à majorité par des acteurs non-français, tandis que  Voodoo (jeux vidéo) a fait rentrer le géant chinois Tencent à son capital.

Quand les start-ups remplacent l'État
Le recours aux start-ups s'explique également par une prétendue incapacité de l'État à innover, à comprendre le marché et à « prendre des risques ». Ce mythe, pourtant déconstruit méthodiquement par l'économiste Mariana Mazzucato dans The Entrepreneurial State (paru en français en 2020), laisse penser que seul le secteur privé est capable de faire évoluer nos activités économiques et donc de créer des emplois. Comme l'analyse l'auteure, « le « retard » de l'Europe par rapport aux États-Unis est souvent attribué à la faiblesse de son secteur du capital-risque. Les exemples des secteurs de haute technologie aux États-Unis sont souvent utilisés pour expliquer pourquoi nous avons besoin de moins d'État et de plus de marché ». Nombre de start-ups se servent de ce mythe auto-réalisateur pour légitimer leur activité.

Il est intéressant de noter que cette mentalité a également imprégné les dirigeants d'institutions publiques.  Un rapport de la CDC ayant fuité en 2020 et prétendant redéfinir et révolutionner la politique de santé française chantait les louanges du secteur privé, des partenariats public-privé et de 700 start-ups de la healthtech. La puissance publique finance volontiers des jeunes pousses du domaine de la santé, à l'image d'Owkin, qui utilise l'intelligence artificielle pour traiter des données médicales, ou encore Lucine qui, grâce à des sons et des images, revendique la capacité de libérer des endorphines, de la morphine ou de l'adrénaline. La CDC détient également 38,8% d'Icade santé, un des acteurs majeurs du secteur privé et lucratif de la santé en France. De fait, les start-ups médicales s'immiscent de plus en plus au sein des institutions privées, à l'image d'Happytal, financé à hauteur de 3 millions d'euros par la BPI, qui propose à prix d'or aux hôpitaux des services de pré-admission en ligne ou de conciergerie de patients hospitalisés. Pour encourager les jeunes pousses à envahir les hôpitaux publics, la puissance publique va jusqu'à prodiguer,  via un guide produit par BPI France, des conseils pour entrepreneurs peu scrupuleux expliquant comment passer outre des agents publics dubitatifs et méfiants qui ont « tendance à freiner les discussions » !

Ainsi, comme l'analyse Mariana Mazzucato, « c'est donc une prophétie auto-réalisatrice que de considérer l'État comme encombrant et uniquement capable de corriger les défaillances du marché ». Pourtant, les start-ups ne pullulent pas uniquement grâce à ce zeitgeist favorable à l'entreprenariat, mais profitent directement de l'incapacité de l'État à fournir des services à ses citoyens, renforçant d'autant plus le mythe évoqué par Mariana Mazzucato. L'exemple de l'attribution à Doctolib du vaste marché de la prise de rendez-vous en ligne des Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 est révélateur de ce phénomène : devenu incapable de fournir un service public de prise de rendez-vous, l'État a dû confier les données de santé de millions de français à cette start-up française. La même expérience  s'est répétée lors de la prise des rendez-vous de la vaccination contre le COVID-19, qui ont permis à l'entreprise d'engranger des millions de nouveaux clients sans aucune dépense de publicité.

Vers une bulle spéculative ?
Outre les questions que soulève le soutien massif de l'État français aux jeunes pousses du numérique, il convient également de se poser la question de la crédibilité économique de ces entreprises. En effet, il apparaît que nombre de ces sociétés participent à la financiarisation de nos activités économiques et deviennent des actifs spéculatifs et instables. Plus que de « changer le monde », un créateur de start-up recherche principalement à réaliser un « exit », c'est-à-dire à réaliser une belle plus-value via le rachat ou l'entrée en bourse de son entreprise. Dans un climat hostile et instable - on estime que seulement 20 % des jeunes pousses réussissent cet « exit » - les entrepreneurs sont poussés à dilapider le plus rapidement l'argent qu'ils ont à leur disposition. Cette stratégie, dénommée burn rate, est souvent perçue comme une perspective de croissance future par les investisseurs.

De plus, les entrepreneurs sont souvent poussés à embellir leurs entreprises en exagérant le potentiel des services qu'elles proposent, voire en mentant sur leurs résultats, comme le montrent les exemples de  Theranos (tests sanguins soi-disant révolutionnaires),  Rifft (objets connectés) ou  The Camp (technopôle provençal en perdition adoubé par M. Macron). Cela conduit les start-ups technologiques à avoir un ratio de valorisation sur chiffre d'affaires très élevé. Alors qu'il n'est que de 2,6 fois pour Amazon, c'est-à-dire que la valorisation boursière de l'entreprise n'excède « que » de 2,6 fois son chiffre d'affaires, ce nombre  atteint plus de 50 pour certaines licornes. Pour AirBnb, la troisième licorne mondiale valorisée à 25,5 milliards de dollars, le chiffre est par exemple de 28,6. Alors que dans une entreprise traditionnelle la valeur des actions est estimée par les investisseurs en fonction de l'estimation des bénéfices futurs d'une entreprise, ce chiffre est très largement secondaire dans les levées de fonds de start-ups. Ainsi, de nombreuses licornes ne prévoient pas à court ou moyen terme de réaliser des bénéfices.

L'entreprise Lyft  a par exemple enregistré l'an dernier une perte de 911 millions de dollar, tandis qu'Uber a perdu 800 millions de dollars en un trimestre. On estime que sur les 147 licornes qui existent autour du globe, seulement 33 sont rentables. En somme, les investisseurs s'intéressent principalement à la capacité d'une start-up à produire une masse d'utilisateurs la plus large possible. Ce phénomène justifie des dépenses gargantuesques par ces mastodontes de l'économie de plateforme : Lyft a dépensé 1,3 milliard de dollars en marketing et en incitations pour les chauffeurs et les coursiers en 2018. Cet écosystème très instable a toutes les chances de participer à la création d'une bulle spéculative sous la forme d'une pyramide de Ponzi. En effet, si nombre de ces entreprises sont incapables à moyen terme de produire un quelconque bénéfice, que leurs actifs sont surévalués et que les règles du jeu économique poussent les entrepreneurs à dépenser sans compter tout en accentuant excessivement les mérites de leurs produits, les marchés financiers risquent de connaître une nouvelle crise technologique comparable à celle de 2001.

La stratégie économique de soutien massif aux start-ups adoptée par l'État français s'apparente ainsi fortement à une politique néolibérale. En effet, comme ont pu l'analyser Michel Foucault et Barbara Stiegler, le néolibéralisme, loin d'être favorable à un État minimal, comme le libéralisme classique, prône l'émergence d'un État fort capable de réguler l'économie et d'adapter les masses au sens de l'évolution capitaliste ; c'est-à-dire aux besoins du marché. Ce constat conduit l'auteure d' Il faut s'adapter (Gallimard, 2019)  à affirmer que « la plupart du temps les responsables de gauche caricaturent ainsi le néolibéralisme en le prenant pour un ultralibéralisme lointain (...) si bien que dès qu'un gouvernement fait appel à plus l'État, ces responsables croient que ça signifie que la menace ultralibérale a été repoussée ».
De fait, plutôt que de considérer de facto une politique de soutien aux start-ups comme souhaitable et efficace, il conviendrait de rester prudent vis-à-vis de ce genre d'initiative. Une telle attitude serait d'autant plus vertueuse qu'elle permettrait de comprendre que « l'économie disruptive », loin de dynamiter les codes du secteur économique, imite sans scrupule les recettes du « monde d'avant ». Les concepts flous de « start-up » ou de « technologies de ruptures » y sont les nouveaux arguments d'autorité justifiant la destruction de nos écosystèmes, la disparition des petites entreprises et des services publics et la précarisation de pans entiers de la populations.

Jules BRION

NDLR : Pour en savoir plus sur la différence entre libéralisme et néolibéralisme,  lire sur LVSL l'article réalisé par Vincent Ortiz et Pablo Patarin  : L'impératif néolibéral de « l'adaptation » : retour sur l'ouvrage de Barbara Stiegler.

»»  lvsl.fr

 legrandsoir.info

 Commenter