Accepter cookie ?
19/09/2021 reseauinternational.net  6 min #195317

L'offensive contre Idlib, imminente ?

Après l'entrée progressive de l'armée syrienne dans diverses parties de la province de Deraa, les experts, en s'appuyant sur les propos du président russe lors de sa récente rencontre avec Bachar al-Assad, soulignent que le prochain objectif de Damas et de Moscou est de nettoyer l'une des plus importantes provinces occupées par la Turquie dans le nord de la Syrie.

La chaîne Al-Mayadeen a récemment abordé la question dans un rapport du chercheur des relations internationales et l'expert des affaires turques, Hassani al-Mahalli, a commencé son rapport comme suit : « Il est devenu clair que Damas, avec ou sans le consentement de la Russie, ne peut plus tolérer la poursuite de la situation actuelle à Idlib et dans le nord de la Syrie en général, car le maintenir dans cet état rendra la solution finale plus difficile ».

Dans une lecture rapide du discours du président russe Vladimir Poutine lors de sa réception soudaine du président syrien Bachar al-Assad (lundi dernier), on peut clairement voir les caractéristiques des développements possibles en Syrie, au premier rang desquels figure le règlement de la question d'Idlib, avec ou sans le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le président Poutine a dit en s'adressant au président Assad : « Le principal problème réside dans la présence de forces étrangères dans certaines zones du pays sans décision des Nations unies, et sans votre autorisation, ce qui est contraire au droit international. Cela ne vous donne pas la possibilité de déployer le maximum d'efforts pour parvenir à la stabilité et à la sécurité dans le pays, et d'avancer sur la voie de la reconstruction à un rythme qui aurait pu être atteint si les terres du pays étaient sous votre administration. L'objectif de la prochaine étape était clairement défini, à savoir la présence turque dans le nord de la Syrie, et surtout, la protection turque d'Idlib, y compris des terroristes de diverses nationalités ».

Selon l'article d'Al-Mayadeen, ces déclarations du président Poutine ont été précédées d'informations de presse turque faisant état de graves divergences entre les chefs militaires turcs et les chefs des factions affiliées à la soi-disant « armée nationale syrienne » dans de nombreuses régions du nord de la Syrie, ce qui explique le refus de ces factions pour recevoir les terroristes de Deraa qui sont venus dans la région.

L'information fait également état de graves tensions entre l'armée turque et diverses factions à Idlib, dont la brigade Abu Bakr al-Siddiq, après que 3 soldats turcs ont été tués à cause de cette tension. De nombreux scénarios se profilent ainsi :

1 - La tension persistante entre l'armée turque et Hayat Tahrir al-Cham et certaines des factions qui lui sont affiliées, les médias turcs évoquant des consultations entre les deux parties pour s'entendre sur le sort de ces factions à Idlib, à l'approche de la date de l'action militaire syro-russe à Idlib.

2 - Dans le cadre des consultations précitées, le journaliste Sedat Arkin, connu pour ses relations avec les chefs militaires, a soulevé de nombreuses questions sur l'avenir des terroristes d'Idlib, et a déclaré : « Qu'en fera la Turquie ? Elle les accueillera à bras ouvert ou resteront-ils à Idlib malgré le refus turc, pour que la région se transforme en un deuxième Afghanistan ? »

Le journaliste Ark Agar Er a, à son tour, évoqué « les efforts d'Ankara pour transférer des terroristes non syriens d'Idlib en Afghanistan après un accord avec les Taliban sur cette question, avec la médiation du Qatar », ajoutant que « Moscou et Pékin surveillent de près cette question, car la plupart d'entre eux sont des citoyens chinois (ouïghours). Et russes (Tchétchénie), et certains d'entre eux sont des citoyens des républiques d'Asie centrale limitrophes de l'Afghanistan. Il y a également des informations qui parlent de l'examen de cette question lors des discussions du sommet de Shanghai à la capitale du Tadjikistan ».

3 - Les partis d'opposition et les médias d'opposition ne cachent pas leur inquiétude quant à la possibilité de l'entêtement du président Erdogan à maintenir ses positions à Idlib et à protéger les terroristes là-bas, considérant qu'ils sont une carte importante dans ses calculs globaux et ses négociations avec toutes les régions et les parties internationales, notamment avec la poursuite du différend russo-américain sur la situation à l'est de l'Euphrate. Les responsables turcs parlent de cette question pour plaire à Washington, que Erdogan a accusé à plusieurs reprises de soutenir les Unités de Protection du Peuple kurde, la branche syrienne du Parti des Travailleurs du Kurdistan turc (PKK).

À ce propos, l'amiral à la retraite Turker Erturk a déclaré : « Erdogan fera tout pour conserver la carte d'Idlib, et son projet idéologique en Syrie tombera s'il le perd. Avec sa défaite là-bas, tous ses rêves dans la région tomberont, ce qu'il ne pourra pas supporter facilement après avoir perdu en Égypte, en Tunisie, au Maroc, et bientôt en Libye ».

4 - Le fait qu'Erdogan abandonne ses alliés à Idlib et au nord de la Syrie en général, dans le cadre d'un accord sur lequel Moscou et Washington pourraient s'entendre, et qui serait imposé à toutes les parties régionales, est le sujet dont les médias turcs ont commencé à parler, en référence aux possibilités qu'Erdogan exploite à nouveau la crise des déplacés syriens, si l'armée syrienne prend d'assaut Idlib et d'autres zones d'où l'armée turque se retirera et laissera des dizaines de milliers de terroristes là-bas sous la pression américano-russe, et ses possibilités sont toujours faibles.

5 - Le dernier scénario et le plus populaire est que Erdogan ne se soucie pas de tout ce qui est dit ou sera dit sur Idlib et la Syrie en général, et il continuera à s'opposer à toute action militaire conjointe syro-russe, même au prix de les affronter, comme il l'a fait en février 2020, alors que des avions russes bombardaient les positions de l'armée turque, tuant 34 soldats turcs. Ankara a riposté en bombardant le quartier général des officiers syriens avec des drones, en tuant 10 personnes. Le président Poutine a appelé Erdogan, l'a invité à une réunion d'urgence à Moscou le 5 mars, et l'a fait attendre à la porte de la salle de réunion pendant plusieurs minutes, sans que le nouvel accord de Moscou contribue à un quelconque progrès. Dans la crise d'Idlib, c'est la même chose que dans l'accord de Sotchi du 17 septembre 2018, à la suite duquel Ankara a envoyé des milliers de ses troupes dans la région.

Selon la chaîne Al-Mayadeen, ces scénarios coïncidaient avec les informations qui parlaient deux jours avant la rencontre Poutine-Assad des contacts intensifs entre Moscou et Washington concernant le dossier syrien, dont le retrait américain de l'est de l'Euphrate, dans le cadre d'un accord global entre Damas, les FDS et les Kurdes.

« Dans tous les cas, et en pariant sur l'un des scénarios possibles, il est devenu clair que Damas, avec ou sans consentement russe, et après avoir résolu le dossier complexe et dangereux de Deraa, ne peut plus tolérer la poursuite de la situation actuelle à Idlib et dans le nord de la Syrie en général. Parce que si la situation reste telle qu'elle est, il sera difficile de parvenir à une solution définitive à la crise si elle ne la rend pas impossible », conclut l'article d'Al-Mayadeen.


source :  parstoday.com

 reseauinternational.net

 Commenter