Accepter cookie ?
17/10/2021 reseauinternational.net  10 min #196597

Les États-Unis pourraient enfin être prêts à faire marche arrière pour éviter une troisième guerre mondiale

par Eric Zuesse.

Ou peut-être que cela ira dans la direction opposée, vers la perdition de toute l'humanité.

Récemment, les tensions ont augmenté entre, d'une part, l'Amérique et, d'autre part, la Russie et la Chine. Une guerre nucléaire incluant les États-Unis détruirait le monde entier, car elle ne serait pas seulement nucléaire, mais nucléaire de grande puissance, ce qui impliquerait un si grand nombre d'explosions nucléaires (peut-être toutes en moins d'une heure), que l'hiver nucléaire s'étendrait non seulement à tout l'hémisphère nord, mais probablement aussi à tout l'hémisphère sud (bien que plus lentement). Malheureusement, aucune étude scientifique n'a été publiée pour analyser le résultat d'une telle guerre, mais des études ont été publiées sur les conséquences probables de guerres nucléaires entre petites puissances, et les résultats ont indiqué des conséquences presque aussi catastrophiques que celles que j'ai sommairement indiquées ici pour une guerre nucléaire entre grandes puissances.

L'événement public culminant montrant qu'un recul des États-Unis a eu lieu serait l'acceptation par Biden de la ligne rouge de Poutine (qui, si elle est franchie, précipiterait une attaque russe contre les États-Unis). Les États-Unis se seraient engagés à ne jamais franchir cette ligne, et ce recul consisterait en un accord mutuellement accepté et appliqué concernant l'Ukraine et ses deux régions séparatistes (le Donbass, actuellement indépendant, et la Crimée russe). Dans le cas de la Chine, Biden devrait également accepter la ligne rouge de Xi, qui consisterait à accepter publiquement l'accord américano-chinois du 28 février 1972, appelé «   Communiqué de Shanghai«, dans lequel le gouvernement des États-Unis a convenu avec la Chine de la promesse et de l'engagement suivants : « Les États-Unis reconnaissent que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taïwan soutiennent qu'il n'y a qu'une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement des États-Unis ne conteste pas cette position. Il réaffirme son intérêt pour un règlement pacifique de la question de Taïwan par les Chinois eux-mêmes ». Toutefois, il faudrait également ajouter au communiqué de Shanghai un addendum stipulant que si le gouvernement de Taïwan refuse de reconnaître publiquement et officiellement qu'il fait partie de la Chine - qu'il n'est plus une colonie du Japon, comme il l'a été entre 1895 et 1945 (et qu'il a été une province de la Chine entre 1683 et 1895), et qu'il n'est pas non plus une nation distincte (c'est-à-dire indépendante) - les États-Unis ne s'opposeront pas à une restauration imposée militairement de Taïwan en tant que province chinoise.

« Si cela vous semble fou, sachez que la Première Guerre mondiale a également commencé comme une folie, et que les populations des différents pays en guerre ont été tenues dans l'ignorance de tout, sauf de la propagande. Les populations croient massivement la propagande, même s'il a été démontré par la suite qu'elle était basée sur des mensonges ».

 Le communiqué de Shanghai va cependant beaucoup plus loin que cela, engageant le gouvernement américain à ne jamais faire certaines des choses que, au cours de la dernière décennie, le gouvernement américain a faites de manière de plus en plus éhontée ; et, ainsi, les trois engagements les plus cruciaux du communiqué de Shanghai concernant Taïwan seront spécifiquement cités ici (et l'un d'entre eux vient d'être cité mais sera cité à nouveau, dans le contexte des deux autres, afin que les lecteurs puissent constater plus clairement la manière éhontée dont le gouvernement américain a récemment violé le communiqué de Shanghai) :

« Les deux parties sont convenues que les pays, quel que soit leur système social, doivent conduire leurs relations sur la base des principes de respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de tous les États, de non-agression contre d'autres États, de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autres États, d'égalité et d'avantages mutuels, et de coexistence pacifique ».

« Les deux parties sont d'avis qu'il serait contraire aux intérêts des peuples du monde qu'un grand pays s'entende avec un autre contre d'autres pays, ou que les grands pays divisent le monde en sphères d'intérêt ».

« La partie américaine a déclaré : Les États-Unis reconnaissent que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taïwan soutiennent qu'il n'y a qu'une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement des États-Unis ne conteste pas cette position. Il réaffirme son intérêt pour un règlement pacifique de la question de Taïwan par les Chinois eux-mêmes. Dans cette perspective, il affirme l'objectif ultime du retrait de toutes les forces et installations militaires américaines de Taïwan ».

Si les États-Unis acceptent l'une ou l'autre de ces deux lignes rouges - celle de la Russie et/ou de la Chine - (c'est-à-dire s'ils acceptent de s'y soumettre et ne s'y opposent pas), cela reviendrait pour eux à faire marche arrière afin d'éviter une troisième guerre mondiale. En d'autres termes, cela témoignerait de la décision actuelle du gouvernement américain selon laquelle son principal objectif en matière de sécurité nationale n'est pas d'étendre son empire actuel, mais d'éviter une troisième guerre mondiale (éviter toute guerre des États-Unis contre la Russie ou la Chine).

Cela semble maintenant probable en ce qui concerne la ligne rouge de la Russie, comme l'a indiqué la chaîne russe RT News le 13 octobre, sous le titre «   Le Kremlin affirme que les États-Unis et la Russie conviennent que l'Ukraine doit accorder au Donbass un statut autonome spécial  ». Cela signifierait que M. Biden se conforme à la ligne rouge de Poutine concernant le Donbass. Le lendemain, RT titrait «   Les relations tendues entre les États-Unis et la Russie pourraient bientôt s'améliorer, selon Moscou ». On y lit que, après avoir rencontré des responsables du Kremlin à Moscou, « Victoria [Nuland] a emporté avec elle à Washington une liste assez longue des problèmes identifiés par la partie russe pour la nécessité de les résoudre le plus rapidement possible ». Nuland est  la reine des néoconservateurs (ou impérialistes américains, ou « super-hawks », ou « MIC darlings »), et avait été envoyée à Moscou afin de pousser aussi fort que possible pour obtenir des concessions de la Russie. Elle avait auparavant joué un rôle déterminant dans  le coup d'État américain de 2014 contre l'Ukraine, qui a capturé l'Ukraine en vue d'une formation et d'une aide militaires, et d'une inclusion potentielle dans l'UE et dans l'OTAN -  lequel coup d'État (qu'elle a principalement organisé) a en fait déclenché la restauration active actuelle de la Guerre froide entre les États-Unis et la Russie. C'est probablement la raison pour laquelle Biden l'a choisie pour cette mission. (C'est comme envoyer le  tortionnaire d'une victime pour savoir ce dont la victime a besoin.) On ne sait pas si Biden décidera selon les recommandations de Victoria Nuland ou non. S'il le fait, il poursuivra le plan du président Obama (qu'elle avait conçu) visant à placer des missiles américains à la frontière entre l'Ukraine et la Russie, afin d'atteindre la «   primauté nucléaire » : la capacité pour les États-Unis de détruire Moscou en moins de dix minutes -  un délai trop court pour que la Russie puisse lancer des représailles. Cela indiquerait également que la Chine est elle aussi en grand danger ; cela l'avertirait qu'elle doit présumer du pire quant aux intentions du gouvernement américain.

Si les États-Unis n'obtempèrent pas, il est possible que la Russie et la Chine annoncent conjointement et publiquement que toute invasion contre l'un d'entre eux sera considérée comme une invasion contre les deux.

D'autre part, si Biden cède en ce qui concerne la Russie, la Chine sera également beaucoup plus en sécurité. En effet, s'il cède, il devra accepter non seulement que l'Ukraine doit se conformer aux accords de Minsk concernant le Donbass et que la  Crimée (que le dirigeant de l'Union soviétique N. Kruschev avait arbitrairement transférée de la Russie à l'Ukraine en 1954) est une province de la Russie, mais aussi que Taïwan est une province de la Chine. (Si Biden devait se conformer à la demande de la Russie mais pas à celle de la Chine, son invasion ultérieure de la Chine serait presque certainement accueillie par les forces russes, et pas seulement par les forces chinoises, et l'Amérique connaîtrait donc probablement une nouvelle défaite - ou alors le monde entier, par le biais d'une guerre nucléaire entre superpuissances). S'il n'accepte pas au moins ces trois exigences (lignes rouges), il est peu probable, voire impossible, d'éviter la troisième guerre mondiale. Ce refus indiquerait que le gouvernement américain accorde une plus grande priorité à l'expansion de son empire qu'à la nécessité d'éviter une guerre nucléaire mondiale.

Ni la Russie ni la Chine n'accepteront de faire partie de l'empire américain. La question est maintenant de savoir si le gouvernement américain acceptera finalement ce fait. S'il le faisait, il violerait toute la politique internationale des États-Unis depuis la mort de FDR le 12 avril 1945. Ce serait un tournant dans l'histoire du monde - l'apogée de l'empire américain, qui a d'abord été imposé par Truman et Eisenhower (principalement par des coups d'État). Mais, de même, la poursuite par Biden de la politique d'Obama sur l'Ukraine, sous l'égide de Nuland, produirait également l'apogée, qui signifierait alors la troisième guerre mondiale (en fait, la fin de l'histoire de l'humanité). L'empire américain pourrait se terminer par l'acceptation par le gouvernement américain du fait que la situation se dégrade à partir de maintenant, et que l'empire s'éteint progressivement. Ou bien, il prendra fin avec la troisième guerre mondiale. C'est le choix qui se présente maintenant à Biden. Cette décision viendra probablement sous ce Président - et peut-être très bientôt.

Le 15 octobre, le très bien informé et extraordinairement honnête analyste des affaires diplomatiques géostratégiques, Alexander Mercouris, a titré «  Le voyage de Nuland à Moscou se termine par un désaccord sur toutes les questions, la Russie envisage de geler ses relations avec les États-Unis  », et il a fourni une description détaillée des résultats des négociations de Nuland la semaine dernière à Moscou avec le Kremlin (et des médias américains virtuels). Le peu de couverture médiatique américaine qu'il y a eu  se moquait de la Russie et ne présentait rien de ce que les négociateurs russes avaient dit, mais seulement ce que les ennemis de la Russie disaient, comme «   Apparemment, les misogynes de Moscou préfèrent ne pas traiter avec une femme du tout »). Le point de vue de Mercouris sur la question est que Biden va probablement continuer à faire ce que Nuland et d'autres néoconservateurs extrêmes contre la Russie veulent qu'on fasse. Si Mercouris a raison, alors nous sommes maintenant au bord de la troisième guerre mondiale. Mais on ne peut que supputer si cette guerre commencera contre la Russie ou contre la Chine.

Si cela vous semble fou, sachez que la Première Guerre mondiale a également commencé comme une folie, et que les opinions publiques des différents pays combattants ont été tenues dans l'ignorance de tout, sauf de la propagande. Les populations croient massivement la propagande, même s'il a été prouvé par la suite qu'elle était basée sur des mensonges. Par exemple, le présent rapport est soumis simultanément à pratiquement tous les médias des États-Unis et des pays alliés. Voyons combien d'entre eux le publieront. Après tout, il ne s'agit pas de propagande. Tout ce qu'il contient est documenté par les liens, qui renvoient tous à des sources extraordinairement pertinentes et fiables. La propagande ne fait pas cela. Mais peu de gens le remarquent. C'est ainsi que les impérialistes s'en sortent régulièrement avec des meurtres de masse, comme en Irak, en Syrie et en Ukraine.

source :  greanvillepost.com

traduit par  Avic pour  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter