Accepter cookie ?
20/10/2021 reseauinternational.net  11 min #196727

Le « Télégramme plus long » des États-Unis consiste en un interventionnisme hostile contre la Chine présenté comme une compétition

par Alastair Crooke.

Les titulaires de la Maison Blanche vont et viennent, mais les objectifs de sécurité des États-Unis ne changent pas de cap aussi facilement.

Dans le cadre de l'escalade de la position anti-chinoise de Trump, Taïwan a bénéficié d'une reconnaissance et d'un soutien accrus - avec des visites régulières de haut niveau de responsables américains, ainsi qu'une augmentation des ventes d'armes. Cela a conduit certains experts du Beltway, à l'époque, à s'inquiéter de « l'ambiguïté stratégique » concernant la possibilité d'une réponse militaire américaine - si Taïwan était militairement réunie à la Chine - qui était délibérément érodée. Ils ont mis en garde dans  Foreign Affairs de ne pas faire de vagues avec la Chine.

Néanmoins, Taipei craignait que la future administration Biden n'édulcore les efforts déployés par les faucons chinois de Washington pour favoriser l'autonomie de Taïwan. Elle craignait que la politique étrangère des États-Unis sous Biden adopte une approche plus souple, davantage axée sur la gestion de son pivot vers une « concurrence intense » avec la Chine.

Bruxelles a partagé les mêmes attentes d'une approche « plus souple » à la Biden - quoique dans le contexte de la coopération multilatérale - dans le sillage de l'arrivée de Biden à la Maison Blanche. Le mantra « America is Back » de Biden a reçu un accueil enthousiaste de la part de la classe dirigeante bruxelloise. On s'attendait à ce qu'il renverse le scepticisme et les hésitations de Trump à l'égard de l'OTAN et de l'UE, et qu'il ouvre un nouvel âge d'or du multilatéralisme. Ce n'est pas le cas.

Le « pivot-laser » de Biden vers la Chine comme intérêt primordial en matière de sécurité a plutôt eu pour conséquence que l'Atlantique Nord, l'UE et l'OTAN sont devenus beaucoup moins importants pour Washington, le cœur de la sécurité des États-Unis se réduisant à « bloquer » la Chine dans le Pacifique.

Biden peut « parler » multilatéralisme ; il peut parler plus « doucement » ; mais ce sont les conceptualisations de l'industrie militaire, des écoles de guerre et des groupes de réflexion qui comptent en fin de compte, et auxquelles il faut prêter attention. Pourquoi ? parce que la continuité.

Les titulaires de la Maison Blanche vont et viennent, mais les objectifs de sécurité des États-Unis ne changent pas aussi facilement de cap. Un coup de barre de la part de la nouvelle administration ne suffit souvent pas à modifier le cap d'un énorme navire. Les perspectives des groupes de réflexion militaires académiques évoluent à un rythme différent, et sur un « rythme » plus long. Lorsque Trump était à la Maison Blanche, ses opinions sur l'OTAN et les efforts de défense de l'Europe n'étaient pas si différents de celles que vient de manifester Blinken, lorsqu'il dénigre l'UE en tant qu'acteur significatif sur le plan mondial - alors que les États-Unis plongent dans leur métamorphose « China First ».

La principale différence réside dans le style : le nouveau secrétaire d'État le dit dans un excellent français, alors que Trump n'a tout simplement pas « la finesse européenne ». La continuité, cependant, est toujours présente.

Le 3 octobre, le porte-parole du Département d'État, Ned Price, a  déclaré que les États-Unis étaient surtout préoccupés par l'activité aérienne de la Chine près de Taïwan, qualifiant ces actions de « provocatrices ». Price a également décrit Taïwan comme un pays « démocratique », un « allié des États-Unis » et un pays qui « partage nos valeurs ». « Nous continuerons à nous tenir aux côtés de nos amis et alliés pour faire progresser notre prospérité, notre sécurité et nos valeurs communes et approfondir nos liens avec Taïwan démocratique », a-t-il déclaré.

Comme il fallait s'y attendre, Pékin a réagi avec fureur en publiant une contre-déclaration vigoureuse critiquant les propos de Price, qui laissent clairement entendre que les États-Unis considèrent Taïwan « démocratique » comme une « nation » distincte de la Chine. Pékin considère toute violation de l'engagement américain de 1972 en faveur d'une seule Chine comme une violation de la plus rouge des lignes rouges de la Chine. Pékin a souligné son extrême colère en déployant un nombre record de 52 avions près de Taïwan, en une seule journée. Et un éditorial tonitruant du Global Times a insisté sur le fait qu'il était « temps d'avertir les sécessionnistes de Taïwan et leurs fomenteurs : La guerre est réelle ».

Biden est peut-être sincère lorsqu'il affirme que son administration ne cherche pas la guerre avec la Chine, mais il n'en reste pas moins que, depuis l'un ou l'autre coin de l'Establishment, la politique d'une seule Chine n'a cessé d'être ébréchée par une série de petits gestes apparemment inoffensifs - proposer de transformer le bureau culturel et économique de Taipei aux États-Unis en un bureau quasi-diplomatique. La semaine dernière, l'ancien premier ministre australien Tony Abbott s'est rendu à Taipei, où il a insisté de manière provocante sur le fait que « toute tentative de coercition aurait des conséquences incalculables » pour la Chine, et a  fortement suggéré que les États-Unis et l'Australie viendraient militairement en aide à Taïwan. « Je ne pense pas que l'Amérique puisse rester sans rien faire et regarder [Taïwan] se faire avaler ».

Ce discours a-t-il été « approuvé » depuis un quelconque bureau de Washington avant d'être prononcé ? Presque certainement « oui ».

En août dernier, dans le Washington Examiner, Michael Rubin, membre senior de l'American Enterprise Institute,  affirmait que Taïwan devait « devenir nucléaire » à la suite du désastreux retrait américain d'Afghanistan. Pour survivre, Taïwan devrait obéir à la loi la plus primitive et la plus brutale de la politique mondiale : L'auto-assistance.

Les autorités de l'île se dirigent manifestement depuis longtemps vers une indépendance totale vis-à-vis de la Chine. Cette semaine, la présidente Tsai, qui marquait le 110ème anniversaire de la déclaration de la République, a attisé les tensions avec Pékin en suggérant que Taïwan constituait la première ligne de défense de la démocratie contre l'autoritarisme. Son discours était truffé de termes laissant entendre qu'il y a deux pays de chaque côté, c'est-à-dire qu'il y a deux nations distinctes. A-t-on incité Tsai à utiliser un tel langage ?

L'affirmation de Rubin selon laquelle Taïwan devrait se doter de l'arme nucléaire n'est pas sans fondement historique. En 1975, la CIA a signalé que « Taipei mène son petit programme nucléaire avec une option d'armement clairement en tête ». Cependant, Taïwan n'a pas été autorisé à développer une arme, et la CIA y a mis un terme en 1987, lorsqu'un transfuge est arrivé aux États-Unis avec la preuve du programme.

Le président Xi, en revanche, est pleinement déterminé à réunifier Taïwan avec la Chine. Il l'a encore répété avec force cette semaine. Pékin soupçonne l'équipe Biden de mener une politique furtive d'encouragement de l'indépendance de Taïwan par des déclarations aussi peu nuancées que celle de Price, qui donnent l'impression d'une Amérique qui, en dernier recours, soutiendrait un acte unilatéral d'indépendance de Taïwan. La réponse de la Chine est sans équivoque : Cela signifierait la guerre.

Mais il y a plus que cela. Taïwan est la principale pièce de l'échiquier, mais pas la seule. Là encore, la continuité est la clé. Les titulaires et leurs programmes vont et viennent, mais il est presque impossible de résister à l'attraction dynamique de la continuité.

Début février - quatre semaines seulement après l'investiture de Biden - un sénateur républicain, Dan Sullivan, membre de la commission des services armés, a pris la parole devant le Sénat américain, en réponse à la publication par l'Atlantic Council de : « Le Télégramme plus long », un document rédigé par un ancien haut fonctionnaire anonyme proposant une nouvelle stratégie américaine vis-à-vis de la Chine. Le sénateur a déclaré à propos de ce document : il s'agit d'un « développement important » que l'administration Biden « doit examiner attentivement ». Il a noté que les États-Unis sont arrivés à un moment historique similaire à la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle ils ont élaboré leur stratégie d'endiguement de l'Union soviétique.

La référence du sénateur Sullivan à cette stratégie historique d'endiguement de l'Union soviétique visait à établir une comparaison avec le « Long Télégramme » de George Kennan, publié en 1946, sur une grande stratégie américaine à l'égard de l'Union soviétique. Comme l'explique l'auteur anonyme du « Long Télégramme » de janvier :

« Le célèbre « Long Télégramme » de Kennan, envoyé de Moscou en 1946, était avant tout une analyse des faiblesses structurelles inhérentes au modèle soviétique, ancrée dans sa conclusion analytique selon laquelle l'URSS finirait par s'effondrer sous le poids de ses propres contradictions Le Parti communiste chinois (PCC), cependant, a fait preuve de beaucoup plus de dextérité pour survivre que son homologue soviétique, aidé par le fait que la Chine a étudié attentivement, pendant plus d'une décennie, « ce qui a mal tourné » en Union soviétique. Il serait donc extrêmement dangereux de supposer que le système chinois est destiné à s'effondrer inévitablement de l'intérieur - et encore moins de faire du renversement du Parti communiste l'objectif déclaré des États-Unis Le défi actuel exigera une réponse politique qualitativement différente et plus granulaire à la Chine que l'instrument émoussé de « l'endiguement aux caractéristiques chinoises » et le rêve de l'effondrement du PCC ».

Voici un cas de continuité détournée. Oui, l'analyse de Kennan était une évaluation profonde de la façon dont l'Union soviétique fonctionnait à l'intérieur, et de cela avait découlé une stratégie américaine. Et il faut faire de même avec la Chine, insiste l'auteur. Pourtant, on ne trouve dans le nouveau Télégramme aucune compréhension empathique comparable du projet de modernisation du président Xi, ni du rôle joué par l'expérience chinoise du « siècle de l'humiliation ». Le Télégramme plus long est plutôt un récit soutenant l'interventionnisme traditionnel des États-Unis, bien que revêtu du manteau de Kanaan.

Le mode d'emploi est très familier (tiré de l'expérience iranienne) : « La réalité politique est que le PCC est considérablement divisé sur le leadership de Xi et ses vastes ambitions », affirme l'auteur. Les principales conclusions politiques de l'auteur sont les suivantes : créer une brèche dans la direction du PCC, diviser le PCC contre lui-même, mettre en place un menu de points de pression afin d'imposer des coûts à Xi et à ses alliés (Taïwan figure en tête de liste) et spécifier le facteur le plus important qui pourrait contribuer à la chute de Xi : L'échec économique.

Toutes ces politiques identiques qui ont échoué lamentablement en Iran - ils n'apprennent jamais.

Où est-ce que je veux en venir ? C'est qu'après le coup de semonce de Pékin à la déclaration de Ned Price, le conseiller à la Sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, s'est rendu d'urgence à Zurich pour rencontrer Yang Jiechi, membre du Politburo et directeur du bureau de la Commission des Affaires étrangères. Yang et Sullivan ont parlé pendant près de six heures, semble-t-il. Il semble qu'ils n'étaient pas d'accord sur tous les sujets. Sullivan aurait présenté les discussions comme une liste de plusieurs sujets de discorde (droits de l'homme, Ouïghours, Hong Kong, Taïwan, les îles contestées, etc.) que l'Amérique souhaite poursuivre avec Pékin. Yang, cependant, a refusé catégoriquement d'en discuter, affirmant qu'il s'agissait de questions intérieures.

Sullivan a alors insisté sur le fait que le changement climatique devait être séparé de ces autres points de discorde et traité comme un domaine de coopération distinct. Sullivan a également demandé l'ouverture de canaux de communication permettant de « gérer » et de contenir la « concurrence » intense entre l'Amérique et la Chine. Pourtant, il semble qu'ils ne soient pas d'accord sur tous les points. Le seul « point positif » de la réunion a été l'accord - mais seulement de principe - pour une rencontre virtuelle entre Biden et Xi avant la fin de l'année.

Le point ici est que le scénario de Sullivan semble tiré tout droit du manuel Le télégramme plus long, dont les défauts sont très manifestes : Premièrement, il est ancré dans l'idéologie pure de la préservation de la suprématie des États-Unis « pour le siècle à venir » ; et deuxièmement, il est fondé sur la fantaisie d'imaginer que les États-Unis peuvent réussir à changer le processus décisionnel de hauts fonctionnaires chinois dont ils n'ont aucune idée de la culture politique. Cette stratégie se soldera très probablement par un désastre, voire par une guerre catastrophique.

Ce serait toutefois une erreur de sous-estimer l'attrait du Télégramme plus long. Comme le  note Ethan Paul, cela s'explique en partie par le fait que « les esprits les plus aiguisés de Washington se sont concentrés sur la recherche des meilleurs moyens de maintenir la domination américaine, en partant du principe qu'elle est synonyme d'intérêts américains et qu'elle constitue la seule façon d'organiser le monde. De nombreux auteurs de ces arguments - Ely Ratner, Mira Rapp-Hooper, Kelly Magsamen, Melanie Hart, Tarun Chhabra et Lindsey Ford - ont obtenu des postes à responsabilité dans l'administration Biden. Ensemble (et avec leur principal théoricien, Rush Doshi), ils représentent une nouvelle génération montante de décideurs politiques qui cherchent à réorienter la politique étrangère américaine - autour de la concurrence avec la Chine Ils vont maintenant avoir l'occasion de mettre leurs idées à l'épreuve ».

source :  strategic-culture.org

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article