Accepter cookie ?
20/10/2021 wsws.org  10 min #196739

Colin Powell: La classe dirigeante américaine pleure un fidèle serviteur

20 octobre 2021

Personne n'est aussi étroitement identifié avec autant de crimes commis par l'impérialisme américain pendant plus de quatre décennies que Colin Powell. Personne n'a occupé autant de postes de haut rang dans l'appareil de sécurité nationale: général, conseiller à la sécurité nationale, président des chefs d'état-major interarmées, secrétaire d'État.

Cela explique pourquoi, lorsqu'il est décédé tôt lundi matin à l'âge de 84 ans des complications de la COVID-19, les médias américains, et une grande partie des médias mondiaux ont été submergés par une couverture élogieuse et des hommages effusifs de la part des présidents, des leaders du Congrès et des experts des médias.

Le président Joe Biden a ordonné que les drapeaux américains soient mis en berne pour le reste de la semaine, tout en publiant une déclaration qui saluait Powell comme «un patriote à l'honneur et à la dignité inégalés» qui «a atteint les plus hauts rangs de l'armée américaine et conseillé quatre présidents». Il a cité «l'engagement personnel de Powell en faveur des valeurs démocratiques qui font la force de notre pays», alors qu'il a «brisé à plusieurs reprises les barrières raciales».

Une grande partie de l'adulation du Parti démocrate s'est concentrée sur le rôle de Powell en tant que premier Afro-Américain à atteindre les sommets de la machine militaire américaine. Le député Jamaal Bowman, membre des Socialistes démocrates d'Amérique, a tweeté qu'«en tant qu'homme noir qui essaie de comprendre le monde, Colin Powell a été une inspiration» pour lui.

Il n'a pas précisé quel Colin Powell était son inspiration: le général Colin Powell qui a aidé à sauver Ronald Reagan dans le scandale Iran-Contra, ou le président des chefs d'état-major Colin Powell qui a supervisé l'incinération des conscrits irakiens en 1991, ou encore le secrétaire d'État Colin Powell qui a justifié l'invasion imminente de l'Irak par les États-Unis en 2003. Son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies, dans lequel il affirmait que l'Irak possédait des armes de destruction massive, est entré dans l'histoire comme un synonyme du «gros mensonge».

Powell a joué un rôle important dans tous les cas majeurs d'agression militaire américaine pendant quatre décennies. Après s'être engagé dans le ROTC (Reserve Officers Training Corps) du City College de New York, Powell est entré dans l'armée américaine en tant que sous-lieutenant et s'est fait envoyer au Viêt Nam, d'abord comme «conseiller» d'un bataillon sud-vietnamien en 1963, puis comme officier des opérations d'une division américaine en 1968, à la suite de l'offensive du Têt.

Après que Powell soit retourné au Pentagone et ait repris ses études pour obtenir un MBA, la Maison-Blanche de Nixon l'a repéré et l'a sélectionné comme collaborateur de la Maison-Blanche au Bureau de la gestion et du budget, où il a rencontré Caspar Weinberger et Frank Carlucci, des assistants de Nixon qui l'ont amené à des postes de haut niveau lors du retour au pouvoir du républicain Ronald Reagan en 1981. Weinberger, alors secrétaire à la Défense, a nommé le désormais brigadier général Powell comme son principal assistant militaire en 1983.

Powell s'est d'abord fait connaître du public lors du scandale Iran-Contra. Comme le Bulletin, le prédécesseur américain du WSWS, a rapporté à l'époque le témoignage du Lieutenant Colonel Oliver North, le conseiller adjoint à la sécurité nationale: «North a déclaré avoir discuté des livraisons secrètes d'armes à l'Iran avec au moins quatre responsables du Pentagone: le secrétaire à la Défense Caspar Weinberger, son assistant le général Colin Powell, Noël Koch, chef du Pentagone pour les opérations spéciales, et [le secrétaire adjoint à la Défense Richard] Armitage. Powell a depuis été élevé au rang de numéro 2 du Conseil national de sécurité».

En d'autres termes, Powell a remplacé Oliver North après la révélation des ventes secrètes d'armes à l'Iran pour financer l'armement illégal des contras nicaraguayens. En l'espace d'un an, le scandale a également forcé la démission de l'amiral John Poindexter, le conseiller à la sécurité nationale qui avait supervisé l'opération illégale. Powell a été promu pour le remplacer en tant que dernier conseiller à la sécurité nationale de Reagan.

Le gouvernement entrant de George H. W. Bush ne fut pas ingrat pour ce service politique. En août 1989, Bush a nommé Powell président des chefs d'état-major interarmées, le plus haut poste en uniforme de l'armée américaine, sautant par-dessus 14 autres généraux de haut rang. À ce titre, Powell a été le principal conseiller militaire du président lors de l'invasion et de l'occupation du Panama en décembre 1989. Au cours de cette invasion, les forces américaines ont rapidement envahi le petit pays et se sont emparées de son dirigeant, Manuel Noriega, un dirigeant militaire sanguinaire et un ancien agent des services de renseignement américains qui s'était attiré les foudres de Washington.

Cette opération a servi de répétition générale pour un acte d'agression beaucoup plus important et plus conséquent: la guerre du Golfe persique, au cours de laquelle l'armée américaine a déployé 500.000 soldats au Moyen-Orient en réponse à la prise du Koweït par le président irakien Saddam Hussein (à qui l'on avait fait croire que cette action avait l'appui des États-Unis). Powell et le secrétaire à la défense Richard Cheney ont joué les principaux rôles dans l'organisation du massacre par l'armée américaine d'une armée irakienne mal entraînée et mal équipée, qui n'était pas en mesure de se défendre contre un bombardement aérien généralisé, suivi d'une guerre terrestre à grande échelle avec les armes les plus modernes.

Au cours de ce bain de sang unilatéral, Powell a déclaré: «Notre stratégie à l'égard de cette armée est très simple. D'abord, nous allons l'isoler, puis nous allons la tuer». Son plaidoyer brutal en faveur des tueries de masse est devenu connu sous le nom de «doctrine Powell» et l'antithèse de la guerre prétendument graduelle qui caractérisait le Vietnam: appliquer une force écrasante, anéantir l'ennemi rapidement, puis se retirer.

Cette doctrine était plus facile à appliquer contre l'armée de conscrits de Saddam Hussein piégée dans le désert que contre des combattants de la libération vietnamienne hautement motivés opérant dans la jungle. Mais la victoire militaire a été proclamée comme une preuve du génie de Powell. Il a supervisé un dernier acte d'agression sous le gouvernement Bush en menant l'invasion américaine de la Somalie en 1992, pour se retirer ensuite sous les acclamations des médias et les appels des deux partis capitalistes à se présenter aux élections. Powell s'est déclaré publiquement républicain, mais a décidé de ne pas briguer de poste politique, préférant attendre le prochain président républicain.

George W. Bush a nommé Powell son secrétaire d'État en décembre 2000. Cette nomination est intervenue à un moment critique: quelques jours seulement après que la Cour suprême des États-Unis, dans son infâme arrêt Bush contre Gore, a interrompu le décompte des voix en Floride, et attribuant les grands électeurs de cet État, et donc la présidence, au candidat républicain. Gore a concédé, disant à ses conseillers qu'il ne pouvait devenir président à l'encontre des souhaits de l'armée. Le fait que Bush ait choisi un ancien général pour sa première nomination est une indication supplémentaire du rôle décisif de l'armée dans la crise politique des États-Unis.

Powell a été secrétaire d'État tout au long du premier mandat de Bush, qui a englobé les attentats du 11 septembre, l'invasion américaine de l'Afghanistan, ainsi que l'invasion et l'occupation américaines de l'Irak. Le fait que Powell, soldat de combat et partisan d'une force écrasante, soit devenu le dernier défenseur de la diplomatie dans un gouvernement qui a fait de l'agression et de la conquête militaire l'axe de sa politique étrangère en dit long sur le virage à droite de la classe dirigeante américaine.

Les luttes intestines au sein du gouvernement Bush semblaient prendre la forme d'une routine de «bon flic, mauvais flic», Powell se heurtant tantôt au secrétaire à la défense Donald Rumsfeld, tantôt au vice-président Dick Cheney. Presque invariablement, cela se terminait par la mise en œuvre d'une politique militariste de droite. À l'occasion, si Powell avait le dessus, il y avait un peu de sophisme diplomatique, mais le plus souvent, Bush choisissait l'arrogance effrontée.

L'épisode le plus notoire des quatre années de Powell à la tête du département d'État s'est produit en février 2003, lorsqu'on l'a envoyé aux Nations unies pour plaider la cause du gouvernement Bush, à savoir que Saddam Hussein était en possession d'«armes de destruction massive» et qu'il s'était secrètement allié à Al-Qaïda, et était donc le responsable ultime des attentats du 11 septembre. Il ne fait aucun doute que Bush préférait que Powell prenne la parole, puisque les médias l'avaient présenté comme le visage «raisonnable» du gouvernement, voire comme une «colombe», qui s'abstenait de la rhétorique à glacer le sang de Cheney et du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.

«Chaque déclaration que je fais aujourd'hui», a déclaré Powell au Conseil de sécurité, «est étayée par des sources, des sources solides. Ce ne sont pas des affirmations. Ce que nous vous donnons, ce sont des faits et des conclusions fondés sur des preuves solides». Comme cela allait être prouvé en quelques mois, après l'invasion et la conquête de l'Irak par les États-Unis, les «faits» et les «preuves» étaient un tissu de mensonges. Les armes de destruction massive n'existaient pas. Al-Qaïda était un ennemi acharné du régime laïque baasiste de Bagdad, et non un allié. L'impérialisme américain a plongé le pays, et le Moyen-Orient dans son ensemble, dans la guerre, les souffrances massives et la destruction de la société dont ils ne sont toujours pas sortis. Et Colin Powell a été l'un des principaux instigateurs.

Le discours de Powell visait principalement à intimider l'opinion publique américaine. Le Parti démocrate s'est immédiatement prononcé en faveur de la guerre, y compris, comme l'a souligné le WSWS à l'époque, le sénateur Joe Biden du Delaware. À l'époque, il était le démocrate le plus haut placé au sein de la Commission des Affaires étrangères du Sénat.

Pour Powell, cependant, ce fut le début de la fin de son utilité politique pour le cabinet de guerre de Bush. Il est resté en poste jusqu'à ce que Bush soit réélu, puis il a été congédié sans ménagement, remplacé par la conseillère à la sécurité nationale de Bush, Condoleezza Rice. Il a continué à défendre la guerre en Irak, déclarant à l'Associated Press en 2012: «Je pense que nous avons eu beaucoup de succès», ajoutant, «Le terrible dictateur irakien n'est plus». Et un million d'Irakiens aussi, ainsi que 5.000 soldats américains, et des centaines de milliers d'autres blessés et meurtris psychologiquement.

Par la suite, Powell a fait quelques vagues dans la politique capitaliste, rompant avec le Parti républicain pour soutenir Barack Obama à la présidence en 2008. Puis il est apparu à la Convention nationale démocrate en tant qu'intervenant vedette en août 2020, au nom de Biden et Kamala Harris.

La caractéristique la plus importante de l'ascension de Powell est aussi la plus inquiétante pour l'avenir. Il était le prototype du général politique, un homme qui a fait carrière non pas grâce à ses succès à la guerre - aussi sinistre que cela puisse être - mais grâce à ses succès dans les luttes intestines au Pentagone et à la Maison-Blanche. Il n'était pas haut placé au point de subir l'ignominie de la défaite américaine au Vietnam. Par la suite, il a profité du parrainage de puissants mécènes comme Weinberger, Carlucci et George H. W. Bush. Leur investissement s'est avéré très rentable pour les deux parties.

Aujourd'hui, de telles figures militaropolitiques abondent. Certains, comme David Petraeus, se sont éteints. D'autres, comme Mark Milley, ont acquis une notoriété médiatique et se trouvent acclamés comme des sauveurs de la démocratie pour avoir résisté à la volonté de Trump d'instaurer un régime fasciste bien que, comme l'a souligné le WSWS, une démocratie qui dépend de la tolérance des généraux de haut rang n'est pas vraiment une démocratie du tout: elle attend simplement le «bon» dictateur. Plus insidieusement, les officiers militaires de rang inférieur et les agents de renseignements constituent désormais une part importante du Parti démocrate au Congrès et exercent essentiellement un droit de veto sur les politiques du gouvernement Biden.

Avec la mort de Colin Powell, l'élite dirigeante américaine se rend un dernier service: parfaire la décadence de la démocratie américaine en chantant les louanges de sa vie en tant que modèle pour les jeunes des minorités. En utilisant la rhétorique de la politique identitaire, l'impérialisme américain cherche à dissimuler sa nature prédatrice.

(Article paru en anglais le 19 octobre 2021)

 wsws.org

 Commenter