Accepter cookie ?
27/11/2021 reseauinternational.net  3 min #198486

Au Venezuela, Maduro savoure sa victoire et l'échec du « coup d'État institutionnel » lancé par Trump

par Jean-Baptiste Mendes.

Pour Maduro, c'est un triomphe. Pour la première fois depuis 2017, l'opposition vénézuélienne a participé aux élections locales. Ce qui enterre définitivement les espoirs de Juan Guaido et de Washington.

Nicolas Maduro est allé savourer  sa victoire à Cuba, célébrant ce 26 novembre le cinquième anniversaire de la mort de Fidel Castro. Cinq jours avant, le Président vénézuélien remportait 20 des 23 régions aux élections locales. Un scrutin auquel participait l'opposition pour la première fois depuis 2017. Selon Romain Migus, journaliste et spécialiste de l'Amérique latine, l'enjeu était surtout de « tourner la page de l'opération Guaido«.

Le 23 janvier 2019, Juan Guaido s'autoproclamait Président du pays, aussitôt soutenu par Washington et quelques capitales européennes. Une opération en forme « de coup d'État institutionnel mis en marche par Donald Trump«, dénonce Migus. Une tentative de déstabilisation aujourd'hui vaincue?

Caracas : Maduro au pouvoir et Guaido dans les oubliettes de l'Histoire ?

En réalité, la  rivalité entre Guaido et Maduro n'a pas réellement duré. Le président de l'Assemblée nationale de l'époque n'aura bénéficié que d'un laps de temps très court où les puissances occidentales ont cru « qu'il pouvait prendre le pouvoir«. C'est-à-dire entre janvier 2019 et le 30 avril 2019, période marquée par « sa tentative de coup d'État qui a échoué«. Si Joe Biden lui a récemment réaffirmé son soutien, reste que personne n'est dupe. « Les États-Unis savent que  Guaido ne représente personne«, affirme Romain Migus.

Mais le fondateur du site Les 2Rives.info va plus loin en accusant Washington d'utiliser encore le prétendant malheureux comme une « façade légale pour piller le pays«. À la suite de  l'embargo américain en 2019, la filiale pétrolière Citgo a coupé ses liens avec sa société mère PDVSA, la compagnie pétrolière nationale. Elle est désormais sous contrôle de l'opposant vénézuélien. Les 30 tonnes d'or de Caracas sont aussi toujours détenues par la Grande-Bretagne.

source:  fr.sputniknews.com

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article

Référencé par : 1 article