Accepter cookie ?
27/11/2021 reseauinternational.net  3 min #198489

Conséquences psychologiques du port du masque par la population : L'obscène

par Jean-Claude Paye et Tülay Umay.

A ce jour, le du port du masque par la population pour combattre la Covid-19 est recommandé par de nombreuses institutions, mais son efficacité n'a toujours pas été prouvée. Jean-Claude Paye et Tülay Umay analysent les conséquences psychologiques de cette pratique. Ils s'interrogent aussi sur l'étrange ressemblance entre d'un côté les covidés et les jihadistes masqués et, de l'autre, entre les réponses politiques à la Covid et à la terreur.

*

La contrainte du port du masque est organique à la « pandémie ». Elle repose sur un mécanisme fétichiste. Elle saisit le visage, dont la capture est au centre du processus d'assujettissement.

Au contact de ce fétiche, l'individu est envahi par un sentiment d'altération de sa personnalité. C'est donc dans l'ordre visuel, celui de l'objet-regard, que se joue le sentiment d'obscénité. Il impose alors un impératif inconditionnel de ne pas assumer sa liberté et de consentir à la perte de son humanité. Il implique automatiquement une capacité d'abandon de soi, basculant dans l'obscène.

L'injonction met en place une procédure, où le désir de l'Autre se confond avec la violence de la contamination. Cet automatisme mimétique, destructeur du processus de différenciation, ne repose plus, comme dans la « lutte antiterroriste », sur une guerre contre le droit. Ici, les libertés étant déjà détruites, il s'appuie sur une révocation de la Loi symbolique.

Dans la « guerre contre le coronavirus », l'individu est happé par la jouissance de l'objet-regard présentifié par le masque. Il détourne alors l'usage de l'objet en satisfaction de la pulsion de mort. De part son caractère traumatique, celle-ci devient une compulsion de répétition, renversant le désir de l'Autre en jouissance d'objet.

La chose scopique est au fondement de la démesure sanitaire, qui articule, non plus le désir au Réel, mais fait l'injonction de jouir du Réel. Alors, ce qui est mis en scène n'est plus la parole, mais l' ob-scène de l'objet masque.

Le covidisme prive les individus de leur visage. Il porte une violence, surpassant celle résultant de la suppression des libertés publiques et privées, réalisée par le droit antiterroriste. Si la « lutte antiterroriste » s'est principalement attaquée aux dimensions imaginaire et symbolique de la société, la « guerre contre le coronavirus » enferme dans le Réel de la psychose.

Le port du masque exhibe le consentement des populations au non sens de l'ensemble des dispositions « hygiéniques », à l'acceptation de mesures qui les détruisent. Si bien que refuser cette effraction de notre dignité mettrait fin à l'état d'urgence sanitaire. Au contraire, s'appuyant sur un passage à l'acte qui suspend la conscience, la généralisation du port du masque produit une homogénéisation des comportements. Elle supprime tout processus de différenciation et se pose comme religion universelle.

Une pédagogie de la contamination

Bien que même l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaisse que le masque ne protège pas du virus, son obligation est centrale dans la gestion de la « pandémie ». Cette organisation recommande cependant un port généralisé qui rappelle le danger et installe des attitudes « de précaution ». L'objectif reconnu est celui d'une mutation des comportements. Il s'agit d'une mesure d'éducation des individus, devant leur permettre de vivre dans une « société épidémique »

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-11-27 #11200
L'objectif reconnu est celui d'une mutation des comportements.