Accepter cookie ?
26/01/2022 arretsurinfo.ch  7 min #201163

Déclaration du réseau international « Non à la guerre, non à l'Otan » en Ukraine

Dissolution de l'OTAN - pour la « sécurité commune », la solidarité, la durabilité et le désarmement.

Non à la guerre en Ukraine

Non à l'expansion de l'OTAN

L'Europe a besoin de coopération et de désarmement

Les tensions entre l'OTAN et la Russie - deux puissances dotées de l'arme nucléaire - prennent des proportions alarmantes. Nous appelons à la fin de cette confrontation : si elle ne prend pas fin, tout le monde sera perdant. L'Ukraine paie déjà un lourd tribut économique et humain à ces hostilités, inutilement attisées au niveau international et national. Poursuivre cette politique de confrontation jusqu'à sa conclusion logique signifie que de nombreuses personnes vont mourir.

L'Europe a besoin d'une véritable politique de sécurité fondée sur la coopération, le respect mutuel et la confiance. Actuellement, la politique de sécurité de l'OTAN menace d'entraîner l'Europe dans une guerre dévastatrice parce qu'elle refuse de prendre en compte les intérêts de sécurité de la Russie. La politique expansionniste de l'OTAN refuse d'exclure l'adhésion de l'Ukraine. Cela franchit une ligne rouge pour la Russie qui y voit une atteinte grave à ses propres intérêts de sécurité. Le dialogue est essentiel pour résoudre ces questions - la guerre n'est pas la solution.

Pendant ce temps, le peuple ukrainien souffre. Malgré les accords de Minsk, les violents affrontements dans l'est de l'Ukraine - qui ont vu le jour à la suite du violent coup d'État à Kiev - se poursuivent. L'OTAN et la Russie jettent de l'huile sur le feu par des livraisons d'armes, des déploiements de troupes et des exercices militaires. Ces provocations et cette préparation à la guerre doivent cesser.

L'hostilité entre les États-Unis/OTAN et la Russie a des répercussions sur d'autres défis régionaux et internationaux qui nécessitent une coopération. Cette nouvelle guerre froide, avec sa nouvelle course aux armements coûteuse et dangereuse, détourne des ressources qui auraient pu être utilisées pour résoudre ensemble la catastrophe climatique et d'autres problèmes majeurs.

Nous demandons instamment à toutes les parties concernées de cesser de suivre une voie militaire et d'œuvrer à une nouvelle politique de sécurité pour l'Europe fondée sur les principes suivants :

1-Une nouvelle architecture de sécurité fondée sur le concept des principes de « sécurité commune » dans l'esprit des principes de l'Acte final d'Helsinki 1975, tels que réaffirmés dans la Charte de Paris de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (1990). Ce principe stipule que la sécurité est indivisible et que la sécurité d'un État est liée à la sécurité de tous les autres.

2-Les nouveaux élargissements de l'OTAN constituent une violation provocatrice du principe de « sécurité commune » et doivent être arrêtés. L'Ukraine devrait se voir accorder le statut d'État neutre, assorti de garanties de sécurité.

3-Les propositions russes d'un accord avec l'OTAN et d'un traité avec les États-Unis doivent être prises au sérieux et peuvent servir de base à la construction d'une nouvelle architecture de sécurité européenne avec des mesures et des garanties de sécurité mutuellement convenues. Cela signifie, entre autres, qu'aucun nouveau système d'armement ni aucune troupe ne seront déployés dans la zone frontalière entre l'OTAN et la Russie, pas même sur une base dite de rotation.

4-Le principe du désarmement doit à nouveau être central. Cela s'applique en particulier au désarmement nucléaire avec l'objectif d'une zone exempte d'armes nucléaires pour l'ensemble de l'Europe.

5-Le conflit en Ukraine ne doit pas être alimenté davantage par des transferts d'armes, des manœuvres et le déploiement provocateur de troupes. Les parties en Ukraine devraient être exhortées à respecter les accords de Minsk II, tels que le cessez-le-feu, l'accès sécurisé à l'aide humanitaire, le retrait de toutes les troupes et de tous les équipements militaires étrangers, la réforme constitutionnelle avec la décentralisation comme élément central, le respect des droits des minorités et un processus politique dans les régions de Donetsk et de Lugansk. En outre, un plan est nécessaire pour la reconstruction économique du pays et le renforcement de la démocratie et des institutions.

Nos exigences sont claires :  

Dissolution de l'OTAN - pour la « sécurité commune », la solidarité, la durabilité et le désarmement.

Réseau international no-to-nato.org 24. Janvier 2022

Version originale en anglais

Statement of the international No to war - no to NATO network on Ukraine No to war in Ukraine No to NATO expansion

Europe needs cooperation and disarmament

Tensions between NATO and Russia - two nuclear-armed powers - are reaching alarming proportions. We call for an end to this confrontation: if it doesn't end, everyone will lose. Ukraine is already paying a heavy economic and human price as a result of these hostilities, unnecessarily stirred up internationally and nationally. Following this politics of confrontation to its logical conclusion means that many people will die.

Europe needs a genuine security policy based on cooperation, mutual respect and trust. Currently, NATO's own security policy threatens to drag Europe into a devastating war because it refuses to take Russian security interests into account. NATO's expansionary policy refuses to rule out membership for Ukraine. This crosses a red line for Russia which sees this as a serious breach of its own security interests. Dialogue is essential to resolve these issues - war is not the answer.

Meanwhile the people of Ukraine are suffering, Despite the Minsk agreements, the violent clashes in eastern Ukraine - which emerged in the wake of the violent coup in Kiev - continue. NATO and Russia are adding fuel to the fire through arms deliveries, troop deployments and military exercises. These provocations and preparation for war have to stop.

The hostility between the US/NATO and Russia has repercussions for other regional and international challenges that require cooperation. This new Cold War with its expensive and dangerous new arms race is diverting resources from working together to solve the climate catastrophe and other major problems.

We urge all parties involved to stop pursuing a military path and to work towards a new security policy for Europe based on the following principles:

1-A new security architecture based on the concept of the principles of « common security » in the spirit of the principles of the Helsinki Final Act 1975, as reaffirmed in the Paris Charter of the Organization for Security and Co-operation in Europe (1990). This states that security is indivisible and that the security of one state is linked to the security of all others.

2-Further NATO enlargements are a provocative breach of the principle of 'common security' and must be stopped. Ukraine should be given the status of a neutral state with accompanying security guarantees.

3-The Russian proposals for an agreement with NATO and a treaty with the US should be taken seriously and can serve as a basis for building a new European security architecture with mutually agreed security measures and guarantees. This means, among other things, that no new weapon systems or troops will be deployed in the border zone between NATO and Russia, not even on a so-called rotational basis.

4-The principle of disarmament must once again be central. This applies in particular to nuclear disarmament with the objective of a nuclear-weapon-free zone for the whole of Europe.

5-The conflict in Ukraine should not be further fuelled by arms transfers, manoeuvres and the provocative deployment of troops. The parties in Ukraine should be urged to respect the Minsk II agreements such as the ceasefire, secure access for humanitarian aid, withdrawal of all foreign troops and military equipment, constitutional reform with decentralization as a central element and respect for minority rights and a political process in the regions of Donetsk and Lugansk. In addition, a plan is needed for the economic reconstruction of the country and the strengthening of democracy and institutions.

Our demands are clear:
Dissolution of NATO - for « common security », solidarity, sustainability and disarmament.

International network no-to-nato.org 24. January 2022

 arretsurinfo.ch

 Commenter