Accepter cookie ?
27/01/2022 lesakerfrancophone.fr  15 min #201201

Une réévaluation des capacités militaires de la Ldnr

Par The Saker - Le 26 janvier 2022 - Source  The Saker's Blog

Les tensions actuelles autour de l'est de l'Ukraine suscitent beaucoup de malentendus. Nous avons donc tout, n'importe quoi et son contraire. Le tout présenté avec beaucoup de sérieux comme des faits incontestables. Je ne vais pas traiter de tous ces faits ici, mais je vais aborder quelques idées fausses.

Mais d'abord, une mise en garde. Ce qui suit est un modèle beaucoup trop simplifié et la réalité des tactiques, de l'art opérationnel et de la stratégie est beaucoup plus complexe. Veuillez garder cela à l'esprit lorsque vous lirez ce qui suit.

Mais commençons par quelques cartes :

Voici une carte politique générale du Banderastan et de ses voisins :

Ensuite, voici une carte russe montrant la ligne de contact (tirée d'une vidéo sur YouTube) :

Ignorez les détails, tout ce que je vous demande est de regarder les contours de la ligne de contact (Ukies en bleu, LDNR en rouge). C'est la même région qui, dans la carte politique ci-dessus, est étiquetée « 5 ».

D'accord, il y a beaucoup de « calculs » en cours pour comparer les forces du VSU (Ukie) et celles de la LDNR. Comme pour tout comptage de haricots, cela n'a aucun sens d'un point de vue militaire. Je ne peux pas rédiger un exposé détaillé ici, mais je tiens à souligner quelques concepts militaires clés.

Compter les forces le long de la ligne de contact (alias « ligne avancée de troupes propres » (FLOT) ou « bord avant de la zone de combat » (FEBA)) n'a aucun sens puisque les forces militaires n'attaquent pas « de front ». Vous avez peut-être entendu la règle empirique (pas plus que cela !!) selon laquelle il faut un rapport de force d'environ 3 contre 1 en faveur d'une force attaquante pour surmonter les défenses ennemies. Comme toutes les règles empiriques, ce n'est pas tout à fait vrai, mais c'est utile car cela fait intervenir la notion de concentration des forces le long de l'axe principal/des axes d'attaque.

Typiquement, si vous avez 10 unités (le type ne nous concerne pas ici) d'un côté et 10 de l'autre, l'attaquant voudra créer une attaque de diversion pour attirer les forces de défense et ensuite concentrer les forces d'attaque sur le segment le plus faible des défenses. Là encore, ce n'est pas tout à fait vrai, mais cela suffit pour nos besoins.

La plupart des comptables vous diront que la VSU a un avantage numérique entre 2 contre 1 et 3 contre 1 sur les forces de la LDNR. Est-ce suffisant ?

Mauvaise question.

La vraie question devrait être : la VSU peut-elle atteindre un rapport de force de 3 contre 1 (ou plus !) contre les forces de la LDNR sur un axe d'attaque spécifique ?

Cette question implique ceci : les Ukies peuvent-ils déplacer leurs forces et les concentrer efficacement ?

Problème : afin de préparer une telle concentration, les Ukies devraient le faire sans être remarqués par les Russes. Pourquoi ? Parce qu'une fois que les Ukies ont concentré leurs forces, ils deviennent une cible très profitable pour la LDNR et, éventuellement, les systèmes d'armes russes à courte et moyenne portée !

C'est un dilemme : plus vos forces sont concentrées, plus elles deviennent une cible intéressante.

De plus, en concentrant vos forces sur le secteur X, vous diminuez nécessairement leur concentration sur les autres secteurs, ce qui vous expose non seulement à une contre-attaque ennemie, mais même à un enveloppement ennemi (souvenez-vous des « chaudrons » dans lesquels les Ukies ont été enfermés par les forces de la LDNR lors de la première guerre ?)

Une solution à ce dilemme est de fortifier fortement vos défenses sur les autres secteurs (oui, les préparations « défensives » font en fait partie intégrante de toute opération offensive !) Mais comment organiser une telle défense en profondeur (au moins deux échelons distincts) sans que les Russes le voient et en tirent toutes les conclusions évidentes ?

Ensuite, vous devez garder à l'esprit qu'une défense typique est généralement une défense en profondeur, ce qui signifie qu'une fois que vous avez franchi le premier « mur » de défense (appelé premier échelon), vous devez faire face à un deuxième « mur » et, parfois, à un troisième. Et maintenant que vos forces ont franchi le premier mur, elles sont coincées entre deux murs ennemis, même s'il y a un trou dans le premier mur. Vous aurez besoin d'amener des renforts pour développer votre attaque. Ou vous pouvez utiliser votre force entre les deux murs comme un groupe de manœuvre pour faire des choses comme envelopper une partie du premier mur, ou manœuvrer rapidement pour désorganiser les défenses. Les détails n'ont pas d'importance, ce qui compte, c'est que le fait de « simplement » franchir le premier mur ne signifie pas que vous avez « gagné ». En fait, un ennemi habile voudra que vous franchissiez le mur à un endroit qu'il a prédit et que vous vous retrouviez dans une sorte de « poche de feu » où il pourra vous dégommer.

Ceci pour vous donner une idée de la complexité de toute attaque contre une défense préparée. Ajoutez à cela qu'en fonction du terrain (steppes ou zones urbaines), vos rapports de force peuvent être beaucoup plus élevés, 6 contre 1 pour une opération offensive urbaine est tout à fait raisonnable. Où trouver de tels effectifs et comment les concentrer ?

La situation est encore pire.

Regardez la carte du haut et plus particulièrement cette partie de la carte :

Je n'approuve pas, je répète, je n'approuve PAS toutes les cartes qui sèment la panique dans les médias occidentaux, mais du point de vue des Ukrainiens, toute la ligne frontalière que j'ai soulignée en rouge est un axe d'avancée potentiel pour les forces armées russes.

Considérez-la comme un « demi-caillou opérationnel potentiel » 🙂

C'est la principale raison pour laquelle les Ukies n'ont déployé qu'environ la moitié de leurs forces totales le long de la Ligne de Contact (LC) en LDNR : ils ont besoin de garder des forces à la fois le long de leurs frontières et au moins quelques réserves pour contrer toute attaque russe possible (même si très peu probable) par voie terrestre (et même maritime, voir ci-dessous).

Lors de la première guerre, les « chaudrons » étaient tous tactiques, c'est-à-dire qu'ils impliquaient des sous-unités plus petites qu'une division régulière. Cette fois-ci, les Ukies risquent un chaudron opérationnel, impliquant toutes les forces déployées le long de la LC avec la LDNR, c'est-à-dire toutes les forces indiquées en bleu sur la carte ci-dessus, soit l'équivalent de 8 à 10 brigades.

C'est un risque ÉNORME pour le VSU et il est déterminé par la géographie, pas par les PSYOP occidentales.

En parlant de réserves. Les forces russes (les fameux plus de 100 000 soldats mentionnés dans les médias occidentaux) « proches » (terme non militaire) de la frontière ukrainienne sont à leur emplacement permanent et ne sont pas prêtes à attaquer. De plus, pour attaquer l'Ukraine, la Russie aurait besoin de plus de forces de toute façon, mais ignorons cela. Du point de vue ukrainien, ces 100 000 soldats sont fonctionnellement une « réserve stratégique de la LDNR » ou un troisième échelon défensif de la LDNR si vous préférez. Cela signifie que leur mission n'est pas d'envahir l'Ukraine, mais d'empêcher une percée ukrainienne en cas d'effondrement soudain des forces de la LDNR.

Ensuite, quelques mots sur le Belarus et Kaliningrad.

Il n'est absolument pas nécessaire que la Russie utilise ses forces en Biélorussie ou à Kaliningrad contre l'Ukraine. Ce ne sont que des cauchemars pour effrayer les néo-conservateurs la nuit. Le véritable objectif de ces forces est de protéger l'ensemble du théâtre d'opérations contre toute tentative d'intervention de l'OTAN par le nord (Baltique) ou l'ouest (Pologne). Oui, la Russie peut, et a déjà déployé des missiles Iskander dans les deux régions (elle les déplace beaucoup), et en cas de guerre totale, les postes de commandement de l'OTAN, les concentrations de forces, le C4I, les aérodromes, les ports, etc. pourraient être (et seraient) visés par ces missiles, mais la véritable fonction principale de ces forces en cas de guerre dans l'est de l'Ukraine serait de fermer l'ensemble de l'espace aérien, ce que les Occidentaux appellent l'anti-accès/le déni de zone (A2/AD) : en fait, créer une zone d'exclusion aérienne pour les États-Unis et l'OTAN.

Revenons maintenant au calcul des coûts et à la LC. S'il est probablement vrai que le VSU dispose d'un avantage numérique en termes d'effectifs (l'ampleur de cet avantage n'est pas claire, mais admettons, pour les besoins de la discussion, qu'il est d'environ 2,5 contre 1), la guerre moderne est mécanisée et en termes de blindage, la LDNR a l'avantage, de loin selon certaines sources (personne ne connaît les vrais chiffres). La plupart des blindés Ukies sont en mauvais état et ne peuvent pas vraiment bouger.

La situation est encore pire avec les forces aériennes. Tout ce que les Ukies ont, ce sont quelques MiG-29, MiG-25 et Su-27 de l'ère soviétique, dont la plupart ne sont même pas aptes à voler. Les 30 ou plus qui peuvent voler seraient rapidement éliminés par les défenses aériennes des forces aérospatiales et terrestres russes.

Donc, jusqu'à présent, nous avons :

  • Des ratios de forces Ukies inadéquats
  • Un « demi-caillou opérationnel potentiel » géographique déjà créé.
  • Aucune force aérienne digne de ce nom
  • Des blindés inadéquats

Continuons.

Ensuite, la guerre de manœuvre. Pour qu'une attaque réussisse, l'attaquant doit BEAUCOUP déplacer ses forces. Pour l'attaque elle-même, bien sûr, mais aussi pour la préparer, nous l'avons vu plus haut. Il y a cependant un problème avec les mouvements de troupes : ils rendent les troupes déplacées très vulnérables aux attaques, sauf si vous les déplacez en formation de combat, auquel cas leur mobilité est fortement réduite.

Compte tenu des capacités russes ISTAR (Intelligence, surveillance, acquisition de cible et reconnaissance) dans la zone d'opérations, je doute que les Ukies puissent déplacer quoi que ce soit de plus qu'une compagnie (si c'est le cas !) sans que les Russes en soient instantanément informés (compte tenu des capacités de renseignement humain du SVR/GRU, les Russes pourraient connaître les plans des Ukies avant même qu'ils ne soient finalisés). Selon la distance qui sépare ces forces ukies des forces de la LDNR, l'artillerie de la LDNR pourrait, ou non, être capable de les engager. Mais il est certain que les Russes pourraient très facilement les voir et les anéantir.

Nous n'avons pas encore discuté de l'artillerie.

Les Ukies ont certainement des systèmes d'artillerie performants, principalement des MLRS Smerch de l'ère soviétique et quelques modifications locales. Ils disposent également d'obusiers, de mortiers, de canons, etc. de l'ère soviétique. Mais voici le problème : dès, littéralement, dès qu'un MLRS ou un canon ukie tire, il sera vu par les Russes qui engageront immédiatement ce qu'on appelle un « tir de contre-batterie ». En théorie, les Ukies pourraient faire deux choses pour atténuer ce phénomène : utiliser la GE ou la manœuvre (rapide). Mais en pratique, ils ne pourront faire ni l'un ni l'autre. Tout d'abord, la Russie « possédera l'espace EW » sur l'ensemble du théâtre d'opérations et les manœuvres, eh bien, voir ci-dessus. Une fois que les Russes les voient, ils sont comme morts.

Ensuite, traitons de la marine ukrainienne en une phrase : elle restera au port ou sera coulée, ou les deux. Rien à commenter ici.

Qu'en est-il de la flotte russe de la mer Noire (FRMN) ?

En termes militaires, la Russie possède/contrôle déjà l'ensemble de la mer Noire, toute la mer Noire, y compris les côtes. Les PSYOP occidentales ne vous le diront pas, mais c'est un fait. En outre, la FRMN peut parcourir le littoral ukrainien en menaçant à la fois des attaques au canon et au missile et même un assaut amphibie à grande échelle. Et rien qu'en faisant cela, et sans tirer une seule arme, la FRMN pourrait forcer les Ukies à allouer des forces à la défense de leur littoral, épuisant ainsi davantage les directions nord et est.

À propos, au moins six navires d'assaut amphibies lourds russes (NAA) sont entrés en Méditerranée. Une fois que les tirs auront commencé, il est peu probable que la Turquie les autorise à traverser le Bosphore, mais avant ? Il est également possible que ces navires se dirigent vers la Syrie et, compte tenu de la faiblesse de leur ligne de flottaison sur les photos, ces navires sont entièrement chargés de quelque chose, mais personne ne sait quoi. Quoi qu'il en soit, ces six NAA pourraient bien faire grimper le « cadran de la douleur » pour les États-Unis et l'OTAN de diverses manières imprévisibles.

Cela soulève donc la question suivante : les Ukies ont-ils *quelque chose* en termes de capacités militaires utiles ?

Étonnamment, la réponse est oui. Le SBU (le KGB ukrainien) et les forces spéciales de diversion de l'armée sont bien entraînés, bien armés et bien payés (grâce aux États-Unis et à l'OTAN) et ils ont prouvé leur efficacité contre les services de sécurité de la LDNR (mais pas contre le FSB !). Nous pouvons donc nous attendre à ce qu'elles fassent tout ce qui suit :

  • Créer le chaos et la panique dans la LDNR en sabotant les infrastructures critiques (centrales électriques, produits chimiques, etc.).
  • Assassinats de commandants de la LDNR
  • Opérations de reconnaissance derrière la ligne de contact (installation de balises)
  • Servir de guetteurs/correcteurs d'artillerie et de contrôleurs aériens avancés (du moins tant que les Ukies disposent de pièces d'artillerie, d'avions et de quelques drones).
  • Opérations sous faux drapeau impliquant la destruction/sabotage d'infrastructures critiques de l'UKRAINE (et non de la LDNR) (centrales électriques, produits chimiques, etc.) et accuser la LDNR/Russie d'« atrocités » et de crimes de guerre contre des « civils ukrainiens innocents ».

Ce qui est souvent mal compris, c'est le bon moment pour mener de telles opérations : elles ont tout leur sens juste AVANT une attaque de grande envergure. Une fois la guerre déclenchée, de telles opérations seraient non seulement beaucoup plus difficiles à exécuter, mais elles auraient aussi beaucoup moins d'effet sur les relations publiques. Cependant, pour tout analyste militaire, le déclenchement de telles attaques de diversion/terroristes constituerait également un indicateur clair que « quelque chose se prépare ». Elles doivent donc être programmées avec soin, ni trop tôt, ni trop tard, mais « juste ce qu'il faut », avec une intensification progressive jusqu'au déclenchement complet des hostilités.

Mais oui, les forces spéciales ukrainiennes constituent une menace réelle et les forces de sécurité de la LDNR ont intérêt à se ressaisir ou à laisser les Russes prendre le pouvoir (ce que je préconise depuis des années).

Ensuite, il y a le problème évident du moral. À l'exception des forces spéciales ukrainiennes, le moral de la VSU est, selon tous les témoignages crédibles, proche du plus bas niveau. Et pourquoi pas, je serais aussi déprimé si j'étais à leur place. Les unités de nazis purs et durs sont exactement comme les Israéliens - maîtres dans l'art de tirer sur des civils non armés, mais clowns s'ils sont confrontés à un adversaire réel et compétent (Hezbollah, Russie, Iran ou même Palestiniens - même chose). Comme je l'ai mentionné, les forces spéciales et les mercenaires occidentaux se battront probablement plus durement jusqu'à ce qu'ils soient anéantis ou qu'ils s'enfuient. Ce qui laisse un soldat ukrainien de base affamé, déprimé, mal entraîné, mal armé et terriblement mal commandé face à des gens qui défendent littéralement leur propre terre et leur famille. Certains feront face à leurs propres parents.

Oui, oui, j'ai vu les rapports sur la façon dont le VSU est bien meilleur qu'en 2014. Il est assez facile de revendiquer une grande détermination et un grand moral devant les équipes de télévision, mais une fois qu'une tempête de feu infernale se déchaîne sur vous et que vos compagnons d'armes meurent tout autour de vous, votre superbe moral se dégonflera en quelques heures.

Et rappelez-vous ces deux faits cruciaux :

  • La VSU a un endroit où se retirer (profondeur opérationnelle). Ce n'est pas le cas des forces de la LDNR.
  • La LDNR peut compter sur l'intervention de la Russie si les choses tournent mal. Les forces de la VSU n'ont *personne* prête à mourir pour elles.

Chaque soldat des deux camps est, j'en suis sûr, parfaitement conscient de ces faits cruciaux !

Conclusion

Il est tout à fait prématuré de supposer que la Russie devra intervenir. Les informations de source ouverte disponibles n'indiquent pas que les Ukies ont un avantage clair contre la LDNR, d'autant plus que cette dernière sera sur la défensive.

Voilà pour les bonnes nouvelles. La très mauvaise nouvelle, c'est que les Ukies le comprennent probablement, et leurs maîtres occidentaux le comprennent certainement. Alors comment pourraient-ils *forcer* la Russie à intervenir ?

Je crains qu'ils n'essaient de frapper la ville de Donetsk et les différentes petites villes alentour avec toute la puissance de feu dont ils disposent pour créer un véritable bain de sang. Rappelez-vous comment Saakashvili a attaqué la ville de Tskhinval ? Avec une attaque massive de MLRS rasant des bâtiments entiers dans la ville et tuant des dizaines de civils.

Encore une fois, rappelez-vous que pour l'Occident, l'objectif n'est pas de « vaincre » la Russie ou de « libérer » la LDNR. Il s'agit de forcer la Russie à intervenir.

Si, par un mélange de sabotages, de frappes d'artillerie, d'attaques de drones et même de missiles balistiques (l'Ukraine dispose, sur le papier, de 90 missiles 9K79 Tochka (SS-21 Scarab)), ils peuvent créer un tel bain de sang que la pression politique à l'intérieur de la Russie pour intervenir deviendra énorme. Les Ukrainiens peuvent également être sûrs que tout bain de sang sera soit

  • ignoré par l'Occident ou
  • Mis sur le dos de la Russie

Pour eux, c'est donc une situation gagnant-gagnant, même si l'objectif final est de perdre militairement pour gagner politiquement.

Nous ne pouvons que prier et espérer que la Russie dispose de suffisamment de capacités A2/AD au-dessus de la Novorussie pour empêcher ou, au moins, atténuer cette menace très réelle et horrible. J'espère également que les autorités de la LDNR ont formé la population civile à la manière d'agir en cas d'une telle attaque. N'oubliez pas que Donetsk est essentiellement une ville de la ligne de front : il est donc peu probable que les Ukies tentent de la prendre. Mais ils pourraient faire deux choses : déclencher un massacre de civils et tenter d'encercler la ville (je doute qu'ils essaient cela, car cette idée comporte ses propres risques, mais ce n'est pas important pour nos objectifs). Enfin, en désespoir de cause, les Ukies pourraient même tenter une attaque suicide contre la Crimée ou même contre des villes russes au nord-est du Banderastan.

Ce qui précède n'est qu'une vue d'ensemble en fonction des informations publiques disponibles. Mon objectif n'est pas de prédire ce qui va se passer, mais de partager avec vous quelques concepts qui montrent que les propos primitifs généralement débités par les propagandistes (de tous bords) sont tout à fait irréalistes et ne sont vraiment d'aucune utilité pour l'analyse de l'impasse actuelle.

Une dernière chose : la grande stratégie.

Je ne m'y attarderai pas ici, mais je mentionnerai simplement les objectifs finaux de l'empire anglo-sioniste et de la Russie dans ce conflit :

  • Les Anglo-sionistes veulent forcer la Russie à intervenir pour permettre aux USA de reprendre le contrôle total du continent européen.
  • La Russie veut un nouvel ordre mondial multipolaire sans hégémon unique.

La guerre en Ukraine n'est que la partie émergée de cet « iceberg stratégique » bien plus grand. Nous ne devons jamais perdre cela de vue.

Andrei

ADDENDUM : Autre nouvelle, la faction de la Douma du Parti communiste de Russie a proposé que la Russie reconnaisse la LDNR. Le parti Russie Unie a proposé d'envoyer des armes à la LDNR. Tout cela en même temps.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter