Accepter cookie ?
28/01/2022 ismfrance.org  7 min #201229

« Sortir Gaza du silence : Réflexions sur la résistance » , recension du livre de Sara Roy

Ramona Wadi - « L'occupation reste incontestée par un ordre international qui semble vouloir la légitimer tant qu'il n'y a pas l'adoption d'un accord qui y mette fin. » Cette observation succincte de Sara Roy, faite vers la fin de son livre, "Unsilencing Gaza : Reflections on Resistance" ( Pluto Press, 2021), résume l'impunité qui protège Israël alors qu'il persiste à maintenir Gaza dans une situation intenable.

Manifestation à la clôture frontalière entre Gaza et 'Israël' dans le cadre de la Grande Marche du Retour, mai 2018.

Réunissant une collection d'essais couvrant plusieurs décennies, mais pour la plupart rédigés entre 2009 et 2016 pendant l'ère de l'administration Obama, le regard de Roy sur Gaza met l'enclave au centre de l'attention. Que cache la complicité internationale et américaine avec Israël, et en quoi la marginalisation de Gaza est-elle centrale dans la lutte anticoloniale palestinienne ?

Les politiques d'Israël à Gaza, notamment son blocus illégal, ont inscrit la dépendance forcée des Palestiniens vivant dans l'enclave à l'aide internationale. La punition collective a entraîné un déclin économique dévastateur, mais comme l'explique Roy, Israël a pris soin de contrôler le déclin de l'enclave pour qu'il s'inscrive dans les paramètres du programme humanitaire international. Ce qui n'est pas une tâche difficile pour Israël, étant donné que l'ONU a déjà normalisé la violence coloniale et ses ramifications.

L'anormalité est devenue la norme à Gaza. Roy écrit que la punition collective à Gaza cherche « à empêcher toute sorte d'environnement normal d'émerger, institutionnalisant en termes pratiques et psychologiques une forme d'anormalité qui résiste au changement plus on la laisse exister et s'enraciner ».

Le récit humanitaire, montre Roy, est particulièrement important pour appuyer le récit d'Israël. Depuis le triomphe électoral du Hamas en 2007, l'isolement de Gaza par Israël a créé une situation sans précédent en termes d'aide humanitaire pour les Palestiniens. Avec l'effondrement de l'économie de Gaza, le problème humanitaire prend le pas pour la communauté internationale. Israël bénéficie à son tour de la représentation des Palestiniens comme « des mendiants qui n'ont pas d'identité politique et ne peuvent donc pas avoir de revendications politiques. »

Mais ce qui se passe à Gaza est aussi le reflet de la situation dans l'ensemble des territoires palestiniens occupés. Et alors que la communauté internationale est prétendument résolue à ne pas laisser se produire une catastrophe humanitaire, elle continue à privilégier les liens économiques avec Israël, malgré le fait que la Cisjordanie occupée est susceptible de subir un sort similaire à celui de Gaza. Ce n'est que parce que la rhétorique israélienne et internationale a stratégiquement choisi de séparer les Palestiniens de Gaza et de la Cisjordanie occupée, que les similitudes en termes de politique et de privation n'entrent pas en jeu.

Roy écrit : « Les Palestiniens approchent d'un niveau de dommages et de pertes qui nécessitera des milliards de dollars et des générations de Palestiniens pour être inversé." » C'est-à-dire, si la volonté politique de permettre un tel renversement existait. Étant donné que la politique palestinienne reste dominée par les intérêts israéliens - le refus de traiter avec le Hamas en tant que représentant politique légitime en est un exemple - tout effort d'unité politique et de réconciliation, par exemple, est voué à l'échec. Cette politique de division joue également en faveur d'Israël, qui cherche à séparer Gaza de la Cisjordanie d'un point de vue politique.

Les accords d'Oslo normalisent cette mascarade en promouvant la « paix économique sous occupation ». Alors que la Cisjordanie occupée se voit offrir l'illusion de la prospérité et de la construction d'un État, même si elle a toujours besoin d'un financement international, Gaza reste attachée au paradigme humanitaire. Dans les deux zones, Israël a porté un coup à la lutte anticoloniale palestinienne en exerçant une pression économique. Entre-temps, les accords d'Oslo ont discrédité les droits des Palestiniens en soumettant le peuple à ce que Roy appelle une « occupation permanente ».

Les écrits de Roy relient la situation très difficile actuelle des Palestiniens à la Nakba de 1948, qu'elle décrit comme « l'histoire du présent ». Elle écrit : « Si l'occupation a changé au fil du temps, c'est dans la nature même de son expansion et de sa force, et non dans son allègement, sa réduction ou son renversement. » Donnant une description concise de la violence coloniale d'Israël, y compris le déni de contiguïté territoriale qui contribue à l'isolement de Gaza, Roy tient compte du fait que la perte actuelle fait partie d'un processus historique, et que les difficultés plus récentes renforcent la détérioration des décennies précédentes.

L'opération Bordure protectrice, que M. Roy décrit comme sans précédent en termes de destruction, a renforcé le programme humanitaire antérieur auquel la communauté internationale a attaché les Palestiniens. « Les États-Unis et l'Union européenne nous ramènent en 1948, lorsque les Palestiniens étaient totalement dépendants de l'aide », a déclaré un Palestinien que cite Roy.

Alors que la communauté internationale se centre davantage sur l'aide, même si le financement montre des signes de déclin, notamment après les tentatives de l'administration Trump d'effacer les récits et l'existence des réfugiés palestiniens en coupant les subventions à l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), les réalités de Gaza sont masquées. L'aide humanitaire, en tant qu'effort collectif pour cacher la situation politique, dissimule également les anomalies que vivent les Palestiniens à Gaza, qui doivent être imputées à la violence coloniale d'Israël.

Roy redonne de la visibilité à Gaza. Loin du paradigme de l'aide humanitaire, qui sert bien mieux la communauté internationale et Israël que les Palestiniens en tant que bénéficiaires, l'auteur dépeint une société qui relève ses défis par la mobilisation sociale et l'unification de la résistance. Bien que la bande de Gaza soit associée à la résistance armée, Roy note qu'il y a une adhésion accrue à la résistance non violente. Alors qu'Israël a l'intention de criminaliser l'espace palestinien pour rendre la mémoire palestinienne « incohérente ou vacante », les personnes qui entrent en résistance sont imprégnées d'une conscience façonnée par plusieurs facteurs, notamment les complexités de la politique palestinienne qui opère dans le contexte colonial décidé par Israël. Cependant, comme l'écrit Roy, « les Palestiniens sont capables d'écrire et de raconter leur propre histoire et Israël n'est pas exempt des fardeaux que l'histoire impose. »

Un point important que Roy développe tout au long du livre est la façon dont « Gaza est devenue le modèle de la fragmentation de la Cisjordanie. La Cisjordanie peut avoir un vernis de progrès, mais elle est construite sur le même paradigme et il est également probable que des changements similaires à ceux de Gaza en termes de mobilisation se produiront ». Comme l'a déclaré un Palestinien s'adressant à l'auteur, « la communauté internationale doit cesser de dire "il n'y a pas de plan B" alors que personne - pas même eux - ne pense que le plan A est pratiquement réalisable. »

Article original en anglais paru sur  Middle East Monitor le 13.12.2021 / Traduction MR

Sara Roy est une chercheuse et une économiste américaine. Elle participe au Centre pour les études sur le Moyen-Orient (Center for Middle Eastern Studies en anglais) à l'université Harvard. Elle a vécu plusieurs années dans la bande de Gaza dans les années 1980. Ses recherches - plus de 100 publications sur la politique et l'économie palestiniennes ainsi que sur le conflit israélo-palestinien - se concentrent sur l'économie des territoires palestiniens et plus récemment sur le mouvement islamique palestinien ( Wikipédia)

 ismfrance.org

 Commenter