Accepter cookie ?
28/01/2022 ismfrance.org  8 min #201230

La nouvelle campagne de hasbara dont Israël ne veut pas que vous entendiez parler

Itamar Benzaquen et The Seventh Eye. Le gouvernement israélien a  approuvé dimanche un projet qui pourrait injecter jusqu'à 100 millions de NIS [30 millions de dollars] pour financer secrètement la propagande gouvernementale aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux. Dirigée par le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, l'initiative devrait relancer un  projet raté confié jusqu'à récemment au désormais défunt ministère des Affaires stratégiques, qui a fermé en 2021. Le projet consiste à transférer indirectement de l'argent à des organisations étrangères qui diffuseront la propagande israélienne dans les pays où elles opèrent, tout en cachant le fait qu'elles sont soutenues par le gouvernement israélien.

Wadi Qaddum, Silwan, 26.10.2016. Photo de Mahfouz Abu Turk

Le projet, initialement établi sous le nom de « Solomon's Sling » et désormais connu sous le nom de « Concert », était censé servir de fer de lance au ministère des Affaires stratégiques et modifier  le discours mondial sur Israël, notamment en ligne. La mission de Solomon's Sling était vaguement décrite comme une lutte contre la « délégitimation » de l'État par le biais d'« activités de sensibilisation de masse ».

Dans le plan initial, qui a été  révélé par une série d'enquêtes menées par The Seventh Eye, « Solomon's Sling » s'est vu allouer un budget énorme de 256 millions de NIS [80 millions de dollars]. La moitié de cette somme était censée provenir du budget de l'État, et l'autre moitié de riches particuliers et d'organisations étrangères, principalement aux États-Unis.

La loi américaine concernant les dons provenant d'entités étatiques exige que celles-ci s'enregistrent en tant qu'agents étrangers - un statut qui a dissuadé une grande partie des donateurs et partenaires potentiels, entravant ainsi sérieusement la collecte de fonds. Le recours à « Solomon's Sling », qui est répertorié comme une société d'intérêt public (PBC) mais contrôlé par des représentants du gouvernement, vise à dissiper ces inquiétudes.

«L'idée était qu'il serait plus facile pour eux d'apparaître comme une PBC que comme quelque chose que le gouvernement israélien soutient », a expliqué Ronen Menalis, l'ancien directeur du ministère des Affaires stratégiques, lors d'un débat à la Knesset. « Au final, vous voyez un virement bancaire d'une PBC et non un virement bancaire du gouvernement israélien. C'est ça l'idée. »

Malgré le recours à un organe de médiation, les donateurs n'ont pas pris le train en marche. En conséquence, les personnes à l'origine de « Solomon's Sling » n'ont pas pu utiliser la totalité de la somme qui leur avait été allouée par le budget de l'État. Selon des données récentes du ministère des Affaires étrangères, « Solomon's Sling » n'a pu réunir que 23 millions de NIS [7 millions de dollars] sur les 128 millions de NIS [40 millions de dollars] que l'État a alloués au projet. Étant donné que seule une minorité d'«   agents » étaient prêts à accepter l'argent du gouvernement pour diffuser de la propagande à l'étranger, le projet de hasbara (propagande israélienne parrainée par l'État) n'a jamais décollé.

Combattre une bataille perdue d'avance

Le principe directeur de l'utilisation de « Solomon's Sling », et en général de la dépendance de l'industrie de la hasbara envers les organismes civiques pour diffuser les messages du gouvernement, est que la hasbara à l'ancienne ne fonctionne plus. Lorsqu'un diplomate ou un porte-parole officiel est placé devant une caméra et qu'on lui demande de présenter aux téléspectateurs la liste des points de discussion du gouvernement, les téléspectateurs reconnaissent cette personne comme un représentant de l'establishment, ce qui les fait décrocher. La même dynamique se produit lorsque les représentants de l'État utilisent les réseaux sociaux.

En 2015, le gouvernement a décidé de reconstruire le ministère des Affaires stratégiques, qui était un portefeuille presque vide, pour en faire un organe polyvalent et innovant qui coordonnerait les activités de hasbara non officielles d'Israël. Sous la direction de Gilad Erdan, aujourd'hui ambassadeur d'Israël à l'ONU, le ministère a construit un réseau d'organisations, de médias et de militants qui diffusaient des messages politiques au nom du gouvernement Netanyahou et de l'establishment sécuritaire. Certains l'ont fait grâce au budget du gouvernement, d'autres simplement par alignement idéologique.

Le dénominateur commun est que, dans la plupart des cas, le fait que les messages fassent partie d'un programme gouvernemental a été caché au public visé par la propagande : les citoyens des pays occidentaux, les Israéliens et les Juifs de la diaspora à qui l'on a demandé de collaborer, les militants pro-palestiniens, les influenceurs qui ont été confrontés à des attaques en ligne, etc.

En pratique, la campagne s'est  soldée par un échec sur la plupart des fronts. En juillet 2021, après la formation du gouvernement actuel, le ministère des Affaires stratégiques a été fermé et certains de ses domaines d'activité et employés ont été transférés au ministère des Affaires étrangères. Les diplomates pensaient que la disparition du ministère sonnerait également le glas de « Solomon's Sling » après l'assèchement de ses ressources financières. Toutefois, avant la fermeture du ministère, le contrat avec « Solomon's Sling » a été prolongé jusqu'à la fin de 2021, avant que Lapid ne le prolonge à nouveau jusqu'à la mi-mars 2022.

Hasbara 2.0

Lapid veut maintenant renouveler le projet et lui permettre de continuer à fonctionner au moins jusqu'à la fin de 2025. Selon la proposition soumise au gouvernement, pour chacune des quatre prochaines années, le projet sera doté d'un budget de 25 millions de NIS [8 millions de dollars] - à condition que son personnel et les représentants du ministère des Affaires étrangères parviennent à collecter un montant égal de fonds auprès de sources non gouvernementales. Au total, si la collecte de fonds réussit, le « Solomon's Sling » disposera d'environ 200 millions de NIS [63 millions de dollars].

Un document distribué aux ministres avant le vote indique que « la poursuite du projet permettra au ministère des Affaires étrangères et au gouvernement israélien de planifier et de mettre en œuvre de manière stratégique et structurée une politique d'action pour lutter contre le phénomène de délégitimation de l'État d'Israël et pour construire une légitimité civile dans le monde. »

Le document indique également que « les activités des années à venir se concentreront sur l'expansion significative des capacités opérationnelles existantes dans l'arène, sur l'initiation et la construction d'outils et de domaines d'action innovants, et sur l'amélioration de l'efficacité des activités et des efforts des organisations et organismes pro-israéliens en Israël et dans le monde. »

Le document du ministère des Affaires étrangères ne mentionne pas ou ne fait même pas allusion à l'échec indéniable de « Solomon's Sling », ni au fait que l'utilisation de l'argent du gouvernement pour financer une propagande secrète a suscité de sévères critiques en Israël et à l'étranger.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lior Hayat, a répondu au nom du ministère :

« Le ministère des Affaires étrangères a l'intention d'utiliser l'expérience et les leçons apprises dans l'organisation et de les appliquer pour améliorer la position d'Israël en connectant la société israélienne avec d'autres sociétés, tout en promouvant des partenariats avec la société civile en Israël et dans le monde.

« À cette fin, un travail approfondi a été réalisé ces derniers mois au ministère des Affaires étrangères et les changements nécessaires ont été effectués pour le lancement de 'Concert'. Le ministère des Affaires étrangères est déterminé à continuer à améliorer de manière significative la façon dont il traite la délégitimation dans le monde tout en s'appuyant sur le travail effectué jusqu'à présent par le ministère des Affaires stratégiques, voyant clairement la centralité du défi auquel nous sommes confrontés tout en intégrant les outils politiques avec les outils du monde de la diplomatie publique. »

Article original en anglais sur  +972mag le 25 janvier 2022 / Traduction MR ; une version en hébreu est parue sur  The Seven Eye le 20 janvier 2022.

Itamar Benzaquen est reporter pour The Seventh Eye. The Seventh Eye est le seul organisme indépendant de surveillance des médias en Israël. Fondé en 1996, il publie quotidiennement des revues de presse, des articles, des tribunes libres et des reportages d'investigation visant à dénoncer les pratiques journalistiques inacceptables, les intérêts étrangers dans les médias israéliens, la censure et l'autocensure, la discrimination et le racisme. Les rédacteurs du site suivent et documentent les progrès réalisés dans le monde des médias israéliens, qu'il s'agisse de la résurgence des syndicats de journalistes ou de la dénonciation des contenus publicitaires cachés, le tout dans le but d'encourager un journalisme indépendant, équitable et impartial.

 ismfrance.org

 Commenter