Accepter cookie ?
28/01/2022 lesakerfrancophone.fr  6 min #201264

Voici le domaine clé où la Chine doit s'allier à la Russie pour défier les États-Unis

Par Tom Fowdy - Le 26 janvier 2022 - Source  RT

 avatars.mds.yandex.net

Alors que la crise ukrainienne s'aggrave, il a été largement rapporté que l'administration Biden envisageait d'imposer des sanctions technologiques à la Russie, notamment en ce qui concerne les puces à semi-conducteurs.

En utilisant sa position dans la chaîne de valeur des semi-conducteurs, les États-Unis répéteraient essentiellement l'action qu'ils ont entreprise contre l'entreprise de télécommunications chinoise Huawei, mais en ciblant cette fois un pays entier. Interdire à toute tierce partie qui utilise des brevets américains sur les puces de fournir la Russie équivaudrait à un embargo technologique effectif contre Moscou.

Comme la Chine l'a récemment appris, cela équivaut à un acte de juridiction extraterritoriale de la part des États-Unis. Les États-Unis ont politisé le marché mondial des semi-conducteurs et leur chaîne d'approvisionnement, et incité Pékin à tenter de toute urgence de développer sa propre industrie et ses propres capacités.

Si Huawei est la seule entreprise à avoir été soumise à ces règles strictes dans toute leur ampleur, près de 400 sociétés ont été ajoutées à la redoutable « liste d'entités » des États-Unis, un outil utilisé par les États-Unis pour restreindre le commerce. Ces entreprises couvrent tous les domaines, des télécommunications à l'informatique, en passant par l'aviation, la biotechnologie, l'énergie nucléaire, etc. Le fait que les États-Unis appliquent ce genre de restrictions à un pays de la taille de la Russie serait sans précédent dans l'ère post-1991.

Ce point de référence et la politisation agressive de la chaîne d'approvisionnement mondiale des semi-conducteurs par les États-Unis sont le résultat de l'évolution du contexte politique mondial dans lequel nous vivons. Ils illustrent également le raisonnement qui sous-tend la politique étrangère américaine, laquelle, comme je l'ai commenté précédemment, est obsédée par la préservation à tout prix de son hégémonie unilatérale.

Dans ces circonstances, les sanctions relatives aux semi-conducteurs sont rapidement devenues un outil privilégié à Washington. Le monopole que les États-Unis détiennent sur des technologies stratégiques critiques peut être utilisé dans le but de préserver leurs avantages sur les autres.

Par conséquent, indépendamment de ce qui se passe en Ukraine, la Russie doit s'attendre à être soumise à ces sanctions sous une forme ou une autre. Et cela place Moscou dans la même position que Pékin, dans la nécessité urgente de perdre sa dépendance à l'égard des technologies d'origine américaine, qui peuvent alors être utilisées contre elle, sans avertissement.

Si la Russie dispose de nombreux atouts dans les domaines de l'ingénierie, de l'aérospatiale et des technologies militaires, le monopole américain sur la technologie des semi-conducteurs - et les industries dérivées qu'elle a créées et sur lesquelles elle exerce un contrôle en Corée du Sud, à Taïwan, au Japon et aux Pays-Bas - crée un problème stratégique.

Par conséquent, il est essentiel que la Russie et la Chine travaillent ensemble dans ce domaine. On observe déjà une collaboration croissante en matière de technologies stratégiques dans un certain nombre de domaines, notamment l'aviation, l'armée et l'espace, en raison du défi posé par les États-Unis. Mais les semi-conducteurs doivent également être pris en compte.

Pour consolider leur mainmise sur la chaîne d'approvisionnement mondiale des semi-conducteurs, les États-Unis ont incité des entreprises clés à renforcer leurs capacités dans leur pays ou dans des pays amis. La semaine dernière, Intel a annoncé la construction d'une nouvelle usine dans l'Ohio, peu de temps après que les États-Unis l'ont découragé d'investir dans une usine en Chine. De même, les États-Unis ont fait pression sur TSMC pour qu'elle construise une usine en Arizona, ainsi qu'une autre au Japon. Il est tout à fait clair que les semi-conducteurs ne sont plus une entreprise libre à l'échelle mondiale, mais un élément clé de géopolitique.

Si l'objectif de Pékin est essentiellement de garantir ses propres capacités et approvisionnements pour son propre développement, il devrait reconnaître que ses objectifs seront mieux soutenus en impliquant et en aidant d'autres pays dans la même lutte. Il serait ainsi plus difficile pour les États-Unis d'isoler la Chine et de maintenir une emprise mondiale sur l'industrie.

À cet égard, il serait judicieux que Pékin recherche des solutions communes en matière de semi-conducteurs avec Moscou, notamment en établissant des projets conjoints pour développer de nouveaux brevets dans le domaine de la lithographie et d'autres technologies critiques, en mettant en commun et en partageant l'expertise, et en renforçant la coopération universitaire et de recherche entre les universités, les entreprises et les institutions.

Il serait également intéressant pour les entreprises chinoises concernées d'investir dans la fabrication et les capacités en Russie. Par exemple, Huawei, à qui il est interdit d'utiliser la quasi-totalité des technologies américaines, serait mieux placée pour aider la Russie que d'autres entreprises qui pourraient encore faire l'objet de sanctions, d'autant que l'entreprise elle-même se prépare à fabriquer ses propres équipements de production de puces.

De même, la société chinoise de semi-conducteurs SMIC devrait également envisager d'investir dans des capacités en Russie afin de contribuer à l'établissement d'une chaîne d'approvisionnement plus sûre d'un point de vue stratégique et à la création d'industries nationales complémentaires.

C'est un gain stratégique pour les États-Unis s'ils sont capables de jouer continuellement de cet outil contre les deux pays, mais ils ne sont pas coordonnés dans leur réponse. La Russie dispose d'une expertise scientifique à long terme, tandis que la Chine a une population de plus en plus éduquée et des ressources excédentaires, mais dans les deux cas, il s'agit d'un domaine d'action urgent.

En conclusion, l'évolution de l'environnement international a fait des semi-conducteurs l'arme politique préférée des États-Unis, qui ont exprimé leur volonté d'utiliser leur domination traditionnelle dans ce domaine pour attaquer leurs adversaires, en exploitant le besoin croissant de cette technologie dans notre monde de plus en plus numérisé, dans le cadre d'une tendance plus large vers l'antiglobalisation.

La Chine est déjà engagée dans une course pour empêcher que cela ne devienne l'aspect le plus critique de son endiguement, et tout porte à croire que les États-Unis adopteront la même approche avec la Russie.

Par conséquent, les deux pays doivent élaborer une stratégie et une feuille de route communes pour y faire face. S'ils peuvent viser une base sur la Lune, ils peuvent certainement résoudre le dilemme des semi-conducteurs et lutter contre la politisation et la militarisation de toute une industrie.

Tom Fowdy

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter