Accepter cookie ?
28/01/2022 francais.rt.com  6 min #201269

Eu Disinfolab condamné pour profilage politique d'internautes ayant tweeté sur l'affaire Benalla

© Leon NEAL Source: AFP

Le logo du site Twitter sur un écran d'ordinateur (Image d'illustration.)

28 janv. 2022, 16:25

Afin de réaliser une enquête sur le retentissement sur Twitter de l'affaire Benalla, l'ONG EU DisinfoLab avait réalisé un fichage, notamment politique, d'internautes. Cette pratique lui a finalement valu une condamnation par une autorité belge.

L'ONG EU DisinfoLab, qui se targue de lutter contre la désinformation qui sévit sur Internet, ainsi qu'un de ses chercheurs bénévoles, Nicolas Vanderbiest, ont été condamnés par l'Autorité de protection des données (APD) belge pour avoir réalisé un profilage politique des internautes ayant tweeté sur  l'affaire Alexandre Benalla, rapportent le 27 janvier le quotidien belge  L'Echo ainsi que  Libération.

L'ONG s'était penchée sur l'ampleur qu'avait prise, sur Twitter, l'affaire des violences commises par l'ancien chargé de mission de l'Elysée Alexandre Benalla, qui avait usurpé la fonction de policier lors de la manifestation parisienne du 1er mai 2018. Or, comme le rappelle L'Echo, «au moment de divulguer les résultats de son étude, l'ONG avait également publié des fichiers contenant des données brutes de l'étude». «En vrac et dans le désordre, on pouvait y trouver des informations sur les convictions religieuses, l'origine ethnique ou encore l'orientation sexuelle des personnes dont les comptes avaient été analysés», rappelle le journal belge. Une révélation qui avait soulevé un tollé sur les réseaux sociaux... et  engendré de nombreuses plaintes contre l'ONG.

D'après la même source, plus de 200 plaintes avaient ainsi été adressées à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), qui les avait transférées à l'APD belge, le siège d'EU DisinfoLab se trouvant à Bruxelles.

Selon un  communiqué mis en ligne le 27 janvier, l'APD a décidé d'adresser «une réprimande» à l'ONG et à Nicolas Vanderbiest, et d'imposer à chacun une amende, respectivement de 2 700 euros et de 1 200 euros. «La décision a pris en compte le fait que les défendeurs respectifs sont une petite organisation non gouvernementale sans but lucratif, ainsi qu'une personne physique», précise-t-elle.

Le chercheur ayant réalisé l'étude et l'ONG ont mis en ligne les fichiers de données brutes utilisés, sans prendre de précautions minimales de sécurité telles que par exemple, la pseudonymisation des données

L'autorité belge justifie sa condamnation en ces termes : «Le chercheur ayant réalisé l'étude et l'ONG ont mis en ligne les fichiers de données brutes utilisés, sans prendre de précautions minimales de sécurité telles que par exemple, la pseudonymisation des données, ou encore la restriction de l'accès aux fichiers». Bien que selon l'APD la publication des données par EU DisinfoLab «ne partait sans doute pas d'une mauvaise intention», celle-ci a «exposé les personnes concernées à un risque de discrimination ou de discrédit du fait des profilages politiques réalisés de manière non anonymisée». «Les fichiers contenaient de surcroît également des informations sur des convictions religieuses, l'origine ethnique, ou encore l'orientation sexuelle des personnes dont les comptes ont été analysés», ajoute l'APD.

Les responsables de l'étude, note l'autorité belge dans son communiqué, avaient de leur côté fait valoir que «celle-ci avait notamment un caractère journalistique». En août 2018, alors qu'elle se trouvait sous le feu de critiques d'internautes, l'ONG avait assuré avoir rendu ses listes publiques dans un souci de transparence et  s'était dite «profondément désolée» que son travail ait pu être interprété comme du fichage.

Des allégations d'influence russe qui ont fait «pschitt»

Sur le fond, le fichage réalisé pour l'enquête semblait notamment avoir pour objectif de débusquer quelque activisme lié à une puissance étrangère, dans le retentissement sur Twitter du scandale Benalla.

Ainsi, avant la publication des dernières conclusions de l'enquête, Nicolas Vanderbiest  avait accusé fin juillet un «écosystème russophile» d'avoir contribué à amplifier le mouvement sur le réseau social. Mais quelques jours plus tard, le 8 juillet,  les conclusions de l'étude de UE DisinfoLab ne confirmaient aucune influence étrangère dans l'importance de l'affaire Benalla sur twitter : «[Il est] impossible de déterminer si une vraie personne se trouve derrière chaque compte, et encore moins d'identifier si un compte est à la solde d'un réseau de désinformation étranger», ont ainsi noté les auteurs de l'étude, soulignant par ailleurs que seulement trois personnes utilisaient un système automatique de retweets.

Le directeur de EU DisinfoLab Alexandre Alaphilippe a pourtant maintenu que cette étude montrait «la tendance de comportement d'une minorité de comptes très, très active» qu'il a qualifié de «russophile», en raison de retweets concernant ce sujet d'actualité... des médias RT et Sputnik. Or, Alexandre Alaphilippe s'était gardé d'en tirer une quelconque conclusion, déclarant : «La raison de ce comportement, nous ne l'avons pas.»

Pourquoi alors, une telle focalisation de la part de l'ONG sur l'impact potentiel de comptes «pro-russes» dans une affaire franco-française ? Interrogé par RT France au lendemain de la publication de l'étude, l'animateur du site  Les Crises  Olivier Berruyer, qui avait consacré plusieurs articles à ce sujet,  jugeait que l'ONG ne s'intéressait qu'à l'influence russe. Et invoquait comme argument le fait qu'EU DisinfoLab, dans le cadre d'une étude sur les élections italiennes, aurait selon lui traqué une potentielle influence «russe» : «C'est systématique dans leur vision, c'est "y a-t-il une influence russe ?" et c'est jamais "y a-t-il d'autres influences ?"», avait rapporté Olivier Berruyer, qui qualifiait l'ONG d'«officine».

Restera en tout cas de cette étude de la portée sur Twitter de l'affaire Benalla, une ample polémique sur le fichage politique d'internautes - et une condamnation par la justice belge de cette pratique.

 francais.rt.com

 Commenter