23/02/2022 arretsurinfo.ch  6 min #202627

Quelle est la différence entre le Kosovo et le Donbass ?

Le camp Bondsteel au Kosovo, la plus grande base militaire américaine en Europe, est appelé un Guantanamo plus petit pour héberger les suspects de terrorisme. (KFOR, Bureau des affaires publiques de la Task Force Falcon)

Les États-Unis ont déclaré que le Donbass était différent. En quoi il est différent, personne ne le dira, car vous n'êtes pas censé demander, écrit Vladimir Golstein.

Par Vladimir Golstein

Paru le 23 février 2022 sur  Consortium.news

Il était une fois un pays appelé Yougoslavie. C'était un pays fédéraliste multiethnique et multireligieux, plutôt prospère selon les normes socialistes, et composé de gens fiers qui ont tenu tête à Adolph Hitler et même à Joseph Staline.

Il y avait des mariages mixtes, de la bonne nourriture et de bons films aussi. Et puis l'Occident - une fois que l'Union soviétique a commencé à s'effondrer - a décidé que c'était au tour de la Yougoslavie de s'effondrer. Ce ne serait plus un pays, mais la terre des anciennes haines balkaniques. Et ils ont commencé à les attiser et à les fomenter, en accusant une république en particulier : la Serbie.

Les méchants Serbes ont été accusés de ralentir l'intégration européenne rapide de toutes les autres républiques, qui ont commencé à déclarer leur indépendance. Ces indépendances - Slovénie, Croatie, etc. - ont rapidement été accueillies par l'Occident. Les Allemands étaient là les premiers, essayant leur nouveau rôle de maîtres de l'Europe. Toutes ces républiques ont donc fini par être reconnues et, comme la population était mixte, la lutte civile a commencé dans chaque nouvelle république indépendante.

Les minorités serbes de chaque république ont commencé à être harcelées et expulsées. Tout cela a été toléré et soutenu par l'Occident, qui a lancé un nouveau discours : grands séparatistes, mauvais Serbes. [L'administration Clinton, y compris l'ambassadrice des Nations unies de l'époque, Madeleine Albright, a donné le feu vert à la Croatie pour procéder au nettoyage ethnique d'un quart de million de Serbes dans la région de Krajina. Des années plus tard, des Tchèques en colère et solidaires des Serbes ont confronté Albright lors d'une séance de dédicace à Prague. Elle les a qualifiés de « Serbes dégoûtants »].

Kosovo

Ceux qui se souviennent, se souviennent des guerres, des bombardements et des campagnes de propagande. En 1999, l'OTAN est intervenue militairement pour aider le Kosovo, en grande partie d'origine albanaise, à obtenir son indépendance de la Serbie. La province autonome du Kosovo avait voté à 99 % en faveur de l'indépendance lors d'un référendum organisé en 1991. Huit ans plus tard, l'OTAN bombardait Belgrade en son nom.

Les États-Unis ont accusé les Serbes de nettoyage ethnique, mais une étude suggère que les Kosovars n'ont fui la Serbie en masse qu'après le début des bombardements de l'OTAN. Aujourd'hui, ni le Conseil de l'Europe, ni les Nations unies ne reconnaissent l'indépendance du Kosovo, mais les États-Unis le font. Les États-Unis ont ensuite construit leur base militaire la plus importante et la plus coûteuse au Kosovo.

Pendant la campagne de l'OTAN, j'ai été invité à participer à un panel intitulé « Kosovo et responsabilité morale » organisé par Yale Hillel avec deux autres participants. L'un d'eux était le professeur le plus respecté de Yale, qui exigeait que davantage de bombes soient dirigées vers la Serbie. Elle faisait constamment référence à Munich et à l'apaisement d'Hitler à l'égard des Serbes.

Lorsque j'ai murmuré quelque chose à propos des enfants serbes retrouvés morts à côté de leurs ours en peluche dans un train tombé d'un pont bombardé sur l'ordre de Bill Clinton, j'ai été accusé de démagogie par ce célèbre professeur, qui s'est mis à rhapsodier sur les beautés de Dubrovnik en Croatie, menacées par les méchants Serbes.

Hashim Thaci, Joe Biden, alors vice-président des États-Unis, et Fatmir Sejdiu avec la déclaration d'indépendance du Kosovo, le 21 mai 2009. (Bureau du Premier ministre du Kosovo)

D'une manière ou d'une autre, il est devenu de la responsabilité morale de l'Occident d'arracher les anciennes terres serbes et leurs monastères orthodoxes du treizième siècle pour les donner aux gangsters albanais de l'Armée de libération du Kosovo (UCK), que les États-Unis ont un jour qualifiés de terroristes et qui sont devenus tristement célèbres pour avoir vendu des parties de corps serbes à des acheteurs occidentaux. Leur chef était Hashim Thaci, photographié ci-dessus avec Joe Biden, qui est devenu plus tard président du Kosovo.

Donbass

En 2014, après le violent coup d'État soutenu par les États-Unis qui a renversé le président ukrainien démocratiquement élu, le régime putschiste a proscrit la langue russe et des bandes néonazies ont commencé à attaquer les russophones, notamment en brûlant vives des dizaines de personnes dans un immeuble d'Odessa. Douze jours après cet incident, les oblasts de Lugansk et de Donetsk, en grande partie ethniquement russes, ont déclaré leur indépendance de l'Ukraine.

Comme au Kosovo, les deux provinces ont organisé des référendums qui ont donné des majorités écrasantes en faveur de l'indépendance. Kiev a répondu en lançant une guerre contre ces russophones que le régime a qualifiés de « terroristes ».

Eh bien. Où étaient les États-Unis, l'Allemagne et d'autres pays européens progressistes, lorsque le Donbass a déclaré son indépendance ? Nulle part, bien sûr, car ces républiques ont été immédiatement qualifiées de séparatistes et de guérilleros soutenus par la Russie, en plus de terroristes. Où étaient les professeurs de Yale qui se tordaient les poignets à propos de leur responsabilité morale envers le peuple du Donbass ? Où sont les interminables articles sur les atrocités ukrainiennes, le bombardement des écoles et des hôpitaux, le déplacement de millions de personnes ? C'est bien cela ! Nulle part ! Pourquoi ?

Parce que l'Oncle Sam l'a dit. Il a déclaré que c'était différent. En quoi c'est différent, personne ne le dira, parce que vous n'êtes pas censés demander. C'est différent, fin de l'histoire, et si vous posez des questions, vous êtes un larbin russe.

Nous pouvons reconnaître la Slovénie et la Macédoine, mais pas la Novorossia ou Donetsk. C'est différent. L'un est soutenu par l'OTAN, l'autre par les Russes. Vous ne voyez pas la différence ? Je ne la vois pas. Ni les millions d'autres personnes qui se souviennent de ce que les Allemands, les Américains, les Britanniques ou les Français ont fait à leurs pays.

Alors oui, New York Times et The Guardian, Joe Biden et Boris Johnson. Recommencez votre campagne. Déclarez l'illégalité de la reconnaissance des républiques sécessionnistes, dénoncez les méchants Russes qui veulent envahir le pays et faites comme d'habitude en faisant défiler de fausses autorités qui pontifieront sur la responsabilité morale de refuser au Donbass sa sécurité et sa liberté. Vous ne tromperez personne qui n'est pas prêt à être trompé.

Le vice-président Joe Biden au Camp Bondsteel au Kosovo, le jeudi 21 mai 2009. (Maison Blanche/David Lienemann)

Vladimir Golstein

Vladimir Golstein, ancien professeur associé à l'université de Yale, est président du département d'études slaves de l'université Brown et commentateur des affaires russes.

Source:  Consortium.news

(Traduction: Arrêt sur info)

 arretsurinfo.ch

 Commenter