23/02/2022 mufonfrance.fr  83 min #202630

Les Men In Black Ont Ete Suivi En Silence

Par Emilie Athenour, enquêtrice MUFON France

Traduit par MUFON France article écrit Par Nick Redfern pour Mysterious Universe le 23 février 2022 et Catalogue traduit : Rencontres avec des hommes en noir, un bref catalogue écrit par Gareth J. Medway, Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles par Gareth J. Medway.

Le gouvernement américain a-t-il suivi en silence les activités sinistres des vrais hommes en noir ?

A voir aussi dans cet article : Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles.

En bas de cette page : Rencontres avec des hommes en noir, catalogue des rencontres les plus connues de 1924 à 2003.

Le gouvernement américain a-t-il suivi en silence les activités sinistres des vrais hommes en noir ?

Eh bien, la réponse à la question ci-dessus est un "Oui !" définitif. Le gouvernement américain ne sait peut-être pas très bien qui sont vraiment les Men in Black, mais l'armée et diverses agences ont certainement suivi les activités du MIB. Comme vous allez le voir maintenant. Grâce au succès phénoménal de la franchise cinématographique Men in Black, rares sont les personnes qui n'ont pas entendu parler des sinistres MIB. Dans les films mettant en vedette Will Smith et Tommy Lee Jones dans les rôles des agents "J" et "K", les MIB sont employés par un organisme gouvernemental secret qui a pour mission d'éliminer les extraterrestres hostiles sur la Terre. La réalité des Men in Black, cependant, est très différente. Contrairement à leurs homologues du cinéma, les vrais MIB sont décrits comme n'ayant absolument rien d'humain : leur peau est extrêmement pâle, ils ont de grands yeux globuleux, ils sont extrêmement maigres et souvent très grands. En d'autres termes, ils ne ressemblent pas à des personnes ordinaires. Cela a donné lieu à la théorie selon laquelle les MIB pourraient être des hybrides extraterrestres-humains. Peut-être même des entités surnaturelles. De plus, il existe des preuves solides qui suggèrent que le gouvernement américain a secrètement enquêté sur le phénomène des MIB, afin d'essayer de comprendre qui - ou quoi - sont les Men in Black.

Grâce à la législation américaine sur la liberté d'information, nous avons maintenant en notre possession un certain nombre de documents officiels, auparavant secrets, de l'armée américaine qui confirment ces enquêtes secrètes, qui ont été clairement couvertes à l'époque où le gouvernement faisait tout son possible pour résoudre la mystérieuse énigme de l'identité de ces étranges personnages. Maintenant, passons à la partie suivante : John Keel n'était pas seulement l'auteur du livre acclamé, Les Prophéties de Mothman. Il était aussi quelqu'un qui a creusé très profondément la question des MIB, qui ils étaient, et d'où ils venaient. En février 1967, Keel a l'occasion de parler avec le colonel George P. Freeman. Le colonel Freeman, de l'armée de l'air américaine, a fait la déclaration écrite suivante sur le MIB. Keel en prend bonne note : "Des hommes mystérieux vêtus d'uniformes de l'armée de l'air ou portant d'impressionnantes accréditations d'agences gouvernementales ont fait taire des témoins d'OVNI. Nous avons vérifié un certain nombre de ces cas, et ces hommes ne sont pas liés à l'Air Force de quelque manière que ce soit. Nous n'avons pas été en mesure de trouver quoi que ce soit sur ces hommes. En se faisant passer pour des officiers de l'Air Force et des agents du gouvernement, ils commettent un délit fédéral. Nous aimerions bien en attraper un - malheureusement, la piste est toujours trop froide au moment où nous entendons parler de ces affaires, mais nous essayons toujours."

Moins d'un mois plus tard, plus précisément le 1er mars 1967, le lieutenant-général Hewitt T. Wheless, USAF, a rédigé le mémo suivant. Elle a été largement diffusée au sein de l'armée : "Des informations, non vérifiables, sont parvenues au QG de l'USAF selon lesquelles des personnes prétendant représenter l'Air Force ou d'autres établissements de Défense ont contacté des citoyens ayant aperçu des objets volants non identifiés. Dans un cas rapporté, un individu en civil, qui se présentait comme un membre du NORAD, a exigé et reçu des photos appartenant à un citoyen privé." Le document poursuit : "Dans un autre cas, une personne en uniforme de l'armée de l'air a approché la police locale et d'autres citoyens qui avaient observé un OVNI, les a rassemblés dans une salle d'école et leur a dit qu'ils n'avaient pas vu ce qu'ils pensaient avoir vu et qu'ils ne devaient parler à personne de leur observation. Tout le personnel militaire et civil, et en particulier les officiers d'information et les enquêteurs sur les ovnis, qui entendent parler de tels rapports doivent immédiatement en informer leur bureau local de l'OSI." En clair, non seulement la documentation ci-dessus démontre que les Men in Black n'avaient rien à voir avec le gouvernement, mais elle montre également que le gouvernement ne comprenait pas plus qui étaient les MIB que le chercheur d'OVNI moyen. Passons au FBI...

En 1956, l'enquêteur paranormal/OVNI Gray Barker a écrit et publié un livre intitulé They Knew Too Much About Flying Saucers. Une grande partie du livre est consacrée aux expériences d'Albert Bender sur le thème des MIB, qui, au début des années 50, a créé l'International Flying Saucer Bureau (à Bridgeport, Connecticut). Il n'a pas fallu longtemps pour que l'IFSB disparaisse. Bender l'aurait fermé après avoir reçu des visites répétées et menaçantes des Men in Black. Les MIB de Bender ressemblaient beaucoup moins à des G-Men des années 50 ou à des agents de la CIA. Ils ressemblaient bien plus à quelque chose tiré des pages d'un roman de Bram Stoker, mélangé à un mélange plus que généreux de H.P. Lovecraft. Suite à la publication du livre de Barker, un certain nombre de personnes ont contacté le FBI, exigeant de savoir qui étaient réellement les silencieux en costume sombre - et notamment parce que certains ufologues, comme Barker, prétendaient que les MIB étaient du "gouvernement".

Le FBI a déclassifié certains de ses documents sur Bender et Barker. Ils démontrent quelque chose de notable. À savoir que, tout comme l'armée américaine, le FBI ne savait pas vraiment qui étaient les MIB, mais il savait que les MIB existaient et terrorisaient les gens. Le 22 janvier 1959, nul autre que J. Edgar Hoover a donné des instructions au bureau du FBI de Chicago : "Le Bureau désire obtenir une copie du livre écrit par Gray Barker intitulé 'They Knew Too Much About Flying Saucers'." Les archives démontrent que derrière des portes closes et après avoir lu le livre de Barker, le FBI était aussi déconcerté dans les années 50 que l'Air Force l'était, presque une décennie plus tard.

Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles :

1 - Toute l'histoire était une fiction. Je soupçonne que cela explique les événements MIB dans le livre Witnessed de Budd Hopkins.

2 - Le témoin a halluciné la rencontre. Un exemple évident est l'affirmation d'Albert Bender selon laquelle trois hommes en noir aux yeux brillants se sont matérialisés dans sa chambre tard dans la nuit.

3 - Les MIB étaient des ufologues qui avaient leur propre programme. Ceci s'est avéré être l'origine des messages de menace reçus par les membres de SCUFORI en 1980. Jim Moseley a suggéré que les enquêteurs du groupe ovni NICAP de Washington, qui aimaient donner l'impression d'être une agence gouvernementale, disaient aux témoins "ne parlez de cela à personne d'autre" car ils voulaient l'exclusivité.

4 - L'incident était une blague. Cela explique probablement l'histoire de "Mork et Mindy". Les policiers de Peckham, s'ils étaient responsables de l'incident, auraient difficilement admis au ministère de la Défense qu'ils s'amusaient alors qu'ils étaient censés être en service (dans une zone où le taux de criminalité est élevé), d'où leur déni ; et l'exhortation habituelle "ne parlez de cela à personne" peut avoir été destinée à couvrir leur propre mauvaise conduite.

5 - Les MIB étaient des agents du gouvernement. On peut objecter qu'il y a eu plusieurs occasions où les MIB ont prétendu représenter le ministère de la Défense ou l'armée de l'air des États-Unis, mais où l'U.S.A.F. ou le ministère de la Défense ont ensuite démenti. Plus d'une fois, en effet, l'armée de l'air est allée jusqu'à déclarer que le MIB avait commis un délit fédéral en se faisant passer pour des officiers militaires, tandis que le ministère de la défense a déclaré qu'il n'enquêtait jamais en personne sur les cas d'OVNI, bien qu'il puisse interroger des témoins par téléphone. En revanche, une lecture attentive des livres de Dame Stella Rimmington (ancienne chef du MI5) suggère que lorsque les agents du MI5 doivent s'identifier auprès du public, ils disent qu'ils sont du Home Office, et il ne fait aucun doute que la CIA a une politique parallèle. Il est donc possible que le MIB soit effectivement issu du gouvernement, mais pas de l'agence particulière qu'il prétend représenter.

6 - Les MIB sont des extraterrestres vivant secrètement sur terre. Dans certains cas, les MIB eux-mêmes l'ont déclaré.

7 - Les MIB sont des Ufonautes, mais ils viennent d'une autre dimension plutôt que d'une autre planète. C'était le point de vue de John Keel.

Bien que le récit sur Albert Bender dans They Knew Too Much de Barker ait été largement cité (par exemple par Brinsley Le Poer Trench, Secret of the Ages, Panther, 1979, pp.145-46), le propre livre de Bender a été peu lu et discuté. Je suppose que les ufologues ont supposé, à partir du livre de Barker, que Bender avait été réduit au silence parce qu'il avait découvert "la vérité", et ils ont tous supposé que cette vérité correspondait à leurs propres théories. Mais son récit sur des monstres hideux extrayant un élément de notre eau de mer dans une base antarctique cachée ne correspondait à la théorie favorite de personne, de sorte que le livre, s'il était remarqué, était dénoncé comme un élément supplémentaire de la dissimulation (par exemple par Rex Dutta, Flying Saucer Viewpoint, Pelham, 1970, p. 51).

Environ deux cinquièmes de tous les rapports du MIB proviennent des trois années 1966 à 1968, tous sauf deux des États-Unis. Il doit y avoir une raison à cette anomalie statistique, mais je ne sais pas laquelle. Si les possibilités (6) ou (7) ci-dessus étaient exactes, il se pourrait qu'en 1966 un OVNI géant se soit posé secrètement en Amérique du Nord et ait dégorgé un certain nombre d'hommes en noir, revenant les chercher en 1968, mais j'en doute. Il est plus plausible qu'il s'agisse d'un biais dans les rapports : une source majeure de rapports sur les MIB est constituée par les livres de John Keel, dont les enquêtes sur les OVNI ont été principalement menées au cours de ces années. Pourtant, tous les cas rapportés par Brad Steiger, et beaucoup de ceux de Timothy Beckley, proviennent également de la même période.

Le parti pris géographique est flagrant : 95 cas proviennent des États-Unis, 22 du Royaume-Uni, quatre du Canada, trois d'Italie, trois d'Australie, deux de France, et un de Chine, d'Argentine, du Mexique et de la République d'Irlande. Dans une certaine mesure, il s'agit sans doute d'un biais dans les rapports, mais il peut aussi s'agir d'un biais culturel, c'est-à-dire que les habitants des pays anglophones ont souvent entendu parler des rapports du MIB et relatent donc les leurs, alors que dans d'autres pays, ils n'en ont pas entendu parler et ne le font pas.

Un autre problème est évident : le MIB a souvent demandé aux témoins de ne pas parler de ce qu'ils ont vu. On peut raisonnablement présumer qu'au moins certains témoins ont suivi ce conseil, auquel cas il doit y avoir des incidents MIB (et OVNI) qui n'ont jamais été rapportés à personne. Mais je ne vois aucun moyen de deviner quelle proportion d'entre eux reste inconnue.

Parfois, la paranoïa est suscitée par des événements qui ont des explications essentiellement banales. Une autre citation de John Keel est pertinente :

"Au printemps 1967, suite à la publicité qui a accompagné Mothman et les OVNI, des foules d'étrangers sont descendues à Point Pleasant. Des voitures remplies d'étudiants des collèges voisins arrivaient à l'improviste au domicile des témoins cités dans les journaux, souvent tard dans la nuit, et s'attendaient à être accueillis. Mary Hyre et tous les autres ont été soumis à des interrogatoires stupides par des personnes qui n'avaient manifestement aucune idée de la manière de mener une enquête. Certains de ces enquêteurs étaient sans tact et impolis, comme seuls les adolescents peuvent l'être, au point d'être offensants. Un à un, les témoins se taisaient, refusant de parler à d'autres inconnus, si bien que les nouveaux venus voyaient un nouveau mystère - quelqu'un avait manifestement ordonné à tous les habitants de la vallée de l'Ohio de se taire."

Comme l'a observé John Rimmer dans sa critique du livre de Nick Redfern, il n'y a pas de modèle standard dans les rapports sur les MIB, qui ne sont pas toujours, par exemple, dits être habillés en noir. Il existe cependant quelques thèmes communs : on dit souvent qu'ils ont une apparence orientale, qu'ils sont complètement glabres, ou les deux. Il n'y a que trois cas de WIB connus, et dans l'un d'eux, aucun détail n'a été donné. Il est cependant intéressant de noter que dans les deux autres cas, le témoin l'a décrite comme la femme ou la fille "la plus belle" qu'il ait jamais vue. Alors que les MIB américains ont tendance à conduire des Cadillacs noires, Jenny Randles affirme qu'en Grande-Bretagne, on dit presque toujours qu'ils conduisent des Jaguars noires. Les voitures Jaguar ne sont pas courantes, et la plupart d'entre elles ne sont pas noires, mais j'ai remarqué qu'à Londres, lorsque la police arrête la circulation pour laisser la place à un VIP, tel qu'un chef d'État en visite, elle se trouve souvent dans un convoi de Jaguars noires. Il y a quelque temps, j'ai même vu la Reine passer dans l'une d'elles, bien que ses voitures habituelles soient une Rolls-Royce et une Bentley.

Ce qui précède n'a pas pour but de tirer des conclusions définitives. Il s'agit simplement d'une tentative concise d'exposer les affirmations qui ont été faites et qui, même si elles sont toutes fictives, devraient intéresser au moins les étudiants en folklore moderne. Tout commentaire sera le bienvenu.

CATALOGUE DES RENCONTRES D'HOMMES EN NOIR

par Gareth J. Medway

La liste suivante ne peut pas être complète, mais elle inclut, je pense, tous les cas bien connus, ainsi que de nombreux cas peu connus. De toute évidence, presque chaque entrée devrait inclure le mot "prétendument" ou "supposément", mais je les ai généralement omis car ils seraient trop répétitifs, bien que leur présence doive être présumée. Les références renvoient aux éditions particulières des livres que j'ai consultées - à titre d'exemple, Visitors from Space de John Keel est l'édition britannique de 1976 de l'ouvrage plus connu sous son titre original The Mothman Prophecies.

1924 : John Cole, un journaliste de Virginie occidentale, se rend sur les lieux d'un accident d'avion dans le comté de Braxton. Un homme en costume, "aux pommettes hautes, aux yeux bridés et à la peau sombre", lui dit que personne n'a été blessé et qu'aucun crime n'a été commis. Il a ramassé "un petit bidule sur le sol", et l'a ramené chez lui. Vers 3 heures du matin, on a frappé à sa porte. Un officier de l'armée ayant la même apparence étrangère a exigé, et obtenu, la restitution du "bidule métallique". Keel, The Cosmic Question, pp.148-50.

1947. 22 juin : Harold Dahl a reçu à 7 heures du matin la visite d'un homme habillé en noir, qui l'a conduit dans une berline Buick noire jusqu'à un café où il lui a raconté qu'il avait vu six objets en forme de "beignets" la veille près de Tacoma, dans l'État de Washington, avec des détails tels qu'il aurait pu y être ; et il lui a dit que s'"il aimait sa famille, il se tairait à ce sujet." Wilkins, Flying Saucers on the Attack, pp.51-62 ; Randles, MIB, pp.30-31 ; et plusieurs autres. Dahl a ensuite été interrogé par deux officiers de renseignement de l'Air Force, Frank Brown et William Davidson ; lorsqu'ils ont pris l'avion pour retourner à leur base, l'appareil s'est écrasé et ils ont été tués. Deux jours plus tard, Kenneth Arnold, qui avait également enquêté sur l'affaire, rentrait en avion lorsque son moteur s'est arrêté et qu'il a été contraint de s'écraser. Il est devenu courant pour les écrivains de dire que Dahl a admis que l'histoire était un canular, mais un télétype d'août 1947 de l'agent spécial du FBI de Seattle George Wilson à J. Edgar Hoover a déclaré que : "Sachez que Dahl n'a pas admis à Brown que son histoire était un canular, mais a seulement déclaré que si les autorités l'interrogeaient, il allait dire que c'était un canular parce qu'il ne voulait pas avoir d'autres problèmes à ce sujet." Keith, Casebook, p.46.

1950 (?) : Un pasteur presbytérien anonyme et son jeune fils, en visite au Musée des sciences et de l'industrie de Chicago, se sont perdus dans "un labyrinthe de couloirs", et se sont retrouvés dans une salle où se trouvait une grande vitrine contenant de petits corps humanoïdes. Le père a été instantanément empoigné par plusieurs hommes et contraint de signer des papiers avant d'être autorisé à sortir. Le fils a raconté cette histoire à Shern Larsen, du Center for UFO Studies, vers 1974. Stringfield, Situation Rouge, p.190.

1951 : Plusieurs officiers de la marine et l'équipage d'une vedette à moteur près de Key West ont vu un objet en forme de cigare planer au-dessus de l'eau. Un avion de chasse est apparu et l'objet s'est envolé, disparaissant en quelques secondes. Dès que la vedette a accosté, ils ont été entourés d'hommes en costume sombre qui les ont retenus pendant des heures, les interrogeant d'une manière qui "semblait plus destinée à les discréditer" qu'autre chose. La seule source de cette histoire est une lettre anonyme publiée dans un journal de Miami. Keel, The Cosmic Question, pp. 151-52.

Été 1952 (?) Gianpietro Monguzzi, qui avait pris quelques photos (aujourd'hui généralement rejetées comme fausses) d'une soucoupe volante dans les Alpes italiennes, "prétendit avoir reçu la visite d'un 'agent secret américain' déguisé en policier des montagnes de ski italiennes, qui l'interrogea pendant une longue nuit, essayant apparemment de lui faire répudier son histoire d'avoir vu un objet en forme de disque se poser sur un glacier". Keel, The Cosmic Question, p.151.

1952, 30 juillet : Carlo Rossi, qui pêchait près de Vico, en Italie, à l'endroit où il avait vu un disque aérien le 24, fut abordé par un homme grand et mince qui lui posa des questions sur les soucoupes volantes, lui offrit une cigarette à bouts dorés et, lorsque celle-ci le rendit malade, la jeta dans l'eau, puis s'éloigna. "Craignant que quelqu'un ne cherche à le faire taire, Rossi s'est rendu au bureau du procureur de la ville de Lucca et a fait une déclaration sous serment de sa rencontre avec l'ovni." Randles, MIB, pp.143-44 ; Keel, The Cosmic Question, p.151 (d'après Jacques Vallee).

1952, fin août : Sonny Desvergers, de Floride, reçoit des "appels téléphoniques anonymes menaçants" au travail, lui disant qu'il ne doit pas parler de sa rencontre avec un OVNI, et il est suivi par une voiture noire. Keel, Visiteurs de l'espace, p.104. Karl T. Pflock, in Evans & Stacy, UFOs 1947-1997, p.48.

1952, septembre : Après l'observation d'un monstre de trois mètres de haut en Virginie occidentale par Kathleen May et quelques adolescents le 12, et par la famille Snitowski le 13, "deux hommes sont apparus dans le comté de Braxton en se faisant passer pour des colporteurs. Ils ont systématiquement visité les maisons de la plupart des témoins, montrant peu d'intérêt pour la vente de casseroles mais désireux de parler des observations pendant des heures." Keel, The Cosmic Question, p.122.

Octobre 1952 : Lyman H. Streeter, qui recevait d'étranges bips sur sa radio qu'il croyait être des messages de soucoupes volantes, reçoit la visite de "M. Clark", qui prétend être de la Civil Aeronautics Administration, et lui dit que "dans l'intérêt de la sécurité nationale", il ne doit pas en parler. Williamson, The Saucers Speak, pp. 133-39.

Le 22 juillet 1953 : Une voiture mystérieuse s'est arrêtée à 3 heures du matin devant le domicile du président du Bureau australien des soucoupes volantes, qui avait été victime de phénomènes de poltergeist, et y est restée jusqu'à 6 h 30 du matin.

1953, 16 septembre : Albert Bender, fondateur du Bureau international des soucoupes volantes, dit à Gray Barker dans une lettre : "N'acceptez plus d'adhésions jusqu'à ce que le numéro d'octobre de Space Review soit entre vos mains." A peu près au même moment, Bender a dit à August Roberts que "trois hommes lui avaient rendu visite et l'avaient fait taire complètement en ce qui concerne les enquêtes sur les soucoupes volantes !" Le 4 octobre, Roberts et Dominick C. Lucchesi ont interrogé Barker, qui a déclaré que les trois hommes portaient "des vêtements sombres et des chapeaux noirs", mais sa réponse habituelle aux questions était : "Q. Les soucoupes viennent-elles de Vénus comme le dit le livre d'Adamski ? R. Je ne peux pas répondre à cette question. Q. Est-ce qu'elles viennent de Mars ? R. Je ne peux pas répondre à cette question." Le dernier numéro (15 octobre) de Space Review contenait la déclaration suivante : "Le mystère des soucoupes volantes n'est plus un mystère. La source est déjà connue, mais toute information à ce sujet est retenue sur ordre d'une source supérieure." Barker, They Knew Too Much, pp.109-110, 114, 138. En 1962, Bender raconte que trois hommes aux yeux brillants se sont matérialisés dans sa chambre : "Ils étaient tous habillés de vêtements noirs. Ils ressemblaient à des ecclésiastiques, mais portaient des chapeaux semblables au style de Homburg". Plus tard, il a été téléporté dans une base secrète de soucoupes en Antarctique. Ils lui ont dit qu'ils venaient d'un autre système stellaire, qu'ils avaient simplement pris des corps humains, étant en réalité des monstres hideux, et qu'ils étaient ici pour extraire un produit chimique de notre eau de mer. Une fois cette mission terminée, Bender serait libre de raconter son histoire, ce qu'il fit. Bender, Les soucoupes volantes, pp.74.

Fin 1953.. : George Adamski, un contacté, a écrit : "J'ai reçu la visite de trois hommes... qui m'ont menacé avec force, exigeant notamment certains papiers que je possédais. Je leur ai donné certains d'entre eux et on m'a promis de me les rendre, mais cette promesse n'a jamais été tenue... Je ne lui ai pas donné certains de mes papiers importants. Il est indéniable que j'avais peur. Avant qu'ils ne partent, on m'a dit de ne plus parler, sinon ils viendraient me chercher, m'enfermeraient et jetteraient la clé." Keith, Casebook, pp.113-14.

1954 : Maureen Abbot attendait une rame de métro de la ligne Bakerloo à Londres, tard dans la nuit, lorsqu'elle a vu une grande panthère noire courir le long des voies. Deux jours plus tard, elle reçoit chez elle la visite d'un fonctionnaire du gouvernement qui lui conseille, alors qu'ils sont assis et boivent des tasses de thé, de ne pas parler de cette expérience. Redfern, Keep Out ! p.102

1954, Pâques : Trois hommes qui avaient photographié un OVNI au-dessus de la plaine de Nullarbor ont vu leurs films confisqués par l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO) ; l'un d'entre eux a ensuite reçu la visite d'un prétendu agent de l'ASIO qui lui a ordonné de garder le silence et lui a fait "mourir de peur". Randles, MIB, pp. 56-57.

Fin 1954 : "Marion Keech" (Dorothy Martin), qui communiquait avec des extraterrestres par écriture automatique, a reçu la visite de deux hommes, l'un étant un "être humain ordinaire", l'autre "très étrange". C'est le premier qui fait toute la conversation. Il a dit : "Je suis de cette planète, mais lui ne l'est pas." Pendant une demi-heure, il lui a dit qu'elle ne devait pas rendre publiques ses informations, car "le moment n'est pas venu". Plus tard, elle a reçu la visite de cinq jeunes hommes, qui lui ont dit "que tout ce que j'ai dit était faux et mélangé. Et ils m'ont dit qu'ils étaient eux aussi en contact avec l'espace et que tous les écrits que j'avais étaient faux". Vallee, OVNIs, pp.72-73.

1955 : Vingt ouvriers réparaient l'extérieur d'une usine du sud du New Jersey, qui effectuait des travaux classifiés pour la marine, lorsqu'ils ont vu un gigantesque objet circulaire descendre et planer au-dessus du parking pendant plusieurs minutes. Alors qu'ils s'apprêtaient à pointer, un homme en civil les a fait entrer dans une salle de réunion, où il a brandi une liasse de papiers en disant : "Nous voulons que vous signiez tous un accord de confidentialité :"Nous voulons que vous signiez tous un serment de secret promettant de ne pas parler de ce que vous avez vu aujourd'hui. Ceux d'entre vous qui ne veulent pas signer ne doivent pas venir travailler demain - ou plus jamais."Tout le monde a signé. John Keel a déclaré que cette histoire"relève plus du folklore que de la réalité. L'histoire a circulé de bouche à oreille pendant des années, mais personne n'a même réussi à retrouver les témoins originaux, s'ils existent."Keel, The Cosmic Question, pp. 151-52.

1957, 7 juillet : Luciano Galli, de Rome, se rendait à pied de son domicile à son travail après le déjeuner lorsqu'une Fiat noire s'est arrêtée et qu'un homme aux yeux noirs de jais perçants lui a parlé et l'a invité à venir avec lui. Ils se sont rendus à Croara Ridge, à l'extérieur de Rome, où un vaisseau en forme de soucoupe les attendait. Il a été emmené pour un voyage dans l'espace. Keel, OVNIs, pp.201-2.

1955, juillet : Edward Mootz travaillait la terre près d'un pêcher à Cincinnati le 22 lorsqu'une gerbe rouge est tombée du ciel, et en levant les yeux, il a vu un objet rouge et vert comme une poire dressée sur la pointe des pieds. L'arbre était mort le jour suivant, et il a été emporté par trois hommes qui ont dit qu'ils étaient des services de renseignement de l'armée de l'air. Deux semaines plus tard, il a vu une Chrysler Imperial noire se garer à proximité et trois hommes braquer une caméra sur sa maison. Lorsqu'il les a interpellés, dans un anglais approximatif, ils ont dit qu'ils prenaient des photos de l'industrie locale, puis sont rapidement partis. Stringfield, Situation Red, pp. 187-89.

1957, novembre : Olden Moore a vu un engin circulaire atterrir près de Montville, Ohio, le 6. Quelques jours plus tard, le shérif local s'est rendu chez lui avec des hommes en uniforme de l'armée de l'air, ils l'ont emmené dans le champ où il avait vu l'OVNI, un hélicoptère l'attendait, il a été transporté à l'aéroport et mis dans un avion pour Washington, où il a été emprisonné pendant trois jours, et deux officiers ont essayé de lui faire admettre qu'il n'avait vu rien d'autre qu'une"boule de feu". Finalement, il a été ramené par avion dans l'Ohio, mais plus tard, ni le shérif ni l'armée de l'air n'ont voulu confirmer son histoire. Keel, The Cosmic Question, pp. 155-56.

1958, février : Un homme de Gharnasvarn, qui s'était auparavant matérialisé dans son salon, se présente à la porte d'entrée de Cynthia Appleton, Aston, Birmingham, vêtu d'un costume noir, et repart dans une grande voiture noire aux vitres teintées ; il lui rendra visite plusieurs fois au cours des six mois suivants. Randles, MIB, pp.61-65.

1960, août : Ray Hawks a vu un"disque gris vacillant"alors qu'il conduisait un tracteur à l'extérieur de Boulder, dans le Colorado. Quelques jours plus tard, il trouve un hélicoptère au même endroit avec trois hommes en uniforme de l'armée de l'air, qui lui disent :"Nous voulons que vous disiez aux journaux que la soucoupe sera de retour le 20 août". Keel, The Cosmic Question, pp.154-55.

1961, septembre : W. D. Clendenon, qui correspondait avec George Adamski, reçut la visite d'un"homme de petite taille, vêtu d'un pardessus beige", qui lui dit qu'il était engagé dans un sondage politique pour voir si les gens de la région avaient voté républicain, et"il ressentit la forte impulsion d'inviter l'homme à entrer"."Sa peau était lisse, comme s'il ne s'était jamais rasé de sa vie. Sa peau me faisait penser à celle d'un bébé. Quand il souriait, ses dents étaient parfaites et très blanches. La couleur de sa peau était brune, comme celle d'un Indien ; ses cheveux étaient foncés et taillés de façon professionnelle. Il avait l'air presque trop parfait et cela me dérangeait". Après le départ de l'homme, Clendenon a eu l'envie d'aller dans le jardin, où il a vu"une brillante boule de lumière blanche", qui s'est ensuite éclaircie et semblait"identique en tous points au vaisseau scout photographié par Adamski". Keith, Casebook, pp.64-65.

Novembre 1961 :"Paul Miller", l'un des quatre hommes qui avaient vu un OVNI atterrir dans le Dakota du Nord (mais ne l'avaient pas signalé), est appelé à l'extérieur de son travail et présenté à deux (trois ?) étrangers, qui ont demandé à être conduits chez lui, où ils ont examiné les vêtements qu'il portait la nuit précédente, en particulier ses bottes, puis sont partis sans rien dire de plus. Hynek, The UFO Experience, pp.183-84 ; Keel, The Cosmic Question, pp.152-53 ; Evans, 'Men in Black', p.32 ; Keith, Casebook, p.66.

1963 : Li Jing-Yang, un agent de sécurité de Yangquan, dans la province de Shansi, en Chine, a vu un objet ressemblant à deux assiettes scellées ensemble planer dans le ciel. Le lendemain, il est approché par un homme étrange habillé en noir qui l'avertit de ne pas parler de son observation. Randles, MIB, p.145.

1964, fin juin : Jim Templeton de Carlisle, Cumberland, reçoit la visite de" Numéro 9 "et" Numéro 11 "qui" enquêtent sur ces choses ", concernant sa photographie d'un homme invisible dans une combinaison spatiale prise le 24 mai. Ils l'ont conduit sur le site dans une voiture Jaguar noire,"très brillante comme si elle était neuve", puis l'ont laissé là pour rentrer à pied. Randles, MIB, pp. 80-82.

Août 1965 : Rex Heflin de Santa Ana, Californie, qui avait pris quatre photos Polaroid d'un disque volant, a été conseillé par un enquêteur du Corps des Marines"de ne pas parler de son observation", comme l'ont fait plusieurs personnes au téléphone. Il a ensuite reçu la visite d'un homme censé appartenir à la Défense aérienne de l'Amérique du Nord (NORAD), qui lui a demandé d'emprunter ses tirages, mais ne les a jamais rendus, et la NORAD a ensuite nié toute connaissance de l'affaire. Condon, Scientific Study of Unidentified Flying Objects, pp.448-49.

Septembre 1965 : William McCoy et Robert Goode, policiers en patrouille dans le comté de Brazoria, Texas, ont vu"un grand globe rectangulaire de lumière violette". Puis,"des avions légers volant à basse altitude, apparemment non identifiés, ont fait des allers-retours au-dessus de la zone d'observation pendant les deux jours suivants. Peu de temps après l'incident, deux étrangers se sont présentés au bureau du shérif à la recherche de l'adjoint Goode. Ils ont retrouvé l'officier dans un restaurant local et ont immédiatement commencé à décrire en détail à quoi ressemblait l'OVNI - avant même que Goode ait eu l'occasion de leur dire. Ils lui ont ensuite suggéré que s'il rencontrait un engin similaire à l'avenir, il devrait coopérer avec ses occupants et garder pour lui toute conversation avec eux. L'identité de ces deux hommes mystérieux n'a jamais été déterminée."Keel, Operation Trojan Horse, p.254.

1965, décembre : Un responsable d'une usine industrielle a signalé à la police d'État la présence d'un objet incandescent. Quelques heures plus tard, deux"officiers militaires"se présentent, l'interrogent et l'avertissent :"Ne parlez de cette affaire à personne."Keel, The Cosmic Question, p.153 (d'après Frank Edwards).

Avril 1966 : Un homme prétendant représenter"une agence gouvernementale si secrète qu'il ne pouvait pas en donner le nom"est apparu dans une école de Norwalk, dans le Connecticut, et a cuisiné deux garçons de douze ans pendant deux heures au sujet d'un objet en forme de disque qui les avait poursuivis au niveau du sol. Keith, Casebook, p.76.

1966 (?) : Un fermier de l'Ohio a vu un objet circulaire lumineux atterrir dans ses champs ; le lendemain matin, une limousine noire est arrivée et un homme en uniforme de l'armée de l'air lui a dit d'oublier ce qu'il avait vu. Il s'agissait d'un petit bonhomme"avec un visage comme un Chinois ou un Japonais". Keel, The Cosmic Question, p.153.

1966, septembre : L'enquêteur ovni Steve Yankee, travaillant de nuit dans une usine de papier, reçoit la visite à trois heures du matin de deux hommes en noir, qui lui posent des questions sur l'affaire Jessup-Allende. Après qu'ils aient quitté la pièce, il a regardé dans le couloir et a vu qu'ils avaient disparu, mais il y avait"une sensation d'énergie dissipée"à trois mètres de la porte. Steiger, Mysteries of Time and Space, pp.206-7.

1966 (?) : Un conférencier OVNI anonyme est interpellé dans son bureau par un homme prétendant être Carlos Miguel Allende, qui l'avertit d'interrompre ses recherches ou de"finir en 'suicide' comme le Dr Jessup". Steiger et Whritenour, New UFO Breakthrough, p.72.

1966 (?) :"Un rapport intéressant de 'trois femmes en noir' a été donné par un correspondant, qui avait reçu son étrange visitation après avoir observé un grand disque gris dans le ciel au-dessus de sa résidence de banlieue."(Aucun autre détail n'est donné.) Steiger et Whritenour, New UFO Breakthrough, p.76.

1966, octobre : George Smyth d'Elizabeth, New Jersey, est allé rendre visite à deux adolescents qui avaient vu une mystérieuse entité verte. Les garçons étaient entourés d'une foule. Il a remarqué que deux hommes sortaient d'une grande voiture noire, laissant un troisième derrière le volant. Ils avaient les yeux légèrement inclinés. Plus tard, lorsque les enquêteurs de Saucer News sont allés rendre visite à l'un des garçons, Smyth a remarqué la même voiture noire garée à proximité, et les deux mêmes hommes en sont sortis et ont surveillé la maison pendant l'entretien. Deux semaines plus tard, il reçoit un appel téléphonique lui disant d'abandonner les enquêtes sur les OVNI. Beckley, The UFO Silencers, p.41.

1966, 11 octobre : Plusieurs témoins d'un objet incandescent au-dessus du réservoir de Wanaque, dans le New Jersey, y compris un policier dont le numéro de téléphone était sur liste rouge, ont reçu des appels téléphoniques, avant qu'ils ne l'aient signalé à qui que ce soit, les avertissant de se taire. Keel, The Cosmic Question, p.157. Plus tard, plusieurs témoins ont été réunis dans l'auditorium d'un lycée par un officier de l'armée de l'air qui les a raillés au sujet de l'observation. Personne ne se souvient de son nom et, par la suite, l'armée de l'air a nié toute connaissance de cette affaire. Science and Mechanics, The Official Guide to UFOs, pp.99-101.

1966, mi-novembre : Un homme qui avait vu un OVNI près de Parkersburg, en Virginie occidentale, le 2 novembre, et qui ne l'avait pas signalé, a reçu la visite d'un"scientifique de l'Ohio", qui"nous a dit qu'il valait mieux que nous oubliions toute cette histoire". Keel, Visiteurs de l'espace, p.50.

1966, mi-novembre : Après que Woodrow Derenberger de Mineral Wells ait rencontré M. Cold, censé venir de Lanulos dans la galaxie de Ganymède, le 2 novembre."... deux vendeurs ont visité Mineral Wells et sont allés de maison en maison avec leurs marchandises. Ils n'étaient pas très intéressés à faire des ventes. Dans une maison, ils proposaient des bibles. Dans une autre, du matériel informatique. Dans une troisième, ils étaient des "missionnaires mormons de Salem, Oregon" (une vague d'OVNIs avait lieu à Salem à cette époque). L'un des hommes était grand, blond, et ressemblait à un Scandinave. Son partenaire était petit et mince, avec des traits pointus et un teint olive foncé. Ils ont posé des questions sur Woody et étaient particulièrement intéressés par les opinions sur la validité de son prétendu contact."Keel, Visiteurs de l'espace, p.56.

1966, fin : Gray Barker, alors qu'il enquêtait sur les Mothman près de Point Pleasant, a trouvé sur sa porte une note qui disait :"ABANDONNEZ VOS RECHERCHES OU VOUS SEREZ REGRETTÉ. VOUS AVEZ ÉTÉ PRÉVENU". Loren Coleman, 'The Mothman death list', Fortean Times 187, septembre 2004.

1966-67 (?) : Ivan Sanderson, alors qu'il écrivait Uninvited Visitors, remarqua une voiture qui passait sans cesse devant sa maison rurale du New Jersey, nota la plaque d'immatriculation, et fut informé qu'une telle voiture n'existait pas. Il a ensuite reçu la visite de deux hommes en uniforme de l'armée de l'air qui lui ont posé des questions sur son livre. Ils ont refusé de lui montrer une pièce d'identité, et il leur a ordonné de sortir de chez lui sous la menace d'une arme. Le commandant de la base locale de l'armée de l'air a nié être au courant de leur existence et a dit qu'il devait les dénoncer à la police pour s'être fait passer pour des officiers de l'armée de l'air. Par la suite, il a été assailli par d'étranges bruits électroniques sur son téléphone pendant longtemps. Keith, Casebook, p.76.

1966-67 (?) : Virginie occidentale :"Des limousines noires s'arrêtent devant les maisons des collines et des 'recenseurs' profondément bronzés s'enquièrent du nombre d'enfants vivant avec les familles. Toujours les enfants. Dans plusieurs cas, les occupants des grandes voitures noires ont simplement demandé un verre d'eau... Une femme blonde d'une trentaine d'années, soignée, avec un léger accent du sud, rendait visite aux personnes de l'Ohio et de la Virginie occidentale que [John Keel] avait interrogées. Elle se présente comme "la secrétaire de John Keel", ce qui lui vaut une admission immédiate. Le presse-papiers qu'elle portait contenait un formulaire compliqué rempli de questions personnelles sur la santé des témoins, leurs revenus, le type de voitures qu'ils possédaient, leur contexte familial général, et quelques questions assez sophistiquées sur leurs observations d'ovnis."Keel n'avait pas de secrétaire. Keel, Visiteurs de l'espace, p.83.

1967, début janvier : Mary Hyre, qui faisait un reportage sur le Mothman pour un journal local, et qui publierait plus tard des histoires d'OVNI, reçoit dans son bureau de Point Pleasant, en Virginie occidentale, la visite d'un très petit homme aux cheveux noirs et aux yeux" hypnotiques ", vêtu d'une fine chemise à manches courtes et de chaussures aux semelles très épaisses. Keel, Visiteurs de l'espace, pp. 84-85.

9 janvier 1967 : La famille Christiansen de Wildwood, New Jersey, qui avait vu un OVNI le 22 novembre 1966, a été interrogée par" l'homme à l'allure la plus étrange que j'ai jamais vu ", portant un fin manteau noir, qui s'est présenté comme" Tiny "du" Bureau des héritiers disparus ". Il se présente comme"Tiny", du"Bureau des héritiers disparus". Il parle d'une voix aiguë et"nasillarde", avec des mots et des phrases tronqués, comme un ordinateur,"comme s'il récitait tout de mémoire". Son pantalon noir était trop court, et"ils pouvaient voir un long fil vert épais attaché à l'intérieur de sa jambe, il sortait de ses chaussettes et disparaissait sous son pantalon". John Keel a commenté qu'il n'avait pas entendu parler de cette caractéristique dans d'autres cas de MIB :"Tiny portait-il des chaussettes électriques ? Ou était-il un androïde câblé actionné par télécommande ?"Il est parti dans une Cadillac noire de 1963. Sanderson, Uninvited Visitors, pp.160-61 ; Keel, Visitors from Space, pp.85-89.

1967, 7 février : Robert A. Stiff de Saucer Scoop reçoit le premier de treize appels téléphoniques menaçants, commençant par :"Je vous suggère d'abandonner votre enquête sur certains soi-disant rapports d'OVNI". Steiger et Whritenour, New UFO Breakthrough, p.21.

1967, 22 février : Connie Carpenter, témoin de Mothman, a été arrêtée par un homme dans une Buick noire de 1949 qui a tenté de l'enlever. Keel, Visiteurs de l'espace, pp.94-95.

1967, début (?) : Le contacté Woodrow Derenberger a reçu la visite, dans le magasin d'électroménager où il travaillait, de deux hommes au teint olive en costume noir qui l'ont averti"d'oublier tout ce que tu as vu". Il a pensé qu'ils devaient faire partie de la mafia. Keel, Visiteurs de l'espace, p.105.

1967, printemps (?) : Carroll Wayne Watts, du Texas, qui avait rencontré une soucoupe terrestre le 31 mars, et pris des photos de celle-ci à plusieurs reprises, a échoué à un test de détecteur de mensonges. Il raconta plus tard à Robert Loftin de l'Université du Colorado que, se rendant à Amarillo pour passer le test, il s'était arrêté pour aider une femme qui semblait en détresse, quand il fut renversé par derrière, et que deux hommes en costume sombre lui dirent que s'il passait le test, il serait abattu. Beckley, The UFO Silencers, pp.34-38 ; Keith, Casebook, pp.79-82.

1967, mars : Shane Kurz, en dernière année au lycée Westmoreland dans l'État de New York, se rendait à l'école lorsqu'elle a été abordée par un homme de petite taille aux yeux bridés et au léger accent oriental. Il connaissait son nom et lui a posé des questions bizarres, comme"Qu'est-ce que le volley-ball et le basket-ball ?". Il lui a proposé de l'emmener faire un tour en voiture à l'heure du déjeuner. Elle a terminé la conversation par les mots"Ravi de vous avoir rencontré", s'est éloignée de trois pas, puis s'est retournée, mais l'homme avait disparu, ce qui lui semblait impossible. Un mois plus tard, dans un magasin voisin, elle remarque un homme albinos vêtu d'un long manteau noir, qui ne cesse de la fixer. L'année suivante, elle a vu un OVNI et en est venue à croire qu'elle avait été enlevée. Holzer, The Ufonauts, pp. 217-19.

1967, début avril : Un fermier au nord de Gallipolis, dans l'Ohio, a vu une"grosse chose rouge et blanche incandescente"dans un champ près de sa grange, qui a laissé un cercle de terre brûlée de 10 mètres de diamètre. Une boîte de circuit dans la grange a brûlé. Le jour suivant, deux hommes censés appartenir à la compagnie d'électricité se sont présentés et ont"bricolé le transformateur sur le poteau près de la route" ; ils n'avaient pas de camion électrique, juste un camion à panneaux. Des Japs ou quelque chose comme ça... ils n'étaient pas très amicaux... [habillés] de salopettes ordinaires... Ils portaient de drôles de chaussures avec des semelles en caoutchouc très épaisses". Une semaine plus tard, il reçoit un appel téléphonique qui ressemble à celui d'un voisin, qui le met en garde contre "un homme fou... avec une barbe". Dix minutes plus tard, John Keel (barbu, ce qui est inhabituel dans cette partie du pays) se présente, et il lui ordonne de partir. Plus tard, le voisin lui a dit qu'il n'avait pas passé cet appel. Keel, Visiteurs de l'espace, pp. 141-42.

1967, début avril : Une femme qui vivait près du sommet du Mont Misery à Long Island, où il y avait eu de nombreuses observations d'OVNI, a reçu la visite de quatre hommes aux "pommettes hautes et au visage très rouge" qui ont dit que "ma terre appartenait à leur tribu". Ils n'avaient pas de voiture et ont dû monter la colline boueuse à pied, mais leurs chaussures étaient impeccables. La même semaine, une femme aux "cheveux blancs éclatants", prétendant représenter un journal local, lui a posé un certain nombre de questions personnelles sur ses origines familiales. Le journal a nié avoir employé une personne de cette description. Keel, Visiteurs de l'espace, p.180.

5 mai 1967 : Mary Hyre a vu le petit homme qui lui avait rendu visite en janvier dans les rues de Point Pleasant. Lorsqu'il l'a vue, il s'est enfui et a sauté dans une voiture noire conduite par un homme très costaud. Keel, Visiteurs de l'espace, p. 159.

Mai 1967 : Mme Ralph Butler d'Owatonna, Minnesota, qui avait vu des OVNIs et entendu des voix étranges sur sa radio CB, a reçu la visite du 'Major Richard French', qui avait un visage pointu et des cheveux longs, et a dit qu'il était intéressé par la CB et les OVNIs. Elle lui a offert un peu de "Jello" (gelée), et il a essayé de le boire dans le bol. Keel, OVNIs, p.185.

1967, 17 mai : Après une rencontre avec un OVNI sur le Mont Misery, "Jane" reçoit un appel téléphonique lui disant de se rendre dans une bibliothèque locale et de prendre un livre sur l'histoire des Indiens, et de tourner à la page quarante-deux. Elle s'exécute et trouve l'endroit désert, à l'exception d'une bibliothécaire. Les mots de la page 42 se sont transformés en un message d'"eux". Plus tard, elle a commencé à voir la bibliothécaire partout où elle allait. Il s'avéra qu'elle s'appelait Lia et qu'elle venait d'une autre planète. Après avoir aspiré le contenu d'un œuf dans le réfrigérateur de Jane, on soupçonna qu'elle était en réalité un reptile. Cette femme lui a également présenté "Apol", qui conduisait une Cadillac noire. Keel, Visiteurs de l'espace, p. 182.

1967 : Un jeune père de famille de Belpre, Ohio, a eu quelques observations intéressantes d'OVNI. Peu après, il a eu une brève rencontre avec deux hommes d'apparence orientale, vêtus de noir. Ils semblaient confus ou ivres et semblaient avoir des difficultés à marcher. Keel, Disneyland of the Gods, p.152.

1967 (?) : "À plusieurs reprises, j'ai vu les Cadillacs fantômes annoncées dans la publicité, avec des passagers à l'air sinistre en costume noir. À Long Island, suivant les indications qui m'avaient été données lors d'un appel téléphonique anonyme, j'ai poursuivi l'une de ces voitures jusqu'à une route sans issue où elle semblait s'être volatilisée (il n'y avait pas de routes secondaires ou de bifurcations)." Keel, The Cosmic Question, p.147.

1967, 21 juin : Jaye P. Paro, un animateur radio de WBAB à Babylon, Long Island, qui avait fait des reportages sur les observations locales d'OVNI, et interviewé la "Princesse Hibou de la Lune", qui disait venir de l'astéroïde Cérès, a été enlevé par une Cadillac noire qui avait "des lumières clignotantes sur le tableau de bord. Je ne pouvais pas les quitter des yeux. J'avais l'impression qu'elles m'hypnotisaient". Ils se sont arrêtés à un carrefour isolé où "les hommes lui ont posé des questions qui n'avaient aucun sens pour elle. Finalement, ils l'ont ramenée à l'endroit où ils l'avaient prise." Keel, Visiteurs de l'espace, p.189.

1967, 16 juillet : Après avoir rencontré une source de lumière bleue-blanche brillante sur une route entre Maumee et Whitehouse, Robert Richardson de Toledo, Ohio, a trouvé un morceau de métal qui, selon lui, provenait de l'ovni. Le lendemain, il a reçu la visite de deux hommes qui n'ont pas donné leur nom et lui ont posé des questions sur l'incident. Ils sont partis dans une Cadillac noire de 1953 portant le numéro d'immatriculation 8577-D, mais lorsqu'il s'est renseigné auprès de la police, celle-ci lui a dit que ce numéro n'avait pas encore été attribué. Lorenzon, UFOs over the Americas, pp.42-3. Lorenzen, Coral & Jim, UFOs over the Americas, Signet Books, New York, 1968.

1967, 11-17 juillet : Le chercheur d'OVNI Robert Easley de Defiance, Ohio, a été suivi par un homme dans une berline noire sans plaque d'immatriculation alors qu'il se rendait sur le lieu d'une observation. Le 15, la voiture est passée devant lui alors qu'il parlait d'OVNIs avec sa petite amie sur le porche de la maison. Lorsqu'ils sont descendus du sujet, la voiture est partie, mais lorsqu'ils sont remontés dessus environ une heure plus tard, la même voiture est revenue, comme si le conducteur pouvait lire dans leurs pensées. Le 17, en vérifiant un autre rapport, le même homme l'a suivi. Il a également reçu 12 appels téléphoniques d'un bip sonore pendant environ 15 secondes, suivi d'un silence. Beckley, The UFO Silencers, p.15.

1967, juillet : Robert Richardson, de Toledo, dans l'Ohio, a pris un virage de nuit et a trouvé un objet étrange qui bloquait la route : incapable de s'arrêter à temps, il l'a percuté et il a disparu. Trois jours plus tard, deux hommes se sont rendus à son domicile à 23 heures et l'ont interrogé pendant environ 10 minutes. Ils sont repartis dans une Cadillac noire de 1953 dont il s'est avéré que le numéro n'avait pas été délivré. Une semaine plus tard, il a reçu la visite de deux hommes différents, en costume noir, qui conduisaient une Dodge de modèle courant. Evans, "Men in Black", p. 33.

Été 1967 : Un homme en costume noir au menton pointu, aux "yeux thyroïdes" et aux "doigts longs et effilés" entre chez Max's Kansas City, à New York, et commande de la "nourriture", étant apparemment incapable de lire le menu et ne sachant pas utiliser un couteau et une fourchette. Il a dit à une serveuse qu'il venait d'un "autre monde". Keel, Visiteurs de l'espace, pp. 23-24.

1967, 18 septembre : L'un des étudiants de l'université Highlands, dans le Colorado, qui avait vu un OVNI la nuit précédente, reçut un appel téléphonique le menaçant de mort s'il parlait. Il a raconté cela à un autre étudiant, qui une semaine plus tard, en compagnie d'un officier de police du campus, a vu un objet rouge sang. Deux jours plus tard, il a lui aussi reçu un appel téléphonique tard dans la nuit lui disant d'oublier ce qu'il avait vu. Le lendemain, un homme dans la rue lui parle de l'observation, "et ajoute même des informations qui confirment certaines de mes propres recherches sur l'Atlantide", et lui dit de se taire. Quelques jours plus tard, une voiture noire aux vitres teintées, avec une plaque d'immatriculation ne montrant rien d'autre que trois X, a failli le renverser. Beckley, The UFO Silencers, pp.16-17.

Octobre 1967 : Mme B. de Mamosa, San Luis Valley, Colorado, qui avait fait une peinture d'un ovni en forme de croissant qu'elle avait vu, a reçu la visite d'un homme qui lui a dit : "Je ne sais pas lire, mais mentionnez n'importe quel livre dans n'importe quelle bibliothèque et je serai capable de vous dire son contenu". Il a poursuivi en disant que les humains perdent trop de temps et d'énergie à se nourrir "alors que tout pourrait être si facilement pris dans l'atmosphère". Il a insisté pour acheter son tableau, elle a donc fixé un prix élevé, ce à quoi il a répondu qu'il n'avait pas d'argent. Il est parti dans une voiture immatriculée en Arizona ; des mois plus tard, la police a déclaré ne pas avoir pu retrouver les plaques. Sutherly, UFO Mysteries, p.47.

1967, 11 octobre : Rex Heflin reçoit une nouvelle visite, cette fois-ci de deux hommes en uniforme de l'armée de l'air, qui arrivent dans une voiture sombre avec une étrange lueur violette provenant de derrière ses fenêtres obscurcies. Ils lui ont demandé ce qu'il savait sur le Triangle des Bermudes. Pendant qu'ils étaient là, sa radio FM a émis "plusieurs bruits forts et audibles". Condon, Scientific Study of Unidentified Flying Objects, p.453.

1967, veille de Thanksgiving (22 novembre) : George Smyth a été menacé par un homme à bord d'une voiture noire à la sellerie rouge, qui est reparti en silence. Il a également reçu des appels téléphoniques étranges et a été suivi par un homme étrange. A peu près à la même époque, un témoin d'OVNI, Mme Caporino de Jersey City, a vu une voiture noire avec une sellerie rouge se garer devant sa maison trois vendredis consécutifs, chaque fois deux hommes en sont sortis et ont sonné à sa porte, elle était trop effrayée pour répondre à la porte. Beckley, The UFO Silencers, pp.41-42.

1967, période de Noël : Peggy G., qui avait eu deux observations d'ovnis plus tôt dans l'année, puis un poltergeist dans sa maison, travaillait l'après-midi dans un grand magasin. Un garde employé là l'a invitée à déjeuner, et "l'a informée qu'il était membre d'une organisation secrète travaillant sur terre, appelée la 'Fraternité cosmique'". Lorsqu'un collègue a marmonné qu'il était fou, le garde a levé les yeux et lui a dit de s'en aller, des rayons de lumière jaillissant de ses yeux. Peu de temps après, il a quitté son emploi et n'a pas pu être localisé. Plus tard, elle a eu des interférences sur son téléphone et a vu deux hommes enfiler du ruban argenté sur les fils électriques près de chez elle. La police, lorsqu'elle a été appelée, a fait le commentaire suivant : "Oh, encore le ruban argenté." Beckley, The UFO Silencers, pp. 17-19.

22 décembre 1967 : Mary Hyre, journaliste de Point Pleasant, Virginie Occidentale, a reçu la visite de deux hommes en manteau noir qui lui ont demandé : "Que feriez-vous si quelqu'un vous ordonnait d'arrêter d'écrire sur les soucoupes volantes ?". Plus tard le même jour, "Jack Brown", qui, comme les deux autres, avait l'air oriental, est venu lui demander : "Que - feriez-vous - que feriez-vous - si quelqu'un vous ordonnait - vous ordonnait d'arrêter - d'arrêter d'imprimer des histoires d'ovnis ?". Brown a par la suite fait appel à Connie Carpenter et Linda Scarberry, témoins de Mothman. Keel, Visiteurs de l'espace, pp. 19-27.

1968, 29 janvier : Suite à l'observation d'un "long corps sombre avec de faibles lumières rouges et jaunes aux deux extrémités", une femme qui vivait seule sur Keats Island, en Colombie britannique, a reçu la visite de deux hommes en salopette sombre qui prétendaient être des employés de la compagnie hydroélectrique. Ils ont installé un tuyau de poêle pour elle. L'un d'eux montait sur le toit, l'homme au sol le dirigeait et l'autre répondait "Oui, Maître". Keel, Visiteurs de l'espace, p.179.

1968, février : Des enquêteurs sur les OVNIs qui patrouillaient sur la rivière Mohawk où un OVNI avait été aperçu ont vu eux-mêmes un ovale rouge. Quelques jours plus tard, l'un d'eux, Peter Stevens, a été abordé dans un café par un homme étrange qui a parlé d'OVNIs, puis a dit : "Les gens qui cherchent des OVNIs devraient être très, très prudents." Cela a été "suivi par le schéma habituel d'appels téléphoniques et d'activité poltergeist dans la maison des Stevens". Beckley, The UFO Silencers, p.19.

1968, mi-février : Un ami de Brad Steiger qui enquêtait pour lui, s'est vu remettre un morceau de métal par un fermier qui l'avait vu tomber d'un OVNI. Il est retourné à son hôtel pour trouver deux hommes qui l'attendaient dans sa chambre, ils ont exigé le métal avec des menaces. Beckley, The UFO Silencers, pp.20-21. Il s'agit apparemment du même incident que celui raconté par Warren Smith, qui a dit qu'il s'était produit "il y a plusieurs années" dans un livre publié en 1976. Il a ajouté que plusieurs personnes du district, où il y avait eu une vague d'ovnis, avaient reçu la visite de prétendus vendeurs d'engrais qui voulaient parler des observations d'ovnis plutôt que de vendre des engrais. Les deux hommes s'appelaient Jim et Tom, Jim continuait à fumer des cigarettes, ils refusaient de dire de quelle agence gouvernementale ils provenaient. Lorsqu'il a essayé de payer sa note d'hôtel, le personnel lui a répondu qu'il n'y avait aucune trace de son séjour. Smith, UFO Trek, pp.156-63.

1968, février : Tom Monteleone, un étudiant d'Adelphi, dans le Maryland, a reçu la visite, dans un restaurant où il travaillait pour subvenir à ses besoins pendant ses études, de Vadig, qu'il avait rencontré le 10 décembre 1967 lorsqu'il était sorti d'un objet de forme ovoïde sur une route près de Washington. Le dimanche suivant, après être rentré chez lui, Vadig s'est approché de lui dans "une très vieille Buick [].... Elle avait l'air toute neuve. Elle sentait même le neuf." Il est conduit dans un endroit isolé du Maryland, où l'objet ovoïde l'attend. Il s'envole vers la planète Lanulos, où tous les habitants sont nus, et on lui fait visiter les lieux. Ils sont ensuite revenus sur Terre et la Buick noire l'a ramené chez lui. L'horloge lui indiqua que tout cela n'avait pris que deux heures, même si cela avait semblé beaucoup plus long. Des années plus tard, Monteleone a affirmé que cette histoire avait été inventée. Keel, Visiteurs de l'espace, pp. 174-76.

1968, 26 février : A 1 heure du matin, un homme de Phoenix, Arizona, est réveillé par un coup frappé à sa porte. "J'ai vu un homme debout dans ma chambre, à une certaine distance, portant des vêtements sombres (...). Je n'ai pas pu voir son visage []... il était mince et pas grand, peut-être un mètre soixante-dix. Il a changé de position à plusieurs reprises... et puis il a disparu." Keith, Casebook, p.180.

1968, 4 avril : "Bill" et sa femme ont rencontré un OVNI rougeoyant et silencieux. Cette nuit-là, ils ont reçu la visite, dans l'hôtel de Knoxville où Bill travaillait, d'un homme habillé en noir et aux cheveux noirs de jais. Lorsqu'ils lui ont dit que Martin Luther King avait été abattu à Memphis, il a répondu : "Bien ! J'espère qu'il mourra !" Il a fait remarquer "Chaque homme a son prix", et les a testés en leur demandant pour combien d'argent ils seraient prêts à courir nus à travers une autoroute. Keith, Casebook, p.181.

1968, printemps : Un "Indien" vêtu de noir est apparu au milieu de la nuit sur le campus d'une université du Minnesota, suite à une série d'observations d'OVNI. Il se comportait comme un ivrogne. Keel, Disneyland of the Gods, p.152.

1968, 2 mai : La femme de Keats Island, en Colombie-Britannique, a de nouveau rencontré deux hommes en salopette sombre, l'aîné étant le même, mais le plus jeune différent. Le lendemain, un groupe d'employés de l'hydroélectricité "m'a assuré que les hommes d'hier n'étaient pas des hommes d'Hydro, que quelqu'un s'était"moqué de moi"". Keel, Visiteurs de l'espace, pp.179-80.

1968, début mai : George Smyth a vu des sosies de John Keel, Gray Barker et James Moseley en face de chez lui. Une semaine plus tard, trois hommes sont sortis d'une Plymouth noire datant de 1960-62 et portant des plaques d'immatriculation de Virginie-Occidentale. Ils ont prétendu appartenir à Saucer News et lui ont demandé de répéter ce qui lui était arrivé. Le magazine a nié toute connaissance. Beckley, The UFO Silencers, pp.44-45.

1968, mai : "Bill", qui avait interviewé un contacté avec Brad Steiger, reçut un appel téléphonique détaillant leurs déplacements, y compris où ils avaient séjourné et ce qu'ils avaient mangé (ils avaient essayé de garder leurs déplacements secrets précisément parce qu'ils avaient entendu parler du harcèlement d'autres chercheurs sur les ovnis). Un poltergeist est entré chez lui et, à deux reprises, "un homme de petite taille, enveloppé d'une lumière chatoyante" s'est matérialisé dans sa chambre. Steiger, Mysteries of Time and Space, p.202.

1968, fin mai : Mary, épouse du chercheur d'OVNI John J. Robinson, remarque quatre matins de suite une grande voiture noire à la sellerie rouge garée près de sa porte d'entrée, tandis qu'un homme en costume sombre la regarde de façon perçante. Le lendemain, elle a vu un sosie de Jim Moseley diriger la circulation alors qu'elle rentrait de ses courses. Le 18, Timothy Beckley et le vrai Jim Moseley viennent lui rendre visite, ils remarquent une Cadillac noire garée devant l'usine fermée voisine, ils prennent deux photos d'un homme debout devant la porte de l'usine, et Mary l'identifie comme l'homme qui l'avait dévisagée. Beckley, The UFO Silencers, pp.45-48.

1968, juin : Le chercheur d'OVNI Thomas Wedemeyer de Jamestown, New York, a reçu la visite du "Major Smedley" de l'Air Force, l'interrogatoire lui a laissé un mal de tête. Il n'y avait pas de Major Smedley dans l'Air Force, mais on a découvert que cet homme avait rendu visite à d'autres chercheurs d'OVNI. Steiger, Mysteries of Time and Space, p.200.

1968 : Un officier de police adjoint a rencontré trois hommes mystérieux en costume noir. "Ils avaient une étrange façon de parler - comme s'ils inspiraient, puis parlaient jusqu'à ce qu'ils aient expulsé tout leur souffle, puis inspiraient à nouveau et recommençaient à parler. Keel, Disneyland of the Gods, p.152.

1968, 5 juillet : Le 'Capitaine Monroe', prétendant appartenir à l'Institut de recherche sur les ovnis de Pittsburgh, rendit visite à un jeune homme qui avait photographié un ovni avec un appareil polaroid, lui dit que les photos étaient truquées, et qu'il devait"se taire ou quelque chose de désagréable lui arriverait". Steiger, Mysteries of Time and Space, p.198.

1968, 13 juillet : Le jeune enquêteur Dan O. parlait au téléphone avec un autre ufologue lorsque leur appel fut interrompu par une Mme Slago, qui dit à Dan qu'il ne devait pas se renseigner sur l'existence d'extraterrestres sur Terre, car"les Terriens ne comprennent pas..."puis s'interrompit. Lorsqu'on lui a demandé de répéter son nom, elle a répondu"Mme Nelson". Beckley, The UFO Silencers, pp. 153-54.

1968, 23 juillet : Martyn Johnson, un policier qui n'était pas en service, et sa femme, ont vu des lumières mystérieuses au-dessus de Sheffield. Après l'avoir signalé au Sheffield Morning Telegraph, il a été convoqué dans le bureau de son superintendant, où il a été interrogé par deux hommes"habillés comme les espions de la télévision, en trench-coats et chapeaux Trilby". Ils ont essayé de le persuader qu'il n'avait vu qu'un avion ou un hélicoptère, puis lui ont dit qu'il était"sous serment et qu'il avait juré de garder le secret pendant 25 ans."David Clarke et Andy Roberts," The UFO Files ", Fortean Times 284, février 2012, pp.30-31.

1968, été : Un journaliste anonyme dans un lieu non précisé rapporte que plusieurs personnes ont déclaré que des hommes prétendant être Brad Steiger et John Keel les avaient avertis de ne pas parler des ovnis. Lorsqu'il a essayé de parler à la femme d'un fermier, trois hommes courts et bronzés, en costume sombre et portant des lunettes noires, ont brandi un exemplaire d'un magazine (avec un article sur les OVNIs ?) et ont dit que"Brad Steiger avertissait tous les observateurs d'OVNIs de ne pas parler". Keel, Our Haunted Planet, pp.96-97.

Automne 1968 (?) : Un ami anonyme de Brad Steiger a été abordé à Londres par trois hommes en noir lui demandant les horaires des trains. De retour à son hôtel, il a vu les mêmes hommes au coin d'une rue en train de regarder sa chambre. Un jour ou deux plus tard, l'un d'eux l'a confronté :"Vous êtes un ami de Brad Steiger. Dites-lui que nous lui rendrons visite à Noël."Steiger a raconté cela à un autre ami qui lui a dit que, si c'était le cas,"envoyez-les me parler". À peine Steiger l'a-t-il quitté qu'il reçoit la visite du"cadavre", l'homme le plus maigre qu'il ait jamais vu. Il note l'immatriculation de la voiture de l'homme et apprend qu'il n'y a pas de telle voiture dans l'Iowa. Steiger, Mysteries of Time and Space, pp.205-6.

1968, octobre : Brian Leathley-Andrews, un enquêteur sur les ovnis à Coventry, rentre chez lui et remarque un homme debout près du garage voisin."Son visage brillait d'une couleur orange et alors que je regardais, le visage s'est transformé en celui d'un vieil homme devant mes yeux". Après cela, il a commencé à avoir des problèmes avec son téléphone, et à recevoir des appels menaçants. Il a rapidement abandonné les recherches sur les ovnis. Keith, Casebook, p.182.

1969 : Un"Chinois ivre"est entré en titubant dans le bureau d'un journal de l'État de New York pendant qu'un journaliste rédigeait un rapport sur un OVNI local. Il était vêtu d'un costume noir. Après une forte respiration sifflante, il réussit à dire :"N'imprimez pas cette histoire". Il est sorti en titubant, se heurtant à des meubles. Le reporter l'a immédiatement suivi mais la rue était complètement déserte. Keel, Disneyland of the Gods, p.152.

1969, 3 juillet : Un enquêteur Ovni anonyme a été confronté à trois Hommes en noir,"Sur la vitre de la voiture dans laquelle ils se trouvaient se trouvait le symbole lié à eux et à leurs visites". (Aucune explication sur ce que c'était.) Par la suite, il a reçu de mystérieux appels téléphoniques, sa maison a été fouillée et des Cadillacs noires l'ont suivi partout. Evans, 'Men in Black', p.37.

1969, automne : Un automobiliste du Massachusetts rencontre un OVNI qui bloque la route. Un homme aux yeux exorbités et au visage rouge qui avait des difficultés à respirer s'est approché et a demandé qu'on le conduise en ville. Il portait un manteau noir court et"un pantalon vert très brillant fait d'un matériau que je n'ai jamais vu auparavant". Après qu'il soit monté dans la voiture, l'OVNI a décollé et s'est volatilisé. A la question de savoir d'où il venait, l'homme a répondu :"Vous ne comprendriez pas."L'automobiliste l'a déposé sur Main Street, et a pensé à aller voir la police, mais l'homme a dit :"Personne ne va vous croire, alors ne vous donnez pas la peine."L'homme est parti en titubant. Keith, Casebook, pp.182-83.

1971, octobre (?) : Deux hommes"du ministère de la Défense"rendent visite à Jim Wilson, dans les Eastern Midlands, et lui disent qu'il"pourrait aussi bien oublier"la lumière qu'il a vue dans le ciel à la fin du mois d'août, car ils l'ont identifiée comme étant le satellite russe Cosmos 408. (Il a été prouvé plus tard que ce n'était pas le cas.) Deux hommes dans une voiture Jaguar noire se sont garés devant sa maison dans la soirée. La police a découvert que sa plaque d'immatriculation était fausse. Le 21 octobre, des agents se sont approchés de la voiture pour interroger les hommes, mais soudain, elle a"fondu dans le néant". Randles, MIB, pp.167-69.

1972. Fin août : Peter Taylor, de Manchester (il vivait près de l'aéroport), est assailli par les journalistes pour avoir observé un objet lumineux dans les Pennines dans la nuit du 16 au 17 août, mais deux hommes du"ministère de la Défense"arrivent dans une grande voiture noire, se débarrassent des journalistes, l'interrogent à plusieurs reprises sur l'ouverture d'une porte en forme de T dans l'objet et lui conseillent de ne pas parler. Randles, MIB, pp.106-7.

1972, octobre : Billy Doyle, qui se promenait le soir après son travail dans un hôtel près d'Eastbourne, a vu un ensemble de lumières colorées incandescentes. Deux semaines plus tard, un homme du"CID"l'a interrogé à ce sujet, et lui a demandé :"Que diriez-vous si je vous demandais de ne pas le signaler ?"Randles, MIB, p.111.

1973, octobre (?) :"Gerry Armstrong", qui avait eu de nombreuses observations d'OVNI, a été servi dans un magasin de disques de Newmarket Plaza, Jackson's Point, Canada, par"la plus belle fille que j'avais jamais vue", dans une longue robe noire fluide, avec de longs cheveux noirs et"les yeux les plus noirs que j'avais jamais vus". Elle a jeté sa monnaie sur le sol, et après qu'il l'ait ramassée, elle a disparu. Haisell, The Missing Seven Hours, p.111.

1973, 25 octobre : Stephen Pulaski, 22 ans, et deux garçons de dix ans, ont vu un OVNI rougeoyant à l'extérieur d'Uniontown, en Pennsylvanie, ont entendu des cris, ont noté une odeur sulfureuse, puis ont vu deux hommes singes ressemblant à des Sasquatchs, mesurant entre sept et huit pieds. Il a tiré avec son fusil et en a apparemment touché un trois fois. Les hommes-singes se sont retirés dans les bois, et l'OVNI a disparu. Plus tard ce jour-là, interrogé par des chercheurs d'OVNI, il est entré en transe et a vu"un homme avec un chapeau et une cape noirs, portant une faucille". Il a dit :"Si l'homme ne se redresse pas, la fin viendra bientôt (...). Il y a un homme ici maintenant qui peut sauver le monde."Keith, Casebook, pp.183-84.

1973, 1er novembre : Au début d'une vague d'ovnis dans le New Hampshire, Florence Dow entend un bruit sourd sous son porche."En regardant dehors, elle a vu un homme vêtu d'un manteau noir et d'un chapeau noir à larges bords, avec ce qui semblait être un visage couvert de ruban adhésif."Keith, Casebook, p.184.

1973, décembre :"Mme Verona"du Devon, qui avait été enlevée et violée par un extraterrestre le 16 octobre, a reçu des appels téléphoniques, puis des lettres, puis des visites de deux hommes, qui ont décrit exactement ce qui s'était passé, et l'ont avertie de ne pas parler. Ils ont continué à lui rendre visite pendant quatre ans, jusqu'à ce qu'elle aille voir les enquêteurs. Randles, MIB, pp.112-17.

1974, 18 mars : Un intrus s'est introduit dans une station de radio à Paris, France-Inter, qui diffusait une série d'entretiens avec des témoins et des théoriciens des OVNI, et a extrait toutes les bandes non transmises, laissant toutefois celles qui avaient déjà été diffusées. Le voleur, quel qu'il soit, ne pouvait guère avoir d'autre motif que d'empêcher les bandes restantes d'être entendues par le public. Bourret, La fissure de l'univers, p.7.

Avril 1974 : Frank et Kathy conduisaient dans l'est du comté de Hancock, dans l'Ohio, lorsqu'ils ont vu une lumière pulsée et ardente. Ils en ont parlé à quelques autres personnes sur leur radio CB. À 2 h 45 du matin, ils se sont rendus au bar-restaurant Wigwam, où un homme s'est précipité et a demandé :"Qu'avez-vous vu dans le ciel ?"Il était chauve, avec des doigts deux fois plus longs que la normale. Il a nié avoir une CB, et a demandé comment il le savait :"Je... vis... de... visions !"Keith, Casebook, pp.184-86.

1975 : L'ufologue argentin Anton Ponce de Leon s'est rendu à Sicuani où il y avait de nombreuses observations d'OVNI, où il a rencontré"un journaliste du journal Ultima Hora, de Lima, au Pérou."Le reporter avait photographié trois ovnis à Capillani, en Argentine. Il les a envoyées pour qu'elles soient développées, mais en rentrant à son hôtel, il a découvert que"deux messieurs en noir et avec des chapeaux"avaient saccagé sa chambre. D'autres harcèlements l'ont rendu"extrêmement effrayé". Keith, Casebook, pp. 94-95.

1975 (?) : Deux hommes mystérieux dans une Cadillac noire ont tenté de confisquer au directeur de l'état de l'Ohio pour le MUFON, Nils Pacquette, des échantillons de métal qui provenaient prétendument d'un OVNI. Ce dernier a déclaré qu'une vérification du numéro d'immatriculation de leur voiture a révélé que ce numéro n'avait jamais été émis. Sheaffer, UFO Sightings, p.205, citant le National Enquirer, 23 septembre 1975.

1975, mai : Carlos de los Santos Montiel, dont l'avion léger avait été survolé par trois disques en approche de Mexico, se rendait à une station de télévision pour raconter son histoire lorsque deux limousines noires ont encerclé sa voiture. Quatre hommes en sont sortis et l'ont sommé de ne pas parler. Il est rentré chez lui. En juin, il a accepté de parler à Allen Hynek, mais là encore, il a été mis en garde par l'un des hommes habillés en noir. Randles, MIB, pp. 146-148.

1975, week-end du 4 juillet : La victime d'un enlèvement en série, Kathy Davis (Debbie Tomey), en vacances avec son amie Nan et la famille de Nan dans le parc d'État de Rough River dans le Kentucky, a parlé à un homme sur la CB. Celui-ci est ensuite apparu avec deux autres hommes, dans une voiture qui roulait sans rebondir sur une route cahoteuse et pleine de nids de poule, bien qu'elle n'ait pas dit où ils se trouvaient et ne sache pas comment ils les ont trouvés. Tous étaient vêtus de jeans bleus. Lorsqu'ils sont entrés dans la cabane pour la première fois, il était tard et les autres auraient dû être au lit, mais ils étaient debout, mais"juste immobiles, vous savez, sans bouger, comme s'ils étaient à peine réveillés, et sans rien dire."L'un des hommes faisait toute la conversation. Budd Hopkins soupçonne qu'il s'agit d'extraterrestres ou d'hybrides. Hopkins, Intruders, 107-16.

1976, 3 février : Shirley Greenfield, de Pennine Ridges, près de Bolton, dans le Lancashire, reçoit la visite de deux hommes en"costumes noirs élégants"et est interrogée par l'un d'eux, le"Commandant", au sujet de son observation d'OVNI du 23 janvier et de l'éruption violacée qui s'ensuit. Randles, MIB, pp.8-19.

1976, début (?) : Un couple dans une petite ville du Minnesota, où il y avait eu un épisode d'OVNI localisé depuis novembre 1975, conduisait en direction de la ville quand l'homme s'est rappelé qu'il devait passer un appel téléphonique. Alors qu'il s'arrêtait à une cabine, une Cadillac noire s'est arrêtée, un homme en est sorti et l'a repoussé pour atteindre le téléphone en premier. Il s'est dirigé vers un deuxième téléphone, la voiture noire est réapparue et le même individu s'est à nouveau précipité pour atteindre le téléphone en premier. Cela s'est produit une troisième fois. Ils ont poursuivi la voiture et ont pris sa plaque d'immatriculation, quand elle s'est envolée dans les airs et a disparu. Beckley, The UFO Silencers, p.105.

1976, 11 septembre : Le Dr Herbert Hopkins d'Orchard Beach, Maine, qui avait fait régresser par hypnose un témoin d'OVNI, seul chez lui pour la première soirée depuis un certain temps, reçut la visite d'un homme en noir, sans cheveux ni même cils, qui prétendait appartenir à la non-existante Organisation de recherche sur les OVNI du New Jersey, et qui fit dématérialiser une pièce de monnaie. Randles, MIB, pp. 163-66. L'abducté lui-même"a déclaré qu'un homme en costume noir était venu dans sa caravane et l'avait averti de ne pas parler de ses expériences."Imbrogno et Horrigan, Contact of the 5th Kind, p.17.

1976, 24 septembre : Maureen, la belle-fille d'Herbert Hopkins, reçoit un appel téléphonique d'un homme qui prétend connaître son mari John. Lui et sa compagne, qui portaient tous deux des vêtements démodés, ont rencontré John dans un restaurant, et de retour chez eux, leur ont posé de nombreuses questions personnelles. Leur comportement présentait de nombreuses particularités. L'homme ne cessait de tripoter et de caresser la femme, demandant à John s'il le faisait correctement. Hilary Evans," Men in Black ", p. 35.

1976, fin (?) : Alors que Dick Ruhl, chercheur à l'APRO, faisait analyser des preuves provenant d'un prétendu site d'atterrissage d'OVNI, il s'est retrouvé suivi par une Mustang noire immatriculée UFO-35, conduite par un homme entièrement vêtu de noir. Il a également déclaré à un journal qu'il pensait que les MIB suivaient également ses conférences sur les OVNI. Sheaffer, UFO Sightings, p.205, citant le Massepequa (New York) Post, 11 novembre 1976.

1977 : John Merron, de Shepherd's Bush, à Londres, lisait Operation Trojan Horse de John Keel pendant que son père regardait la télévision. Il remarque avec incrédulité :"Il est dit ici que des gens reçoivent des appels téléphoniques de soucoupes volantes". L'idée les fait rire tous les deux. Deux ou trois minutes plus tard, le téléphone posé sur la table à côté de lui a sonné. Il décroche le combiné et dit"Bonjour". Une voix étrangement métallique a dit :"C'est le premier", et a raccroché. Vers 1990, Merron m'a dit qu'il attendait toujours le second. Anomalie 5, juin 1988, pp. 32-33.

1977, 6 (ou 7) juin : Deux hommes se présentent à la ferme Ripperston, où il y a eu de nombreuses observations d'OVNI, l'un assis dans la"voiture flashy de couleur métallique"tandis que l'autre inspecte les équipements laitiers à l'arrière de la ferme. Tous deux avaient"un menton pointu, un front haut et des yeux pénétrants". Plus tard, ils se sont présentés à l'hôtel Haven Fort, où le réceptionniste s'est étonné que leur voiture soit silencieuse sur la piste de gravier. Randles, MIB, pp.118-20.

1977, 29 juillet : Joseph Randall, fondateur de l'Ufology Society International, conduisait entre Golden et Radium en Colombie britannique, sur le chemin du retour, après avoir travaillé dans le parc national des Glaciers, chez sa mère à Invermere. Il n'a rencontré aucun autre trafic après l'intersection de Golden. Vers 22 h 45, une Cadillac noire, modèle ancien, a traversé l'autoroute d'est en ouest. Il a vu trois hommes à l'intérieur en manteaux et chapeaux noirs. Elle a laissé un nuage derrière elle. Il s'est arrêté et s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de route d'intersection, de sorte que cela semblait impossible. Il n'a pas rencontré d'autre trafic jusqu'à ce qu'il atteigne l'intersection de Radium. Keith, Casebook, pp.193-95.

1978 : Rick Moran, qui avait mené une nouvelle enquête sur les Mothman et les histoires connexes en Virginie occidentale, a reçu plusieurs appels téléphoniques étranges, dont certains étaient menaçants, lui disant qu'il devait"laisser tomber mon intérêt pour les OVNI". Lorsqu'il s'est présenté pour être interviewé pour le talk-show de Joel Martin sur WBAB à Long Island, qui devait porter sur l'utilisation du défoliant Agent Orange au Vietnam, Martin lui a dit"qu'il avait reçu la visite d'un MIB classique, qui l'avait mis en garde contre le fait de faire des émissions sur les OVNIs". Au lieu du sujet prévu, ils ont décidé de se lancer en public."Chaque fois qu'un journaliste se sent en danger, le meilleur conseil est de mettre tout ce qu'il sait devant le public dans l'espoir qu'une fois que c'est de notoriété publique, il n'y a plus de raison de menacer la source."Ils n'ont eu aucun problème par la suite. Rick Moran, 'Point Pleasant Revisited' Fortean Times 156, mars 2002, p.32.

1979, 4 août : Suite à des observations locales d'OVNI," Sarah ", quatorze ans, de Toronto, Canada, est restée inconsciente pendant quinze minutes après avoir vu" une pointe de flèche ". Sous hypnose, elle se souvient non seulement d'un enlèvement, mais aussi qu'un homme d'un mètre quatre-vingt en costume noir, avec"des yeux bridés, un visage gris, de longs ongles sur des doigts effilés", l'a suivie dans la cour de l'école pendant le déjeuner et l'a interrogée sur ses amis, qui avaient également vu des OVNI. Keith, Casebook, pp. 195-97.

1979, 9 décembre : Suite à l'enlèvement de Cergy-Pontoise, en banlieue parisienne, vers 7 heures du matin, on frappe à la porte, à laquelle répond Jean-Pierre Provost. Il y avait trois hommes :" L'un était de taille moyenne, très bien habillé en vert foncé, presque noir, cravate noire, chemise et gilet blancs assortis à son costume ; il avait une frange de barbe, noire comme ses cheveux, et une moustache.... Les autres étaient plus grands que lui, plus grands et plus costauds. Interrogé par l'homme barbu : "Êtes-vous l'un des trois ?", il répondit : "Oui". "Bien, dans ce cas, vous pouvez passer le mot à vos compagnons : vous en avez déjà trop dit. Il va vous arriver un accident. Et si vous en dites plus, ce sera plus grave que ça..." Puis ils disparurent. Il les revit à plusieurs reprises, mais la seule fois où ils parlèrent, ce fut dans un bureau de tabac, où ils le menacèrent à nouveau. Sous hypnose, "Provost a identifié les hommes comme venant de l'intérieur de la Terre, et a ajouté que l'homme barbu avait été réel, mais que ses deux compagnons ne l'avaient pas été." Keith, Casebook, pp.197-98.

Fin des années 1970 : Lieu : "Te Kore", pseudo-district rural au sud d'Auckland, Nouvelle-Zélande (probablement la région de Pukekohe/Tuakau). Source : Valerie Adams (1989) Heaven is a Place on Earth : Huit années de ma vie. Auckland, NZ : Collins. Ce livre est un mémoire de plusieurs années qu'Adams, une journaliste néo-zélandaise bien connue, a passées à vivre dans la campagne néo-zélandaise avec son mari Pat Booth, un autre journaliste très en vue. Les discussions d'Adams sur les événements sociaux et politiques et les personnages de l'époque auxquels elle et son mari ont participé sont entrecoupées de discussions sur ses croyances dans le New Age et les phénomènes paranormaux tels que la réincarnation et les OVNI. Peu après s'être installée dans la région, Adams apprend que les habitants voient régulièrement des ovnis, et finit par faire elle-même quelques expériences significatives : elle interprète les ovnis en termes New Age comme un symbole de conscience supérieure, estimant qu'ils dégagent des "vagues d'amour". Adams en vient également à considérer que les ovnis sont à l'origine d'un bourdonnement omniprésent dans la région, à intervalles réguliers, et pour lequel aucune source identifiable ne peut être trouvée.

Comme aucune date précise n'est donnée, Adams écrit qu'"un jour d'hiver", son mari rentre à la maison (après avoir quitté son poste de rédacteur en chef d'un journal de la ville d'Auckland), l'air bouleversé et déclare : "Je pense que j'ai été poursuivie par des extraterrestres sur le chemin du retour". Booth raconte avoir été suivi "tout le long de l'autoroute" depuis Auckland par une "grande camionnette noire avec des vitres noires, et trois hommes en noir assis à l'avant", décrivant la camionnette et les hommes comme "sinistres" et "tellement menaçants que je n'ai jamais été aussi terrifié de ma vie". Cependant, lorsque Booth quitte l'autoroute et s'engage dans la campagne, la camionnette poursuit sa route et ne le suit pas (pp 123-125).

Adams raconte que l'interprétation de Booth selon laquelle la camionnette est conduite par des "extra-terrestres" provient du fait que tous deux avaient déjà lu les livres sur les OVNI du pilote néo-zélandais Bruce Cathie (probablement Harmonic 33 et Harmonic 695 à cette date), qui relatent les expériences de Cathie, qui s'est fait traquer par des MIB. Dans la conclusion du livre, Adams s'interroge sur les significations métaphysiques de ses expériences à Te Kore (notamment en ce qui concerne sa conviction que son séjour dans la communauté est lié au karma accumulé dans une vie antérieure). Son évaluation de l'incident ci-dessus est que "les hommes en noir avec lesquels Patrick et moi étions impliqués étaient, je pense, le reflet de notre propre négativité à l'époque. Ils ne nous rendraient tout simplement pas visite aujourd'hui, parce que nous ne retenons pas et n'acceptons pas une telle négativité dans notre conscience" (p. 180). -- Crédit : Dean Ballinger

1980, début : Selon William Moore, les directeurs de l'APRO lui ont remis une lettre de Craig Weitzel, un cadet de l'armée de l'air à la base de Kirtland AFB à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, qui avait photographié un OVNI atterri et un occupant en costume argenté. De retour à la base, il a été abordé par un homme en costume sombre et lunettes de soleil qui a dit s'appeler Huck et vouloir les photos de l'OVNI, qu'il a dûment remises. Mais lorsque Moore interrogea Weitzel, celui-ci nia avoir pris des photos de l'OVNI ou avoir eu un étrange visiteur. Pilkington, Mirage Men, p.119.

1980, 18 août : Charles Affleck, l'un des six membres du Centre de Swindon pour la recherche sur les OVNI (SCUFORI) a trouvé une note sur le pas de sa porte : "CESSEZ L'ÉTUDE DES OVNIS". Dans les semaines qui suivent, d'autres membres reçoivent des missives similaires, certaines par la poste avec le cachet de Swindon, ainsi que des appels téléphoniques menaçants. Ils ont finalement pu prouver que le coupable était l'un de leurs propres membres. Martin Shipp, 'Special - The Alien Amongst Us', Probe Report, Vol.3 No.3, janvier 1983.

1980, septembre : "Beryl Hollins" de Golborne, près de Wigan dans le Lancashire, qui avait vu un OVNI le 31 août, reçoit un appel téléphonique d'un prétendu scientifique de Jodrell Bank, qui ne veut pas dire comment il a obtenu son numéro. Il lui a conseillé de ne pas fréquenter les "excentriques" de l'ufologie. Randles, MIB, pp. 122-24.

1980, mi-novembre : "Michael Elliot", qui effectuait des recherches sur les soucoupes volantes dans une bibliothèque universitaire (États-Unis), a été abordé par un homme sombre très mince, vêtu d'un costume noir, qui l'a interrogé sur les soucoupes volantes, a posé sa main sur son épaule et lui a dit : "Va bien dans ton dessein". Après avoir quitté le témoin terrifié, il a remarqué qu'il n'y avait personne dans la bibliothèque, pas même au bureau d'information. Il s'est forcé à s'asseoir à nouveau. Quand il est reparti une heure plus tard, "il y avait deux bibliothécaires derrière chacun des deux bureaux !". Peter M. Rojcewicz, "Men in Black", Fortean Times 50, été 1988, p.65.

1981, 6 août : David Ellis et sa femme Caroline (pseudonymes ?), qui tenaient la maison publique The Horseshoes à l'extérieur de Matlock, Derbyshire, et avaient eu plusieurs observations récentes d'OVNI, ont reçu la visite à sept heures du matin de deux hommes en noir avec des gants en daim gris, "comme des jumeaux", qui se sont révélés être glabres lorsqu'ils ont enlevé leurs chapeaux, et portaient apparemment du rouge à lèvres. Ils ont averti le couple de ne rien dire, ont fait disparaître la chevalière de Caroline, puis sont partis dans une Mercedes noire sans plaque d'immatriculation. La bague est réapparue peu après. Par la suite, ils ont reçu plusieurs appels téléphoniques d'une voix "quelque peu métallique" les avertissant également de ne pas parler. Taylor, The Uninvited 2, pp. 87-93, 105.

1981, 6 octobre : Grant Breiland et "N.B." de Vancouver, au Canada, qui avaient vu un OVNI depuis des points de vue distants de cinq kilomètres, le premier ayant pris une photo, ont reçu la visite de deux hommes étranges qui les ont intimidés au point que Breiland n'a jamais diffusé sa photo, et que N.B. n'a pas voulu coopérer avec les enquêteurs. Randles, MIB, pp.126-29. Une autre version : Breiland a vu deux hommes sans ongles dans un magasin K-Mart. L'un d'eux lui a demandé : "Quel est ton nom ?" L'autre lui a demandé où il habitait, puis : "Quel est ton numéro ?" Leurs lèvres ne bougeaient pas lorsqu'ils parlaient. Quand ils sont partis, il les a suivis. Ils ont traversé un champ boueux, puis ont disparu. Aucune autre personne n'était en vue pendant l'incident, bien qu'après la disparition des hommes, l'endroit était à nouveau peuplé. Keith, Casebook, pp.199-200.

1980. 29 décembre : La nuit suivant l'observation d'ovnis près de la base de l'armée de l'air américaine de Rendlesham, dans le Suffolk, l'un des témoins, Larry Warren, reçoit un appel téléphonique lui ordonnant d'être sur le parking dans vingt minutes, "sinon". Là, deux hommes en costume sombre lui ont fait signe de monter dans une berline bleu foncé, où une "étrange lueur verte a soudainement envahi le véhicule", et il a perdu conscience. Ils l'ont emmené dans une installation souterraine secrète sous la base, dont il n'avait pas connaissance. Plus tard, il s'est retrouvé à errer dans la base, étourdi, et a découvert que deux jours s'étaient écoulés. Redfern, Keep Out !, pp. 44-47.

Début des années 1980 : Des enquêteurs privés chargés d'étudier les observations d'OVNI dans la vallée de l'Hudson, dans l'État de New York, sont contactés par "James Madison", qui appartiendrait à la National Security Agency (NSA) et qui souhaiterait obtenir la bande vidéo tournée par un témoin. Il a dit qu'il voulait transmettre la bande au Dr Bruce Maccabee. Ce dernier a dit à Hynek et Imbrogno qu'il savait que Madison travaillait vraiment pour la NSA. Lorsqu'ils ont refusé de leur remettre la bande, Madison a dit à Imbrogno : "Tu sais, Phil... le gouvernement a éliminé des gens pour beaucoup moins que ça." Hansen, The Missing Times, pp.192-93, citant J. Allen Hynek et Philip J. Imbrogno avec Bob Pratt, Night Siege : The Hudson Valley UFO Sightings, Ballantine, New York, 1987, p.122.

1983, 14 février : Colin et Lynn Regan de Swanbourne, Buckinghamshire, qui avaient récemment vu un ovni lumineux à plusieurs reprises, ont reçu la visite de deux hommes se faisant appeler Frederick Gratton et George Edwards, qui ont dit qu'ils étaient du ministère de la Défense et leur ont conseillé de ne pas en parler pour des raisons de "sécurité nationale". Le 19 février, après que Colin ait fait l'expérience du "temps perdu", ils lui ont rendu visite à nouveau et l'ont plongé dans une transe hypnotique, au cours de laquelle il s'est souvenu qu'il avait été emmené à bord d'un vaisseau spatial et contraint d'avoir des relations sexuelles avec une séduisante femme extraterrestre. Taylor, The Uninvited 3 : The Abduction, pp.104-12, 141-46.

1984. 25 avril : Gwen Freeman, de Blairgowrie, en Ecosse, a vu un groupe d'inconnus en "tenue yiddish noire" remonter en file indienne l'allée de la maison d'un voisin et entrer. Peu de temps après, ils sont repartis, mais quand elle et son fils ont appelé la femme, elle a nié avoir reçu des visiteurs. Plus tard dans la journée, Mme Freeman a vu un OVNI. Environ une semaine plus tard, un homme et une femme vêtus de vêtements sombres et démodés lui rendent visite et lui disent qu'elle ne doit plus parler de ce qu'elle a vu "sinon un grand malheur l'atteindra".

1984, mai : Marie, sur la côte est des États-Unis, a envoyé un rapport d'observation à Jules Vaillancourt du MUFON. Il ne l'a jamais reçu, mais un homme en costume brun conduisant une Mercedes grise s'est présenté avec son formulaire, a prétendu être Vaillancourt, et lui a posé des questions sur les détails. Randles, MIB, pp.131-32.

1984, décembre : "C.B.", quittant son bureau de New York à 23 heures après avoir fait des heures supplémentaires, a vu trois petits globes de lumière qui flottaient autour d'elle. Sur le chemin du retour, elle s'arrêta dans une épicerie fine pour acheter des cigarettes, et il y avait là un nouvel homme au comptoir d'apparence curieuse, la peau "très pâle avec une teinte jaunâtre" et de grands yeux bridés. Il a dit : "Ça n'arrive pas très souvent, mais quand ça arrive, ça peut être très effrayant." Il n'y avait personne d'autre dans l'épicerie. Lorsqu'elle est revenue le lendemain et a posé des questions sur le nouvel employé du comptoir, "l'un des employés qu'elle connaissait bien lui a dit qu'il n'y avait pas de nouvel employé. Il a également dit qu'il avait tenu le comptoir la nuit précédente, et qu'elle n'était pas entrée dans le magasin." Keith, Casebook, pp.200-202.

Début 1985 : "Dan Seldin", des environs de Cleveland, Ohio, se réveille dans son lit et voit trois personnes habillées en noir dans sa chambre. L'expérience était "totalement réaliste et pourtant onirique en même temps". L'une d'elles était une femme aux yeux sombres et aux cheveux noirs, dont il s'est souvenu, lorsqu'il a été hypnotisé par Budd Hopkins, que "Elle a l'air diabolique, mais elle est jolie aussi." Elle a ensuite eu des rapports sexuels avec lui. Hopkins, Intruders, p.186.

1986, 26 janvier : Vers 19 h 30, Paul Rebek, d'Epping, en Nouvelle-Galles du Sud, reçoit la visite d'un homme qui lui dit : "Bonjour monsieur, je suis un représentant de la compagnie Uranus Peanut. Voulez-vous goûter à ma marchandise ?" Il lui a acheté quelques cacahuètes, et on lui a dit : "Merci. Le Conseil se souviendra de vous favorablement. Bonne nuit." Il s'est retourné, mais a semblé disparaître au bout de quelques pas. Rebek a pensé qu'il devait s'agir d'un "Homme en noir spectral". Lettres, Fortean Times 47, automne 1986, p.72.

1986, 10 juillet : Un témoin d'OVNI, "Michael Lane" de Bradford, en tournée de livraison du Bradford Star, se promenait dans Sticker Lane "quand soudain tout est devenu silencieux. Il n'y avait plus personne, ni de voitures. Une grande voiture noire et brillante, un peu comme une Cadillac, s'est approchée du bord de la route à ma gauche, par derrière, alors que je marchais, et s'est arrêtée". Un homme en noir a crié : "Oubliez tout ce que vous savez sur les OVNIs." Il a vu que c'était une voiture avec un volant à gauche. Après que "la voiture se soit éloignée sans bruit", alors qu'elle se trouvait à environ 150 mètres, "tous les bruits de fond normaux, les gens et la circulation sont revenus", et "j'ai aussi ressenti un picotement partout, comme des broches et des aiguilles". Martin Dagless, "Report of Men in Black phenomenon", Anomaly 5, juin 1988.

1987, février : Bruce Lee - pas la star du Kung Fu, mais un éditeur des éditions Morrow de New York - se promenant un samedi sur Lexington Avenue avec sa femme, entre dans une librairie pour voir comment sont exposés les livres qu'il a édités. Un couple de petite taille, emmitouflé contre le froid de sorte que même leurs visages étaient à peine visibles, a pris des exemplaires de Communion, le récit d'enlèvement de Strieber, un titre Morrow, et les a feuilletés à une vitesse incroyable, en disant des choses comme : "Oh, il s'est trompé", et "Oh, il s'est trompé". Ils avaient un accent juif de l'Upper East Side. Lee s'est approché et a demandé quelles erreurs il pouvait y avoir dans le livre. La femme l'a regardé fixement, et à travers ses lunettes de soleil, il pouvait voir d'énormes yeux noirs qui lui rappelaient ceux d'un chien enragé. Il est parti précipitamment avec sa femme et ils sont allés dans un bar "et ont trempé son choc dans des Margaritas". Il en conclut qu'il s'agissait d'étrangers, qui avaient vraisemblablement appris à parler anglais auprès de Juifs de l'Upper East Side. Schnabel, Dark White, p.169.

1987, mai : L'enlevée Christa Tilton de Tulsa, Oklahoma, se promenait près de Sedona, Arizona, quand elle a été confrontée à une limousine noire à l'ancienne, "si brillante que je pouvais y voir mon reflet", a dit l'un des deux hommes à l'intérieur : L'un des deux hommes à l'intérieur a dit : "L'heure n'est pas la bonne" ; alors qu'ils partaient, elle a essayé de prendre une photo, mais rien ne s'est produit lorsqu'elle a appuyé sur l'obturateur. Randles, MIB, pp.133-34.

1988, 15 janvier : Peter Spencer, qui avait photographié un extraterrestre vert sur Ilkley Moor, reçoit la visite de Jefferson et Davies, soi-disant du ministère de la Défense (qui ne pouvaient pas être au courant de l'affaire), qui lui demandent comment fonctionne son feu électrique et lui réclament le négatif qu'il avait prêté à Peter Hough. Quand il leur a dit cela, ils sont partis. Randles, MIB, pp.139-40.

1988 : Maria, une Mexicaine mariée à un Anglais de Cheltenham, m'a dit [GJM] que des extraterrestres vivaient à Cheltenham. Elle les connaissait parce qu'ils avaient communiqué avec elle par télépathie, et puis un jour elle en a vu deux qui marchaient dans la rue. Ils n'avaient pas de cheveux - ils portaient des chapeaux pour cacher l'absence de cheveux sur leur tête, mais elle pouvait néanmoins voir qu'ils n'avaient pas de sourcils. Je crois qu'elle a dit qu'ils portaient des manteaux noirs. Ils lui ont fait un signe de tête en passant devant elle.

1988 : Une équipe de travail de l'Universal Education Foundation, qui nettoyait le King Ranch, San Luis Valley, Colorado, qu'ils venaient d'acheter à Berle Lewis, a trouvé des feuilles volantes sur les observations d'OVNI de Nellie Lewis, dont le cheval 'Lady' (faussement nommé 'Snippy' dans plusieurs comptes rendus de presse), aurait été tué par une soucoupe volante en 1967. "Quelques minutes plus tard, deux hommes de l'équipe de travail que je ne connaissais pas sont partis." Ils avaient pris les pages avec eux. Personne d'autre dans l'équipe de travail ne les connaissait non plus. O'Brien, La Vallée Mystérieuse, pp.30-31.

1988, août : Margaret Harris et Margaret Wilson de Chandlers Ford, Hampshire, ont vu une lumière jaune brillante alors qu'elles rentraient en voiture de Christchurch, Wilson a pris plusieurs photos, et de retour chez elle a téléphoné à la police. Elle n'a pas été surprise lorsqu'un homme prétendant être un "reporter" a appelé chez elle et a demandé s'il pouvait emporter les films pour les faire développer. L'histoire parut dans les journaux de Southampton, mais on ne revit ni l'homme ni le film. Price, UFOs over Hampshire, pp. 126-27.

Fin des années 1980 : Frank Pattemore, d'Iverson Cottage, dans le Somerset, qui avait souffert d'étranges problèmes électriques dans sa maison, l'obligeant à remplacer plus de vingt ampoules par semaine, a reçu "la visite d'un nombre incalculable de sympathisants et d'experts : spirites, radiesthésistes, exorcistes, chasseurs de fantômes, chercheurs psychiques et hommes en costumes sombres qui arrivaient à l'improviste, fouillaient dans des mallettes pour produire des cartes et d'autres documents, mais ne pouvaient être retrouvés grâce aux numéros de téléphone qu'ils avaient laissés". Bill Love, "Shock to the System", Fortean Times 171, juin 2003.

1990, juin : McCleary, un agriculteur du comté de Tipperary, en Irlande, a trouvé deux agroglyphes dans ses champs d'avoine ; deux autres sont apparus plus tard. Le matin où le dernier est apparu, un homme mince et entièrement vêtu de noir est sorti de derrière un hangar, il avait quelque chose de "mort" et ses vêtements semblaient avoir cinquante ans. Il a posé des questions sur les cercles. Keith, Casebook, pp.97-98.

1990, fin : Les ufologues de Nouvelle-Angleterre Philip Imbrogno et Marianne Horrigan constatent que certains de leurs courriers s'égarent, car des témoins leur écrivent pour leur demander pourquoi ils n'ont pas répondu à une lettre précédente, alors que celle-ci n'a pas été reçue. Imbrogno a alors reçu un appel téléphonique d'un homme qui s'est présenté comme le Major Andrews, le "représentant de l'Air Force auprès de la FAA", qui voulait savoir combien de rapports ils avaient reçu dans la région de New York. Il a déclaré que l'armée de l'air était préoccupée par l'augmentation du nombre d'observations dans la région, car elle ne voulait pas avoir une "peur de l'OVNI sur les bras". Il a dit que l'Air Force enquêtait sur les observations, et a demandé à Imbrogno s'il voulait coopérer dans un échange d'informations. Il accepte et, quelques semaines plus tard, reçoit un paquet de rapports de l'Air Force, bien qu'ils "ne contiennent pas d'informations bouleversantes". Imbrogno et Horrigan, Contact of the 5th Kind, pp.228-30.

1991, janvier : David Huggins a fait une présentation lors d'une conférence sur les OVNI sur ses expériences d'enlèvement. Le jour suivant, un inconnu fait trois fois le tour du quartier de Huggins, s'arrêtant chaque fois devant sa maison.

1991, 2 février : Budd Hopkins reçoit la première d'une série de lettres de Richard et Dan, qui prétendent avoir été témoins de l'enlèvement de "Linda Cortile" en novembre 1989. Ils ont d'abord dit qu'ils étaient des officiers de police, puis qu'ils étaient des agents de sécurité des Nations Unies. Hopkins, Witnessed, p.3.

1991, 29 avril : Linda Cortile a raconté à Hopkins que Richard et Dan l'avaient enlevée dans une Mercedes noire et qu'ils avaient roulé pendant trois heures pour l'interroger. Hopkins, Witnessed, p. 53.

1991, juin : Un hélicoptère survole le jardin de David Huggins à Wellington, New Jersey, le pilote prenant des photos. Keith, Casebook, p. 178.

1991, 15 octobre : Linda Cortile dit à Hopkins qu'elle a de nouveau été enlevée, cette fois par Dan dans une voiture de sport rouge (Jaguar ?). Il l'avait emmenée dans une maison sur la plage de Long Island. Hopkins, Witnessed, p.122.

1993 : Alors que Laura Bond, enlevée dans le Lincolnshire, promenait son chien, une limousine aux vitres latérales noires s'est arrêtée près d'elle. Il y avait trois hommes en costume noir à l'intérieur. Hough et Kalman, The Truth About Alien Abductions, pp.137-38.

1996 : Michael "Drew" Hartley, un producteur de télévision indépendant de Brighouse, dans le Yorkshire de l'Ouest, envisage de réaliser un programme sur la légende selon laquelle un monument situé à Kirklees, une ville voisine, marque la tombe de Robin des Bois. Pour l'aider, il a recruté deux étudiants en médias du Dewsbury College, et une jeune femme membre du personnel de la bibliothèque de Brighouse a également proposé son aide. Tout à coup, les trois se sont retirés. Lorsqu'il a interrogé les étudiants, tous deux ont déclaré que "quelqu'un" leur avait rendu visite tard dans la nuit et leur avait dit de ne rien faire avec le film Robin des Bois, sinon cela affecterait leurs futures carrières et pourrait avoir des conséquences "encore plus graves". La bibliothécaire a envoyé un fax disant qu'elle était occupée par d'autres engagements, mais il n'a jamais appris ses raisons exactes, car elle ne lui a jamais reparlé. Hartley lui-même reçoit un appel téléphonique d'un homme à l'accent d'Oxbridge qui prétend être du MI6. Bien qu'il ne soit pas menaçant, Drew est intrigué par le fait que son interlocuteur semble en savoir beaucoup sur lui. Le film n'a jamais été terminé. Communication personnelle.

1996, janvier : Un groupe de reprises du sud de la Californie a fait une pause dans une session de jam tard dans la nuit pour fumer, quand ils se sont tous évanouis. Ils se sont réveillés dix minutes plus tard, mais le chanteur principal avait disparu. Il est réapparu deux jours plus tard avec quelques cicatrices. Au cours de la troisième semaine de février, il était assis sous le porche lorsqu'une Cadillac noire s'est arrêtée et que trois hommes très pâles et très chauves en costume noir en sont sortis. "A première vue, ils avaient un peu l'air oriental, mais en regardant de plus près, j'ai compris qu'ils n'étaient pas du tout orientaux". Ils ont dit qu'ils étaient du FBI, et qu'il devait les accompagner à leur bureau pour répondre à quelques questions. Il monte avec hésitation dans la voiture, qui, bien qu'étant un modèle 78, "sentait le neuf". Ils l'ont conduit pendant une demi-heure, l'ont averti de ne pas continuer à parler de son enlèvement par des extraterrestres, et lui ont montré une série de photos macabres de corps mutilés, ce qui, selon eux, était "ce qui arrivait aux personnes qui ne se conformaient pas". Ils lui ont également montré des vidéos les montrant en train de tuer des gens. À son retour, ses amis ont relevé la plaque d'immatriculation, mais la police leur a dit qu'aucune plaque de ce type n'était enregistrée en Californie ou auprès du FBI. La victime a mis l'histoire sur un tableau d'affichage d'ordinateur, anonymement par peur. Keith, Casebook, p.202-3.

1996, mai : Jim Keith a interviewé David Huggins au téléphone, immédiatement après la conversation, le téléphone de Huggins a sonné à nouveau, mais il y avait un silence à l'autre bout. Keith, Casebook, p.178.

1996 : 23 août : Jim Keith a interviewé John Keel, après quoi le téléphone de Keith a sonné mais il y a eu un silence sur la ligne ; il a également reçu plus tard un appel de "reniflage". Keith, Casebook, p.178.

1998 (?): Jerry Anderson (pas le producteur de Thunderbirds !) de UFO Monitors East Kent (UFOMEK), qui enquêtait sur l'incident OVNI de Burmarsh du 8 mars 1997, a reçu une lettre signée par le Wing Commander A. W. Ward de la RAF. Elle se lisait comme si elle avait été écrite par quelqu'un dont la première langue n'était pas l'anglais, et lui ordonnait de cesser ses investigations. Il découvre par la suite que cet officier a réellement existé, mais lorsqu'il lui écrit, il reçoit une réponse, cette fois dans un anglais courant, niant qu'il ait écrit cette lettre. Il a reçu la visite de personnes censées appartenir aux autorités chargées de l'octroi des licences de télévision, qui ont exigé de voir sa licence - ils sont partis lorsqu'il l'a montrée, mais c'est extrêmement étrange, car les agents chargés de l'octroi des licences de télévision ne visitent que les maisons qui n'ont pas de licence. Le 9 février 1999, il a reçu par la poste une cassette qui s'est avérée être l'enregistrement d'une conversation téléphonique qu'il avait eue avec un autre chercheur, Chris Rolfe, en janvier 1998. John Harney, Magonia Monthly Supplement 13, mars 1999 ; UFO Magazine.

2000, octobre : Colin Perks, qui essayait de localiser la tombe du roi Arthur, a reçu la visite de Mlle Sarah Key, "la plus belle femme qu'il ait jamais rencontrée", qui portait "un costume noir à l'allure onéreuse". Elle lui a raconté de nombreux détails intimes de ses recherches, qu'il pensait impossible pour un étranger de connaître. Elle a dit qu'elle "représentait les intérêts d'un certain nombre de personnes au sein du gouvernement britannique et du pouvoir en place", qui s'intéressaient aux questions occultes depuis la Seconde Guerre mondiale et savaient que ce qu'il faisait était dangereux. S'il ne cessait pas, "vous recevrez un autre visiteur". Il n'en tient pas compte et poursuit ses recherches, mais il reçoit un autre visiteur : pas un représentant du gouvernement cette fois, mais "une gargouille", une entité de deux mètres de haut avec des ailes en cuir, des yeux rougeoyants et des crocs, qui le terrifie. Nick Redfern, "The Gargoyle of Glastonbury", Fortean Times 187, septembre 2004.

2003, 10 janvier : Le bureau des OVNIs du ministère de la Défense reçoit un appel d'une femme qui déclare qu'au petit matin, elle et sa mère ont vu des lumières dans le ciel depuis leur maison d'East Dulwich, dans le sud de Londres, et craignent qu'il s'agisse d'une attaque terroriste. Elle a donc appelé la police de Peckham qui a fini par envoyer une voiture. Dans celle-ci se trouvaient deux policiers, et deux hommes en combinaison spatiale avec des lunettes noires, qui se faisaient appeler Mork et Mindy. Ces hommes lui ont dit de ne pas regarder l'objet à cause des radiations possibles, et ils portaient un "émetteur" (compteur Geiger ?) qui ne cessait de cliqueter. Comme la femme avait mal aux yeux à force de regarder les lumières, ils lui ont proposé de les nettoyer avec une solution, mais elle a refusé. On lui a ensuite dit "de ne parler de cela à personne et surtout pas à la presse au cas où cela provoquerait une panique".

Après avoir demandé aux femmes leur signe de naissance, ils sont partis. Lorsque le MoD a contacté la police, celle-ci a naturellement démenti l'histoire de Mork et Mindy, affirmant qu'elle n'avait envoyé que deux agents, sans aucun équipement de radiation, que la femme pensait que les lumières étaient des extraterrestres, et non des terroristes, et qu'elle-même n'avait pas pu les voir. Plus tard, la mère a écrit une lettre de plainte indiquant qu'ils avaient découvert que Mork et Mindy était une sitcom télévisée sur un extraterrestre, et qu'ils avaient essayé "de nous faire passer pour des idiots". Rapport du ministère de la Défense, cité dans David Clarke, "Britain's X-Files", Fortean Times 280, octobre 2011, p.29.

Ouvrages cités :

Barker, Gray, They Knew Too Much About Flying Saucers, IllumiNet Press, Lilburn, Georgia, 1997 (1er 1956).

Beckley, Timothy Green, The UFO Silencers, Inner Light Publications, New Brunswick (?), New Jersey, 1990.

Bender, Flying Saucers and the Three Men, Paperback Library, New York, 1968 (1er 1962).

Bourret, Jean-Claude, The Crack in the Universe, traduit avec un avant-propos et une bibliographie par Gordon Creighton, Neville Spearman, St. Helier, Jersey, sans date (original français 1974).

Condon, Edward U., Scientific Study of Unidentified Flying Objects, Bantam, New York, 1969.

Evans, Hilary, 'Men in Black', in The Alien World, Orbis, Londres, 1984.

Evans, Hilary & Dennis Stacy (eds.), UFOs 1947-1997 : From Arnold to the Abductees : Fifty Years of Flying Saucers, John Brown Publishing London, 1997.

Haisell, David, The Missing Seven Hours, Paper Jacks, Markham, Ontario, 1978.

Hansen, Terry, The Missing Times : News Media Complicity in the UFO Cover-up, Xlibris Corporation, sans lieu, 2000.

Holzer, Hans, The Ufonauts : New Facts on Extraterrestrial Landings, Panther, 1979.

Hopkins, Budd, Intruders : Les incroyables visites de Copley Woods, Sphere, 1988.

Hopkins, Budd, Witnessed : The True Story of the Brooklyn Bridge UFO Abductions, Bloomsbury, 1997.

Hough, Peter et Moyshe Kalman, The Truth About Alien Abductions, Cassell, Londres, 1997.

Hynek, J. Allen, The UFO Experience, Corgi, 1974.

Imbrogno, Philip J., et Marianne Horrigan, Contact of the 5th Kind, Llewellyn, St. Paul, Minnesota, 1997.

Keel, John, UFOs : Operation Trojan Horse, Abacus, 1973.

Keel, John, Our Haunted Planet, Futura, Londres, 1975.

Keel, John, Visiteurs de l'espace (titre original : The Mothman Prophecies), Panther, 1976.

Keel, John, The Cosmic Question (titre original : The Eighth Tower), Panther, Londres, 1978.

Keel, John, Disneyland of the Gods, Amok Press, New York, 1988.

Keith, Jim, Casebook on the Men in Black, Adventures Unlimited Press, Kempton, Illinois, 2011 (1er 1997).

O'Brien, Christopher, The Mysterious Valley, St. Martin's Paperbacks, New York, 1996.

Pilkington, Mark, Mirage Men : A Journey in Disinformation, Paranoia and UFOs, Constable, Londres, 2010.

Price, Robert. UFOs over Hampshire and the Isle of Wight, Ensign Publications, Shirley, Southampton, 1990.

Randles, Jenny, MIB : Investigating the Truth behind the Men In Black Phenomenon, Piatkus, Londres, 1997.

Redfern, Nick. Gardez dehors ! Les endroits top secrets que les gouvernements ne veulent pas que vous connaissiez, New Page, Pompton Plains, New Jersey, 2012.

Sanderson, Ivan T., Uninvited Visitors, Tandem, Londres, 1974 (1er 1969).

Schnabel, Jim, Dark White : Aliens, Abductions, and the UFO Obsession, Hamish Hamilton, Londres, 1994.

Science and Mechanics, The Official Guide to UFOs, Ace Books, New York, 1968.

Sheaffer, Robert, UFO Sightings : The Evidence (titre original : The UFO Verdict), Prometheus Books, Amherst, New York, 1998.

Smith, Warren, UFO Trek, Sphere, 1977.

Steiger, Brad, Mysteries of Time and Space, Sphere, 1977.

Steiger, Brad, et Joan Whritenour, New UFO Breakthrough, Award, New York, 1968.

Stringfield, Leonard H. Situation Rouge : The UFO Siege, Sphere, Londres, 1978.

Sutherly, Curt. UFO Mysteries : A Reporter Seeks the Truth, Llewellyn, St. Paul, Minnesota, 2001.

Taylor, Frank, The Uninvited 2 : The Visitation, Star Books, 1984.

Taylor, Frank, The Uninvited 3 : The Abduction, Star Books, 1985.

Vallee, Jacques, UFOs : The Psychic Solution (titre original : The Invisible College), Panther, 1977.

Wilkins, Harold T., Flying Saucers on the Attack, Ace Books, New York, 1967 (1er 1954).

Williamson, George Hunt. The Saucers Speak, Neville Spearman, Londres, 1967.

Source :

 pelicanist.blogspot.com

 mysteriousuniverse.org

 mufonfrance.fr

 Commenter