16/05/2022 arretsurinfo.ch  10 min #208217

Où est la stratégie occidentale en Ukraine ?

🇬🇧

Crédit photo : The Cradle

Les récits occidentaux quotidiens sur les « victoires ukrainiennes » et les « pertes russes » sous-tendent l'absence d'une véritable grande stratégie cohérente contre Moscou.

Par Pepe Escobar - 16 mai 2022 -  The cradle.co

Les guerres ne se gagnent pas avec des tactiques et des récits - elles nécessitent une grande stratégie. La Russie a un plan directeur derrière ses opérations militaires en Ukraine, mais l'Occident en a-t-il un ?

Si nous connaissons tous Sun Tzu, le général, stratège militaire et philosophe chinois qui a écrit l'incomparable Art de la guerre, on connaît moins le  Strategikon, l'équivalent byzantin sur la guerre.

La Byzance du VIe siècle avait vraiment besoin d'un manuel, menacée qu'elle était à l'est, successivement par la Perse sassanide, les Arabes et les Turcs, et au nord, par des vagues d'envahisseurs des steppes, Huns, Avars, Bulgares, Pechenegs turcs semi-nomades et Magyars.

Byzance ne pouvait pas s'imposer en suivant simplement le schéma classique de la puissance brute de l'Empire romain - elle n'en avait tout simplement pas les moyens.

La force militaire devait donc être subordonnée à la diplomatie, un moyen moins coûteux d'éviter ou de résoudre les conflits. Et nous pouvons ici établir un lien fascinant avec la Russie d'aujourd'hui, dirigée par le président Vladimir Poutine et son chef de la diplomatie Sergei Lavrov.

Mais lorsque les moyens militaires s'avéraient nécessaires pour Byzance - comme dans l'opération Z de la Russie - il était préférable d'utiliser les armes pour contenir ou punir les adversaires, plutôt que d'attaquer de plein fouet.

La primauté stratégique, pour Byzance, plus que diplomatique ou militaire, était une affaire psychologique. Le mot Strategia lui-même est dérivé du grec strategos - qui ne signifie pas « général » en termes militaires, comme le croit l'Occident, mais correspond historiquement à une fonction de gestion politico-militaire.

Tout commence par « si vis pacem para bellum » : « Si tu veux la paix, prépare la guerre ». La confrontation doit se développer simultanément sur plusieurs niveaux : grande stratégie, stratégie militaire, opératif, tactique.

Mais des tactiques brillantes, d'excellentes informations opérationnelles et même des victoires massives sur un plus grand théâtre de guerre ne peuvent compenser une erreur fatale en termes de grande stratégie. Il suffit de regarder les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ceux qui ont construit un empire comme les Romains, ou en ont maintenu un pendant des siècles comme les Byzantins, n'ont jamais réussi sans suivre cette logique.

Ces « experts » du Pentagone et de la CIA qui ne savent rien.

Dans le cadre de l'opération Z, les Russes se délectent d'une ambiguïté stratégique totale, qui déconcerte complètement l'Occident collectif. Le Pentagone ne dispose pas de la puissance de feu intellectuelle nécessaire pour se montrer plus malin que l'état-major russe. Seules quelques exceptions comprennent qu'il ne s'agit pas d'une guerre - puisque les forces armées ukrainiennes ont été irrémédiablement mises en déroute - mais de ce que l'expert militaire et naval russe Andrei Martyanov appelle une « opération de police à armes combinées », un travail en cours de démilitarisation et de dénazification.

L'Agence centrale de renseignement américaine (CIA) est encore plus abyssale pour ce qui est de se tromper sur toute la ligne, comme l'a récemment démontré sa chef Avril Haines lors de son interrogatoire au Capitole. L'histoire montre que la CIA s'est trompée stratégiquement sur toute la ligne, du Vietnam à l'Afghanistan et à l'Irak. L'Ukraine n'est pas différente.

Il n'a jamais été question d'une victoire militaire en Ukraine. Ce qui est en train d'être accompli, c'est la destruction lente et douloureuse de l'économie de l'Union européenne (UE), associée à des profits extraordinaires sur les armes pour le complexe militaro-industriel occidental et à une domination sécuritaire rampante des élites politiques de ces nations.

Ces dernières, à leur tour, ont été totalement déconcertées par les capacités C4ISR (commandement, contrôle, communications, ordinateurs, renseignement, surveillance et reconnaissance) de la Russie, ainsi que par l'inefficacité stupéfiante de leur propre constellation de Javelins, de NLAW, de Stingers et de drones turcs Bayraktar.

Cette ignorance va bien au-delà de la tactique et du domaine opérationnel et stratégique. Comme Martyanov le fait délicieusement remarquer, ils « ne sauraient pas ce qui les frappe sur le champ de bataille moderne avec des quasi-espions, sans parler de leurs pairs ».

La qualité des conseils « stratégiques » émanant de l'OTAN est apparue clairement lors du fiasco de l'île Serpent - un ordre direct donné par des « consultants » britanniques au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valery Zaluzhny, a estimé que tout cela était suicidaire. On lui a donné raison.

Les Russes n'ont eu qu'à lancer quelques missiles Onyx de surface et antinavires de choix depuis les bastions stationnés en Crimée sur les aéroports au sud d'Odessa. En un rien de temps, l'île Serpent est repassée sous contrôle russe, alors même que des officiers de haut rang de la marine britannique et américaine ont « disparu » lors du débarquement ukrainien sur l'île. Ce sont les acteurs « stratégiques » de l'OTAN qui se trouvaient sur place pour prodiguer des conseils peu judicieux.

Une preuve supplémentaire que la débâcle de l'Ukraine est essentiellement une affaire de blanchiment d'argent - et non de stratégie militaire compétente - est l'approbation par le Capitole d'une « aide » supplémentaire de 40 milliards de dollars à Kiev. Il s'agit d'une nouvelle aubaine pour le complexe militaro-industriel occidental, comme l'a dûment noté le vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, Dmitri Medvedev.

Les forces russes, quant à elles, ont amené la diplomatie sur le champ de bataille, en remettant 10 tonnes d'aide humanitaire à la population de Kherson libérée - le chef adjoint de l'administration militaro-civile de la région, Kirill Stremousov, ayant annoncé que Kherson souhaitait faire partie de la Fédération de Russie.

Parallèlement, Georgy Muradov, vice-premier ministre du gouvernement de Crimée, n'a « aucun doute sur le fait que les territoires libérés du sud de l'ancienne Ukraine deviendront une autre région de la Russie. Ceci, comme nous l'évaluons à partir de notre communication avec les habitants de la région, est la volonté des gens eux-mêmes, dont la plupart ont vécu pendant huit ans dans des conditions de répression et de brimades par les Ukronazis. »

Denis Pushilin, le chef de la République populaire de Donetsk, est catégorique : la RPD est sur le point de libérer « ses territoires à l'intérieur des frontières constitutionnelles », puis un référendum sur l'adhésion à la Russie aura lieu. En ce qui concerne la République populaire de Louhansk, le processus d'intégration pourrait même intervenir plus tôt : la seule zone restant à libérer est la région urbaine de Lysychansk-Severodonetsk.

Le « Stalingrad du Donbass ».

Bien que le rythme de l'opération Z fasse l'objet d'un débat animé parmi les meilleurs analystes russes, la planification militaire russe se déroule méthodiquement, comme si elle prenait tout le temps nécessaire pour consolider les faits sur le terrain.

Le meilleur exemple est sans doute le sort réservé aux néo-nazis d'Azov à Azovstal, à Marioupol - l'unité la mieux équipée des Ukrainiens, haut la main. Au final, ils ont été totalement dépassés par un contingent de Spetsnaz russes/tchétchènes numériquement inférieur, et ce en un temps record pour une si grande ville.

Un autre exemple est l'avancée sur Izyum, dans la région de Kharkov - une tête de pont clé sur la ligne de front. Le ministère russe de la Défense suit le modèle consistant à écraser l'ennemi tout en avançant lentement ; s'il rencontre une résistance sérieuse, il s'arrête et brise les lignes de défense ukrainiennes par des frappes ininterrompues de missiles et d'artillerie.

Popasnaya, à Louhansk, surnommée par de nombreux analystes russes « Mariupol aux stéroïdes » ou « le Stalingrad du Donbass », est désormais sous le contrôle total de la République populaire de Louhansk, après que celle-ci a réussi à ouvrir une brèche dans une forteresse de facto comportant des tranchées souterraines reliées entre elles et situées entre la plupart des maisons civiles. Popasnaya est extrêmement importante sur le plan stratégique, car sa capture brise la première ligne de défense la plus puissante des Ukrainiens dans le Donbass.

Cela conduira probablement à l'étape suivante, avec une offensive sur Bakhmut le long de l'autoroute H-32. La ligne de front sera alignée, du nord au sud. Bakhmut sera la clé pour prendre le contrôle de l'autoroute M-03, la principale route vers Slavyansk depuis le sud.

Il ne s'agit là que d'une illustration de l'application par l'état-major russe de sa stratégie méthodique et minutieuse, dont l'impératif principal pourrait être défini comme une avancée préservant le personnel. Avec l'avantage supplémentaire de n'engager qu'une fraction de la puissance de feu russe globale.

La stratégie russe sur le champ de bataille contraste fortement avec l'obstination de l'UE à être réduite au statut de repas pour chiens américains, Bruxelles menant des économies nationales entières à des degrés divers d'effondrement certifié et de chaos.

Une fois de plus, c'est au ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, un maître de la diplomatie, qu'il revenait de la résumer.

Question : « Que pensez-vous de l'initiative de Josep Borrell (homologue de Lavrov au sein de l'UE) visant à donner à l'Ukraine des actifs russes gelés à titre de « réparations » ? Peut-on dire que les masques sont tombés et que l'Occident passe au vol ouvert ? ».

Lavrov : « On peut dire que c'est du vol, qu'ils ne cherchent pas à cacher Cela devient une habitude pour l'Occident Nous pourrions bientôt voir le poste de diplomate en chef de l'UE supprimé, car l'UE n'a pratiquement pas de politique étrangère propre et agit entièrement en solidarité avec les approches imposées par les États-Unis. »

L'UE n'est même pas capable d'élaborer une stratégie pour défendre son propre champ de bataille économique - elle assiste à la fermeture de facto et progressive de son approvisionnement énergétique par les États-Unis. Nous sommes ici dans le domaine où les États-Unis excellent sur le plan tactique : le chantage économique/financier. Nous ne pouvons pas appeler cela des mouvements « stratégiques » car ils se retournent presque toujours contre les intérêts hégémoniques des États-Unis.

Comparez cela avec la Russie qui atteint son plus grand excédent de l'histoire, avec l'augmentation et la hausse des prix des matières premières et le rôle à venir du rouble, de plus en plus fort, en tant que monnaie basée sur les ressources naturelles et également soutenue par l'or.

Moscou dépense beaucoup moins que le contingent de l'OTAN sur le théâtre ukrainien. L'OTAN a déjà gaspillé 50 milliards de dollars - et ce n'est pas fini - alors que les Russes ont dépensé 4 milliards de dollars, plus ou moins, et ont déjà conquis Mariupol, Berdyansk, Kherson et Melitopol, créé un corridor terrestre vers la Crimée (et sécurisé son approvisionnement en eau), contrôlé la mer d'Azov et sa principale ville portuaire, et libéré Volnovakha et Popasnaya, stratégiquement vitales dans le Donbass, ainsi qu'Izyum près de Kharkov.

Sans compter que la Russie a précipité l'ensemble de l'Occident dans une récession sans précédent depuis les années 1970.

La victoire stratégique de la Russie, telle qu'elle se présente, est militaire, économique et pourrait même se conjuguer sur le plan géopolitique. Des siècles après la rédaction du Strategikon byzantin, le Sud mondial aurait tout intérêt à se familiariser avec la version russe de l'Art de la guerre du 21e siècle.

Pepe Escobar

Source:  The cradle.co

Traduction  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Se réfère à : 2 articles

Référencé par : 2 articles