Accepter cookie ?
18/05/2022 les-crises.fr  13 min #208346

Ukraine : Ne vous fiez pas aux « experts » de l'industrie de la défense

Les chaînes d'information câblées font appel à d'anciens responsables militaires bellicistes pour analyser la guerre en Ukraine. Pourtant, elles omettent de mentionner les liens de ces experts avec les entreprises de défense - et leur intérêt financier à pousser à l'intervention militaire américaine.

Source :  Jacobin Mag, Aditi Ramaswami et Andrew Perez
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des consultants de l'industrie de la défense dans diverses émissions d'information sur MSNBC et CNN.

La semaine dernière, CNN a fait appel à l'ancien secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, pour sa récente quatrième apparition afin de parler, une fois de plus, de l'invasion meurtrière de l'Ukraine par le président russe Vladimir Poutine.

« Je pense que nous devons comprendre qu'il n'y a qu'une seule chose que Poutine comprend, et c'est la force », a déclaré Panetta sur Newsroom.

L'ancien directeur de la CIA a ajouté : « Je pense que les États-Unis doivent fournir toutes les armes nécessaires aux Ukrainiens, afin qu'ils puissent riposter, et riposter immédiatement. »

À aucun moment, Panetta ou CNN n'ont mentionné qu'il était conseiller principal chez Beacon Global Strategies, une société de conseil en matière de défense qui aurait représenté le fabricant d'armes Raytheon. Le cabinet ne divulgue pas ses clients, mais Raytheon et l'industrie de la défense ont généralement tout à gagner du conflit en Ukraine.

Cet épisode s'inscrit dans un contexte plus large : depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les chaînes d'information câblées font régulièrement appel à des responsables de la défense devenus consultants pour analyser la crise et aider le public américain à y voir plus clair. Souvent, ces analystes ont utilisé leur temps de parole à la télévision pour appeler à une plus grande implication des États-Unis et à des actions plus audacieuses qui pourraient faire monter en flèche les tensions entre deux superpuissances dotées de l'arme nucléaire.

Les chaînes ont toujours omis de divulguer le travail de ces analystes, les décrivant uniquement sous l'angle de leur ancien rôle de haut rang dans l'armée ou au gouvernement - laissant les téléspectateurs dans l'ignorance des liens financiers des analystes avec les entreprises de défense qui ont tout à gagner d'un conflit accru ou prolongé.

Lors de sa couverture de l'Ukraine, MSNBC a invité l'ancien secrétaire à la Sécurité intérieure Jeh Johnson, mais n'a même pas précisé qu'il siège au conseil d'administration de Lockheed Martin, le plus grand entrepreneur de défense au monde.

Interrogé à ce sujet, Johnson a déclaré au Lever : « Je n'ai aucun commentaire à faire. »

Le manque de transparence des entreprises de médias à l'égard de ces consultants est profondément troublant, a déclaré Craig Holman, lobbyiste chargé des affaires gouvernementales pour Public Citizen.

« Ce type de pantouflage devrait être interdit aux responsables militaires qui servent à titre privé en représentant des entrepreneurs militaires », a déclaré Holman au Lever. « Si ce n'est pas interdit, cela devrait être révélé à tout le monde, de sorte que lorsqu'ils passent à la télévision pour essayer d'influer sur la politique de Biden concernant la guerre qu'ils ont en tête, ce soit clairement dit. »

Le phénomène n'est pas nouveau. Dans une analyse de trois semaines de couverture médiatique après le retrait des troupes américaines d'Afghanistan l'année dernière, Fairness & Accuracy In Reporting (FAIR) a constaté que vingt des vingt-deux invités américains des émissions dominicales des chaînes avaient des liens avec le complexe militaro-industriel. À cette époque également, les chaînes de télévision négligeaient régulièrement de divulguer les liens de leurs invités avec l'industrie de la défense. Mais les enjeux sont aujourd'hui bien plus élevés : un conflit militaire entre les États-Unis et la Russie pourrait provoquer une catastrophe mondiale, ce qui explique pourquoi l'administration Biden a été réticente à prendre des mesures majeures qui pourraient être perçues comme une escalade.

Mais la crise ukrainienne et la possibilité d'un conflit plus important ont été une mine d'or pour les entreprises de défense, faisant monter les actions en flèche et entraînant une forte augmentation des dépenses de défense.

« Les personnes qui ont le plus intérêt à influencer l'orientation des reportages sont les fabricants d'armes », a déclaré Jim Naureckas, rédacteur en chef de FAIR, au Lever. « Ils ont l'intérêt financier le plus direct dans la façon dont nous couvrons les questions de guerre et de paix. Malheureusement, ils sont intéressés par plus de guerres et moins de paix. »

La crise ukrainienne et la possibilité d'un conflit plus important ont été une mine d'or pour les entreprises de défense.

Depuis le début de la crise ukrainienne, les actions de défense américaines de sociétés de premier plan telles que Raytheon, Northrop Grumman et Lockheed Martin ont bondi et devraient continuer à augmenter dans les mois à venir. Et dans le sillage de l'invasion russe, le président Biden a signé un programme de dépenses qui consacre un montant record de 782 milliards de dollars à la défense, soit près de 30 milliards de plus que sa demande initiale.

Selon le Hill, « l'aide supplémentaire à l'Ukraine vient s'ajouter à plus d'un milliard de dollars que les États-Unis ont déjà dépensé l'année dernière pour armer les soldats ukrainiens avec des armes modernes, notamment des missiles antichars Javelin, fabriqués par Lockheed Martin et Raytheon Technologies, et des missiles antiaériens Stinger de Raytheon. »

Tirer profit de l'expérience militaire

Avec l'invasion de la Russie qui domine l'actualité, les chaînes ont eu des tonnes de créneaux à remplir. Ces places ont été attribuées en grande partie à d'anciens militaires de haut rang, qui trouvent souvent des carrières lucratives dans l'industrie de l'influence en travaillant pour le compte d'entreprises de défense - et qui ont tendance à débiter une rhétorique belliciste qui correspond à la façon dont les médias couvrent généralement les conflits. La plupart du temps, cependant, les réseaux ne révèlent pas la manière dont cette grandiloquence martiale peut aider les employeurs du secteur privé de ces anciens fonctionnaires.

Par exemple, Jeremy Bash, qui a été chef d'état-major au Pentagone et à la CIA sous le président Barack Obama, a été un invité récurrent de MSNBC et NBC lors de leur couverture de la crise en Ukraine.

Bash, qui a été nommé analyste de la sécurité nationale pour NBC et MSNBC en 2017, est également fondateur et directeur général de Beacon Global Strategies, qui se décrit comme « un cabinet de conseil stratégique spécialisé dans la politique internationale, la défense, la cybernétique, le renseignement et la sécurité intérieure. » Bien que Beacon Global Strategies ne dévoile pas ses clients, le cabinet a travaillé pour le géant de la défense Raytheon, selon le New York Times.

Quelques jours après que Poutine a lancé l'invasion de l'Ukraine, Bash a participé à l'émission Meet the Press de la chaîne NBC, désireux de s'exprimer sur toute l'affaire, la présentant comme « une occasion pour les États-Unis et l'Occident de porter un coup fatal aux ambitions de la Russie sur la scène mondiale ».

« Je pense qu'avaler l'Ukraine, un pays de la taille du Texas, avec 40 millions d'habitants, est sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. Et si les États-Unis peuvent former et équiper les Ukrainiens et, je pense, s'engager dans une deuxième « Guerre selon Charlie Wilson » (référence à la guerre d'Afghanistan de 1979 au programme afghan de la CIA), en gros la suite du film et du livre, qui consiste à armer et à former une force déterminée qui va abattre les avions russes dans le ciel, ouvrir ces chars avec des ouvre-boîtes comme les Javelins, et tuer des Russes, ce que fait notre équipement, je pense que c'est une formidable opportunité de frapper très fort Poutine. »

Les missiles antichars Javelin sont fabriqués conjointement par Lockheed Martin et Raytheon. À aucun moment, une personne impliquée dans l'émission n'a mentionné que le cabinet de conseil de Bash a travaillé pour Raytheon.

L'amiral James Stavridis, membre du conseil consultatif de Beacon Global Strategies, a également récemment fait de fréquentes apparitions sur MSNBC. Stavridis est également vice-président des affaires mondiales et directeur général du géant du capital-investissement Carlyle Group, qui investit depuis longtemps sur les marchés de la défense et de la sécurité nationale.

Stavridis a défendu une position belliqueuse dans l'émission The Beat With Ari Melber de MSNBC peu après le début de l'invasion russe. « Dans l'OTAN, où j'étais commandant suprême des alliés, vous inondez la zone de l'Europe de l'Est », a déclaré Stavridis. « Vous faites venir des troupes, des chars, des systèmes de missiles, des navires de guerre, tout ce qui précède, afin d'envoyer un signal à Vladimir Poutine. »

Lors de l'émission Meet The Press quelques semaines plus tard, Stavridis a recommandé aux États-Unis d'envoyer davantage de missiles anti-aériens en Ukraine pour permettre au pays de créer sa propre zone d'exclusion aérienne : « Ce que nous devons faire, c'est donner aux Ukrainiens la capacité de créer une zone d'exclusion aérienne, a-t-il déclaré. Plus de Stingers, plus de missiles qui peuvent aller plus haut que les Stingers. »

Les missiles Stinger sont fabriqués par Raytheon, le client déclaré de Beacon Global Strategies. Une fois encore, MSNBC n'a pas divulgué d'informations sur la société de Stavridis ou son travail pour Raytheon.

Stavridis a également appelé les États-Unis à approuver un transfert d'armes proposé par la Pologne, qui a offert d'envoyer des avions de combat MiG-29 de l'ère soviétique à l'Ukraine - via une base aérienne américaine en Allemagne, dans l'espoir que les États-Unis fournissent ensuite à la Pologne des avions de remplacement. « Mettez ces MiG-29 entre leurs mains », a déclaré Stavridis.

L'administration Biden a rejeté ce plan au motif qu'il pourrait aggraver considérablement les tensions entre les États-Unis et la Russie. Un porte-parole du Pentagone a déclaré : « Nous ne pensons pas que la proposition de la Pologne soit tenable. »

Beacon Global Strategies n'a pas répondu à une demande de commentaire.

« J'aimerais voir l'OTAN s'y installer »

Bash et Stavridis ne sont pas les seuls hauts responsables de la sécurité nationale transformés en experts travaillant comme consultants qui ont récemment battu les tambours de la guerre.

Le général américain à la retraite Barry McCaffrey, par exemple, est un pilier de MSNBC. Lors d'une apparition dans l'émission The Beat with Ari Melber, il a salué la décision rapide de l'OTAN et de l'Union européenne d'envoyer plus de sept mille soldats et véhicules blindés américains de Fort Stewart, en Géorgie, en Allemagne.

McCaffrey - qui a pris la décision controversée, pendant la guerre du Golfe, de faire tirer sa division d'infanterie sur des soldats, des civils et des enfants irakiens alors qu'un cessez-le-feu était déjà en cours - dirige une société de conseil appelée BR McCaffrey Associates LLC. Selon le site Web de l'entreprise, le cabinet de McCaffrey promet d'aider les clients à « établir des liens entre le gouvernement et les clients du secteur privé ; concevoir des stratégies de relations publiques, de médias, de publicité et de législation ; et fournir une analyse spécifique au client des questions politiques et économiques américaines et internationales. »

Dans les années qui ont suivi le 11 Septembre, McCaffrey a fait pression pour une guerre sans fin en Irak, y compris sur NBC, sans divulguer ses intérêts financiers : le cabinet de conseil de McCaffrey travaillait en coulisse pour aider au moins une entreprise de défense à obtenir un contrat pour fournir des véhicules blindés à l'Irak.

L'ancien directeur de la CIA et général de l'armée à la retraite, David Petraeus, a quant à lui fait plusieurs apparitions sur CNN récemment, au cours desquelles il a évoqué la nécessité d'envoyer des MiG « dans le ciel ukrainien ». Petraeus est associé du géant du capital-investissement KKR, une société qui a une activité importante dans le domaine de la défense. Il siège également au conseil d'administration d'Optiv, qui fournit des technologies et des services de cybersécurité au gouvernement américain, notamment au ministère de la Défense.

Le général d'armée à la retraite Wesley Clark a également fait une poignée d'apparitions sur CNN, exprimant son opinion que « cette bataille est loin d'être terminée, à condition que nous puissions continuer à fournir des armes aux Ukrainiens. »

Clark a longtemps mené une carrière lucrative en travaillant avec des entreprises de défense. Il dirige une société de conseil stratégique, Wesley K. Clark & Associates, qui dit « utiliser son expertise, ses relations et sa vaste réputation et expérience internationales dans les domaines de l'énergie, des énergies alternatives, de la sécurité des entreprises et de la sécurité nationale, de la logistique, de l'aérospatiale et de la défense, et de la banque d'investissement. »

Il incombe également aux journalistes qui dirigent ces émissions d'information par câble d'aider le public à comprendre que ces « experts militaires » ont intérêt à pousser à la guerre.

La semaine dernière, sur CNN, Clark a été interrogé sur l'idée d'envoyer une force opérationnelle de l'OTAN pour patrouiller dans les eaux au large de la ville ukrainienne d'Odessa.

« J'aimerais beaucoup voir l'OTAN intervenir avec une force opérationnelle, a-t-il déclaré. Je ne pense pas que cela se produira à court terme en raison de la réticence de l'OTAN à entrer en conflit direct avec les forces russes. Mais je pense que c'est important. »

« Vous ne pouvez pas dévoiler le jeu »

Michèle Flournoy, ancienne sous-secrétaire américaine à la Défense sous Obama, est apparue sur CNN au moins deux fois ces dernières semaines pour plaider en faveur d'un soutien militaire direct accru à l'Ukraine. Flournoy est aujourd'hui cofondatrice et associée directrice de WestExec Advisors, qui compte parmi ses clients des entreprises du secteur aérospatial et de la défense comme Boeing. Elle siège également au conseil d'administration de l'entreprise de défense Booz Allen Hamilton.

Flournoy n'a rien révélé de tout cela lorsqu'elle s'est rendue à l'émission State of the Union, début mars, pour plaider en faveur d'une augmentation de l'aide militaire à l'Ukraine. « Nous devons fournir aux Ukrainiens autant de munitions que possible, comme des missiles antichars Javelin, des missiles antiaériens Stinger », a-t-elle déclaré. « Et je pense que nous devrions également essayer de leur fournir davantage d'avions qu'ils savent piloter, des MiG d'Europe de l'Est, qui pourraient leur permettre d'être beaucoup plus efficaces dans la protection aérienne. »

Sur le plateau d'Amanpour quelques jours plus tard, Flournoy est revenue sur l'idée de fournir davantage d'armes à l'Ukraine. « Je pense que nous devons tout faire pour aider les Ukrainiens autant que possible, a-t-elle déclaré. Ce n'est pas près de se terminer. »

L'apparition de Flournoy dans l'émission d'Amanpour a été l'un des rares cas où CNN a effectivement révélé son travail chez WestExec Advisors - mais la chaîne n'a pas mentionné les clients de l'industrie de la défense de cette société. Naureckas, de FAIR, ne se contente pas de reprocher aux personnalités favorables à la guerre de ne pas divulguer leurs liens avec l'industrie de la défense. Il dit que c'est aussi aux journalistes qui dirigent ces émissions d'information par câble d'aider le public à comprendre que ces « experts militaires » ont un intérêt à pousser à la guerre.

« Toutes les personnes impliquées sont conscientes de la manière dont ça se passe », a déclaré Naureckas. « Les journalistes le savent aussi, mais vous ne pouvez pas l'admettre car cela dévoilerait l'arnaque si vous disiez : « Voici quelqu'un financé par l'industrie de l'armement pour vous parler de cette crise. » L'instinct du journaliste devrait être d'expliquer l'intention des personnes qu'il cite, mais parce que cela fait tellement partie intégrante de ce qui se fait dans le système journalistique, vous ne pouvez pas dévoiler le jeu. »

CNN et NBC n'ont pas répondu aux demandes de commentaires. Vous pouvez vous abonner au projet de journalisme d'investigation de David Sirota, The Lever, ici.

A propos de l'auteur

Aditi Ramaswami est membre de la rédaction du Daily Poster.

Andrew Perez est écrivain et chercheur, il vit dans le Maine.

Source :  Jacobin Mag, Aditi Ramaswami et Andrew Perez - 12-04-2022
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter