Accepter cookie ?
19/05/2022 reseauinternational.net  9 min #208427

Interview avec Christina Kisling et Dimitri de Kochko

Une entreview, faite à Paris avec des personnes qui travaillent contre la russophobie.

par Daniela Asaro Romanoff.

Daniela Asaro Romanoff : 8 ans de guerre des Ukrainiens contre les Russes dans le Donbass, les bases OTAN sont partout en Europe, toujours plus proches de la frontière russe, comme si la Russie allait placer des bases militaires sur les fronrières canadiennes et mexicaines des États-Unis c'est la même chose mais personne n'en parle qu'en pensez-vous ?

Dimitri de Kochko : Ça c'est déjà passé en 1962, lorsque les Américains ont mis des missiles en Turquie contre l'URSS, Khrouchtchev a répondu en allant mettere des missiles à Cuba, ce que les Américains n'ont pas du tout supporté évidemment dans notre historiographie et notre propagande on oublie de parler de la Turquie mais on ne parle que de Cuba, comme si les Soviétiques ont voulu mettre des missiles à Cuba tout d'un coup, sans aucune raison en fait c'était en réponse aux missiles mis par les Américains en Turquie.

Kennedy et Khrouchtchev se sont mis en relation, et à l'époque Kennedy a voulu éviter la guerre mondiale et il a demandé à ses militaires s'ils pouvaient garantir, au cas où ils envoyaient une bombe atomique aux Soviétiques, même plusieurs, que ces derniers ne pourront pas renvoyer une bombe aux Américains, mais aucun des militaires présents n'a pu dire qu'il pouvait le garantir, donc Kennedy a estimé qu'il fallait trouver un arrangement ils étaient des gens plus sages, des gens qui avaient connu la guerre.

Zelensky fait un jeu très particulier, il a été embauché pour faire ce jeu là car il est acteur

Christina Kisling : La Russie n'a pas attaqué juste pour attaquer, la Russie a terminé Nord Stream 2 début séptembre, les Americains et les Européens ont vu que le gaz destiné à l'Europe allait passer de la Russie directement à l'Allemagne et pour eux c'était un grand problème, car les Américains ne peuvent plus vendre leur gaz de schiste.

La Russie n'a jamais attaqué l'Europe et n'a pas l'intention d'envahir l'Ukraine, mais elle fait tout simplement « un petit nettoyage », ce qui est nécessaire étant donné tous les laboratoires, les expériences scientifiques sur les humains, même les bébés et les fœtus etc ainsi que la pédopornographie, alors c'est le moment de dire « ça suffit ».

Je pense que de temps en temps il faut « remettre l'église au milieu du village ».

Les gens ne peuvent pas réfléchir sur ce qui est en train de se passer en Ukraine, car les journaux et les chaînes de télévision mainstream, qu'ils suivent, adoptent tous la même ligne directrice et le même discours en suivant des ordres bien précis, et en dehors de ça ils ne s'interéssent ni à la politique ni à suivre d'autres sources d'informations, qui raccontent ce qui se passe réellement.

Dimitri de Kochko : Nous allons être les plus grandes victimes de cette polique, que nous faisons uniquement pour les intérêts des États Unis, qui ont toujours eu le but de démembrer la Russie, il suffit de relire « Le Grand Échiquier » de Zbigniew Brzeziński ou bien de reprendre la situation de Condoleezza Rice, conseillère à la Sécurité nationale, qui a dit : La Russie occupe 15 pour cent des terres émergées, représente environ 2 pour cent de la population mondiale et a 30% des richesses mondiales en matière première, il va falloir régler ce problème ».

Quand on sait comment ils ont réglé le problème avec les Amérindiens on a tout compris, et pour le régler il fallait prendre l'Ukraine, étant l'État le plus faible, le talon d'Achille en quelque sorte.

C'est depuis les années quatre-vingt-dix que les États Unis utilisent l'Ukraine et cela s'est intensifié depuis 2014, après le coup d'État en Ukraine, avec des aremements en énormes quantités, certes l'Ukraine n'est pas entrée dans l'OTAN, mais de facto elle a été armée et entrainée comme si elle était dans l'OTAN.

Au mois de novembre, après la lettre que les Russes ont écrit à l'OTAN et aux Américains en tant que chefs, pour négocier une nouvelle sécurité en Europe, en demandant de ne pas faire entrer l'Ukraine dans l'OTAN et d'enlever les missiles en Roumanie et en Pologne, encore une fois ils veulent mettre des missiles contre la Russie.

Nous, Français, Italiens et Européens en général, ça ne doit pas être dans notre intérêt d'aller mettre des missiles en Ukraine pour détruire Moscou, c'est ridicule cependant, on est en train de partir en guerre à cause de ça, c'est contre nos intérêts, nous allons payer les prix des sanctions, comme par exemple les pays de l'Union européenne, qui ont fait la bêtise de fermer leur espace aérien aux compagnies aériennes russes et par conséquent la Russie a fermé son espace aérien aux compagnies européennes, donc maintenant pour aller en Chine il faut voyager avec une compagnie américaine, car les Américains n'ont pas fermé leur espace aérien aux compagnies russes, ils ne sont pas idiots, puisqu'ils ont besoin de recevoir des engrais et encaisser l'argent pour les bons du trésor russes, alors ils lèvent les sanctions, donc nous sommes les dindons de la farce.

L'intervention de la Russie en Ukraine est évidemment une tragédie, les Russes ne sont pas intervenus de gaieté de coeur, mais ils sont intervenus car les Américains, l'OTAN et l'Ukraine préparaient une attaque contre le Donbass, peut-être même contre la Crimée en voulant faire la même opération que faisaient les Croates à Krajina en 1995, c'est à dire un nettoyage ethnique énorme, les Croates ont dégagé 250 000 personnes à Krajina, c'étaient les Serbes qui habitaient là depuis le dix-septiéme siècle et personne n'a rien dit.

Aujourd'hui il y a 3 ou 4 millions de personnes qu'il fallait déplacer, donc les Ukraniens avaient un projet, un plan qui a été trouvé sur un officier de l'OTAN par l'armée de Lougansk et qui explquait le lancement du plan qui était prévu à partir du 28 février, mais depuis le 13 février il y avait déjà des bombardements intensifs contre le Donbass, beaucoup plus forts que d'habitude, c'était la préparation d'artillerie, donc Poutine savait que c'était très risqué, que ça serait une tragédie en cas de guerre contre l'Ukraine, et sachant qu'il allait y avoir forcement des effets secondaires, bien que par rapport aux bavures qu'ont pu pratiquées les Américains ou les Anglais en Irak, en Syrie, et les Français en Libye, et même dans d'autres régions où ils sont intervenus, ont les a pas traités de bandits, c'est assez étonnant tout-de-même.

Poutine est parti du principe qu'il a acquis dans les Cours de Saint-Pétersbourg où un jour il a été attaqué par une bande de voyoux qui l'ont entouré et ils allaient lui casser la figure en essayant de lui voler ce qu'il avait, mais il a attaqué le premier, il a foutu un coup de poing dans la figure de plus agressif, qui s'est mis à saigner du nez, et depuis ils ne l'ont plus jamais embêté, donc il part du principe que si la bagare est inévitable, il faut frapper le premier.

On peut dire que, d'un point de vue de comunication, il valait, peut être, mieux laisser les Ukrainiens attaquer le Donbass et puis intervenir après, mais ce n'est pas aussi simple, parce que l'opération était à grande échelle et c'était des missiles et des avions qui allaient bombarder, d'où le fait que quand les Russes ont commencé leur intervention, ils ont d'abord détruit les lancements de missiles à l'ouest de l'Ukraine et les aéroports d'où allaient partir les attaques.

Il y a un autre aspect, lorsqu'on se demande et on dit « oui mais les Américains avaient prévenu que les Russes allaient attaquer et personne n'y croyait », même pas les Ukrainiens ; en tout cas ils disaient qu'ils ne croyaient pas, et c'est là que la perversité anglo-saxonne est quand même très avancée, parce que en vérité ils savaient qu'ils mentaient mais ils le cachaient parce qu'ils savaient que la Russie allait réagir à leur attaque, et c'est là qu'ils se seraient servis de leur fameuse annonce, et en fait, d'un certain point de vue, Poutine est tombé dans le piège, mais il ne pouvait pas faire autrement, il était acculé dans un coin et il ne pouvait plus rien faire, donc il a fallu que se soit lui qui prenne l'initiative, parce que c'est plus facile d'un point de vue militaire de répondre à une offensive très bien préparée et on le voit bien que c'était très bien préparé, car aujourd'hui les combats les plus difficles se déroulent à l'est où il y avait quand même 120 000 hommes ukrainiens, donc il y a des soldats mais aussi évidemment le détachement Azov, qu'on peut appeler néonazi, et d'autres détachements néonazis qui, idéologiquement, sont évidemment « Zombisés » depuis un certain temps je dirais, et qui de ce fait massacrent énormement les Ukrainiens, puisque leurs victimes sont des Ukrainiens russophones que eux considèrent comme de la biomasse, comme il y a eu à Odessa en 2014, précisément le 2 Mai 2014, ils volent sur le Donbass, ça fait 8 ans qu'ils les considèrent comme de la biomasse et donc ils tirent sur la population Je vous signale que pour Gheddafi c'est ce qu'on lui a reproché, qu'il aurait tiré sur sa population, alors qu'il a tiré beaucoup moins que ce qu'a fait le régime de Kiev contre le Donbass. Evidemment comme cette intervention a été rapide, il est évident qu'ils ont repris des vieux plans d'état-major, qui sont prêts toujours dans les états-majors, mais il y avait des choses qui n'étaient pas forcement actualisées, d'autre part ils avaient acheté des bons du trésor americains, ils n'avaient pas remis l'argent qu'ils avaient en Europe, 300 milliards de dollars, c'est bien la preuve qu'il n'était pas du tout prévu d'intervenir et que ce qui a décidé les Russes à intervenir c'est le fait qu'ils ont trouvé le plan dont j'ai parlé précédemment.

Daniela Asaro Romanoff : Que pensez-vous du rôle que joue la Chine dans cette guerre ?

Christina Kisling : Je pense que les Chinois sont assez intélligents pour ne jamais rentrer dans la bagarre, ils sont suffissament subtils de façon qu'ils prennent Taïwan sans que personne ne trouve quelque chose à dire ou à faire.

Je suis sûre et certaine que la guerre en Ukraine va s'arrêter et que Poutine aura les honneurs et qu'il va gagner, ce qui évitera à l'Europe une grande catastrophe.

Je pense que si Poutine gagne cette guerre rapidement, nous serons sauvés, en cas contraire nous allons avoir de graves soucis pour l'avenir.

Géopolitiquement parlant Poutine a des plan bien précis, il sait ce qu'il fait et ce qu'il ne faut pas faire, ce que les Européens ne comprennent pas, par ce qu'ils sont toujours les vasseaux des Américains.

Daniela Asaro Romanoff : Comment est-ce possible que le peuple ukrainien soit guidé par un tel gouvernement ?

Christina Kisling : Les Ukrainiens avaient un gouvernement qui les a exploités, qui a fait pleins d'expériences sur des pauvres gens, des pauvres femmes, et qui a utilisé les enfants.

***

À la fin de l'entretien, Christina dit : « Jésus est devant nous ! C'est bien d'avoir fait l'interview devant la statue de Jésus ».

L'exclamation joyeuse de Christina a pris par surprise Dimitri et moi, nous ne l'avions pas remarqué.

Merci à Dimitri et Christina,

Merci, Christina, d'avoir indiqué avec joie la Statue.

Nous pouvons vraiment dire : « Jésus, nous avons confiance en Vous ».

Merci au Professeur Saber Othmani pour la traduction.

__________

Christina Kisling :

 Entretien avec S.E. Vadim Loukov, ambassadeur itinérant de la Fédération de Russie, sous-sherpa russe au sein des BRICS
 Entretien avec Son Excellence, Monsieur Rajko Ristić, ambassadeur de Serbie
 Entretien avec Monsieur Oleh Kobzysty, chargé d'Affaires, ambassade d'Ukraine en France
 Entretien avec Son Excellence, Monsieur Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie

Dimitri de Kochko, journaliste-réalisateur, président de France-Oural et co-fondateur de l'Union des russophones de France.

 reseauinternational.net

 Commenter