Accepter cookie ?
23/05/2022 reseauinternational.net  10 min #208666

Implications du conflit en Ukraine sur l'Europe, guerre politico-économique, vues de l'Inde

Cet article d'un universitaire indien confirme le fait que la plupart des pays en dehors des vassaux des USA (et encore certains sont plus indépendants que d'autres) considèrent que l'affaire ukrainienne ne les concerne pas et qu'il s'agit simplement d'une volonté des USA de renforcer leur main-mise sur l'Europe autant sinon plus que de détruire la Russie. La plupart des forces politiques en Europe ne sont pas en état politique de résister à la pression qu'exerce sur eux les USA et leur propagande sur l'Ukraine avec leur marionnette ukrainienne, les lobbies sont trop puissants et ça conduit les pays européens en particulier l'Allemagne contre qui est dirigée l'opération à ne pas résister à cette autodestruction. La seule opposition à la guerre en Ukraine émanant de gens liés à la droite américaine. Non sans illusion et optimisme l'auteur de l'article ne voit d'issue que dans un sursaut de la gauche qui serait alors en état de s'opposer à cette manœuvre made in USA. Illusion selon nous du moins en FRANCE, où il n'existe pas une seule force politique capable de résister ni avec MACRON, ni MÉLENCHON, ni LE PEN, ni le PCF qui continue sa dérive et qui l'accentue avec le retour en force de liquidateurs comme Francis Wurtz dont je vous recommande l'invraisemblable prise de position sur le sujet. Danielle Bleitrach

***

par C.Saratchand.

Le conflit en Ukraine a eu des conséquences négatives importantes sur toutes les économies du monde. Le lien clé dans le processus de transmission a été celui d'une  guerre économique contre la Russie qui a été initiée par les États-Unis et leurs « alliés » tels que l'Union européenne. L'appropriation gratuite de la moitié des réserves de change de la Russie et la dissociation de plusieurs banques russes du système SWIFT par les États-Unis et leurs « alliés » n'ont pas entraîné un effondrement financier en Russie. Cela n'a pas non plus conduit le gouvernement de la Fédération de Russie à accepter un règlement du conflit en Ukraine acceptable pour les États-Unis.

En conséquence, les États-Unis et leurs « alliés » avaient deux options réalisables: s'engager dans un processus diplomatique impartial pour régler le conflit en Ukraine ou intensifier la guerre économique contre la Russie. Cette dernière option a été choisie. Mais il y a deux problèmes importants avec cette option d'escalade : premièrement, la plupart des pays autres que les « alliés » des États-Unis ont décidé de se dissocier de la guerre économique contre la Russie ; deuxièmement, la Russie est un fournisseur indispensable de produits primaires et d'équipements de défense pour le monde.

Par conséquent, les cycles suivants de la guerre économique contre la Russie ont été moins importants. Cependant, il y a eu des discussions actives sur les mesures prises dans l'Union européenne pour réduire l'approvisionnement énergétique russe (pétrole et gaz naturel) vers l'Europe. L'Union européenne avait précédemment annoncé que ses importations de charbon en provenance de Russie seraient progressivement supprimées, mais la date limite a été prolongée. Le gaz naturel russe est utilisé pour la production d'électricité, comme intrant pour les processus industriels et à des fins domestiques (pour la cuisson, le chauffage, etc.). Tout cela est mis en œuvre en dépit du fait que si cela continuait réellement, il y aurait des  implications désastreuses pour l'activité économique des économies européennes, y compris une baisse significative de l'activité économique et une hausse marquée de l'inflation. Ce sera le cas puisqu'il n'y a pas de substituts réalisables pour les pays de l'Union européenne à l'énergie russe (plus encore dans le cas du gaz naturel) pour les prochaines années. En conséquence, de plus en plus d'acheteurs européens de gaz naturel russe devront  se plier ou sont déjà en train d'accéder aux demandes russes de paiement de son gaz naturel en roubles. La crise économique dans les pays de l'Union européenne sera également accentuée par l'afflux massif de réfugiés ukrainiens.

Au sein de l'Union européenne, la récente tentative d'interdire les importations de pétrole russe a été vigoureusement  repoussée par un certain nombre de pays membres, en particulier la Hongrie. De même, les compagnies maritimes basées en Grèce ont  mis leur veto à l'utilisation de leurs pétroliers par l'Union européenne pour transporter du pétrole russe vers des pays en dehors de l'Union européenne.

Même si des alternatives à l'énergie russe pour les pays européens sont trouvées au fil du temps, elles seront plus chères. Cela réduira la compétitivité des prix des exportations européennes (principalement allemandes). Le nombre d'exportations allemandes qui sont inélastiques en termes de prix (c'est-à-dire basées sur la compétitivité de la qualité) et donc relativement à l'abri de cette hausse des prix, dépendra d'un certain nombre de facteurs. Premièrement, l'énergie russe est susceptible d'être redirigée vers la Chine à des prix réduits, ce qui creusera considérablement l'écart de prix entre les exportations chinoises et allemandes dans une mesure qui pourrait éroder l'inélasticité des prix des exportations allemandes. Deuxièmement, si la Chine gravit les échelons technologiques, le nombre d'exportations allemandes de produits manufacturés dont la demande est inélastique aux variations de prix diminuera avec le temps. Troisièmement, le Japon, en dépit d'être un « allié » des États-Unis, a été moins disposé que l'Union européenne à s'engager dans une guerre économique contre la Russie. Par conséquent, la compétitivité-prix de ses exportations sera moins affectée que celle de l'Allemagne. Par conséquent, les exportations japonaises pourraient commencer à surpasser les exportations allemandes, en particulier dans les secteurs de haute technologie où elles se substituent les unes aux autres.

Les entreprises allemandes pourraient chercher à enrayer cette baisse de la compétitivité des prix des exportations en comprimant les salaires. Mais cette compression réduira la production, l'emploi, l'utilisation des capacités, l'investissement et les changements techniques, à moins qu'il n'y ait une croissance explosive des exportations allemandes en raison de la compression des salaires. Mais il est peu probable que cette croissance explosive des exportations allemandes se concrétise dans une économie mondiale qui a été affectée à la fois par la « pandémie de Covid-19 » et par le conflit en Ukraine. Dans une telle situation, les pays importateurs dont la production est une alternative à l'Allemagne auront tendance à ériger des barrières tarifaires et non tarifaires à ces exportations allemandes.

Dans un tel scénario de stagnation et d'inflation, même les titres d'État libellés en euros les plus fiables, ceux du gouvernement allemand, en ce qui concerne la finance internationale, deviendront moins attrayants par rapport aux actifs financiers alternatifs. Cela devrait entraîner une dépréciation de l'euro par rapport au dollar américain et à d'autres actifs financiers considérés comme relativement sûrs par la finance internationale. Une augmentation du taux d'intérêt sur ces titres d'État allemands pour tenter de conserver la confiance de la finance internationale accentuera la stagnation économique.

Néanmoins la rhétorique sur l'intensification de la guerre économique contre la Russie, qui est autodestructrice, mais émane de nombreux milieux de l'Union européenne, semble parfois plus virulente  qu'aux États-Unis mêmes. Et l'opposition minoritaire à « l'aide » du conflit militaire en Ukraine est dans le sillage de la démagogie cynique de droite aux États-Unis. Si nous excluons des « motifs idéologiques » tels que « la guerre contre l'Ukraine est une guerre contre l'Europe dans son ensemble », alors une telle position d'intensification de la guerre économique contre la Russie dans l'Union européenne doit encore être expliquée.

Il est dans l'intérêt stratégique objectif des élites des États-Unis d'affaiblir les économies des pays de l'Union européenne, en particulier celle de l'Allemagne. C'est le cas puisqu'un tel affaiblissement diminuera l'autonomie stratégique des pays d'Europe et les obligera à devenir des « alliés plus fiables » des États-Unis. Dans un monde où  la brèche stratégique entre la Chine et la Russie est en train de s'estomper, les États-Unis auront besoin d'un plus grand nombre d'« alliés fiables ».

Par exemple, l'opposition farouche des États-Unis à Nordstream 2, le gazoduc sous-marin direct reliant la Russie et l'Allemagne, émanait d'une telle position. Nordstream 2 aurait contourné les pays d'Europe de l'Est sur lesquels les États-Unis ont plus de « levier ». Par conséquent, la capacité des États-Unis à influencer stratégiquement l'Allemagne aurait quelque peu diminué. De même, les États-Unis n'ont pas permis au format Normandie (impliquant la France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine) de parvenir à une solution diplomatique au conflit en Ukraine puisqu'une telle résolution aurait entraîné son atténuation stratégique.

Dans les pays de l'Union européenne, il existe des entités politiques /individus qui promeuvent activement les intérêts stratégiques objectifs des États-Unis. Cela inclut les gouvernements, les partis politiques, les bureaucraties de l'Union européenne et l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, les « intellectuels », etc. C'est le cas, même si certains de ces individus se considèrent subjectivement comme travaillant à défendre les principes et les pratiques de la « civilisation occidentale ».

Cette nature désarticulée de l'économie politique des pays d'Europe est l'une des principales raisons pour lesquelles les propositions politiques autodestructrices peuvent devenir quasi hégémoniques. Par conséquent, il est malhonnête et erroné de prétendre que de telles politiques sont adoptées ou recherchées puisque les gouvernements européens se sentent « moralement obligés » d'agir en raison du conflit en cours en Ukraine. Cependant, l'administration Zelensky en Ukraine, organisée par les États-Unis, formule sa position publique en termes de « solidarité européenne ». Cette façade publique, qui ne peut être contredite publiquement dans aucun pays européen, compte tenu de l'économie politique désarticulée qui est la leur, est le moyen par lequel les États-Unis sont en mesure d'exercer leur influence coercitive sur ce qui reste de l'autonomie stratégique en Europe.

Récemment, l'administration Zelensky a  bloqué la transition du gaz naturel russe par l'un des gazoducs reliant la Russie à l'Europe. Il est possible que cette décision ait été prise par les États-Unis. En outre, le gouvernement russe a  sanctionné la société qui gère la section polonaise du gazoduc Yamal de la Russie à l'Europe. Ce processus d'escalade, s'il n'est pas contrôlé et inversé, aura un impact négatif sur les économies européennes. Cependant, cela nécessitera une résurgence de l'autonomie stratégique en Europe et, pour commencer, en Allemagne et en France. Cette résurgence pourrait également initier un processus d'engagement qui pourrait permettre une solution diplomatique négociée au conflit en Ukraine. Mais cela nécessitera un bilan politique avec les économies politiques désarticulées de divers pays d'Europe. Un tel processus de réarticulation sera renforcé si la gauche dans les pays européens s'organise activement pour façonner ses contours.

source :  News Click

via  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter