26/05/2022 arretsurinfo.ch  6 min #208939

Jean-Luc Godard, David Cronenberg et les frères Dardenne

Alors que Godard a critiqué l'apparition de Volodimir Zelenski à l'ouverture de Cannes, Cronenberg et les frères Dardenne ont présenté leurs films respectifs, qui s'inscrivent dans la continuité de leurs œuvres précédentes.

Par Luciano Monteagudo - 25 mai 2022, Cannes

« L'apparition de Zelenski au festival de Cannes est évidente si on la regarde sous l'angle de ce qu'on appelle la 'mise en scène' : un mauvais acteur, un comédien professionnel, sous le regard d'autres professionnels dans leur propre métier. Je pense que j'ai dû dire quelque chose dans ce sens il y a longtemps. Il a fallu la mise en scène d'une autre guerre mondiale et la menace d'une autre catastrophe pour que nous sachions que Cannes est un outil de propagande comme un autre. Ils propagent l'esthétique occidentale S'en rendre compte n'est pas grave, mais c'est ce que c'est. La vérité des images avance lentement ».

Les mots de Jean-Luc Godard à propos de l'intervention du président ukrainien Volodimir Zelenski lors de la cérémonie d'ouverture de Cannes il y a une semaine (un peu à la manière du Docteur Mabuse de Fritz Lang) ont résonné fort au Palais des Festivals. « Un contre-camp en flammes«, titrait le quotidien Libération, à propos des déclarations de Godard qui, depuis son domicile proche de Genève, en Suisse, est venu briser l'uniformité du discours qui règne actuellement en Europe, où personne ne semble remettre en cause la responsabilité de l'Otan dans l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Un autre grand réalisateur qui a appelé à briser - avec son cinéma et ses mots - le statu quo à Cannes a été le Canadien David Cronenberg (79 ans), qui a présenté à la compétition officielle du festival l'un de ses meilleurs films de ces dernières années, lui-même très directement lié à la première étape de son œuvre : Crimes du futur. « Au Canada, et je l'ai dit récemment, nous pensons que tout le monde est complètement fou aux États-Unis ; je le pense en tout cas, et je n'arrive pas à croire ce que disent les élus », a déclaré le réalisateur de Crash lors de la conférence de presse de Cannoise. « Nous vivons une époque étrange. Nous parlons de Poutine et de l'invasion de l'Ukraine, mais ensuite, au sud de la frontière canadienne, nous ressentons des vibrations qui sont étrangement similaires. »

Pour Cronenberg, « mon film n'est pas ouvertement politique. Mais pour moi, tout art est politique ou intrinsèquement politique, que le créateur de l'œuvre en soit conscient ou non. Écrit il y a 20 ans, période pendant laquelle il n'a jamais trouvé le capital nécessaire pour le produire, Crimes of the Future - qui porte le même titre qu'un film de Cronenberg datant de 1970, mais n'en est pas le remake - peut être considéré comme un exemple d'économie cinématographique, malgré l'excellent trio principal composé de Viggo Mortensen, Léa Seydoux et Kristen Stewart.

Le film a été tourné en à peine un mois dans des lieux abandonnés de Grèce qui renvoient à un futur dystopique qui n'est pas sans rappeler le présent, un peu à la manière d'eXistenZ (1999). Si là, la réalité virtuelle semblait s'imposer à la réalité physique -Cronenberg a toujours su anticiper son temps- ici, dans Crimes du futur, le corps humain apprend à assimiler des substances non périssables comme le plastique, en même temps qu'il génère de nouveaux organes et hormones.

Au premier plan de ces expériences se trouve le couple de deux artistes de la performance, Saul Tenser (Mortensen) et sa partenaire Caprice (Seydoux), qui pratiquent une version extrême du body-art, une sorte de chirurgie esthétique qui cherche à faire ressortir la beauté intérieure, non pas celle qui a trait à l'âme, mais celle qui est cachée dans les entrailles du propre corps de Tenser. Quelque chose comme l'univers de Cronenberg dans son état le plus pur.

L'acide qu'un enfant sécrète pour digérer une poubelle en plastique n'est pas sans rappeler celui régurgité par la bouche de Jeff Goldblum dans The Fly. Le lit et la table chirurgicale - aux aspects et mouvements organiques - utilisés par Tenser semblent s'être échappés de Naked Lunch. Et la chirurgie comme « nouvelle forme de sexe » - une pratique sur laquelle enquête la brigade des mœurs de Kristen Stewart - renvoie aux pulsions érotiques déchirantes de Crash. En effet, beaucoup de choses dans Crimes of the Future rappellent J.G. Ballard, essentiellement le ton caustique avec lequel Cronenberg dissèque le présent à partir de ce qu'il imagine être un sinistre horizon proche.

Tori et Lokita

On ne peut imaginer un cinéma plus différent de celui de Cronenberg que celui des frères belges Luc et Jean-Pierre Dardenne. Mais en 1999, le réalisateur canadien a présidé le jury qui a décerné la Palme d'or à Rosetta, un film que Cronenberg a continué à défendre au fil des ans et qui est devenu une influence déterminante sur le cinéma indépendant dans le monde entier. Et voilà que les Dardenne - qui ont de nouveau remporté la Palme d'or en 2005 avec L'Enfant - sont également en compétition officielle à Cannes 2022 avec un film insoumis et engagé qui porte leur empreinte de bout en bout : Tori et Lokita.

Le titre fait allusion aux noms d'un garçon africain et d'une adolescente, encore immigrés « illégaux » en Belgique, qui sont arrivés seuls et qui, sans être frères et sœurs, n'ont que l'un l'autre pour faire face non seulement aux interrogatoires de la bureaucratie officielle mais aussi à toutes les épreuves qu'ils doivent affronter pour survivre au jour le jour. Nous sommes à nouveau dans le monde familier des Dardennes, le monde de la pauvreté et de la précarité à Liège. Et pourtant, les cinéastes parviennent à se réinventer, en se concentrant cette fois sur le lien puissant qui unit ces deux jeunes migrants. Deux personnages tout à fait « dardéniens », toujours en action, qui ne cessent de réfléchir tout en se défendant contre un monde hostile.

Si la réalité dépeinte par les Dardenne est dure, voire sordide, il n'y a pas de place pour le misérabilisme chez eux. Leur cinéma est sec, frontal et ne perd jamais le point de vue moral de leurs personnages, toujours dignes dans leur lutte et leurs rêves. « Quand j'aurai mes papiers, je vais étudier et travailler et nous allons vivre tous les deux dans un appartement », dit Lokita à son petit frère. Mais même les rêves les plus modestes sont difficiles à réaliser lorsque Tori et Lokita doivent se soumettre à la pression constante de tous ceux qui les entourent : l'administration publique, la police, l'organisation qui les a fait entrer clandestinement, le dealer qui les exploite, les appels téléphoniques demandant de l'argent de chez eux Noble et intense, Tori et Lokita a peu de chances de passer inaperçu auprès du jury présidé par l'acteur français Vincent Lindon, qui a toujours privilégié le cinéma social dans sa carrière.

Source:  pagina12.com.ar

Traduction Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Se réfère à : 1 article