21/06/2022 investigaction.net  8 min #210636

Biden tente de s'extraire du bourbier ukrainien

David P. Goldman

L'administration Biden est confrontée à un double désastre après son erreur de calcul en Ukraine, à savoir une récession américaine et une deuxième humiliation stratégique en l'espace d'un an.

L'économie américaine est entrée en quasi état de récession, tandis que les prix du pétrole alimentent une inflation qui a réduit le salaire réel des travailleurs d'environ 6 % en glissement annuel.

Les fanfaronnades antérieures de Washington visant à chasser Poutine du pouvoir, à détruire la capacité de la Russie à faire la guerre et à réduire de moitié la taille de l'économie russe semblent, avec le recul, ridicules.

L'économie mondiale est ébranlée par les chocs d'approvisionnement en énergie et en denrées alimentaires provoqués par les sanctions occidentales contre la Russie. La politique monétaire ne peut réduire l'inflation qu'en forçant les consommateurs à arrêter d'acheter, ce qui oblige les détaillants à liquider leurs stocks à des prix plus bas et écrase la demande de matières premières - un remède qui est pire que le mal.

Entre-temps, la Russie a tiré un revenu record de 93 milliards d'euros de ses exportations d'énergie au cours des 100 premiers jours de la guerre,  selon une étude finlandaise. La Chine et l'Inde, qui ont refusé de se joindre aux sanctions du G-7 contre la Russie, achèteraient le pétrole avec une remise de 30 à 40 dollars par baril, tandis que les consommateurs américains et européens paient le prix fort.

Les prix de l'énergie sont devenus le principal moteur de l'inflation du G-7. Les variations du prix du pétrole expliquent avec un décalage d'un à quatre mois 70 % de la variation mensuelle de l'IPC, selon une étude de l'Asia Times. En outre, la sensibilité de l'indice des prix à la consommation américain au prix du pétrole était environ deux fois plus élevée au cours de la période allant de février 2020 à mai 2022 qu'au cours des quinze années précédentes, indique l'étude.

Le PIB américain s'est contracté à un taux annuel de 1,9 % au cours du premier trimestre. La baisse surprise des ventes au détail en mai, annoncée le 15 juin par le département du commerce, et la chute de 14,4 % en glissement mensuel des mises en chantier aux États-Unis, annoncée le 16 juin, laissent présager un deuxième trimestre de contraction, c'est-à-dire une récession selon le critère standard. Cela signifie une catastrophe pour les démocrates lors des élections de novembre prochain.

Plus grave encore qu'une récession américaine, le risque d'un désastre financier parmi les économies les plus faibles du G-7.

Le yen japonais est en chute libre depuis que la Réserve fédérale a resserré le crédit. La dette publique représente 270 % du PIB, et la moitié de celle-ci est détenue par la banque centrale du Japon, contre environ 5 % en 2011. Avec une population vieillissante qui dépense ses fonds de retraite plutôt que d'épargner, la troisième plus grande économie du monde se finance par la presse à imprimer. Le coût de la couverture des obligations d'État japonaises a atteint cette semaine son niveau le plus élevé depuis la crise financière de 2008.

L'Italie, l'économie la plus faible d'Europe, a connu une hausse du risque lié à la dette publique presque aussi importante.

La Banque centrale européenne a convoqué une réunion d'urgence le 15 juin pour faire face à la détérioration de la situation de ses membres les plus faibles et a promis des mesures non encore précisées pour empêcher la « fragmentation » de l'Union européenne.

L'administration Biden a largement sous-estimé l'impact inflationniste du plan de relance COovid de 6 000 milliards de dollars, qui a débuté sous l'administration Trump mais a doublé sous Biden.

Elle a sous-estimé la résilience de l'économie russe et les capacités de l'armée russe.

Descendre de cette corniche ne sera pas facile. Cela pourrait même être impossible. Biden a dénoncé le dirigeant russe comme un criminel de guerre, a affirmé qu'il ne pouvait être autorisé à rester en fonction et s'est vanté que les sanctions américaines réduiraient de moitié l'économie russe. Le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, a affirmé que les États-Unis détruiraient la capacité de la Russie à faire la guerre.

Un compromis en Ukraine avec d'importantes concessions territoriales à la Russie - la seule façon concevable de mettre fin à la guerre - humilierait Washington.

Une solution négociée à la guerre en Ukraine n'est toutefois pas impossible. Washington pourrait continuer à se présenter comme le défenseur de la souveraineté de l'Ukraine tout en encourageant les dirigeants européens à faire le sale boulot et à forcer l'Ukraine à négocier avec Moscou.

La Russie a tiré un revenu record de 93 milliards d'euros de ses exportations d'énergie au cours des 100 premiers jours de la guerre. Graphique.

Un indice possible dans cette direction a été donné le 14 juin par le sous-secrétaire américain à la défense pour la politique Colin H. Kahl,  qui a déclaré : « Nous n'allons pas dire aux Ukrainiens comment négocier, quoi négocier et quand négocier. Ils vont fixer ces conditions eux-mêmes ».

Kahl était le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden pendant le mandat de ce dernier en tant que vice-président sous l'administration Obama. Et il représente l'une des nominations les plus controversées de Biden. Les sénateurs républicains ont rejeté à l'unanimité sa nomination au Pentagone, mais la vice-présidente Harris a voté pour le confirmer. Il est intéressant de noter que la déclaration est venue de lui, plutôt que du secrétaire d'État Blinken ou du conseiller à la sécurité nationale Sullivan.

La déclaration de Kahl, bien sûr, est extrêmement mensongère. Le 15 février, la France et l'Allemagne ont demandé à Zelensky de se conformer à l'accord de Minsk II, alors soutenu par Moscou, qui aurait donné une autonomie aux régions russophones du Donbas au sein d'une Ukraine souveraine.

À l'incitation de Washington, Zelensky a rejeté le 19 février une proposition du chancelier allemand Olaf Scholz visant à éviter la guerre. Michael Gordon rapporte le 1er avril dans le  Wall Street Journal :

Scholz a fait un dernier effort pour un règlement entre Moscou et Kiev. Il a déclaré à M. Zelensky, à Munich le 19 février, que l'Ukraine devrait renoncer à ses aspirations à l'égard de l'OTAN et déclarer sa neutralité dans le cadre d'un accord plus large sur la sécurité européenne entre l'Occident et la Russie. Le pacte serait signé par M. Poutine et M. Biden, qui garantiraient conjointement la sécurité de l'Ukraine. M. Zelensky a déclaré que l'on ne pouvait faire confiance à M. Poutine pour faire respecter un tel accord et que la plupart des Ukrainiens souhaitaient rejoindre l'OTAN.

L'infortuné Zelensky n'a pas inventé l'idée d'une adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Il a reçu des assurances de Washington et de Londres, qui ont intensifié les livraisons d'armes à l'Ukraine.

Les États-Unis ne diront pas à l'Ukraine ce qu'elle doit faire, a déclaré Kahl. Mais cela n'empêche pas d'autres gouvernements de faire à Zelensky une offre qu'il ne peut refuser. Le conseiller de Zelensky, Oleksiy Arestovych, a déclaré au journal allemand Bild-Zeitung le 16 juin que Scholz, Macron et Draghi pourraient remettre une telle offre à Zelensky lors de leur visite actuelle à Kiev.

L'assistant de Zelensky a déclaré qu'il craignait que Scholz, Macron et Draghi « essaient d'obtenir un Minsk III. Ils diront qu'il faut mettre fin à la guerre qui provoque des problèmes alimentaires et économiques, que les Russes et les Ukrainiens meurent, qu'il faut sauver la face de M. Poutine, que les Russes ont fait des erreurs et qu'il faut pardonner et leur donner une chance de revenir dans la société mondiale. »

Le principal quotidien allemand de centre-droit, Die Welt, a commenté : « Kiev commence à avoir des doutes sur la solidarité de l'Occident. Des voix s'élèvent pour réclamer des efforts de paix. En particulier, une déclaration du chef de l'OTAN, M. Stoltenberg, laisse présager un changement de cap. »

Die Welt fait référence à un discours du 12 juin dans lequel le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré : « La question est la suivante : quel prix êtes-vous prêts à payer pour la paix ? Combien de territoires ? Combien d'indépendance ? Combien de souveraineté ? Combien de liberté ? Combien de démocratie êtes-vous prêt à sacrifier pour la paix ? Et c'est un dilemme moral très difficile«.

Il est possible que l'instinct de survie politique de Biden prenne le pas sur les priorités idéologiques d'Antony Blinken et de Victoria Nuland, l'architecte du coup d'État de la place Maidan en 2014 qui a mis en branle la tragédie actuelle.

Nous ne savons pas ce que l'administration Biden fera face à ce double désastre, c'est certain. À ce stade, elle ne le sait probablement pas non plus. Les choix, cependant, sont clairs et nets : soit descendre du bord du gouffre, soit plonger dans une récession mondiale et une crise stratégique en spirale.

Source originale:  Asia Times

Traduit de l'anglais par  Afrique-Asie

 investigaction.net

 Commenter