Quand on manque de vraies nouvelles, il suffit de republier l'histoire de la veille

Par  Moon of Alabama - Le 19 juillet 2022

Lire assidûment les nouvelles chaque jour rend perceptible les changements subtils. Il s'agit souvent de modifications apportées à des articles qui ont été publiés, mais qui apparaissent ensuite réécrits dans le même journal quelques heures plus tard. Il s'agit d'un phénomène plutôt normal, tant que les descriptions factuelles et leur interprétation ne changent pas.

Mais cette fois-ci, c'est bizarre.

Le 17 juillet, le New York Times publiait cet article de Carlotta Gall, en provenance des lignes de front ukrainiennes :

 Sur la ligne de front de Donetsk, les petits gains et les pertes imposent un lourd tribut

PROVINCE DE DONETSK, Ukraine - Des flammes rouges crépitent dans le champ de blé doré, cible de l'artillerie russe quelques minutes auparavant. À proximité, le commandant d'une unité ukrainienne située sur la ligne de front termine son repas de pâtes dans un bol en fer blanc. Alors que de nouveaux obus explosent dans les champs, ses hommes se réfugient dans leurs bunkers.

Le 18 juillet, le New York Times publiait cet article de Carlotta Gall, en provenance des lignes de front ukrainiennes :

 Sur la ligne de front de Donetsk, les petits gains et les pertes imposent un lourd tribut

Dans la bataille acharnée pour la province de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, la Russie a intensifié ses attaques contre la prochaine ligne de villes qu'elle a en ligne de mire - Sloviansk, Kramatorsk et Bakhmut, entre autres.

Les deux articles sont liés à la page « Monde » du site web du NYT. Les URL des deux articles, l'un publié le 17 et l'autre le 18 juillet, sont différents, tout comme leurs paragraphes d'introduction.

Le reste est réécrit, édité et légèrement mis à jour, mais le contenu est à peu près le même.

Extrait de l'article publié le 17 juillet :

Presque tous les membres d'une unité de volontaires qui gardent la zone ont subi une commotion cérébrale au cours des dernières semaines, a déclaré un soldat, Oksana, 27 ans. Elle et son mari suivaient une formation d'avocats pénalistes avant les manifestations pour la démocratie de 2013 et se sont engagés pour combattre en 2014 lorsque la Russie a annexé pour la première fois la Crimée et que les séparatistes soutenus par la Russie ont pris le pouvoir dans l'est de l'Ukraine.

L'unité a réussi à bloquer une attaque russe à la fin du mois de juin, a déclaré son mari, Stanislav, 35 ans, qui était commandant d'une position défensive avancée.

« Tôt le matin, j'avais 33 personnes. En début de soirée, j'en avais perdu 19«, a-t-il déclaré. « C'était très dur - ils ont tiré sur nos positions sans arrêt pendant six heures«. Par deux fois, des chars russes ont essayé de flanquer leurs positions, mais ils les ont repérés et ont lancé des tirs d'artillerie sur eux, forçant les Russes à reculer, a-t-il dit.

Et la même anecdote mais publiée dans un article différent, le 18 :

Presque tous les membres d'une unité de volontaires qui gardent la zone ont subi une commotion cérébrale au cours des dernières semaines, a déclaré un soldat, Oksana, 27 ans.

L'unité a réussi à bloquer une attaque russe à la fin du mois de juin, a déclaré son mari, Stanislav, 35 ans, qui était commandant d'une position défensive avancée.

« Tôt le matin, j'avais 33 personnes. En début de soirée, j'en avais perdu 19«, a-t-il déclaré. « C'était très dur - ils ont tiré sur nos positions sans arrêt pendant six heures«.

Certains passages des deux pièces diffèrent l'un de l'autre, mais il y a un chevauchement très important des anecdotes rapportées qui n'ont été que légèrement réécrites.

Je ne sais pas ce qu'en pensent les autres, mais si l'on veut que je paie pour des « nouvelles », sous quelque forme que ce soit, je veux que ce soit des nouvelles, pas une l'histoire de la veille réécrite.

Je lis la page « Monde » du NYT depuis 20 ans, mais je n'avais jamais remarqué une telle chose. Une « nouvelle » réécrite et publiée sous le même titre au lendemain de la publication de l'article original ? Pourquoi ?

Le journal a peut-être fait cela en raison de son manque d'informations réelles sur l'Ukraine. Il semble n'avoir qu'un seul reporter sur le terrain. D'autres, comme Megan Specia de Londres ou Jane Arraf de Bagdad, font des allers-retours entre  Lviv et Kiev - la première étant le centre idéologique des Banderistes dans l'ouest de l'Ukraine - et livrent des articles largement hors sujet. Il n'y a pas de reporter du NYT dans les républiques de Donetzk ou de Luhansk pour rendre compte de l'autre face de la guerre.

Il y a de pourtant vraies nouvelles sur l'Ukraine, pas vraiment nouvelles mais quand même nouvelles. Mais ce n'est pas le genre de choses que le NYT aimerait que vous sachiez.

Maria Dubovikova @politblogme - 20:02 UTC - 18 juil. 2022

Un enregistrement audio d'une conversation entre Biden & Petro Porochenko en nov. 2016 révèle que Biden a demandé à Porochenko de refuser l'argent offert par la future administration Trump et de tout faire pour fermer la PrivatBank afin que le FMI puisse accorder un prêt à l'Ukraine.

Tout cela était présenté par Biden comme une étape nécessaire au nom de la sécurité économique et de la « sécurité physique », apparemment de Porochenko lui-même. Biden a donc menacé Porochenko.

vidéo

L'affaire de la famille Biden en Ukraine est un sujet sur lequel certains médias grand public, et pas seulement les affiliés de Trump, auraient dû se pencher. Il est remarquable de constater que leurs œillères idéologiques les empêchent de le faire.

Au fait : Aujourd'hui, 19 juillet 2022, le mot « Trump » apparaît neuf fois sur la première page actuelle du NYT, « Ukraine » apparaît cinq fois.

Et que dire de ceci ?

Michael Tracey @mtracey - 3:10 UTC - 19 juillet 2022

Je me demande si les vénérés services de renseignement américains ont une idée de la raison pour laquelle Zelensky vient de limoger l'équivalent de son directeur de la CIA et de son procureur général et de les accuser de trahison.

Avec ce développement particulier, ainsi que la frappe de missile particulière sur Vinnytsia, on peut supposer que le grand public est probablement informé d'environ 20 % de ce qui se passe réellement en Ukraine, qu'il s'agisse de la politique américaine ou autre. C'est donc un rapport de 1 à 5 entre les mensonges.

Le directeur du renseignement national a fait une déclaration incroyable en mai, selon laquelle les États-Unis ont moins de « renseignements » sur le statut opérationnel de l'Ukraine que la Russie. Ce qui signifie vraisemblablement que les États-Unis ne sont que des spectateurs désemparés face à ces développements particuliers. Mais bon.

Zelensky a remplacé son ami d'enfance, Ivan Bakanov, à la tête du SBU par Vasily Malyuk, dont on dit qu'il est un proche de l'ancien président Porochenko. Porochenko reviendra-t-il remplacer Zelenski après que le coup d'État dont  on parle maintenant aura finalement lieu ?

Mais ne vous attendez pas à ce que les médias grand public en parlent.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter