28/11/2022 arretsurinfo.ch  15 min #219765

L'Occident, en arroseur arrosé (par Zelensky)

Par  Yves Smith

Posté le 21 novembre 2022 sur  Naked Capitalisme

Certains des observateurs attentifs du conflit russo-ukrainien ont évoqué les perspectives de pourparlers de paix. Comme nous en discuterons bientôt, votre humble blogueur pense que ce point de vue n'est actuellement pas bien en phase avec la réalité. Oui, les choses semblent s'être dégelées au point que les États-Unis ont renoncé à la non-communication avec la Russie, pire que les jours les plus sombres de la guerre froide. Mais bien que la décongélation de près du zéro absolu à un simple congélateur se réchauffe techniquement, il fait toujours terriblement froid. Les deux parties n'ont aucune convergence discernable dans leurs positions, ce qui signifie qu'il n'y a aucune base de discussion. Et l'un des plus grands obstacles à tout règlement, autre que celui où la Russie finit par dicter ses conditions, est le leader que l'Occident collectif a mis sur un piédestal : Zelensky, avec le bagage supplémentaire de son cercle restreint Banderiste.

L'autre grand obstacle à une cessation prochaine des hostilités est l'OTAN. Les États-Unis et l'OTAN savent que la virilité de l'OTAN est en jeu et qu'on ne peut pas la voir perdre face à la Russie. Ils fondent peut-être leurs espoirs sur la Russie qui délaisserait une Ukraine croupion serait déjà un succès, pourtant la Russie n'a jamais eu l'intention d'occuper tout le pays.

Mais les États-Unis et l'OTAN semblent incapables de comprendre que la Russie détruit l'Ukraine en attaquant son réseau énergétique et pourrait faire de même avec d'autres pays européens  1. Il va être difficile de dépeindre l'ouest de l'Ukraine comme un État en déliquescence, et un flot de réfugiés vers l'Europe, comme une sorte de victoire des États-Unis et de l'OTAN. Mais c'est le résultat probable des trajectoires actuelles.

Mauvaise lecture de l'état des lieux

Un bon nombre de commentateurs favorables à la Russie, ou du moins « n'achetant pas ce que l'Ukraine tente de leur vendre », semblent avoir mal interprété certains bruits dans la presse occidentale. Cela peut être dû à un biais cognitif. N'importe qui d'autre que les faucons purs et durs en Russie verrait probablement la fin de la guerre le plus tôt possible. La mobilisation partielle a ramené la guerre à la maison.

Deuxièmement, les sceptiques ukrainiens ont une bien meilleure vision de la façon dont la guerre se déroule que les consommateurs de relations publiques ukrainiennes via la presse occidentale, les experts et les décideurs politiques. Pour eux, il est clair que les choses ne vont pas bien pour l'Ukraine et que les chances que l'Ukraine l'emporte (poussant la Russie hors d'Ukraine) sont nulles, et même celles qu'elle regagne quelque territoire, sont extrêmement minces. Les gens en Occident avec le maigre intérieur comprennent sûrement cela, et devraient donc vouloir discuter avant que les choses n'empirent.

Le « récit » qui a lancé la chimère des pourparlers de paix est apparue dans le Washington Post. Il était explicitement annoncé qu'on avait dit à Zelensky qu'il devait paraître moins inflexible dans ses négociations avec la Russie, mais qu'il ne devait pas changer de position. D'une manière ou d'une autre, les commentateurs ont négligé la deuxième partie des instructions. Cette instruction seconde a été révélée par le Wall Street Journal. C'est l'information selon laquelle le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan avait communiqué avec deux responsables russes pendant une durée indéterminée. Cela a été interprété comme la recherche d'un accord, plutôt que comme le strict minimum requis pour garder des canaux de discussion ouverts. Rappelez-vous aussi que les russes ont rapporté (avant cette histoire) que la Russie avait reçu des avertissements réguliers - « N'osez pas utiliser d'armes nucléaires » - de la part de hauts responsables aux États-Unis alors que la Russie n'avait jamais rien annoncé de tel. Les russes ont donc interprété ces communiqués comme une escalade et non une désescalade.

Le colonel Douglas Macgregor qui a reçu des informations privilégiées sur le communiqué le plus récent de Sullivan, a déclaré que Sullivan avait bel et bien proféré une menace codée ou ouverte concernant le déploiement de troupes américaines / OTAN. Sullivan avait au moins fait allusion et peut-être étoffé l'idée d'une « coalition de volontaires » entrant dans la guerre au nom de l'Ukraine, comme l'avait suggéré l'ancien général et chef de la CIA David Petraeus quelques semaines plus tôt.  2

La révélation suivante, qui a conforté les adeptes des « négociations en cours » est venue du chef d'état-major interarmées Mark Milley, lorsqu'il a divulgué au New York Times qu'il avait dit à la Maison Blanche que « l'Ukraine devrait négocier tant qu'elle est en position favorable.«

Mais, Milley n'aurait pas diffusé ça s'il avait eu gain de cause lors de cette cette discussion  3.

En pratique, Milley a été obligé de battre en retraite dans les jours suivants, dépeignant la Russie comme «   vraiment blessée  » et soulignant que l'Ukraine était aux commandes et que les États-Unis seraient là « aussi longtemps qu'il le faudra ». Le patron de Milley, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, a pris une position encore plus ferme dans un discours intitulé  Why Ukraine Matters vendredi dernier à Halifax, affirmant que vaincre la Russie était la clé de la sécurité américaine et mondiale :

« L'issue de la guerre en Ukraine aidera à déterminer le cours de la sécurité mondiale au cours de ce jeune siècle. Et ceux d'entre nous en Amérique du Nord n'ont pas la possibilité de laisser tomber celui-ci.

La stabilité et la prospérité des deux côtés de l'Atlantique sont en jeu. Vous savez, la relation commerciale des États-Unis avec l'Union européenne est la plus importante au monde. Ainsi, lorsqu'un agresseur fabrique une énorme crise de sécurité en Europe, cela frappe les Américains et les Canadiens ordinaires. »

En ce qui concerne la rencontre similaire entre le chef de la CIA William Burns et Sergey Naryshkin à Istanbul, la Maison Blanche l'avait annoncée, précisant avant puis insistant après sur le fait qu'il y avait eu des discussions sur l'Ukraine. On ne voit pas bien pourquoi Naryshkin en parlerait si Burns n'en a rien fait en réalité. Néanmoins, une partie de la presse a parlé de paix. En fait cette presse n'a fait que reconnaitre que la stabilité en Europe commence à se fissurer à cause de la flambée des prix de l'énergie, comme en témoigne nul autre que le Financial Times aujourd'hui, dans l'un de ses principaux articles couvrant les manifestations en Allemagne et décrivant les participants de gauche comme de droite.

 En partant du haut  :

« Sans les bannières, cela aurait pu être une foule rassemblée pour une ouverture anticipée du marché de Noël de Leipzig. »

Puis vinrent les discours.

« S'il vous plaît, ne provoquez pas la police et notez que les drapeaux russes ou les signes montrant le soutien aux forces armées russes ne sont pas les bienvenus! » un organisateur déclaré par haut-parleur lors de l'événement ce mois-ci.

« L'Allemagne sert de marionnette exclusivement aux intérêts américains et à ceux de l'OTAN », a averti le premier orateur à la foule de centaines de personnes, un mélange d'étudiants, de familles et de retraités. Certains portaient des banderoles pour la gauche allemande, des drapeaux de la paix et des pancartes artisanales établissant des parallèles complexes entre la guerre de neuf mois en Ukraine et la pandémie de coronavirus. Alors que la rhétorique anti-américaine montait en flèche, la foule applaudissait, se moquait et sifflait.

« La politique d'embargo contre la Russie a complètement échoué et est dirigée de manière catastrophique contre nous-mêmes«, a poursuivi l'orateur, invoquant l'Holocauste et déclarant que la guerre en Ukraine était un « paradis » pour « les bellicistes, les compagnies d'armement et les profiteurs ».

Une autre faille importante dans la ligne du parti était un article du New York Times qui  tentait laborieusement d'«expliquer pourquoi la Russie n'était pas à court de missiles», malgré des affirmations répétées du contraire depuis de nombreux mois. Vers la fin de l'article, quelqu'un a fini par admettre que personne ne savait vraiment combien de missiles la Russie possédait... Oups!

Et plus récemment, il y a eu aussi la critique étonnamment directe de l'attitude « contre-productive » de Zelensky s'en tenant à l'histoire, pourtant démentie par ses « alliés », selon laquelle la Russie, plutôt que l'Ukraine, aurait tiré le missile (anti-aérien) qui a atterri en Pologne et tué deux agriculteurs. Même si la plupart des commentateurs acceptent l'idée qu'un missile de défense aérienne ukrainien s'est égaré, Scott Ritter, qui dit avoir une connaissance directe du fonctionnement de ces systèmes (réformés par les russes), soutient à l'inverse, qu'il aurait fallu un signal radar pour l'envoyer là-bas et qu'il a donc du être bricolé par quelqu'un de pas très haut niveau en Ukraine (ou de mèche en Pologne). Le Corriere della Serra  , basé sur un récit polonais, affirme également que l'atterrissage n'était pas un accident occasionné par une bévue ou un « faux contact ».

Indépendamment du fait que cet incident ait été ou pas un accident ou une erreur « non intentionnelle », ce n'était pas une bonne idée de la part de Zelensky d'avoir l'air si désireux de déclencher un conflit direct entre l'OTAN et la Russie.

 Du Financial Times  :

En d'autres termes, l'intensité et l'unanimité du soutien à l'Ukraine s'érodent un peu. Mais on est encore loin du stade où l'Occident voudra ou pourra faire demi-tour avec ce superpétrolier en difficulté qu'est l'Ukraine « libre ». Il a investi d'énormes sommes d'argent, supporte des coûts supplémentaires sous la forme de retour de sanctions et opère donc un barrage de missiles de com négative sur ce projet. Le grand public, activement désinformé, n'a pas changé d'avis, d'autant qu'il est préoccupé par d'autres questions, allant de la lutte pour payer ses factures à la préparation des vacances de fin d'année. Et à leurs oreilles résonnent encore les tambours annonçant que ces méchants Ruskofs sont sur le point d'échouer.

 Du Washington Post la semaine dernière  :

Avec ses forces terrestres battues et perdant du territoire, la Russie a eu recours à des bombardements à longue portée, tout en luttant pour former et équiper des dizaines de milliers de nouveaux conscrits, dont beaucoup n'ont peut-être aucune envie de se battre dans la guerre ratée du président russe Vladimir Poutine.

Au début du conflit, Scott Ritter a souligné que la Russie était fortement incitée à préserver Zelensky comme président de l'Ukraine. Si jamais une paix devait être négociée, Zelensky la signerait et la légitimerait aux yeux du monde, puisqu'il avait été fabriqué comme véritable combattant de la liberté.

De plus, jusqu'à présent, malgré les grincements de dents provoqués par le refus de Zelensky d'arrêter de prétendre que l'Ukraine n'était pas responsable du missile qui est tombé sur la Pologne, son intransigeance affichée à propos des négociations n'a suscité que des remarques agacées que de la part de la Russie. Cela suggère que Zelensky agit toujours sur les ordres occidentaux : selon l'article initial du Washington Post, Zelensky était censé feindre une volonté de négocier.

 Extrait d'un article du Washington Post la semaine dernière  :

« Il semble y avoir peu ou pas de volonté de céder du terrain de part et d'autre, Moscou insistant sur le fait que le territoire ukrainien qu'il a illégalement annexé sera à jamais un territoire russe. L'Ukraine, quant à elle, exige le retrait complet de la Russie de tout le territoire ukrainien, y compris la Crimée, que la Russie a annexée illégalement en 2014.

La restauration de la souveraineté territoriale faisait partie d'un plan de paix en 10 points que Zelensky a présenté aux dirigeants du G-20 cette semaine. Le plan appelait également la Russie à payer des réparations.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a accusé jeudi Kyiv d'avoir posé des conditions préalables aux pourparlers, ce qui, selon lui, prouve que l'Ukraine n'est pas intéressée à négocier.

Mais Ryabkov a déclaré que l'engagement de la Russie envers son intégrité territoriale inconditionnelle était inébranlable, y compris « dans les territoires constitutifs qui ont été récemment admis dans la Fédération de Russie ». Ce n'était pas la même chose que d'établir des conditions préalables aux pourparlers, a-t-il dit. »

De même, certains ont interprété, sans le faire entendre, la visite du Premier ministre britannique à Kiev avec un nouveau programme de soutien (mais seulement de 50 millions de livres), comme un signe que Sunak essayait discrètement de museler Zelensky. Le Royaume-Uni ayant été le plus fervent partisan de l'Ukraine, je ne vois pas un tout nouveau Premier ministre opérer un revirement aussi rapide. Je suis d'accord avec l'évaluation d'Alex Christaforu, à savoir que Sunak était discret sur le plan de la presse, car dépenser plus pour l'Ukraine lorsque les ménages britanniques souffrent ne lui semblait pas une bonne idée.

Mais peu importe, les événements évoluent défavorablement à l'Ukraine. La Russie continuera à supprimer son réseau électrique. Le moment est proche où un grand nombre d'Ukrainiens pourraient devoir quitter les villes... soit vers la campagne, soit ailleurs en Europe. Je ne vois pas comment l'Europe pourrait gérer cet afflux.

Mais la plupart des observateurs occidentaux semblent incapables de saisir que cette issue est possible, voire probable. La Russie est-elle déjà passée progressivement au tour suivant, comme en coupant totalement l'électricité à Lvov, déclenchant une fuite vers la Pologne, pour enfoncer le clou ?

Le fait est que la Russie peut, assez rapidement, rendre les conditions intenables pour les voisins de l'Ukraine. Même ainsi, je doute cependant que l'Occident puisse avaler les conditions que la Russie exige. Mais même s'ils le faisaient, Zelensky ne serait pas d'accord. Il ne peut pas parce qu'il est entouré de crétins banderistes et que la Russie est légitimement déterminée à les capturer et à les juger.

Un signe de la puissance de ces néo-nazis (encore un coup de chapeau Alex Christaforu) est l'ascension continue de l'impénitent Andrij Melnyk, ancien ambassadeur d'Ukraine en Allemagne. Il était scandaleusement grossier et peu professionnel dans ses déclarations publiques sur l'Allemagne. Mais ce qui a forcé sa démission, c'est  une interview où il a fait l'éloge de Stephen Bandera

Cependant, après une courte période renvoyé dans sa niche, Melnyk a été promu vice-ministre des Affaires étrangères. Ce n'est pas un plus pour traiter avec la Russie, evah.

Mais rappelez-vous que Zelensky a apparemment longtemps été l'otage des crétins banderistes, qui ont battu et même tué des politiciens ukrainiens considérés comme trop amicaux avec la Russie. Zelensky a fait campagne sur la normalisation des relations avec la Russie et a remporté 73% des voix. Il a rapidement changé de position après sa prise de fonction.

De plus, les États-Unis ont aidé à maintenir ces nazis en force en Ukraine longtemps après ce qui aurait été leur date de péremption probable. Scott Ritter a raconté comment les États-Unis les ont financés après la Seconde Guerre mondiale pour affaiblir les Soviétiques lors de la chute de l'URSS.  Les États-Unis ont de nouveau soutenu des groupes néonazis tels que Right Sector dans le cadre du coup d'État de Maidan. Et dernièrement, les États-Unis ont vu beaucoup trop de types d'Azov célébrés aux États-Unis ou leur position politique supprimée des comptes rendus de presse.

Le vice-président du Conseil de sécurité russe, dans un récent commentaire de Telegram résumé dans TASS, a correctement décrit comment Zelensky est enfermé :

Ce scénario souligne également le gâchis dans lequel se trouve l'Occident s'il voulait réellement négocier (comme ci-dessus, ma lecture sur l'éruption de nouvelles est qu'elles équivalent à une combinaison d'illusion d'optique et de cavalier seul; il n'y a aucun signe que Biden, Blinken, Sullivan ou Austin aient changé de position), ils n'ont aucune marge de manœuvre dans le cadre d'une infestation néo-nazie engendrée par les États-Unis. Zelensky devra résister à toute ouverture de paix. Il sait parfaitement que s'ils le liquident, les néo-nazis rejetteraient la responsabilité sur la Russie et l'utiliseraient comme prétexte pour des positions encore plus radicales.

Après tout, combien en coûterait-il aux États-Unis pour fournir des renseignements et d'autres soutiens au terrorisme ?  4

Je ne vois donc pas d'autre alternative pour la Russie que de continuer sur sa voie actuelle d'écrasement de l'Ukraine. Et je suis sûr que les Russes avaient calculé cela il y a quelque temps et ne voient rien qui suggère qu'il serait logique de changer de cap.

 Yves Smith

 1Le colonel Douglas Macgregor a également souligné qu'en cas de guerre officielle de l'OTAN avec la Russie, contrairement à la version actuelle à moitié enceinte, la Russie pourrait éliminer toutes les bases aériennes de l'OTAN en Europe, sauf une éloignée, au Portugal, dans la première heure et demi du conflit.

 2Je suis certes très dépendant de Macgregor dans cette lecture, mais Macgregor s'est fait un devoir de lire attentivement toute la presse, connaît les principaux acteurs et dispose d'informations supplémentaires d'initiés. Aucun des autres opinant sur ce sujet n'a quoi que ce soit qui se rapproche de son point de vue. Et compte tenu de la façon dont Milley a été amené à reculer massivement, et dont son patron Lloyd Austin vient de prendre une position très dure vendredi dernier, les vues de Macgregor semblent avoir été confirmées.

 3Voir, à partir de 0:55

 4Voir l'histoire connexe de John Helmer aujourd'hui, où la rumeur dit que la Russie envisage d'établir une très grande zone démilitarisée pour empêcher les attaques de missiles. Cela rendrait également plus difficile l'entrée et la sortie des terroristes.

 Yves Smith

Source:  Naked Capitalisme

Traduction:  (librairie-tropiques.fr)

 arretsurinfo.ch

 Commenter