30/11/2022 infomigrants.net  3 min #219922

Manche : 240 migrants, dont certains déjà à l'eau, secourus en 24 heures

Une embarcation de migrants dégonflée sur une plage de Sangatte, le 29 novembre 2022. Crédit : Reuters

En l'espace de 24 heures, quelque 240 migrants ont été secourus en mer, entre lundi et mardi 29 novembre, lors de cinq opérations distinctes, alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations de fortune, a annoncé la préfecture maritime.

Tous ont été ramenés vers les côtes françaises.

D'abord, dans la nuit de lundi à mardi, un canot des sauveteurs en mer a secouru 23 personnes au large de Calais, indique dans un communiqué la préfecture de la Manche et de la mer du Nord (Premar).

[#Opérations] de secours et d'assistance au large du Pas-de-Calais sous la coordination du #CROSSGrisNez
▶️

Opérations de secours et d'assistance à des embarcations en difficulté au large du Pas-de-Calais. - Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord

Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Présentation de la préfecture et description de ses missions. Publication des avis nautiques et des communiqués de la préfecture.
 voir

"En tout début de matinée", un patrouilleur de la Marine nationale a ensuite porté assistance à 61 personnes, en difficulté au large de Leffrinckoucke (Pas-de-Calais), avant de récupérer, dans le même secteur, les "34 naufragés" d'une autre embarcation, poursuit la Premar. Tous ont été déposés au port de Calais et pris en charge par les pompiers et la police aux frontières.

"Tous les occupants [étaient] à la mer, agrippés à leur embarcation en train de couler"

En fin de matinée, un patrouilleur des affaires maritimes, engagé auprès d'une autre embarcation en difficulté au large de Calais, a par ailleurs découvert "tous les occupants à la mer, agrippés à leur embarcation en train de couler", raconte la Premar. À l'aide d'un semi-rigide, l'équipage a récupéré 61 personnes, dont "plusieurs en état d'hypothermie". Ces naufragés ont été déposés au port de Boulogne-sur-Mer et pris en charge par les secours.

Alain Ledaguenel, président de la station de Dunkerque, dans le Nord, a expliqué à InfoMigrants que la mauvaise qualité des embarcations sur lesquelles prennent place les migrants les exposait a un risque élevé de naufrage. "Ce sont des pneumatiques de très mauvaise qualité, fabriqués en Chine. Ils sont composés de boudins gonflés d'air, d'un plancher mal assemblé, et d'un tableau arrière sur lequel est fixé un moteur. (...) Les moteurs peuvent se détacher et tomber à l'eau. Il peut aussi y avoir des problèmes techniques, comme des boudins qui ne résistent pas à la pression et se dégonflent. Les planchers peuvent également s'affaisser et les gens peuvent passer à travers", a-t-il commenté.

Une dernière opération a enfin permis de secourir 61 autres personnes au large de Calais, ramenées à Dunkerque.

Cinquante migrants forcés à rebrousser chemin

Dans la journée de mardi, la police française a par ailleurs arrêté environ 51 migrants qui tentaient de traverser la  Manche. Guy Allemand, le maire de Sangatte, cité par Reuters, a affirmé que ces candidats à l'exil avaient été forcés à rebrousser chemin, tandis que 100 autres ont pu poursuivre leur navigation.

Les passeurs ont récemment changé de méthode, a-t-il dit. "Ils arrivent maintenant dans des 'taxi-boats' et les réfugiés doivent courir dans l'eau pour les attraper [et monter dessus], au lieu de mettre leurs propres bateaux à l'eau depuis la plage."

La route maritime entre la France et l'Angleterre est l'une des plus empruntées au monde, "avec plus de 400 navires de commerce qui y transitent par jour et les conditions météorologiques y sont souvent difficiles", selon la préfecture maritime.

Pourtant, toujours plus d'exilés tentent la traversée. Plus de 40 000 migrants sont arrivés au Royaume-Uni après avoir traversé la Manche à bord de petites embarcations cette année, un record. Selon les autorités britanniques, 426 migrants sont parvenus à traverser la Manche, lundi.

 infomigrants.net

 Commenter