L'Occident teste une nouvelle méthode pour attaquer Poutine : La propagande simpliste et massive

par Mikhaïl Rostovski

Mais le Kremlin est aussi sur le qui-vive. Après avoir épuisé (peut-être temporairement) son stock de sanctions financières et économiques, le « collectif occidental » est passé à la tactique des frappes de propagande massives contre la Russie, avec l'aide de censures publiques bruyantes et démonstratives. Il y a quelques jours, le Parlement européen a reconnu la Fédération de Russie comme « État parrain du terrorisme ». La législature des Pays-Bas a immédiatement fait de même. Et le Bundestag allemand est appelé à voter une résolution qui qualifie « l'Holodomor » de l'ère stalinienne comme un génocide des Ukrainiens.

Dans le contexte général de ce qui se passe actuellement en Europe, tous ces empiètements peuvent sembler être des détails mineurs. Et si vous regardez la situation uniquement du point de vue d'aujourd'hui, c'est ainsi. Comme l'a noté le chef de la diplomatie européenne, Borrell, au printemps, « le conflit en Ukraine ne peut être résolu que sur le champ de bataille ». Sur le champ de bataille, même une centaine de résolutions parlementaires à orientation idéologique signifient bien moins qu'un seul char. Cependant, en politique, on ne peut pas vivre un jour à la fois. Sur le long terme, une vague de résolutions antirusses des parlements occidentaux est également une arme. Une arme qui ne fonctionne pas fortement immédiatement, mais qui fonctionne toujours.

L'Occident a voulu « couper les griffes » de l'ours russe

Ce qui a commencé le 24 février 2022 est, d'une part, quelque chose de totalement inédit et, d'autre part, une constante dans la vie du continent européen tout au long des siècles. Est-ce que cela semble extrêmement mystérieux ou même abstrait ? Ne vous inquiétez pas. Tout deviendra clair comme la lumière du jour. Si nous « déshabillons » le conflit ukrainien, en supprimant tous les nombreux « arcs et lacets » idéologiques, alors que restera-t-il ? Un combat classique pour la redistribution des sphères d'influence et une modification des rapports de force. Avec l'aide du développement militaire de l'Ukraine - son implication dans l'OTAN - l'Occident a voulu « couper les griffes » de l'ours russe, faire de la Fédération de Russie une force secondaire, un nain géopolitique, coincé dans un coin par l'OTAN géant.

Après avoir calculé la situation, le Kremlin a jugé une telle perspective inacceptable et a porté un coup à cette manœuvre de cantonnement. Tout cela est conforme à ce qui est écrit dans n'importe quel manuel d'histoire ou, disons, dans l'Histoire de la diplomatie en plusieurs volumes que j'ai lus quand j'étais enfant. Changez Poutine, par exemple, en Alexandre II, et Biden en Napoléon III ou Bismarck, et vous verrez apparaître une évidence : le « nouveau monde » qui a commencé le 24 février n'est en réalité qu'un ancien monde bien oublié. Bien sûr, dans ce cadre historique « oublié », il y a un élément vraiment nouveau, ou, du moins, nouveau par rapport à l'époque de Bismarck ou de celle de Napoléon. Alors, quel est-il ? Pour répondre, n'ouvrons pas le coffre tout de suite en grand, mais prenons toutes les serrures, une par une, dans l'ordre.

Les termes « génocides » et « État parrain du terrorisme » encodent les armes de propagande de destruction massive

La guerre froide n'a été qu'accessoirement une lutte pour les sphères d'influence. Tout d'abord, c'était un conflit d'idéologies, un affrontement de deux systèmes concurrents de visions du monde. À l'époque de Gorbatchev, ce combat semblait officiellement terminé. En réalité, il ne l'était pas pour l'Occident.

Par quels slogans l'Ukraine a-t-elle été entraînée dans l'orbite de l'influence américaine et européenne ? Il n'y a pas eu de grande déclaration comme, par exemple : « maintenant nous allons vous coloniser politiquement et priver ainsi Moscou de la liberté de manœuvre ». Non, tout cela a été évoqué plus subtilement, avec des maximes solennelles, prononcées à haute voix, sur les valeurs européennes, la solidarité paneuropéenne, etc.

Cette stratégie, résultant d'une combinaison de nombreux facteurs, a fonctionné. Ce que l'Occident a écrit en Ukraine avec un stylo, la Russie est maintenant obligée de l'abattre avec une hache. Je vous ai convaincu maintenant qu'il ne s'agit pas de quelque chose de théorique et d'abstrait, mais d'une démarche spécifique et appliquée. J'espère vraiment vous avoir convaincu. Après tout, si nous considérons le conflit en Ukraine comme une combinaison de deux éléments - une lutte classique pour les sphères d'influence ainsi que pour l'équilibre des pouvoirs, et une bataille idéologique, dans le style de la guerre froide - tout ceci cesse finalement d'être mystérieux et incompréhensible.

En regardant la situation sous cet angle, le sens profond de la vague - de vous à moi, je suis sûr que cette vague ne fait que commencer - les résolutions des parlements occidentaux deviennent claires. Les actions de Poutine, en février dernier, ont tracé un trait sous la période généralement appelée « l'ère de l'après-guerre froide », je n'ai pas de meilleure terme. Des temps nouveaux sont donc arrivés ; des temps qui nécessitent de nouvelles « décorations idéologiques » qui ont commencé à être « construites » lentement. Et peu importe que ces nouveaux fondements soient élaborés à partir de vieux matériaux de construction idéologiques.

Commentant les projets du Bundestag de reconnaître « l'Holodomor » comme un génocide d'Ukrainiens, l'ambassadeur de Russie en Allemagne, Sergei Nechaev, a écrit dans un article pour le journal allemand Junge Welt : « selon des documents historiques, plus de 7 millions de personnes sont mortes à la suite de la famine qui a frappé de vastes régions de l'URSS en 1932-1933 (dont environ 2, 5 millions dans la partie russe du pays et 1,5 million au Kazakhstan). La famine était massive et aveugle. Cela a commencé par une grave sécheresse et de mauvaises récoltes, auxquelles se sont ajoutées les mesures d'urgence du gouvernement soviétique dans le cadre de la politique de collectivisation forcée. La mise en œuvre de ces mesures était strictement assurée dans toutes, les régions agricoles de l'URSS, sans exception... Non seulement les Ukrainiens, mais aussi les Russes, les Biélorusses, les Tatars, les Bachkirs, les Kazakhs, les Tchouvaches, les Allemands de la Volga et les représentants d'autres peuples mouraient de faim ».

Historiquement et rationnellement parlant, c'est tout à fait correct. Mais précisément, la particularité de mots ou expressions aussi chargés que « génocide » et « État parrain du terrorisme » n'affectent pas seulement les parties de notre cerveau responsables de la pensée logique, mais aussi celles qui régissent les sentiments et les émotions. Ce sont des termes qui « encodent » les armes de propagande de destruction massive.

Qu'est-ce que le Kremlin va opposer à cela ?

La question est mal posée. La formulation correcte est « déjà opposé ». Le discours de Poutine le 30 septembre de cette année en est la démonstration : « pendant huit longues années, les habitants du Donbass ont été soumis au génocide, aux bombardements et au blocus. À Kherson et à Zaporozhye, ils ont essayé de cultiver criminellement la haine de la Russie, de tout ce qui est russe. Déjà pendant les référendums, le régime de Kyiv a menacé de représailles, de mort les enseignants, les femmes qui travaillaient dans les commissions électorales, intimidé par la répression des millions de personnes venues exprimer leur volonté. Mais le peuple ininterrompu du Donbass, de Zaporozhye et de Kherson a parlé... Il n'y a rien de plus fort que la détermination de millions de personnes qui, par leur culture, leur foi, leurs traditions, leur langue, se considèrent comme faisant partie de la Russie, et dont les ancêtres vivaient dans un seul État pendant des siècles. Il n'y a rien de plus fort que la détermination de ce peuple à retourner dans sa vraie patrie historique ».

Ce ne sont pas les paroles d'un gentleman qui rivalise avec d'autres gentlemen pendant la journée et qui, le soir, conformément à toutes les normes de l'étiquette, s'assoit pour boire du thé avec eux. Ce sont les mots d'un guerrier idéologique pleinement motivé, prêt non seulement à défendre, mais aussi à attaquer sur tous les fronts. Et ces fronts ne se situent pas seulement dans la zone du périmètre extérieur de la Russie. En idéologie, il y a peu ou pas de frontière entre la politique intérieure et étrangère. Demandez-vous par exemple pourquoi le parlement russe vient-il d'adopter une loi sur la protection des valeurs traditionnelles ?

Toute prévision est maintenant une tâche extrêmement ingrate. Mais je vais quand même tenter ma chance : la bataille idéologique entre la Russie et l'Occident sera beaucoup plus longue que la phase active du conflit en Ukraine.

source :  Le Courrier des Stratèges

 reseauinternational.net

 Commenter