03/01/2023 euro-synergies.hautetfort.com  5min #221821

Annalena Baerbock - une construction des Etats-Unis?

Par Karel Meissner

[Source:  compact-online.de]

Outre de nombreuses lacunes et contradictions, la biographie de la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock révèle toutefois un point fixe constant : elle sert les intérêts des États-Unis. Le célèbre journaliste d'investigation Gerhard Wisnewski s'est mis sur la piste et révèle des choses étonnantes sur Baerbock dans son livre annuel "Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023″. En savoir plus infra.

Non, Annalena Baerbock n'est pas une cyborg. Ce n'est pas non plus un extraterrestre. Cette personne, qui fait partie de l'avant-garde mondiale du Great Reset en tant que ministre des Affaires étrangères, est faite de chair et de sang. Mais quiconque veut faire des recherches sur sa biographie est pris dans son tourbillon d'incohérences, de lacunes et de contradictions - au point que son identité se dissout presque entièrement.

Les déclarations qu'elle fait dans son livre Jetzt. Wie wir unser Land erneuern (="Maintenant : Comment nous renouvelons notre pays") sont rares. Surtout, ses descriptions sont dépourvues de moments de vie concrets. Cela commence par son enfance : on dit officiellement que cette native de Hanovre a grandi dans une ferme avec deux sœurs et deux cousines.

Cela ressemble au conte de Heidi de la lande, innocente dans une mer de tournesols. En fait, le refuge des parents se trouvait dans la banlieue aisée de Pattensen, la commune avec la plus forte densité de restaurants de la région. Mais presque personne n'y connaît Annalena Baerbock, bien qu'elle y ait été, paraît-il, une championne de trampoline.

Ses parents - une éducatrice sociale et un constructeur de machines - restent dans l'ombre. Ils n'ont même pas assisté au meeting de campagne de Baerbock à Pattensen. Le célèbre journaliste d'investigation Gerhard Wisnewski est arrivé à la conclusion suivante après ses recherches : sa famille d'origine ainsi que son enfance ne peuvent guère être reconstituées.

Ensuite, on y repère de grosses lacunes dans sa formation scolaire. Le CV, sur son site web, ne commence qu'en 2000, après quoi elle a suivi des études à la London School of Economics en 2004-2005.

Le seul problème est que pour être admis dans cette université d'élite (qui a déjà produit 14 prix Nobel), il faut au préalable obtenir une licence de droit ou un diplôme d'État. Or, Baerbock n'avait ni l'un ni l'autre à l'époque. Comment, dès lors, a-t-elle obtenu son diplôme ?

Ce qui est frappant, en revanche, ce sont les réseaux mondiaux qui y sont évoqués: les liens de l'actuelle ministre des Affaires étrangères avec l'Amérique ont commencé dès l'âge de 16 ans, lorsqu'elle s'est rendue en Floride dans le cadre d'un échange scolaire. Depuis, elle est membre du de l'Atlantikbrücke (= le Pont sur l'Atlantique), a étudié à la London School of Economics - financée par des milliardaires comme Rockefeller et Soros -, travaille pour Greenpeace, pour l'aide aux réfugiés de l'ONU et, last but not least, fait partie du programme "Young Global Leaders" du World Economy Forum dirigé par Klaus Schwab : une pépinière de cadres de l'élite mondiale.

Comment peut-on accéder à tous ces postes de haut niveau si, comme Baerbock le montre régulièrement, on dispose d'une scolarité insuffisante? Ses dérapages sont légion: cela va de"Kobold"au lieu de cobalt au stockage de l'électricité dans les réseaux.

Au moins, l'orientation générale des associations en question correspond bel et bien à sa politique: les intérêts allemands ne jouent aucun rôle, même l'opinion de ses électeurs lui est"indifférente". Sa politique étrangère belliciste est également préjudiciable à la population locale: elle a ainsi poussé les livraisons d'armes à l'Ukraine à un point tel que même le chancelier allemand Olaf Scholz a dû la freiner. Ou encore: lorsque le conflit autour de Taïwan s'est envenimé, Baerbock a immédiatement assuré l'Allemagne et le monde de sa fidélité à l'alliance.

Quel que soit l'endroit où les États-Unis ont besoin d'aide, Baerbock s'exclame immédiatement:"L'Allemagne est prête". Gerhard Wisnewski soupçonne Baerbock d'être une pure marionnette des intérêts transatlantiques. Sa biographie est une pure construction.

Et en effet: dans son nouvel ouvrage annuel Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023 (= Occulté, retouché, oublié 2023), l'auteur de best-sellers révèle des choses sur Baerbock que vous n'avez jamais lues dans les journaux. Pourquoi ? Parce que cela ébranlerait justement son image auprès du public. Et cela, le mainstream fidèle au gouvernement ne peut évidemment pas le permettre, car la ministre des Affaires étrangères compte depuis le début parmi les chouchous absolus des médias de la République.

Il est d'autant plus urgent de corriger la construction Baerbock dans son annuaire"Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023″. Infos et commande ici:  compact-shop.de

(1) Gerhard Wisnewski : Verheimlicht - Vertuscht - Vergessen 2023.

Ce qui n'était pas dans le journal en 2022 !

Question : qu'est-ce qui était encore plus fou que l'année 2020, au cours de laquelle la "crise de Coro na" a commencé ? Réponse : l'année 2022, sur laquelle revient ce livre de révélations. Dans son nouvel ouvrage annuel, l'auteur de best-sellers Gerhard Wisnewski dissèque pour la 16ème fois l'année écoulée, dans un style éprouvé et expérimenté, et emmène le lecteur dans une chevauchée haletante à travers l'"année 3 après J.-C." (selon C orona). Alors que les pétards du Nouvel An restent interdits, Wisnewski allume un feu d'artifice de recherches et présente un bouquet de nouvelles étouffées et décoiffantes de l'année 2022.

288 pages, relié, € 16,99 plus frais de port, livraison gratuite en Allemagne à partir de 29,95 euros d'achat.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter