Un mur de briques

par Andrei Martyanov

Je sais, on me reproche souvent mon attitude condescendante envers les sciences humaines et surtout l'Histoire, telle qu'elle est écrite et enseignée dans le monde anglo-saxon. Nous nous souvenons tous de Sir Anthony Beavor qui, loin d'être un véritable historien militaire, s'est présenté comme l'homme qui a des difficultés à comprendre la structure des forces et les mathématiques de base. Et ce n'est qu'un seul de ces « historiens » qui a produit un mème en Russie sur des millions de femmes allemandes « violées ». Les exemples de ce type d'« histoire » et d'« historiens » abondent partout et en Russie aussi, qu'il s'agisse de la caricature Soljenitsifiée sur les années 1930-50 ou de la célèbre « nouvelle chronologie » de Fomenko. L'histoire n'est pas moins une juxtaposition de faits qu'une recherche délibérée et hautement responsable. Je fais partie de ceux qui ont applaudi la décision du Kremlin de fermer les archives russes aux « historiens » occidentaux, dont la plupart font des « recherches » pour des récits anti-russes et non pour l'histoire.

Mais il y a un autre problème : l'histoire en tant que domaine scientifique se heurtera, non pas se fracassera, à pleine vitesse, au mur de briques de la complexité technologique et naturelle du monde. Et voici l'article de The American Conservative, que je visite périodiquement, dans lequel Sumantra Mairta plaide pour la fin de l'histoire (académique). Elle se  plaint raisonnablement que :

« La discipline académique de l'histoire a toujours été un sujet de cour. D'une part, elle nécessite un tempérament émotionnellement détaché et parfois amoral pour être bien menée. Ce n'est pas pour rien que les cardinaux et les moines étaient souvent de grands historiens, tout comme les aventuriers et les soldats. Deuxièmement, elle a besoin d'être patronnée. L'histoire en tant que matière n'a jamais été égalitaire, mais d'une manière paradoxale, elle était autrefois beaucoup plus libre. Les hommes d'État en poste dans des colonies lointaines à l'époque de la grande époque victorienne étaient libres de voyager et d'étudier un sujet ou une civilisation. Ils le faisaient en tant que loisir, n'avaient aucun préjugé sur leurs sujets et n'étaient généralement soumis à aucune pression financière pour suivre une ligne politique, malgré les préjugés humains et sociaux de l'époque. Ceux qui n'étaient pas en mesure de le faire, mais qui étaient néanmoins exceptionnellement talentueux ou méritants à d'autres égards, étaient parrainés individuellement ou par l'intermédiaire d'une institution, sans pour autant subir de pression académique. Cela a changé progressivement après la Seconde Guerre mondiale, et surtout avec l'institutionnalisation rapide et la démocratisation de masse de la discipline dans les années 1980 et 1990. »

Le décès récent de l'un des plus grands, Corelli Barnett, symbolise l'achèvement de la « démocratisation » de l'histoire, c'est-à-dire sa destruction, et même dans son court essai, Maitra expose un mur de briques.

« J'ai  écrit un jour un court essai sur l'orientation de la recherche historique et politique dans lequel quelques phrases lancées à la volée ont provoqué une légère agitation. « Il suffit de regarder les départements d'histoire des universités britanniques pour voir à quel point la recherche interdisciplinaire a sérieusement dilué la discipline. Aujourd'hui, un historien de la Première Guerre mondiale étudiant les tactiques de la flotte est considéré comme étant sur un pied d'égalité avec quelqu'un qui explore les sous-textes érotiques post-structurels dans les lettres des tranchées ». La crise de la discipline historique n'est pas nouvelle et ne fera qu'empirer... »

Eh bien, puisque la question des tactiques de la flotte de la Première Guerre mondiale a été abordée, il convient de souligner immédiatement ce dont les chercheurs de ces tactiques ne peuvent se passer, même à l'époque primitive de la vapeur et de l'acier. Pour étudier VRAIMENT une telle tactique, il faut commencer par les questions de base de la navigation et de la manœuvre, qui, même pendant la Première Guerre mondiale, ont été mécanisées autant que possible, mais qui nécessitent néanmoins cela :

Et la maîtrise des opérations avec les vecteurs et le mouvement relatif comme c'était déjà une exigence pour l'artillerie. Bien sûr, les questions d'incertitudes ne sont pas non plus faciles à écarter, et une fois que l'on entre dans le domaine de la guerre navale de la Première Guerre mondiale, les choses deviennent de plus en plus complexes et ont très peu en commun avec le concept hollywoodien de guerre en haute mer. Oui, même pour la Première Guerre mondiale. La question du contrôle du combat des flottes était déjà horriblement complexe à l'époque, notamment grâce au développement de la théorie de la recherche et de ce qui équivalait à un ISR primitif. Et puis, bien sûr, il y a la question des communications. Il suffit de voir comment Goeben s'est échappé ou ce qui s'est passé au Jutland. C'est pourquoi ils enseignaient déjà systématiquement les mathématiques et la physique dans les écoles d'officiers de la marine. Précisément les matières qui ne sont pas enseignées dans les programmes d'histoire et cela uniquement pour la Première Guerre mondiale.

Vous pouvez vous amuser en lisant l'évolution de l'artillerie pour la marine américaine depuis la Première Guerre mondiale - des descriptions mathématiques très légères -  ici. Et regardez ces erreurs toujours importantes :

Et ceci ne fait qu'effleurer la surface, car celui qui décidait de devenir un spécialiste de la tactique navale, même pendant la Première Guerre mondiale, devait avoir de très bonnes compétences en trigonométrie et en ce truc (la trigonométrie sphérique est amusante, mais pas vraiment) :

Et tout cela ne fait qu'effleurer la surface. Une fois que l'on entre dans l'histoire et la tactique des flottes de la Seconde Guerre mondiale, c'est là que les choses se corsent et qu'il faut avoir de bonnes connaissances dans un grand nombre de domaines, y compris, bien sûr, l'automatisation des navires et les premiers ordinateurs électromécaniques qui géraient les navires et leurs armes.

Bon sang, ce truc était fascinant. Sans parler des cours de technologie radar et, bien sûr, de lutte anti-sous-marine. Donc, vous voyez où je veux en venir, n'est-ce pas ? Et je ne parle même pas des corrélats de guerre qui alimentent tous ces merveilleux groupes de recherche opérationnelle à tête d'œuf dans chaque armée, avec des gars qui font des maths, de la physique, de l'électronique et de la mécanique sans arrêt. Et c'est déjà à ce stade que l'on doit commencer à comprendre POURQUOI les officiers de niveau tactique, qu'ils soient aux États-Unis, en URSS/Russie ou en France, qu'ils soient de la marine, de l'armée de terre ou de l'armée de l'air, ont été et sont encore nourris d'un volume massif de connaissances scientifiques hautement spécialisées projetées sur le fond des réalités tactiques et même opérationnelles de la guerre moderne, dont l'âge s'est pleinement déployé dans les années 1960-70.

Et puis vient ceci - et c'est là que le mur de briques devient impénétrable et exige, en plus d'une formation aux connaissances hautement spécialisées et extrêmement complexes, des autorisations de très haut niveau.

Tout ceci est hors de portée des historiens et des « scientifiques » politiques, en particulier de ceux qui écrivent et défendent leurs thèses de doctorat sur l'histoire du mouvement Queer et de l'homo-érotisme. Deux animaux absolument différents, et les choses ne vont pas s'améliorer - elles vont même empirer pour l'histoire en tant que domaine universitaire, car l'histoire depuis le XVIIIe siècle est écrite par des ingénieurs et des personnes ayant une formation en sciences naturelles. Et ce sont des diplômes et des recherches très difficiles à obtenir. D'où le mur de briques, qui est impénétrable. Il suffit de regarder les « reportages » sur l'Opération militaire spéciale réalisés par tous ces « voenkors » et médias occidentaux. Seuls les vrais professionnels connaissent le vrai score et ce ne sont pas des historiens.

source :  Reminiscence of the Future

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter