Projets et institutions britanniques intervenant dans les affaires d'autres États

Leonid Savin

[Source:  geopolitika.ru]

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord mérite une attention particulière et des recherches approfondies sur l'organisation et l'exécution d'opérations psychologiques et l'utilisation de technologies de manipulation, car il possède une longue et considérable expérience dans la réalisation de telles actions dans les régions les plus dissemblables du monde.

Cela remonte à l'époque où Londres possédait de nombreuses colonies dans le monde entier et un groupe considérable d'experts en sabotage politique, en diversion, en création de réseaux d'agents de renseignement et de spécialistes de la guerre de l'information. Sur la base d'études de cas, ils ont créé une vaste archive de scénarios qui ont finalement été adaptés et élargis pour répondre aux besoins actuels en fonction des nouvelles technologies d'espionnage, de localisation et de communication.

Il convient de mentionner ici que le terme spin, qui signifie dans ce cas "déformation" et se traduit par la déformation des faits, a été utilisé pour expliquer l'activité des politiciens britanniques lorsqu'ils se sont attelés à la tâche de construire de fausses informations pour justifier l'implication de Londres dans l'occupation de l'Irak en 2003.

Dans ce document, nous nous limiterons à quelques organisations et donnerons des exemples de leur fonctionnement au cours des dernières années, ce qui n'est pas compliqué, car les données des sources ouvertes sont si abondantes qu'elles peuvent être compilées dans de volumineuses archives.

L'un des projets britanniques de manipulation de la conscience humaine, qui compte parmi les plus sinistres, est le "Tavistock Institute". Au départ, il s'agissait d'une clinique où l'on étudiait le syndrome de stress post-traumatique pendant la Première Guerre mondiale, mais à partir de 1922, ils ont commencé à mener des recherches sur la guerre psychologique et au lieu d'aider les soldats blessés, ils ont étudié leurs réactions et enregistré les moments critiques de leur comportement.

Pour cette organisation, un groupe de psychologues prestigieux a travaillé comme ingénieurs sociaux, notamment Freud, Jung, Adler, Melanie Klein, Wilfred Bion, Edward Bernays, Eric Trist, A.C. Rice, Eric Miller, Aldous Huxley et R. D. Laing, parmi beaucoup d'autres.

Les développements de Jung, par exemple, ont été utilisés pour "remythologiser" et "spiritualiser" la société, en utilisant les mêmes d'"espoir" et de "changement" comme une sorte de drogue new age.

Il convient également de noter qu'en 1945, Kurt Levine (photo) a quitté Tavistock pour rejoindre le Massachusetts Institute of Technology (MIT) afin de créer un centre de recherche sur la dynamique de groupe. Aux États-Unis aujourd'hui, Levine est considéré comme le fondateur de la "psychologie sociale".

En 1948, ce centre a quitté le MIT pour s'installer à l'Université du Michigan, où il est devenu un Institut de recherche sociale, et a continué à mener des expériences psychosociales et à utiliser la psychologie de masse. À cette époque, la clinique Tavistock d'origine était devenue partie intégrante du Service national de santé britannique.

En 1947, le Tavistock Institute a été enregistré à Londres en tant qu'organisme de bienfaisance et a commencé à développer et à diffuser des modèles interdisciplinaires de relations de groupe et des formations en gestion, administration et politique sociale.

Promouvant la créativité et la politique organisationnelle, Tavistock est resté une organisation de renseignement influente associée au MI6, à la CIA, aux scientifiques allemands du Paperclip, à la Fondation Rockefeller et à d'autres structures similaires.

La relation avec les communications interpersonnelles et de groupe est restée son objet d'étude fondamental, comme le fondateur de la clinique Tavistock lui-même, John Rawlings Rees (photo), l'a exprimé en déclarant : "...la vie publique, la politique et l'industrie doivent être au centre de notre sphère d'influence (...) si nous devons infiltrer les activités professionnelles et sociales des autres, je pense que nous devons imiter les totalitaires et organiser une activité de cinquième colonne ! Nous devons faire en sorte que cette idée guide toutes les activités avec l'enseignement dans tous les domaines de la nation (...), pour cela nous avons lancé une attaque pour contrôler un certain nombre de professions. Les deux plus faciles sont, naturellement, la profession d'enseignant et l'Église ; les deux plus difficiles sont la jurisprudence et la médecine...".

Il faut noter que Rees, ainsi qu'un autre employé de la clinique elle-même, Henry Dix, ont rendu visite à Rudolph Hess à plusieurs reprises dans une prison secrète après son débarquement et sa capture en Ecosse.

Un exemple actuel de manipulation et d'utilisation des méthodes d'influence de Tavistock est l'annonce de la cinquième conférence caribéenne sur les relations de groupe, "Organisations, cultures, frontières : explorer un nouveau leadership dans un monde en réseau", prévue pour novembre 2022, qui est annoncée comme "...un espace pour explorer comment nos cultures, nos organisations et les frontières que nous avons créées peuvent être adaptées pour promouvoir le leadership visionnaire essentiel à ces relations en réseau...".

Bien que le site du Tavistock Institute semble un peu différent des autres centres éducatifs occidentaux, il faut garder à l'esprit sa riche expérience passée. Toutes les informations ne sont pas accessibles au public. Il est connu que les méthodes de propagande du féminisme, de l'homosexualité, de la consommation de drogues, etc., ont également été scrupuleusement élaborées par l'institut lui-même et que les organisations de ce type occupent leurs propres niches dans le domaine de la politique, de l'économie et des relations internationales.

La promotion du libéralisme économique, par exemple, a été réalisée par le Centre for Policy Studies, qui est souvent considéré comme un lobby (politique).

Le Centre de politique étrangère, fondé en 1998 par Robin Cook (photo), alors ministre des Affaires étrangères, se concentre sur les questions de stratification sociale, de sectarisme politique et de contradictions dans diverses sociétés.

À première vue, elle peut sembler s'intéresser à l'identification des problèmes et à leur résolution. Mais en analysant attentivement ses publications, il apparaît que ses analystes recherchent délibérément les vulnérabilités des autres pays afin de les manipuler d'une manière ou d'une autre à leur avantage. Une série importante de rapports et de publications sur le site web du centre sont en langues russe et kirghize.

La Fabian Society est la plus ancienne organisation maçonnique encore active qui se reconnaît comme un groupe de réflexion. Politiquement, les Fabiens appartiennent au spectre de la "gauche". La London School of Economics et le magazine New Statesman sont leurs créations.

Ce magazine est connu pour sa russophobie, comme en témoigne un article paru le 25 juillet 2022, qui affirme que "...la Russie utilise des images émouvantes d'enfants pour légitimer sa guerre contre l'Ukraine et oriente la désinformation vers les enfants eux-mêmes...". Les auteurs collectent soigneusement toutes les données sur les événements qui se déroulent en Russie en rapport avec l'éducation patriotique et construisent des infographies pour justifier en quelque sorte leurs fantasmes.

On sait beaucoup de choses sur l'école d'économie de Londres (notamment le fait qu'elle est la fondatrice de l'université nationale "High School of Economics"), mais il convient d'ajouter qu'elle est également engagée dans la promotion de la sodomie.

La Henry Jackson Society est une autre entité qui promeut les idées de la démocratie libérale et soutient des institutions telles que l'OTAN. Elle dispose de son propre centre de médias et de son propre département de recherche, qui se consacre à la diffusion de la propagande et à la promotion de textes pseudo-scientifiques fantaisistes.

Dans l'une de ses récentes publications, elle donne toute une explication sur: "...comment la Russie mène une guerre hybride contre la Grande-Bretagne..." et dans une autre de ses sections, on peut trouver une sélection de fake news typiques, la plupart consacrées à la Russie.

Il existe également des projets internationaux mis en place par la Grande-Bretagne, par exemple la Pilgrims Society, organisée en 1902 pour renforcer les liens britannico-américains. Plus récemment, elle comptait parmi ses affidés Margaret Thatcher, Henry Kissinger, Caspar Weinberger, Paul Volcker, George Schultz et d'autres politiciens célèbres des deux pays. Les conspirateurs estiment que c'est ce partenariat qui a jeté les bases de l'État profond aux États-Unis et qui, en outre, a pu transformer l'impérialisme britannique classique en une hégémonie mondiale des entreprises.

Cependant, il n'est pas nécessaire de se livrer à des théories du complot, car ces structures et lobbies sont constamment entendus et exposés par des médias indépendants ou concurrents. Dans les recherches sur le lobbying des entreprises et son implication dans la déformation des faits, on peut trouver de nombreux dossiers sur la façon dont les magnats éliminent toutes sortes d'obstacles sur leur chemin, généralement par des méthodes et des procédures non démocratiques.

On peut également voir comment certains "intouchables" au sein du gouvernement peuvent facilement mettre un terme aux enquêtes policières sur le crime organisé, les liens corrompus avec les francs-maçons, les assassinats politiques et les transactions frauduleuses, ainsi que camoufler les contacts des fonctionnaires avec les entrepreneurs et les groupes criminels.

De même, si nous prenons des individus isolés, nous pouvons constater l'importance, parmi les Britanniques, de l'activité déstabilisatrice de Sir Anthony Moncton, qui a travaillé pour les services de renseignement et le département diplomatique de la Grande-Bretagne, et qui a créé en 2015 le groupe de consultants "ViennEast".

Il existe peu d'informations à son sujet, comparé à ce que l'on sait de certains politiciens célèbres ou d'autres personnages peu recommandables qui vont d'un scandale à l'autre. Mais c'est lui qui développe la stratégie de décomposition sociale à travers les festivals de musique et la création de repaires sous forme de boîtes de nuit.

En Serbie, en particulier, pendant son service diplomatique, il a promu le lancement d'un festival annuel de trance et de musique électronique "Exit" à Novi Sad (Voïvodine), qui, plus que la musique, a promu dès le début les idées de "démocratie et de liberté". Maintenant, "Exit" est connu comme un lieu de propagande et de distribution de drogue. La publicité du festival a été activement reprise par les médias britanniques, et après un certain temps, "Exit" a commencé à en organiser dans d'autres pays des Balkans et dans d'autres villes de Serbie. En d'autres termes, le modèle d'exécution a commencé à être reproduit ailleurs, sapant délibérément les valeurs traditionnelles et un mode de vie sain.

Maintenant, Moncton pousse l'agenda géopolitique des atlantistes en Europe continentale. En même temps, il est membre du noyau européen traitant de la communication stratégique, des relations gouvernementales et de la géopolitique.

Si l'on se penche directement sur les projets du gouvernement de Londres liés à la manipulation de l'information, il convient de noter que le gouvernement britannique a récemment investi plus de 82 millions de livres sterling dans des projets médiatiques dans une vingtaine de pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale. Ce financement a été géré par le Fonds intergouvernemental pour les conflits, la stabilité et la sécurité (CSSF), dont l'objectif déclaré est de "...prévenir l'instabilité et les conflits qui menacent les intérêts du Royaume-Uni...".

Parmi ses objectifs figurait la réalisation d'un projet ouvertement anti-russe, le soi-disant "Programme de lutte contre la désinformation et de développement des médias de masse". Ce programme est disposé sur toute la longueur de la frontière occidentale de la Russie, des pays baltes à l'Europe centrale et orientale, bien qu'il ne soit pas mentionné dans ses documents politiques qu'il est dirigé contre un pays spécifique.

Le projet a débuté en 2016 et s'appelait à l'origine "Langue russe". Mais il ressort clairement de ses propres documents que le Royaume-Uni "travaille avec un certain nombre de partenaires pour améliorer la qualité des médias d'État et indépendants en langue russe". Plus tard, d'autres médias dans différentes langues ont été inclus.

Le soutien aux bénéficiaires comprenait un "mentorat avec les médias britanniques", des "conseils en programmation" et une "coproduction financée". Le programme était géré par le ministère britannique des Affaires étrangères, mais ce dernier a refusé de fournir toute information suite aux demandes officielles.

Toutefois, des documents publiés appartenant au ministère britannique des Affaires étrangères signalent l'existence de relations entre plusieurs organisations non gouvernementales et des citoyens russes avec de telles fondations britanniques et indiquent les montants alloués aux différents projets.

Pour un certain nombre d'entre eux, les exécutants comprennent à la fois des structures britanniques telles que le Royal Institute of United Services et Chattam House, ainsi que d'autres organisations étrangères, comme le European Leadership Network, qui a dirigé le projet sur les relations Russie-OTAN.

Il s'agit d'un projet qui ressemble à un tonneau à double fond, c'est-à-dire qu'il sert d'une part au recrutement d'agents pour mener certaines actions à l'intérieur de la Russie, et d'autre part au recrutement en Russie de professionnels compétents pour le marché du travail britannique, c'est-à-dire à la fuite des cerveaux.

En 2021, une série de documents a été divulguée, montrant l'implication de Reuters et de la BBC dans des programmes secrets du ministère britannique des Affaires étrangères visant à "changer les attitudes" et à "affaiblir l'influence de l'État russe".

Au départ, le Foreign Office et le Foreign & Commonwealth Office (FCO) du Royaume-Uni ont parrainé Reuters et la BBC pour réaliser une série de programmes secrets visant à promouvoir un changement de régime en Russie et à saper le gouvernement constitutionnel.

Les documents divulgués montrent que la Fondation Thomson, Reuters et BBC Media Action se sont engagés dans une guerre de l'information secrète visant à contrer la Russie. Travaillant par le biais d'un département fantôme au sein du FCO britannique, connu sous le nom de Counter Disinformation & Media Development (CDMD). Tous ces médias ont agi en collaboration avec un groupe d'agents de renseignement au sein d'une organisation secrète connue sous le nom de "Consortium".

Par le biais de programmes de formation pour les journalistes russes supervisés par Reuters, le ministère britannique des Affaires étrangères a cherché à provoquer un "changement d'attitude des participants", cherchant à construire une "opinion positive" dans leur "perception du Royaume-Uni".

Les entrepreneurs des services secrets britanniques qui supervisaient l'opération, sous le nom commun de Zinc Network, se sont vantés d'avoir établi un "réseau de youtubers en Russie et en Asie centrale", tout en "s'arrangeant pour que les participants reçoivent des paiements internationaux sans avoir l'air de les recevoir de sources de financement étrangères". Il était également envisagé de créer une capacité à "activer une gamme de matériels" pour soutenir les manifestations antigouvernementales à l'intérieur de la Russie. En d'autres termes, l'objectif était de créer des cellules dormantes à activer en cas de besoin.

Un autre projet-cadre est l'"Initiative pour l'intégrité", qui présente un réseau international de politiciens, de journalistes, de scientifiques, de chercheurs et d'officiers des forces armées qui ont été impliqués dans des campagnes de propagande très suspectes et souvent secrètes financées par le ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO), l'OTAN, Facebook et les structures de sécurité nationale.

L'un des documents le qualifie de "réseau de réseaux" et il est supervisé par un groupe d'experts britanniques associés à une entité initialement largement inconnue, l'Institute for Statecraft, qui est enregistrée en Écosse. Toutefois, le bureau de représentation de l'Institut est situé sur le front de mer dans le quartier de Two Temple Place à Londres.

Il est intéressant de noter que cet endroit, connu sous le nom de "Temple", est rempli de bureaux d'avocats et servait autrefois de refuge aux Templiers. Par ailleurs, juste à côté se trouve le célèbre Institut international d'études stratégiques, et ce n'est pas une simple coïncidence.

Enfin, une organisation interdite en Russie, "Bellingcat", compte plusieurs spécialistes britanniques dans sa structure. Par exemple, le chercheur principal Nick Waters a travaillé pendant trois ans en tant qu'officier de l'armée britannique, dont un détachement en Afghanistan, où il a contribué à la réalisation des objectifs de l'État britannique dans la région. Peu après avoir quitté le service actif, il a été recruté par Bellingcat pour mener des "enquêtes impartiales au Moyen-Orient".

Les antécédents de l'ancien employé Cameron Colcuhoun, qui a travaillé pendant 10 ans à un poste de direction au GCHQ (la version britannique de l'Agence nationale de sécurité américaine), où il a dirigé des opérations cybernétiques et antiterroristes au Moyen-Orient, sont encore plus suspects. L'Écossais est spécialisé dans la sécurité dans cette région et est également qualifié par le Département d'État américain.

Cependant, rien de tout cela n'a été révélé par Bellingcat, qui s'est contenté de le qualifier de directeur général d'une société de renseignement privée qui "mène des recherches éthiques" pour des clients du monde entier. Il est clair que ce genre d'incohérence prive les lecteurs des informations clés qu'ils doivent connaître, alors qu'ils construisent leurs propres jugements sur les histoires qu'ils ont lues.

Tous ces faits démontrent une fois de plus l'importance d'un contrôle continu et d'une analyse détaillée des structures gouvernementales britanniques, des fondations et des personnes qui y sont associées.

C'est important non seulement pour la Russie, mais aussi pour la région d'Amérique latine, où la Grande-Bretagne a depuis longtemps ses propres intérêts, y compris la subversion, comme le projet de nation Mapuche, qui menace l'intégrité territoriale et la souveraineté du Chili et de l'Argentine.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter