12/01/2023 legrandsoir.info  18 min #222240

Article de D.a. Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité russe, paru dans Rossiyskaya Gazeta, sur les résultats de l'année 2022, qui ont changé l'ordre mondial.

décembre 2022 - traduction automatique du Russe via Deepl.com

Extraits :

(...)

Il est désormais clair que dans les relations des États indépendants et souverains avec le monde anglo-saxon dans la configuration actuelle, il ne peut être question de confiance, d'espoir dans l'honnêteté des partenaires, dans leur fidélité à leur parole et même à leurs propres principes magnifiquement énoncés. Hélas, mais il n'y a personne avec qui parler et négocier en Occident, rien à dire et aucune raison de le faire. Ce sont les événements de l'année dernière qui ont annulé la possibilité même d'un dialogue digne de confiance et respectueux avec les représentants de ce "pôle" mondial. La seule chose qui reste est la stupéfaction : ces gens se considèrent-ils sérieusement comme des leaders mondiaux, ont-ils un droit sur quelque chose de global et rêvent-ils de dicter leur volonté aux autres ? Sur quelles bases, s'ils se sont discrédités, se sont inscrits dans l'impuissance, ont menti, se sont vautrés dans les problèmes ?

Les actions et les actes des dirigeants occidentaux actuels et anciens sont frappants par leur cynisme calme et direct. Comme l'a récemment admis l'ancienne chancelière allemande, les accords de Minsk, signés en 2014, n'étaient qu'un paravent pour masquer les véritables intentions de l'Occident. Ils ont été conçus pour "donner à l'Ukraine le temps de se renforcer" et de développer sa puissance militaire. C'est-à-dire qu'ils ont été conçus à l'origine pour préparer une guerre sanglante. Ce que les néo-nazis de Kiev ont fait - avec la pleine complicité ou l'aide directe des "Européens civilisés". Malheureusement, nous avons ensuite fait confiance à nos partenaires, sans nous attendre à ce qu'ils trahissent directement et travaillent ouvertement à la destruction de notre pays. Je me souviens bien de la réunion du Conseil OTAN-Russie au plus haut niveau qui s'est tenue à Lisbonne en 2010, à laquelle j'ai participé en ma qualité de président de la Fédération de Russie. Les membres de l'alliance nous ont alors assuré que nous n'étions pas une menace les uns pour les autres et que nous étions prêts à travailler ensemble pour la sécurité commune de l'Euro-Atlantique. L'expansion de l'OTAN vers l'est et les préparatifs de confrontation, voire de guerre avec la Russie, n'ont pas cessé un seul instant. Un flot incessant de mensonges cyniques.

Une crise générale de confiance dans les pays dits développés et les institutions juridiques qu'ils ont créées est également évidente. Les principes fondamentaux des relations juridiques peuvent facilement être mis au rebut au profit d'intérêts politiques. Comme l'inviolabilité de la propriété privée et la règle du droit international. Les politiciens occidentaux qui ont bafoué la loi tentent de confisquer les avoirs russes "sans procès", c'est-à-dire de les voler tout simplement. Et des régimes de sanctions contre nous et nos alliés sont imposés d'un trait de plume par des fonctionnaires de Washington à courte vue et leurs vassaux européens. C'est le signal final à tous les autres pays : aucune affaire ne peut être menée avec le monde anglo-saxon à partir de maintenant. Comme un voleur, un escroc, un tricheur de cartes dont on peut attendre n'importe quoi.

Nous pouvons oublier des relations normales avec l'Occident pour des années, voire des décennies, à venir. Ce n'est pas notre choix. Nous nous passerons d'eux maintenant, jusqu'à ce qu'une nouvelle génération de politiciens sensés arrive au pouvoir là-bas. Nous serons prudents et vigilants. Nous développerons des relations avec le reste du monde. Heureusement, il est vaste et nous traite bien.

(...)

L'année 2022, ainsi qu'au moins huit années précédentes, si l'on remonte au "printemps de Crimée", s'est écoulée sous le signe d'une russophobie sauvage et irrationnelle croissante dans le monde occidental. Une nouvelle poussée aiguë de cette maladie infectieuse en Occident s'est produite ces dernières années.

Elle a coïncidé en partie avec la pandémie d'une infection véritablement mortelle - le coronavirus -, avec le déclin de l'économie mondiale, la rupture des liens entre les États, la crise logistique et l'aggravation des problèmes sociaux. Dans une mesure encore plus grande, d'autres tendances négatives, qui étaient déjà évidentes sans aucune pandémie, ont eu un impact encore plus important. Pour éviter d'être tenu responsable de ses propres échecs évidents, il fallait ressusciter un ennemi majeur. Pour rallier les rangs contre elle, et par la même occasion se débarrasser des partenaires indécis ou dissidents. C'est exactement ce que le monde occidental a fait. D'autant plus qu'un septième du territoire l'importunait déjà fortement par son développement. Elle a grandi, s'est renforcée, n'a pas écouté les "bons conseils" et a persévéré sur sa propre voie, qui a été couronnée de succès.

Afin de servir ses "maîtres" et dans son propre esprit, le régime de Kiev cherche désespérément à "interdire" non seulement tout contact de ses citoyens et de ses entreprises avec la Russie. Mais aussi tout "esprit russe", toute culture russe - même celle qui est devenue à juste titre un classique mondial. En Ukraine, les monuments aux écrivains et aux généraux russes sont démolis et les rues de Pouchkine portent le nom de l'ordure Bandera. Ils proscrivent la langue russe dans les écoles et dans la vie quotidienne et mettent les livres russes au pilori. Quelle écriture familière - il ne manque que les camps de concentration et la "Kristallnacht". Gogol, Boulgakov, Malevitch, Akhmatova, Vernadsky, et même Lesya Ukrainka ou Taras Shevchenko doivent se retourner dans leur cercueil. Tout cela s'accompagne de convulsions hystériques de propagande et d'appels à "punir" la Russie obstinée par tous les moyens.

L'Occident souffre alors d'une "amnésie" cynique et non médicale, ainsi que d'une perte partielle de l'"ouïe" et de la "vision". Ce qui s'est fait et se fait encore sur les territoires contrôlés par la racaille nazie, en uniforme avec une croix gammée sur la manche, est traité avec un silence "délicat", donnant par avance une indulgence à ces scélérats pour toutes les tortures et les meurtres passés et, surtout, futurs. Mais que peut-on attendre de certains pays européens qui, à un moment donné, ont donné naissance au national-socialisme et au fascisme ! Ce sont eux qui sont aujourd'hui responsables de la renaissance de l'idéologie nazie. Apparemment, les douleurs fantômes de la grandeur perdue de la classe politique de ces pays ne peuvent être soulagées par les médicaments du temps. Bien que les forces au pouvoir là-bas se disent de gauche ou chrétiennes, elles sont en réalité les véritables héritiers de la cause du NSDAP et du Partito Nazionale Fascista. Et tôt ou tard, ils répondront de ceux qu'ils ont nourris de leurs mains.

Nous avons déjà vécu ce genre de choses à plusieurs reprises. Chaque chronique a sa propre histoire, d'autant plus que la russophobie sale a des racines profondes. Nous devrions nous souvenir non seulement du vingtième, mais aussi du dix-neuvième siècle, lorsque l'hystérie anti-russe faisait également rage dans le monde. Celle que F.I. Tyutchev qualifiait de "déchaînér". Permettez-moi de rappeler une fois de plus ses paroles prophétiques : "On a tout simplement offert à la Russie un suicide, un reniement du fondement même de son être, une reconnaissance solennelle qu'elle n'est rien d'autre au monde, qu'un phénomène sauvage et laid, qu'un mal qui exige une correction...".

(...)

Comme l'a récemment noté V.V. Poutine, notre monde est entré dans une période de transformation révolutionnaire, et celle-ci est fondamentale par nature. De nouveaux centres de développement se forment, qui représentent la majorité de la communauté mondiale et sont prêts non seulement à déclarer leurs intérêts mais aussi à les défendre.

Ce qui se passe est une conséquence directe de la crise systémique en Occident, surtout aux États-Unis. Il ne s'agit pas seulement d'un ralentissement de la croissance économique et du progrès technologique ou d'une crise de tous les systèmes de gouvernance. Le problème est plus large que cela. On assiste à un effondrement idéologique et philosophique global de la vision du monde et du modèle d'ordre mondial occidental. Dans les réalités d'aujourd'hui, cela est particulièrement tangible.

Au début des années 1990, le célèbre publiciste américain Fukuyama s'est empressé de proclamer la venue de "la fin de l'histoire" comme une série continue de guerres et d'affrontements des deux systèmes mondiaux, l'Ouest libéral et l'Est communiste. Avec la mort de l'URSS, croyait-il, la bataille était terminée. Mais la prédiction de Fukuyama a échoué lamentablement. Les rêves occidentaux d'un monde unipolaire où ils pourraient régner sans partage et dicter leur volonté ne se sont pas réalisés. En outre, dans les conditions actuelles, l'Occident est incapable d'offrir au monde de nouvelles idées capables de faire avancer l'humanité, de résoudre les problèmes mondiaux et d'assurer la sécurité collective. Une curieuse métamorphose est en train de se produire. Autrefois, l'expression "rideau de fer" désignait un blocus de pays indésirables ou de leurs associations, qu'il fallait isoler d'une manière ou d'une autre du reste de la société mondiale. Il est maintenant évident que le monde occidental se transforme progressivement en une forteresse assiégée, dont il ferme complètement les entrées avec des murs (qui sont d'ailleurs souvent bien réels), des serrures et des bétons de l'intérieur. Il s'enferme dans une cage alors que le reste du monde vit en paix dans la nature. Bon débarras pour lui. Laissez-le vivre dans une réserve.

Pendant ce temps, le système économique mondial s'enfonce de plus en plus dans l'incertitude, une crise aux proportions sans précédent. Même la tempête financière de 2008-2009 a été surmontée relativement rapidement par les pays développés. Mais aujourd'hui, la situation est fondamentalement différente. L'inflation aux États-Unis et dans la zone euro atteint littéralement le "fond" des prévisions pessimistes : 8-10%, respectivement, et une croissance du PIB de 2%. Sans parler de toutes sortes d'outsiders d'Europe de l'Est ou des pays baltes, où l'inflation dépasse les 20%.

On ne peut que compatir avec le citoyen moyen des pays de l'UE. Vous ne pouvez pas réchauffer leurs maisons avec des slogans enflammés de solidarité avec l'Ukraine ou les verser dans le réservoir d'essence de leurs voitures. Toutes les "sanctions infernales", les blocus et autres restrictions sont supportés par les épaules de ceux qui doivent maintenant payer des factures folles de services publics ou de carburant. Accueillir des réfugiés ukrainiens et leur céder des emplois. Endurer crise après crise à cause de nos propres politiciens qui ignorent les questions : à quoi sert toute cette agonie ? Qui est le plus mal loti à la fin ? Pourquoi l'Amérique est-elle le seul gagnant relatif, comme d'habitude ? Leurs citoyens comprennent que la pauvreté et l'incertitude sont des phénomènes à long terme. Et ce n'est pas une partie de plaisir : des reportages sur les manifestations de rue apparaissent quotidiennement sur les fils d'actualité de l'Europe.

Le principal problème est que l'Occident est en train de détruire de ses propres mains les principes fondamentaux de l'économie de marché - sans lesquels on peut oublier leur développement et le partenariat avec quiconque. Les interdictions sans fin et les exceptions aux règles communes, notamment dans le commerce des produits pétroliers, ont déjà créé une énorme zone grise sur le marché mondial, où les transactions se font sans tenir compte des puissants. Sous la pression des politiciens, de nouvelles règles sont introduites dans la sphère financière, et les entreprises sont une fois de plus contraintes de trouver des solutions de contournement pour les règlements.

Je ne parle même pas du blocus technologique et informationnel, qui vise à limiter l'accès aux hautes technologies à tous les concurrents potentiels des États-Unis. Il est évident que les États qui ont fait l'objet, à des degrés divers, de sanctions ou de restrictions illégales de la part de Washington et d'autres pays occidentaux tenteront de contourner toutes ces interdictions. Agir tranquillement ou, au contraire, de manière provocante, en faisant fi des règles internationales, en faisant fi de tout intérêt des pays développés, y compris en leur refusant la protection de leur propriété intellectuelle. Nous devons encore apprendre tout cela. Et la décence traditionnelle, une fois que les sanctions illégales et totalement abjectes ont été imposées à notre pays, ne devrait plus nous limiter en aucune façon dans le choix de notre défense. Y compris toute utilisation des droits et des biens des entités économiques de pays hostiles. Nous avons le droit de faire de leurs biens ce que nous jugeons acceptable selon notre loi.

Nous devrions appeler les choses par leur nom : les États-Unis professent un néocolonialisme dont la licence ferait rougir même R. Kipling et son attitude d'"homme blanc". Ils essaient toujours de prétendre que le monde entier est leur colonie, de dicter les conditions, de se comporter sans tenir compte du droit et de la moralité, de piller à chaque pas. Prenez, par exemple, la situation autour de l'"accord sur les céréales", qui a littéralement enrichi les grandes entreprises américaines qui ont acheté les terres agricoles de l'Ukraine. Et pourtant, l'objectif déclaré de prévenir la famine dans les pays les plus pauvres, vers lesquels des céréales et des engrais sont exportés depuis la Russie et l'Ukraine (au final, seuls 3 à 5 % de ces cargaisons leur parviennent), n'a jamais été atteint. C'est encore pire pour les pays où les États-Unis ont cherché à établir un ordre prétendument libéral et démocratique. Cela se termine toujours, sinon par des coups d'État sanglants, du moins par une crise systémique profonde et un déclin dans tous les domaines. La Libye, l'Irak, la Syrie, l'Afghanistan sont les victimes les plus amères de l'"œuvre missionnaire démocratique" américaine... Les tensions géopolitiques sont en constante augmentation.

Les États-Unis n'ont pas encore perdu l'habitude de faire des affaires dans leur style primitif préféré de cow-boy : "si vous n'aimez pas la façon dont la table est mise, renversez-la". Mais à chaque fois, ils se heurtent à une résistance de plus en plus grande de la part de ceux qui ne veulent pas se conformer. La Chine, l'Inde et le Moyen-Orient consolident leurs positions sur le marché mondial. L'Amérique latine et l'Afrique ne veulent absolument pas se soumettre aux diktats américains. La Russie a suffisamment de partenaires et de personnes partageant les mêmes idées sur ces continents, avec lesquels nous sommes actuellement engagés dans un dialogue intensif. À la fin de cette année, j'ai eu plusieurs entretiens avec les dirigeants d'un certain nombre de ces États. Et chacun de mes interlocuteurs a invariablement confirmé son rejet des méthodes par lesquelles Washington et ses alliés opèrent sur la scène mondiale.

Comprenant cela, les Etats-Unis et l'OTAN multiplient de nombreuses structures "parapluie" pour se rassembler autour des "bonnes" fondations. C'est le cas du Partenariat oriental, de la Plate-forme Crimée, d'AUKUS et d'autres. Dans le même temps, les contradictions des alliés sont visibles à l'œil nu : Washington et Londres utilisent la situation en Ukraine pour affaiblir l'Europe et son secteur industriel, pour réduire l'influence économique de l'Allemagne et la puissance militaire de la France. Il s'agit également de creuser un fossé entre la Chine et les membres de l'Union européenne, de faire échouer les projets de partenariat à long terme (et rentable) de ces pays avec des structures et des alliances interétatiques qui ne sont pas dans l'orbite de l'influence américaine.

Dans l'ensemble, les intérêts de presque tous les grands États occidentaux sont aujourd'hui contradictoires, même s'ils assurent ardemment le contraire à l'opinion publique et créent une apparence d'unité. Comme l'a écrit N.M. Karamzin, bien qu'à une époque très différente, "ces géants, poussés par l'agitation intérieure de l'esprit, cherchent du difficile au plus difficile, ruinent les gens et, en récompense de ceux-ci, demandent à être appelés grands". Mais tôt ou tard, les alliances des grands et puissants pays de l'Ouest cesseront d'exister. Les frictions abondent encore aujourd'hui, même face à l'"ennemi commun", traditionnellement désigné comme la Russie. Il pourrait y avoir plusieurs options pour les développements futurs. Très probablement, plusieurs macro-régions émergeront dans le monde, chacune avec ses propres règles internes et sa propre logique de développement, mais généralement enclines au partenariat et au dialogue, plutôt qu'à la confrontation. Et l'ensemble du système des relations internationales deviendra non seulement multipolaire, mais aussi multiforme, sur la base des principes de non-ingérence bienveillante. Cela affaiblira considérablement l'influence des grandes structures internationales. Mais elle renforcera également la sécurité de ces macro-régions, ce qui constitue un avantage évident.

Certains des États européens tenteront de préserver leur indépendance au mieux de leurs capacités. Un autre sujet est de savoir comment des pays comme la Pologne, exemple de colère impuissante et de russophobie rare et enragée, de dépendance et de contrôlabilité, vont se sortir de leurs propres pièges. Même dans ce pays, il est déjà reconnu que le recours à une confrontation sans fin avec la Russie a conduit Varsovie dans une voie sans issue. Un politicien local a récemment fait remarquer avec une ironie amère : "Les Polonais détestent la Russie plus qu'ils n'aiment la Pologne". Les États baltes se sont également mis dans la position la plus stupide. L'étroitesse d'esprit provinciale, la grossièreté, l'attitude de laquais voleurs sont leur style politique, qui fait même reculer le reste de l'Europe. Selon toute vraisemblance, les explosions sociales dans ces États conduiront à un changement de pouvoir inévitable dans un avenir proche.

Le nouveau monde sera prêt à coopérer avec l'Occident, mais uniquement sur la base des principes d'égalité et de respect mutuel. Il faudra de la force et de la volonté politique pour ne pas craquer dans cette confrontation. Et cette confrontation va durer très longtemps. Mais en tout état de cause, les Etats souverains n'acceptent plus les tentatives de leur imposer les principes d'un ordre mondial taillé sur mesure pour les Américains. Une prise de conscience claire de cette vérité est également l'un des résultats de l'année dernière.

La rivalité féroce entre l'Occident et le reste du monde ne cessera de croître. Les contradictions entre les récents alliés du bloc anti-russe vont également s'intensifier. À l'avenir, on assistera à un changement progressif des modèles économiques et énergétiques dans ces pays. De nouvelles monnaies de réserve vont apparaître. La Russie devra prendre sa propre place dans le nouveau monde, en s'appuyant sur de nouvelles règles de partenariat et de coopération avec les États amis. Et de tout mettre en œuvre pour assurer sa sécurité, son indépendance et sa souveraineté dans des domaines clés, de la finance à la science.

Il n'y aura pas encore d'apocalypse.

"Le monde est dangereux non pas parce que certaines personnes font le mal, mais parce que certaines personnes le voient et ne font rien", écrivait en son temps le grand physicien Albert Einstein. Un scientifique et un humaniste qui a trouvé impossible de rester dans les mêmes limites que les nazis d'Hitler. Et - en tant que brillant analyste - bien avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il a pressenti son approche et l'a déclaré publiquement. Einstein et bien d'autres n'ont pas été écoutés à l'époque. La "prémonition de la troisième guerre mondiale" ou même son début (comme l'a fait récemment le pape François) est maintenant évoquée par beaucoup. Il en va de même pour la seconde venue du nazisme en Europe. Mais, hélas, avec le même effet.

À la fin de l'année 2021 et au début de l'année 2022, la situation s'est aggravée au point d'atteindre le point le plus critique, après quoi la catastrophe mondiale se produira. L'Occident collectif, représenté par les États-Unis d'Amérique et ses alliés européens, fait de son mieux pour soutenir le régime dément de Kiev. Elle l'approvisionne en armes, forme des mercenaires et verse d'énormes sommes d'argent dans le budget de cet État imprévisible et corrompu.

L'Occident est-il prêt à déclencher une guerre totale contre nous, y compris une guerre nucléaire, aux mains de Kiev ? Les politiciens occidentaux détournent les yeux et hésitent à répondre honnêtement. Mais demandez aux habitants d'Energodar, près de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, qui a fait l'objet de tirs ciblés et a failli toucher des représentants de l'AIEA avec des éclats perdus. Les bombardements continuent jusqu'à ce jour. Prenez les déclarations des cannibales défoncés au cannabis de Kiev. Ce sont des comédiens bouffons qui sont tout simplement incapables de prendre conscience de l'ampleur de leur responsabilité dans la vie des gens dans le monde réel. Rappelez-vous les fusillades et les tortures à Kherson et ailleurs.

Néanmoins, même face à des menaces aussi graves, la Russie a souligné plus d'une fois ou deux : nous ne combattons pas le peuple ukrainien, mais la racaille nazie de Kiev qui a pris le pouvoir par un coup d'État. Nos ennemis, quant à eux, ne sont pas avares d'argent - sur leur conscience (bien que ce mot ne s'applique guère à eux), il y a des milliers de maisons détruites, de vies ruinées, de réfugiés et de personnes démunies. Ainsi, toute négociation avec les dirigeants ukrainiens actuels, fantoches, est totalement inutile depuis l'année dernière, comme je l'ai écrit dans mon article publié fin 2021.

La seule chose qui arrête nos ennemis aujourd'hui est de comprendre que la Russie sera guidée par les principes fondamentaux de la politique d'État de la Fédération de Russie dans le domaine de la dissuasion nucléaire. Et il agira en conséquence s'il y a une réelle menace. Le problème est que dans ce cas, personne ne décidera par la suite s'il s'agit d'une grève de représailles ou d'une grève préventive. Cela effraie bien sûr les bienfaiteurs occidentaux, qui ont longtemps inculqué à la populace politique ukrainienne l'illusion de l'invulnérabilité et de l'impunité en échange d'une obéissance totale. C'est pourquoi le monde occidental balance entre le désir ardent d'humilier, d'offenser, de démembrer et de détruire la Russie autant que possible d'une part, et le désir d'éviter une apocalypse nucléaire d'autre part.

De nouveaux accords de désarmement sont irréalistes et inutiles pour le moment. Plus vite nous obtiendrons des garanties de sécurité maximales adaptées à notre pays, plus vite la situation se normalisera. Si nous ne les obtenons pas, les tensions se poursuivront indéfiniment. Le monde continuera de vaciller au bord d'une troisième guerre mondiale et d'une catastrophe nucléaire. Nous ferons tout pour l'empêcher.

(...)

Dmitry Medvedev,
Vice-président du Conseil de sécurité, Président du parti politique russe RUSSIE UNIE

»»  scrf.gov.ru

 legrandsoir.info

 Commenter