Iran : Les réalisations de l'économie de la résistance

par Leonid Savin

De nombreux médias parlent de l'efficacité des drones iraniens sur les lignes de front dans l'ancienne Ukraine. L'agenda officiel parle également de plus en plus de visites de délégations officielles ou d'intérêt pour une interaction à parfaire dans une industrie ou une autre. À la mi-décembre, j'ai effectué un voyage assez long en Iran, où j'ai pu voir les dernières réalisations de ce pays, par le biais de réunions et d'entretiens approfondis, afin d'évaluer la coopération bilatérale et les perspectives d'interaction future entre la Russie et l'Iran.

Je commencerai par des impressions subjectives. La dernière fois que je me suis rendu en Iran, c'était en mai 2017. Dans l'intervalle, il y a eu certains changements qui sont frappants. Tout d'abord, la procédure d'entrée dans le pays est devenue beaucoup plus facile. Il m'a fallu dix minutes pour obtenir un visa à l'aéroport et payer les frais. Il était donné sur un petit morceau de papier qui était présenté au guichet de contrôle avec mon passeport. Aucun timbre n'a été apposé sur le passeport. De nombreux immeubles haut de gamme ont vu le jour à Téhéran. Des immeubles de grande hauteur ont été construits partout, surtout dans le quartier nord. Le métro a été agrandi. En fait, une ligne secondaire vers l'aéroport international Imam Khomeini a été achevée, ce qui rendra la logistique beaucoup plus facile. Il y a beaucoup de trafic aux heures de pointe, ce qui est dû à l'infrastructure de la capitale, qui a été étendue de manière plutôt chaotique.

Quant aux manifestations, dont les médias occidentaux parlent tant et constamment, elles n'existent tout simplement pas. La soi-disant « crise du hijab », qui s'est produite après la mort d'une jeune fille kurde, n'est qu'une autre tentative de l'Occident de provoquer une révolution de couleur. En effet, il y a eu des tentatives d'émeutes dans un certain nombre de villes, et même des protestations ont eu lieu à Téhéran. Mais maintenant, tout est plutôt calme. Quant au hijab : à Téhéran, vous voyez régulièrement des filles et des femmes la tête découverte dans toutes sortes d'endroits - dans la rue, dans les cafés, les musées et les parcs, dans les bazars et les magasins. Bien sûr, personne n'est autorisé à entrer dans une mosquée sans foulard. Mais dans d'autres lieux publics, les femmes se promènent tout à fait librement et ont l'air heureuses. Personne ne les arrête ou ne les réprime. Je dois ajouter que j'ai vu des femmes non seulement avec des cheveux blonds, mais aussi bleus, avec des lèvres gonflées au botox, des tatouages sur les paumes et le cou, et même des piercings au visage. Il n'y a donc rien qui cloche quant aux droits et aux libertés en Iran.

Imposer davantage de sanctions par l'Occident contre un certain nombre de responsables iraniens est devenu une procédure politique standard, où la mort d'une jeune fille kurde n'était qu'un prétexte de plus pour intervenir. Et combien de personnes ont souffert des actions de la police dans les villes d'Allemagne, de France, des États-Unis et d'autres pays occidentaux ? Qui a compté les victimes des actions arbitraires des autorités dans l'UE ? Combien de personnes ont été condamnées en toute innocence par le système judiciaire américain ? Et pourtant, personne n'impose de sanctions à l'encontre de ces pays car le concept de souveraineté implique la non-ingérence dans les affaires des autres États. Cependant, Washington et Bruxelles se croient autorisés à le faire. D'une manière générale, la stratégie de l'Occident à l'égard de l'Iran vise à changer complètement son système politique, et à cette fin, tous les mécanismes disponibles sont utilisés pour frapper la République islamique d'Iran de manière ciblée.

Dans le contexte des événements actuels, le 15 décembre 2022, l'Iran a été exclu de la Commission de la condition de la femme par le Conseil économique et social de l'ONU (28 voix pour, 8 contre, parmi lesquelles - la Russie, qui a remis en question la légitimité d'une telle décision, 16 voix se sont abstenues). Les responsables iraniens ont qualifié cette procédure de clownesque, soulignant les violations des droits de l'homme aux États-Unis, notamment à l'encontre de la population noire. Et les sanctions de l'UE contre l'Iran, que Bruxelles a récemment imposées « pour des violations des droits de l'homme et des livraisons de drones à la Russie », ont été évaluées comme un acte flagrant d'iranophobie. Le ministère iranien des Affaires étrangères a protesté, ajoutant que l'Occident suit un double standard en fermant les yeux sur ce qui se passe en Palestine, et que l'UE devra faire face à des conséquences si elle continue à faire de l'iranophobie.

Par ailleurs, l'Iran a également imposé des sanctions de rétorsion contre des responsables et des organisations de Grande-Bretagne, des États-Unis et de l'UE, y compris les médias, les ONG et diverses entreprises. Nous pouvons supposer qu'à l'avenir, l'Occident utilisera n'importe quel prétexte pour imposer de nouvelles sanctions. Par exemple, début décembre, dans la province du Sistan et Baloutchistan, l'imam sunnite Moulavi Abdulhaved Rigi a été enlevé et tué par des inconnus. Certains médias occidentaux tentent déjà de présenter cette affaire pour montrer une sorte de culpabilité des autorités du pays, puisque la victime était un sunnite. Mais tout le monde souffre des activités des bandits et des terroristes (dont la plupart sont délibérément créés par les services spéciaux occidentaux pour déstabiliser la situation dans le pays), indépendamment de la religion et de l'identité sociale. Le Corps des gardiens de la révolution islamique a récemment affirmé avoir empêché la tentative d'assassinat de l'ayatollah Ahmad Alamolkhoda.

Passons maintenant aux réalisations de l'Iran. Selon le vice-ministre des routes et du développement urbain, Mohammad Muhammadi, la flotte d'avions civils de l'Iran a augmenté de 77 appareils et compte désormais 175 avions de ligne.

L'Iran figure également parmi les dix premiers pays producteurs d'acier. En 2022, le pays a produit 2,9 millions de tonnes au cours des dix premiers mois. De mars à octobre, le pays a exporté 5,9 millions de tonnes, soit une augmentation de 30% par rapport à la même période l'année précédente.

La capacité des terminaux pétroliers s'accroît. L'installation de stockage de pétrole de Hark, par exemple, prévoit d'augmenter les volumes à 4,2 millions de barils. Les exportations de minéraux et autres ressources minières de mars à novembre de cette année ont atteint plus de 30 millions de tonnes pour une valeur de 7,8 milliards de dollars. Les exportations de produits pétrochimiques ont augmenté de 30% et ont atteint 90 millions de tonnes. À propos, l'un des catalyseurs iraniens destinés à l'industrie pétrochimique est également fourni à la Russie. L'Iran produit 60 des 87 types de catalyseurs nécessaires.

La Chine représentait à elle seule 30% du commerce extérieur de l'Iran en 2022. Outre les produits pétrochimiques, la Chine achète activement de l'acier, des gaz liquéfiés (propane, butane), du méthanol, du polyéthylène, du bitume, des alliages, des noix, du safran et des produits en cuir. Les chiffres du commerce avec l'Afrique ont augmenté de 39%. Même avec les États-Unis, le commerce est en hausse de près de 15% par rapport à 2021, bien que les chiffres globaux soient inférieurs à ce qu'ils étaient en 2019. Pendant ce temps, les médicaments en provenance des États-Unis arrivent en Iran par le biais de pays tiers, notamment les Émirats arabes unis. Et de l'Iran vers les États-Unis, toutes les exportations sont limitées à ce que les passagers achètent et apportent. Téhéran ne semble pas se soucier beaucoup du marché américain, qui est remplacé par d'autres pays.

Il faut ajouter que l'Iran lui-même suit le principe de l'économie moqavemati (résistance), dont la doctrine a été présentée précédemment par le Guide suprême de l'Iran comme une réponse à la pression de l'Occident. Elle repose sur le principe selon lequel la base de l'économie est l'unité sociale ; vient ensuite le niveau local, puis le niveau régional et enfin le niveau national. Les processus de l'économie mondiale sont la toute dernière préoccupation.

Cette approche permet à l'Iran de compter sur ses propres forces et de ne pas être dépendant des marchés étrangers. À en juger par le boom économique que connaît le pays, ce modèle s'est avéré efficace et efficient. En outre, ses objectifs sont l'éradication de la pauvreté et la fourniture d'une assistance aux pauvres.

Mais l'Iran a fait de grands progrès au-delà de l'exportation de matières premières. Dans le secteur de l'ingénierie et de la maintenance, les exportations ont augmenté de 41% pour atteindre 260 millions de dollars. Pour les produits nécessitant une forte intensité de connaissances, l'Iran se classe au 15ème rang mondial et est en tête de la région. Le pays compte un total de 8735 entreprises dans ce domaine et 51 parcs scientifiques et technologiques. Le budget consacré à la recherche et au développement est d'environ 80 millions de dollars. Les indicateurs relatifs aux investissements étrangers en Iran sont intéressants. Par exemple, cette année, la moitié de tous les investissements en Iran provenaient de citoyens de l'Afghanistan. Par exemple, dans la province de Khorasan Razavi, la part du capital afghan est d'environ un milliard de dollars. Ce phénomène est en partie lié à l'arrivée au pouvoir des talibans en Afghanistan, qui a contraint de nombreux hommes d'affaires à quitter le pays. Dans le même temps, un dialogue est actuellement établi avec le gouvernement taliban, où le commerce bilatéral et l'utilisation de l'Iran comme transit constituent un point important du processus de négociation. Plus tôt, l'Afghanistan a déclaré qu'il était intéressé par l'exportation de son charbon vers l'Iran.

La consommation intérieure augmente également. En particulier, la consommation de gaz domestique et commercial devrait passer de 600 millions de mètres cubes par jour à 650. Cela signifie que l'économie intérieure se développe, malgré les sanctions et les pressions extérieures. Cela est confirmé par l'abondance de la publicité sur les chaînes de télévision centrales et régionales d'Iran - et tous les produits annoncés, à quelques exceptions près, des produits chimiques ménagers aux motos et aux voitures, sont produits localement.

Les relations avec la Russie se développent également activement. S'il y a cinq ans, seuls les spécialistes et les experts en relations internationales connaissaient l'UEE et l'intégration eurasienne, aujourd'hui, les journaux ordinaires fournissent régulièrement des informations à ce sujet. Les médias iraniens écrivent notamment que les conditions d'adhésion à la zone de libre-échange avec l'Union économique eurasienne ont été convenues. Le contrat fait 150 pages et comprend plus de 7500 types de biens et services. La Russie est le principal partenaire de l'Iran dans l'UEE avec un chiffre d'affaires de plus de 1,4 milliard de dollars. En 2021, le commerce de l'Iran avec l'UEE a augmenté de 73% par rapport à 2020. La création d'une branche ferroviaire supplémentaire du corridor de transport nord-sud est en cours de discussion. Bien qu'il soit également question de créer un canal qui relierait la mer Caspienne et le golfe Persique.

Outre les données officielles, des informations fuitent sur l'intensification de la coopération sur d'autres fronts également. Ainsi, les médias américains, citant les renseignements israéliens, ont rapporté que l'Iran et la Russie négocient la formation de marins iraniens et la production de navires de guerre en Russie. Auparavant, l'Iran avait demandé l'aide de la Chine pour la construction de navires, mais Pékin avait hésité. Les relations actuelles entre Moscou et Téhéran étant propices à la coopération la plus large, les chances que ce projet se réalise sont grandes.

Par ailleurs, l'amiral Tangsiri, commandant des forces navales de l'IRGC, a récemment déclaré que « les États-Unis ne peuvent même pas imaginer le type de missiles dont dispose déjà l'Iran ». Il a ajouté que l'Iran est le seul à disposer de petits bateaux ne dépassant pas 8 mètres de long équipés de missiles. Cela reflète la « stratégie de l'essaim » adoptée par l'Iran il y a une quinzaine d'années pour utiliser des navires petits et mobiles ainsi que des drones contre des navires ennemis volumineux et de grande taille. Les cibles potentielles de l'Iran sont les porte-avions et les destroyers américains dans le golfe Persique.

Quant à l'évaluation d'une opération militaire spéciale en Ukraine, les Iraniens ont des avis divergents. Et cela est dû à la méconnaissance du contexte des événements qui se sont déroulés en Ukraine après le coup d'État de 2014 - bien qu'il y ait une compréhension commune du rôle agressif des États-Unis et de l'OTAN.

J'ai eu une discussion avec des représentants des cercles scientifiques, intellectuels et idéologiques en Iran au sujet du conflit ukrainien. J'ai essayé de leur expliquer le contexte de la guerre en Ukraine avec un contexte historique et métaphysique. Et lorsqu'une question complémentaire a été posée, à savoir pourquoi cette guerre n'est pas seulement pour les Russes, mais aussi sainte, puisque la Russie ne se défend pas comme elle l'a fait en 1812 et en 1941, j'ai dû faire un excursus supplémentaire, pour lequel mes interlocuteurs ont exprimé leur gratitude.

Le fait est que la guerre sainte se traduit par djihad, et dans ce contexte, pour les musulmans, leur propre compréhension émerge immédiatement. Premièrement, il existe des différences entre le fiqh (droit religieux) chiite et sunnite. Ensuite, il existe également des différences entre le fiqh chiite classique et le fiqh chiite moderne. Mais il y a aussi des points communs, par exemple, dans le chiite et le sunnite, le djihad est aussi une obligation religieuse (avec la prière, le jeûne, le hajj et la charité). Cependant, les chiites ont une réserve importante : l'imam doit être de bonne moralité ; sans cela, le jihad serait illégitime. Le djihad sunnite et chiite est à la fois défensif et offensif par nature. Cependant, les théologiens chiites modernes tels que l'ayatollah Mortada Motahhari et l'ayatollah Salehi Najafabadi interprètent les ayats pour signifier que le jihad ne peut être que de nature défensive, puisque nous sommes maintenant dans l'ère de l'imam caché. Mais là aussi, il y a des réserves. Par exemple, l'ayatollah Khomeini a souligné qu'en plus de la prérogative du Vilayati Faqih (souveraineté de type tutélaire détenue par le guide suprême de l'Iran pour la durée de l'Imam caché), d'autres théologiens peuvent également donner le droit de mener un jihad offensif. Mais l'ayatollah Golpaigani du séminaire de Qom a soutenu que le djihad offensif est la prérogative exclusive de l'Imam irréprochable et de son représentant autorisé.

Si les interprétations chiites contemporaines du djihad offensif diffèrent, l'opinion sur le djihad défensif est unanime. Ici, la permission de l'Imam irréprochable n'est pas nécessaire, et il représente une réponse à une attaque ennemie contre les musulmans avec l'intention de s'emparer de leurs biens et de subjuguer leurs vies. Dans un tel cas, l'obligation de mener un djihad défensif incombe à tous ceux qui peuvent se battre, sans distinction de sexe ou d'âge. C'est dans ce contexte que les Iraniens interprètent l'opération militaire spéciale en Ukraine.

En gardant ces aspects à l'esprit, nous devons disposer d'un système d'arguments soigneusement construit pour polémiquer avec les forces du monde musulman qui défendent la thèse selon laquelle « la Russie ne mène pas une guerre défensive » et remettent en question la justice de ses actions. Nous avons donc besoin de plus de travail d'explication dans ce sens - ainsi que de renforcer la coopération en matière d'échange d'informations et de contrer conjointement la désinformation et les opérations hybrides de l'Occident contre nos pays. Et, bien sûr, l'expérience iranienne du développement économique sous de dures sanctions sera également utile.

source :  Geopolitika

 reseauinternational.net

 Commenter