L'Ukraine a maintenant perdu l'équipement nominal de deux grandes armées. Elle en demande une troisième aux Occidentaux

par Moon of Alabama

« Dans une certaine mesure, Bakhmut compte pour [l'Ukraine] parce que cela compte tellement pour les Russes », a déclaré un haut responsable américain, notant que le contrôle de Bakhmut n'aura pas un impact énorme sur le conflit ni ne mettra en péril les options défensives ou offensives de l'Ukraine. dans la région orientale du Donbass.

Le responsable a ajouté : « Bakhmut ne changera pas la guerre ».

Je crois que le haut fonctionnaire américain a tout à fait tort.

Soledar et Bakhmut saignent à blanc l'armée ukrainienne. C'est pertinent. Regardez le nombre insensé d'unités ukrainiennes déployées sur ce secteur du front de seulement 50 kilomètres de long.

Source : Carte de déploiement terrestre militaire 

Je compte l'équivalent de quelque 27 formations de la taille d'une brigade dans cette région. La taille habituelle d'une brigade est d'environ 3000 à 4000 hommes avec des centaines de véhicules de toutes sortes. Si toutes les brigades avaient leur effectif complet, cette force compterait pour 97 500 hommes.

Dans une récente interview, le commandant militaire ukrainien Zaluzhny a déclaré que son armée comptait 200 000 hommes entraînés au combat et que 500 000 autres avaient d'autres fonctions ou étaient actuellement en formation. Les forces qui sont actuellement dans la région de Bakhmut constituent 50% des forces ukrainiennes prêtes au combat.

Zaluzhny a retiré des unités d'autres fronts comme le secteur de la Kreminna et de Svatove plus au nord dans la province de Louhansk pour alimenter Bakhmut. Cela a réduit toute chance que les forces ukrainiennes dans ces secteurs soient en mesure de faire des progrès.

Ce que presque tous les rapports d'Ukraine semblent ignorer, ce sont les énormes dégâts que l'artillerie russe cause quotidiennement.

L'Ukraine a peu d'artillerie pour répondre à cela et tout ce qu'elle a encore fond de jour en jour.

Il y a quelques semaines, l'armée russe a lancé une campagne systématique de contre-artillerie qui a depuis fait de grands progrès.

La manière occidentale typique de détecter les unités d'artillerie ennemies est par radar. La trajectoire de vol du projectile est mesurée et les coordonnées de sa source sont calculées permettant à sa propre artillerie de réagir. Mais le radar de contre-artillerie lui-même dépend du rayonnement. Il est ainsi facilement détectable et vulnérable au feu.

Au cours des derniers mois, la Russie a déployé un système de détection de contre-artillerie très différent avec le nom plutôt ironique de pénicilline. Pénicilline ou la pénicilline 1B75 est un système de reconnaissance d'artillerie acoustique-thermique développé par Ruselectronics pour les forces armées russes. Le système vise à détecter et localiser l'artillerie ennemie, les mortiers, les MLR, les positions de tir anti-aériennes ou de missiles tactiques avec des capteurs sismiques et acoustiques, sans émettre d'ondes radio.

Il localise le tir ennemi en 5 secondes à une distance de 25 km (16 mi; 13 nmi). Pénicilline a terminé les tests en décembre 2018 et est entrée en service de combat en 2020.

Pénicilline est montée sur le châssis 8×8 Kamaz-6350 et se compose d'une suite de capteurs 1B75 placée sur une flèche télescopique pour le spectre infrarouge et visible ainsi que de plusieurs récepteurs sismiques et acoustiques installés au sol dans le cadre de la suite de capteurs 1B76. Il a une portée efficace pour la communication avec d'autres ressources militaires jusqu'à 40 kilomètres (25 mi) et est capable de fonctionner même en mode entièrement automatique, sans aucun équipage. Un système peut apparemment couvrir une division entière contre un tir ennemi. De plus, il coordonne et corrige un tir d'artillerie ami.

Le système Penicilline peut se cacher dans les bois et tenir sa perche télescopique pour regarder et écouter le champ de bataille. Comme il ne rayonne pas, il n'y a pas de bon moyen pour un ennemi de le détecter.

Le système repère les canons ukrainiens au fur et à mesure qu'ils tirent. Ils sont alors éliminés par un contre-feu immédiat et précis. Comme l'affirme la partie pertinente de l'artillerie de la  liste des « clobbers » fournie par le ministère russe de la Défense.

Le tir de contre-batterie ukrainien contre l'artillerie russe n'est plus possible car l'équipement de détection nécessaire est éliminé et le contre-feu ukrainien est abattu par les défenses aériennes russes.

Cette campagne de contre-artillerie russe dure depuis plusieurs semaines. Il a désactivé une grande partie de ce qui restait des capacités ukrainiennes à plus longue portée. Pendant ce temps, l'artillerie russe continue d'abattre les troupes ukrainiennes qui tiennent la ligne de front. Ce n'est que lorsque toutes les parties des tranchées ukrainiennes auront été touchées par des tirs intenses que l'infanterie russe se déplacera pour nettoyer ce qui reste.

Cette forme de bataille cause d'énormes pertes du côté ukrainien alors que les forces russes n'encourent qu'un minimum de pertes.

Nous pouvons affirmer que l'Ukraine a maintenant perdu l'équipement nominal de deux grandes armées.

Au début de la guerre, l'armée ukrainienne  avait environ 2500 chars, 12 500 véhicules blindés et 3500 gros systèmes d'artillerie. Il est douteux que plus de la moitié d'entre eux étaient dans un état utilisable, mais ils ont peut-être reçu suffisamment de réparations pour être utilisables.

L'armée russe affirme que la plupart d'entre eux  ont été éliminés :

« 7549 chars et autres véhicules de combat blindés, 984 véhicules de combat équipés de MLRS, 3853 canons et mortiers d'artillerie de campagne, ainsi que 8 081 unités d'équipements militaires spéciaux ont été détruits au cours de l'opération militaire spéciale.

Dans son interview à l'Economist, le général Zeluzhny  a demandé qu'une troisième armée lui soit livrée immédiatement :

« Je sais que je peux battre cet ennemi », dit-il. « Mais j'ai besoin de ressources. J'ai besoin de 300 chars, de 600 à 700 VCI [véhicules de combat d'infanterie], de 500 obusiers.

Comme le notait sèchement le journaliste de The Economist :

« L'arsenal supplémentaire qu'il recherche est plus important que le total des forces blindées de la plupart des armées européennes ». »

source :  Bruno Bertez

 reseauinternational.net

 Commenter