21/01/2023 arretsurinfo.ch  10 min #222760

A propos de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine est, comme toute guerre, terrible et devrait se terminer le plus rapidement possible. Mais on ne peut pas juger cette guerre et la responsabilité politique de celle-ci sans connaître et prendre en compte ses origines.

Par Stefan Hofer, Suisse

Comment en est-on arrivé à cette guerre?

Jusqu'en 1991, l'Ukraine faisait partie de l'Union soviétique en tant que république soviétique. Ce n'est qu'après la dissolution de l'Union soviétique que la République soviétique d'Ukraine est devenue un Etat indépendant. Il n'y a jamais eu d'Etat ukrainien avant la révolution russe de 1917. Une grande partie de l'Ukraine actuelle appartenait à la Russie tsariste, les régions situées à l'ouest à la monarchie danubienne des Habsbourg. Dans les districts de l'est et du sud ainsi qu'en Crimée, qui n'a été attribuée à la République soviétique d'Ukraine qu'après la Seconde Guerre mondiale, vivaient et vivent encore aujourd'hui majoritairement des personnes de langue maternelle russe.

Après la dissolution de l'Union soviétique, l'OTAN anti-russe n'a cessé de s'é tendre vers l'est jusqu'aux frontières de la Russie, bien que Gorbatchev ait reçu en 1990 l'assurance que l'OTAN ne s'é tende pas plus à l'est après la dissolution du Pacte de Varsovie et le retrait de l'armée soviétique d'Allemagne et des anciens Etats socialistes d'Europe de l'Est. Après l'intégration de la Pologne, des anciennes républiques soviétiques de Lituanie, Lettonie et Estonie, de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'OTAN, il ne manquait plus que l'Ukraine, la Biélorussie et la Géorgie pour achever l'encerclement des régions occidentales de la Russie par l'OTAN.

Comme la Russie sous Poutine n'é tait pas prête à s'intégrer en tant qu'alliée subordonnée au système étatique occidental dominé par les Etats-Unis, l'Occident dirigé par les Etats-Unis tente désormais d'ostraciser la Russie en tant que pouvoir autoritaire non démocratique. Cela passe notamment par l'intimidation et la menace d'un encerclement militaire. Dans le cadre de ces efforts, l'Ukraine, dont les districts orientaux se trouvent à quelques centaines de kilomètres de la capitale russe, joue un rôle décisif. Tous les moyens devaient donc être mis en œuvre pour amener l'Ukraine sur une voie pro-occidentale et anti-russe.

Après le refus du président élu ukrainien Ianoukovytch de signer un accord d'association présenté par l'UE, car cela aurait impliqué de se détourner de la Russie et d'adopter la politique anti-russe de l'UE, le président élu Ianoukovytch a été renversé par un coup d'Etat organisé, orchestré et financé par l'Occident, et un groupe anti-russe pro-occidental a été porté au pouvoir.

Ces événements ont eu pour conséquence que la Crimée, habitée presque exclusivement par des Russes, s'est séparée de l'Ukraine et a rejoint la Fédération de Russie par référendum. Après le coup d'Etat de Maïdan, le russe, langue maternelle de la majorité de la population des districts de l'est et du sud de l'Etat ukrainien, a été interdit en tant que langue régionale et les écoles russes ont également été interdites. Dans le cadre d'une politique antirusse militante, des lois ont été promulguées dans le but de faire disparaître la langue russe, langue maternelle de plus de 50% de la population ukrainienne, du territoire ukrainien.

Dans les districts du Donbass, majoritairement peuplés de Russes, des gouverneurs antirusses ont été nommés par Kiev.

Tout cela a eu pour conséquence que dans les districts de Lougansk et de Donetsk, la population majoritairement russe s'est révoltée et a proclamé et créé les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, indépendantes de Kiev.

Par la suite, l'armée ukrainienne a tenté de rétablir militairement le contrôle de la centrale de Kiev sur les territoires autonomistes du Donbass. Des combats ont eu lieu, faisant des morts et des blessés des deux côtés. Avec la médiation de l'OSCE, on s'est ensuite efforcé de régler le conflit avec le Donbass en tenant compte et en préservant également les intérêts légitimes de la population de cette région, en grande majorité russe.

Ces efforts ont abouti aux accords dits de Minsk, signés par l'OSCE, l'Ukraine et la Russie, ainsi que par les représentants des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, et qui ont été approuvés dans la Déclaration de Minsk par la France (président Hollande) et l'Allemagne (chancelière Merkel), ainsi que par la Russie. (voir la vidéo: Déclaration conjointe à Minsk avec la chancelière Angela Merkel - Vidéo Dailymotion

Le contenu de ces accords de Minsk prévoyait l'arrêt des combats et le retrait des armes lourdes, ainsi que la création d'un statut autonome pour les districts de Lougansk et de Donetsk, qui serait ancré dans la Constitution ukrainienne et permettrait à ces districts, dans le cadre de l'Etat ukrainien, d'é lire eux-mêmes leurs autorités, de réglementer et d'organiser de manière autonome la cohabitation des habitants de ces districts, y compris la langue et la culture russes.

L'accord de Minsk 2 n'a toutefois pas été appliqué par la partie ukrainienne. Le bombardement du Donbass a continué, pour lequel les brigades fascistes Azov ont été engagées. Jusqu'au début de l'attaque russe en février 2022, plus de 14 000 citoyens des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, en grande partie des civils, ont été tués par ces attaques illégales en violation des accords de Minsk.

La réforme constitutionnelle qui aurait dû permettre de réaliser le statut d'autonomie convenu du Donbass n'a pas eu lieu. La France et l'Allemagne, qui ont participé à la négociation des accords de Minsk, qui ont expressément approuvé ces accords par la déclaration de Minsk et qui se sont engagées à soutenir leur mise en œuvre, n'ont jamais incité Kiev à respecter les accords de Minsk et à procéder aux modifications constitutionnelles convenues, et n'ont certainement pas exercé de pression dans ce sens.

Récemment, l'ex-chancelière allemande Angela Merkel a reconnu en toute franchise dans une interview que l'Ukraine et les Etats signataires occidentaux n'avaient signé les accords de Minsk que pour gagner du temps en vue d'un réarmement de l'armée ukrainienne. De plus, la Constitution ukrainienne fixe comme objectif politique l'adhésion à l'OTAN.

1 Déclaration conjointe à Minsk avec la chancelière Angela Merkel - Vidéo Dailymotion

Dans ce contexte, il convient également d'attirer l'attention sur des faits relevés avec justesse par le chercheur allemand en matière de conflits Leo Ensel:

«Enfin, ce qui est totalement inconnu, c'est le fait que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé le 24 mars 2021 - soit exactement onze mois avant l'invasion russe - le décret n° 117 qui a mis en place la «Stratégie de dé-occupation et de réintégration du territoire temporairement occupé de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol» du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine du 11 mars. Le décret prévoyait de préparer des mesures visant à «mettre fin à l'occupation temporaire» de la Crimée et du Donbass. Le gouvernement ukrainien a été chargé d'é laborer un «plan d'action» en ce sens. Le 30 août 2021, les Etats-Unis et l'Ukraine ont ensuite signé un traité de coopération militaire et le 10 novembre 2021 un traité de «partenariat stratégique». On pouvait notamment y lire textuellement: «Les Etats-Unis ont l'intention de soutenir les efforts de l'Ukraine pour combattre l'agression armée de la Russie, notamment en maintenant les sanctions et en appliquant d'autres mesures pertinentes jusqu'à ce que l'intégrité territoriale de l'Ukraine soit rétablie à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues.» La Russie a pu comprendre que Kiev voulait, avec le soutien des Etats-Unis, reconquérir militairement la Crimée annexée et favorable à la Russie, avec le port militaire stratégique de Sébastopol, ainsi que le Donbass, soutenu par la Russie.»

L'évolution de la situation depuis la signature des accords de Minsk a contraint la Russie, pour sa propre sécurité et pour la sécurité et les droits de la population majoritairement russe du Donbass, à adresser au gouvernement de Kiev les exigences ultimes suivantes:

  • renonciation de l'Ukraine à l'adhésion à l'OTAN;
  • pas de bases de l'OTAN ou d'autres armées étrangères sur le territoire de l'Ukraine;
  • pas de stationnement d'armes de l'OTAN sur le territoire de l'Ukraine;
  • dénazification de l'Ukraine (désarmement des brigades fascistes Azov);
  • respect des droits de la population russe dans le Donbass par la mise en œuvre immédiate et complète des accords de Minsk.

Le gouvernement de Kiev, soutenu par les Etats-Unis, l'UE et l'OTAN, a rejeté ces exigences légitimes. Si ces exigences légitimes avaient été acceptées, la guerre n'aurait pas eu lieu.

Les avis sont partagés sur la question de savoir s'il était légitime d'imposer ces exigences par la force militaire, qui sème la mort et la désolation et engendre la souffrance et la haine. De même, les avis divergent quant à savoir si le droit international a ainsi été violé sans motif justificatif. Dans ce contexte, il convient de souligner que la Cour internationale de justice (CIJ), se référant à la sécession du Kosovo de la Serbie avec un recours massif à la force militaire (bombardement de villes serbes), est parvenue à la conclusion, par le biais d'un avis juridique, que le droit à l'autodétermination de la population du Kosovo devait avoir plus de poids que l'intégrité territoriale et le respect des frontières de la Serbie.

La guerre qui fait actuellement rage en Ukraine peut et doit être vue et jugée dans le contexte de l'affrontement global entre l'Occident dominé par les Etats-Unis et les forces qui aspirent à un nouvel ordre mondial multipolaire, ce qui explique l'intervention massive des Etats-Unis, de l'OTAN et de l'UE (livraison d'armes, formation et encadrement des membres de l'armée ukrainienne, envoi de mercenaires et reconnaissance du champ de bataille).

Dans ce conflit, l'Occident tente, en partie avec succès, en partie sans succès, de provoquer des changements de régime dans de nombreux Etats (Serbie, Irak, Syrie, Libye, etc.) pour défendre l'ordre mondial dominé par les Etats-Unis, y compris par la force militaire, sans tenir compte du droit international. Personne n'a pris de sanctions contre les Etats-Unis et les pays de l'OTAN impliqués pour cette raison.

La guerre en Ukraine peut et doit se terminer par des négociations. En mars 2022, des négociations ont eu lieu à Istanbul et ont abouti à un accord prêt à être signé, à la suite de quoi le Premier ministre britannique Boris Johnson, après avoir consulté le président Biden, s'est rendu en urgence à Kiev pour empêcher la signature de l'accord qui aurait mis fin à la guerre.

La position adoptée depuis par le gouvernement Zelensky, selon laquelle la fin de la guerre ne pourra être négociée que lorsque le dernier soldat russe aura été chassé ou se sera retiré du territoire ukrainien (y compris la Crimée), n'est pas acceptable pour la Russie après l'expérience des accords de Minsk et n'est pas non plus réaliste compte tenu des rapports de force militaires.

Ce n'est pas en continuant à livrer des armes à l'armée ukrainienne que l'on parviendra à chasser l'armée russe des territoires qu'elle contrôle actuellement. De nouvelles livraisons d'armes, associées au refus d'entamer des négociations pour mettre fin à la guerre, ne conduiront qu'à une prolongation de la guerre, à encore plus de morts et de blessés, à encore plus de dévastation et à de nouvelles charges pour la population d'Europe occidentale et des Etats-Unis, qui devra payer ces armes.

Une paix obtenue par la négociation pourrait être imaginée à peu près comme suit:

1-Un cessez-le-feu immédiat, le retrait des armes lourdes de la ligne de front de part et d'autre.

2-La Constitution ukrainienne prévoit la neutralité perpétuelle de l'Ukraine, l'interdiction d'adhérer à l'OTAN et de déployer des armées et des systèmes d'armes étrangers en Ukraine.

3-L'Ukraine, les Etats-Unis et l'UE reconnaissent que la Crimée fait partie de la Fédération de Russie.

4-Un vote est organisé dans les districts de Lougansk, Donetsk, Zaporozhye et Kherson, sous contrôle international, afin de déterminer si ces districts souhaitent rejoindre la Fédération de Russie ou rester avec l'Ukraine, toutes les personnes qui résidaient dans ces districts avant la guerre ayant le droit de vote. Une majorité qualifiée d'au moins 55% peut être exigée pour l'adhésion à la Fédération de Russie. L'Ukraine et la Russie s'engagent à reconnaître le résultat de ces votes.

5-L'Ukraine et la Russie reconnaissent mutuellement les frontières nationales qui résultent de ces votes et déclarent renoncer mutuellement à la violence.

6-L'Ukraine et la Russie déclarent l'intention des deux Etats de vivre en bon voisinage.

Les sanctions contre la Russie imposées par l'UE et reprises par la Suisse en violation de la neutralité, qui font au moins autant de mal à notre population qu'à celle de la Russie, devraient être levées. Ces sanctions nuisent à l'économie de notre pays et ne contribuent en rien à mettre fin à la guerre le plus rapidement possible.

Stefan Hofer

Stefan Hofer, né en 1948, est un citoyen suisse résidant à Bâle. Il a travaillé comme avocat à Bâle pendant 40 ans. Depuis quelques années, il est à la retraite.

Image: Char russe, DR

 (Traduction Point de vue Suis)

 arretsurinfo.ch

 Commenter