Andrei Martyanov a-t-il raison de critiquer les « élites » dirigeantes américaines ?

🇬🇧

Par The Saker - Le 20 janvier 2023 - Source  The Saker's Blog

Ceux d'entre vous qui, comme moi, essaient de ne manquer aucune vidéo ou article d'Andrei Martyanov savent que l'un de ses sujets « favoris » est l'incompétence totale des élites occidentales en général et des élites dirigeantes américaines en particulier. Je suis sûr que ses critiques paraissent exagérées pour beaucoup de gens et c'est normal. Il est complètement contre-intuitif de supposer que la classe dirigeante (car c'est bien de cela qu'il s'agit) d'une superpuissance nucléaire et, sans doute, du pays le plus puissant de la planète, puisse être dirigée par des imbéciles ignorants et malhonnêtes.

Alors, a-t-il raison ou non ? S'exprime-t-il parce qu'il est « anti-américain » ou « propagandiste russe » ?

J'ai décidé d'intervenir, car je connais de l'intérieur ce que Martyanov décrit de l'extérieur, et je souhaite donc partager avec vous mes propres observations sur ce sujet.

J'ai étudié aux États-Unis pendant cinq ans, de 1986 à 1991, et j'ai obtenu deux diplômes au cours de cette période : un BA en relations internationales de la  School of International Service (SIS) de l'Université américaine et un MA en études stratégiques de la  Paul H. Nitze School for Advanced International Studies (SAIS) de l'Université Johns Hopkins. Au cours de ces mêmes années, j'ai également travaillé pour plusieurs groupes de réflexion (très conservateurs). Ce qui suit est un résumé des observations que j'ai faites pendant cette période et après.

Premièrement, et je pense que c'est crucial, je dirais qu'un changement de génération a eu lieu à la fin des années 80, mais que tout a vraiment commencé avec la présidence de Ronald Reagan. Je m'explique.

C'est un fait indéniable que, par le passé, les universités américaines avaient une très bonne réputation dans le monde entier. Le simple nombre d'étudiants étrangers venant du monde entier était un bon indicateur de cette réalité. Et vous ne pouvez pas avoir une université/collège/académie solide sans professeurs solides et compétents. Au cours de mes 5 années à Washington DC, j'ai eu la chance d'avoir des professeurs aux parcours très divers et intéressants, notamment des personnes ayant les parcours suivants : (juste quelques exemples dont je me souviens le mieux)

  • Renseignement naval à l'ONU
  • Bureau d'évaluation du réseau
  • DoD (toutes les branches sauf les Marines)
  • Maison Blanche
  • CIA
  • Northrop/McDonnell Douglas Corporation (division YF-23)
  • PMCs (israélien)
  • GAO

La plupart de nos enseignants auxiliaires, par opposition aux universitaires titulaires, faisaient de l'enseignement un « travail du soir » (littéralement), tandis que pendant la journée, ils travaillaient dans le cadre de leur emploi « normal/réel«. Même pendant la guerre du Golfe, nous avions des enseignants qui planifiaient des frappes sur des cibles irakiennes pendant la journée et venaient donner des cours le soir.

Je décrirais beaucoup d'entre eux comme des « types de colonels Macgregor«, car ils appartiennent à l'ancienne génération de la guerre froide, qui n'avait que faire des « fous du sous-sol » et dont l'expertise était indiscutable, même si leur politique ne l'était pas.

Et oui, nous avions aussi la possibilité de suivre les cours de personnes de la CIA et du DoS. Mais il s'agit là d'une catégorie spéciale, et voici pourquoi : la plupart, mais pas tous, des personnes issues des agences que j'ai énumérées ci-dessus n'avaient pas, au début de leur carrière, d'opinions tranchées sur l'URSS, la Russie ou le peuple russe. Au contraire, ils suivaient d'abord un parcours professionnel plutôt « technique«, puis, avec le temps, ils développaient des opinions sur l'Union soviétique et les Russes. Disons qu'un type compétent en matière de systèmes radar finissait par étudier les radars soviétiques et développait progressivement un intérêt naturel pour les personnes qui exploitaient ces radars soviétiques. Dans la plupart des cas, je résumerais les opinions de cette génération de personnes comme suit : une forte aversion pour le marxisme, le communisme et même le socialisme (dont, franchement, la plupart d'entre eux étaient totalement ignorants) mais sans aucune idéalisation du turbocapitalisme ou de l'impérialisme américain qu'ils considéraient de manière assez cynique comme « nous le faisons parce que nous le pouvons » combiné à « nous recevons des ordres«. Ils avaient également un respect très sain pour le professionnalisme de leurs homologues soviétiques et, bien souvent, une véritable affection (non, je ne plaisante pas) pour le peuple et la culture russes. L'un de mes meilleurs professeurs était un ancien officier de renseignement de l'USN qui parlait assez bien le russe et qui était d'origine polonaise (!). Nous sommes devenus de bons amis et je peux absolument attester du fait que cet homme était un véritable russophile. Je ne dirais pas que tous nos professeurs étaient nécessairement pro-russes, mais la plupart d'entre eux considéraient l'URSS marxiste comme l'ennemi idéologique et non le peuple ou la culture russe en tant que tels.

Il n'y avait pas de #cancelRussia dans leur esprit.

Les choses étaient bien différentes avec les gens de la CIA ou du département d'État. Je crois que la plupart (mais probablement pas tous) de leurs membres ont INITIALEMENT choisi des carrières « antisoviétiques » parce qu'ils étaient motivés par une haine du communisme/URSS/Russie et qu'ils ont donc fait carrière en étant des « purs et durs«, c'est-à-dire des gens qui répétaient comme des perroquets n'importe quel cliché sur l'Union soviétique, aussi idiot soit-il.

Je devrais ajouter que la première génération se trouvait principalement dans des départements comme les relations internationales, les études de sécurité, les études stratégiques et autres, tandis que la seconde enseignait généralement dans des départements comme les sciences politiques ou les études gouvernementales. Au SIS/SAIS, nous les appelions « les fous de la science politique » et nous n'avions pas beaucoup d'interaction avec eux. Et oui, les personnes dotées d'un cerveau STEM venaient généralement des domaines STEM pour apprécier le peuple et la culture russes, alors qu'il y avait très peu de types STEM parmi les « monstres des sciences politiques » (d'où leur choix de cours plus idéologiques que techniques).

Mais ensuite, comme je l'ai mentionné plus haut, Ronald Reagan est arrivé, et cela a eu un impact énorme sur la scène politique américaine.

Avant Reagan, il y avait les paléo-libéraux et les paléo-conservateurs, les premiers étant enclins à obtenir des diplômes dans des domaines tels que les « études sur la paix«, tandis que les seconds étudiaient pour obtenir des diplômes plus « géostratégiques » ou même des académies militaires. Puis Jimmy Carter est devenu président et ses nombreux échecs et faiblesses ont assuré l'élection triomphale de Reagan. À cette époque, il existait déjà un petit groupe d'idéologues agressifs qui, avec le temps, ont été connus sous le nom de Néocons. Ces néocons, bien qu'ils ne soient en rien brillants, étaient suffisamment intelligents pour comprendre que le Parti démocrate avait été écrasé par Reagan et que le pouvoir appartenait désormais aux Républicains. Voici donc ce qu'ils ont fait :

Les (proto-)Néocons ont commencé à financer des groupes de réflexion (paléo-)conservateurs comme, par exemple, la Heritage Foundation. Puis, en tant que principaux sponsors des nombreux groupes de réflexion autour de Washington, ils ont fait élire leurs propres représentants au conseil d'administration de ces groupes de réflexion. Très vite, les présidents/présidents-directeurs généraux typiquement (paléo-)conservateurs de ces groupes de réflexion ont été remplacés par de véritables néoconservateurs purs et durs. Après cela, ce fut la fin de toute forme de conservatisme américain réel et traditionnel.

Inutile de dire que la « vieille garde » (principalement des Anglos) n'avait que dégoût et mépris pour ces monstres idéologiques, ne serait-ce que parce que ces derniers étaient incroyablement ignorants. Mais l'argent parle et, au fil des ans, l'expertise a été remplacée par une « loyauté intransigeante » et un alignement idéologique très fort sur les pires des pires de ce qu'on appelait autrefois « les fous du sous-sol » (qui désignait à la fois le sous-sol du Pentagone et celui de la Maison Blanche).

Il est maintenant crucial de comprendre à quel point les Néocons détestent la Russie, ce qui est plutôt difficile et très contre-intuitif pour les gens normaux. Le niveau de haine des Néocons envers la Russie peut être assimilé à du racisme pur et dur de la pire espèce.

Note de l'auteur : Je vous mets en garde à ce sujet depuis au moins 2008,  voir ici : « Comment un concept médiéval d'ethnicité fait commettre à l'OTAN une nouvelle et dangereuse erreur[«. Et maintenant, QUINZE ans plus tard, je suis assez horrifié de voir que mes prédictions se réalisent sous nos yeux. Je souhaiterais vraiment, sincèrement, avoir eu tort].

Ce genre d'état d'esprit enragé est quelque chose qui a pu exister chez certains paléo-conservateurs, mais je n'ai personnellement jamais rencontré de telles personnes (du moins aux États-Unis ; au Royaume-Uni, toute la classe dirigeante britannique est viscéralement raciste et russophobe depuis des siècles !). Il n'est donc pas du tout surprenant qu'au lieu d'être compétents, ces Néocons s'affrontent sur le thème de « qui peut être le plus anti-russe » et, pour atteindre ce statut, n'importe quel argument - même s'il est manifestement stupide - est considéré sans critique comme valide et légitime.

Vous pourriez vous demander pourquoi la « vieille garde » n'a rien fait pour arrêter cette pourriture infectieuse. En fait, certains ont essayé, je connais personnellement deux directeurs de groupes de réflexion qui ont essayé, mais ils ont été trahis par l'administration Reagan qui semblait avoir la chance d'avoir des racistes russophobes enragés même à des postes très élevés. Enfin, nous sommes aux États-Unis d'Amérique, la « meilleure démocratie que l'argent puisse acheter » et où le dollar est roi. Pour faire simple, les néoconservateurs disposaient de BEAUCOUP de ressources financières, bien plus que les paléo-conservateurs, et ils ont tout simplement « acheté leur place » au sein des élites dirigeantes américaines.

Puis l'inévitable s'est produit : lorsque les paléo-conservateurs professionnellement compétents ont vu leurs institutions et organisations envahies par des monstres idéologiques incompétents, ils ont fait profil bas et ont attendu de prendre leur retraite ou ont tout simplement démissionné.

Cela a déclenché un déclin précipité de la compétence de la classe dirigeante américaine.

Entre-temps, les libéraux ont commencé à réaliser que les néoconservateurs les ridiculisaient en les qualifiant de « faibles en matière de défense«, en gros de perdants. Ils ont donc essayé de montrer qu'ils pouvaient eux aussi être aussi « durs » que leur voisin. Cette situation a affecté les libéraux non seulement aux États-Unis, mais aussi dans toute la zone A (y compris l'Europe). En d'autres termes, les libéraux n'ont pas eu le courage, la force d'âme et l'honneur de se battre pour leurs valeurs, ils ont donc simplement cédé à la tendance des néoconservateurs et l'horrible phénomène connu sous le nom de « néolib » a de plus en plus remplacé les libéraux d'antan.

C'est pourquoi nous voyons aujourd'hui le spectacle hideux de pseudo-libéraux qui essaient de surpasser les néocons.

Et, là encore, tout comme leurs homologues paléo-conservateurs, les paléo-libéraux ont fait profil bas et ont attendu leur retraite ou leur démission.

Certains, comme le regretté professeur Stephen Cohen, ont résisté et refusé de suivre le courant, mais il a été vilipendé, ostracisé et, finalement, complètement ignoré. Pourtant, jusqu'à son dernier souffle, le professeur Cohen est resté un historien et un analyste de classe mondiale, fidèle à ses idéaux et un ami sincère de la Russie.

Mais dans le discours public, les quelques « Stephen Cohen » ont été remplacés par les nombreux « Eliot Cohen«.

Après cela, tout s'est dégradé pour la politique américaine.

George H.W. Bush a probablement été le dernier président « à l'ancienne«, puis un monstre en a remplacé un autre. Clinton était une marionnette totale des néoconservateurs. Tout comme DoubleYou. Obama, apparemment, ne venait pas du camp des néocons, mais il a été si rapidement coopté que cela n'a fait aucune différence. Et, comme nous le savons tous, alors que Trump a promis de « nettoyer le marais«, les néoconservateurs l'ont mis au pied du mur en moins d'un mois (lorsqu'ils l'ont obligé à trahir le général Flynn et que la tête de ce dernier leur a été « servie sur un plateau » par Trump et Pence). Quant à Biden, son administration est composée de Néocons purs, authentiques, 100% certifiés, avec des Néolibs et des woke freaks assortis pour des raisons de « diversité«.

En quoi cela est-il important ? Parce que celui qui contrôle la Maison Blanche contrôle les flux d'argent, ce qui, dans la réalité de la politique américaine, est la chose qui compte le plus.

Au fait, le 11 septembre a joué un rôle crucial à cet égard.

Il est tout à fait évident que le 11 septembre était un coup monté par les néoconservateurs et qu'il a servi de prétexte pour lancer la Grande guerre contre le terrorisme. Cependant, il a également joué un autre rôle très important : il a forcé chaque personnalité publique aux États-Unis à choisir l'un des deux camps :

  • Être obéissant et accepter la théorie du complot (définitivement idiote) de la Maison Blanche ou bien
  • Perdre son emploi, sa position, sa réputation et ses moyens de subsistance.

La plupart, sans surprise, ont cédé et le 11 septembre a fini par  » rassembler  » l'ensemble de la classe dirigeante américaine. Ce type de lien est celui qu'entretiennent les complices criminels : si l'un d'entre eux tombe, tout le monde tombe, d'où l'omertà autour du sujet du 11 septembre, même s'il a été prouvé par une  prépondérance de preuves et même au-delà du doute raisonnable que le 11 septembre était, en effet, organisé de l'intérieur. Après le 11 septembre, la véritable dissidence a été complètement éliminée du discours politique américain.

Soit dit en passant, quelque chose de similaire est arrivé en Europe, sauf que les catégories étaient quelque peu différentes. En Europe (je parle de la vraie Europe, pas de l'UE « élargie » avec l'Europe de l'Est), il y avait de vrais patriotes dans la plupart des pays. Certes, les États-Unis étaient le partenaire principal, mais il y avait suffisamment de dirigeants politiques capables de dire « non » aux États-Unis et de se soucier d'abord de leurs intérêts nationaux (je pense ici à Mitterrand et même à Chirac). Cette génération de politiciens et de décideurs a progressivement été remplacée par une nouvelle génération d'acteurs dont tout le plan de carrière consiste à servir inconditionnellement et avec ferveur les intérêts américains, même aux dépens de leur propre pays (Macron, Scholz). Et si je ne qualifierais pas les politiciens de l'UE de « néocons«, je dirais qu'ils sont les fidèles, loyaux, serviteurs et esclaves des néocons.

Et, tout comme aux USA, les décideurs compétents et patriotes ont été remplacés par des larbins idéologiques qui n'ont aucune expertise ni honneur, mais que les USA soutiennent en tant que « loyaux serviteurs«. L'opposition à l'impérialisme américain en Europe a été reléguée dans les marges lointaines du discours public.

Je dirais que les années 90 ont été les années du triomphe absolu des néoconservateurs qui ont pris le contrôle total des États-Unis et de l'UE.

Alors, à quoi ressemblent vraiment les néoconservateurs ? Tout d'abord, ils sont extrêmement narcissiques et, comme c'est souvent le cas avec les narcissiques, leur odieux culte de soi, leur sentiment d'être dans leur bon droit et leur haine de « l'autre » proviennent tous d'un profond complexe d'infériorité (croyez-moi, ils *savaient* le mépris dans lequel les tenait l'ancienne génération de décideurs américains, et ils *savaient* qu'ils étaient considérés comme les « fous du sous-sol«). Donc, en plus d'être des narcissiques racistes qui se vénèrent eux-mêmes, ils étaient également remplis de ressentiment, d'un désir de vengeance et d'une mentalité inébranlable de « nous contre eux«

En outre, et contrairement à la croyance populaire, ils ne sont pas très intelligents (ne serait-ce que parce que pour être vraiment intelligent, il faut à la fois de l'humilité et de l'expertise, ce dont les néoconservateurs sont totalement dépourvus). En réalité, le grand avantage concurrentiel des néoconservateurs sur la « vieille garde » n'était pas l'intelligence, mais le dynamisme. C'est une chose que l'on observe souvent dans l'histoire : les personnes qui s'emparent réellement du pouvoir sont rarement les plus intelligentes, mais bien plus souvent des personnes dotées d'un énorme dynamisme idéologique. Un exemple parfait ? Les nazis allemands. Citez-moi un seul nazi vraiment instruit et intelligent ! Hitler ? Non. Himmler ? Non. Goering ? Non. Speer, mieux, mais il n'était pas vraiment un nazi. Hess ? Non. Karl Haushofer, Dietrich Eckart ou Alfred Rosenberg ? Pheuleeze ! Et je ne parlerai même pas des vrais crétins à la Streicher ou Strasser.

Pourtant, les nazis n'ont pas seulement pris le pouvoir en Allemagne, ils ont réussi à convertir la majeure partie de l'Europe (avec une résistance honteusement faible !) à leur idéologie idiote ou à leur politique génocidaire. C'est un témoignage de la puissance de la stupidité diabolique que de voir comment, quatre-vingts ans plus tard (!), l'Occident uni suit maintenant ouvertement les mêmes politiques que les nazis pendant leur très court règne (le « Reich de mille ans » promis n'a duré que 12 ans !).

Enfin, je dois mentionner une chose de plus : pour les néoconservateurs américains, l'élection de Trump fut littéralement une révolte d'esclaves et une gifle en plein visage. Alors que Trump s'est avéré sous-pathétique à tous points de vue, le fait qu'une majorité de citoyens américains étaient prêts à le préférer à la « diva néocon & woke » Clinton a été absolument traumatisant. Le fait d'avoir le contrôle total des trois branches du gouvernement, ET des médias, ET du monde universitaire ET du secteur financier a donné aux néoconservateurs l'illusion qu'ils avaient finalement « réussi » et puis soudain, et pardonnez mon anglicisme, le peuple des États-Unis leur envoie un « f*ck you ! » fort et sincère et vote pour le seul candidat que les néoconservateurs avaient absolument diabolisé.

Ceci a été perçu par les Néocons et leurs cohortes comme un blasphème, un sacrilège, une « révolte des serfs » absolument inacceptable et c'est pourquoi les Néocons ont décidé de ne JAMAIS permettre qu'une telle chose se reproduise (et nous savons tous ce qu'ils ont fait ensuite).

La conclusion est la suivante : les États-Unis sont confrontés à une tempête parfaite :

  • Un modèle social dans lequel le dollar tout-puissant décide de tout.
  • La plus formidable machine de propagande de l'histoire
  • Une classe dirigeante « vieille garde » trop faible, lâche, confuse et (comparativement) pauvre pour résister.
  • Un système uni-partie corrompu à l'extrême, facile à corrompre.
  • Une société qui n'inculque pas le type de ferveur idéologique démoniaque dans laquelle les néoconservateurs sont élevés, ce qui fait des non-néoconservateurs des proies faciles pour les néoconservateurs.
  • Un pays et une société dans lesquels les concepts de « bien » et de « mal » n'ont plus de sens et ont été entièrement remplacés par « la force fait le droit«, non seulement de facto, ce qui était déjà le cas depuis des siècles, mais aussi de jure.

Ajoutez à cela la notion (erronée) que les États-Unis ont gagné la guerre froide et même la notion (encore plus erronée) que les États-Unis ont gagné la Seconde Guerre mondiale, et vous obtenez l'explosion narcissique à laquelle nous avons assisté dans les années 90. Et voici l'ironie du sort : les « patriotes » qui brandissent le drapeau et « soutiennent nos troupes » n'ont jamais réalisé qu'ils étaient (et sont toujours) utilisés par les néoconservateurs qui, en réalité, sont les *moins* patriotes de toutes les forces politiques aux États-Unis.

Encore une fois, le 11 septembre et la Grande guerre contre le terrorisme qui s'en est suivie sont une conséquence directe de la ferveur pseudo-patriotique qui a envahi la société américaine comme un tsunami (les États-Unis avant le 11 septembre étaient un pays très, très différent des États-Unis post-11 septembre).

Tout ceci est pertinent pour comprendre la position actuelle des néocons : alors qu'ils ont réussi à réprimer la « révolte des serfs MAGA«, la Russie, qui a été dirigée par la classe dirigeante la plus corrompue de la planète pendant des décennies (à partir de Kroutchev et en incluant Eltsine) s'est soudainement révoltée elle aussi !

C'était catégoriquement inacceptable pour les Néoconservateurs.

Au fait, il est intéressant de noter que, alors que nous avons maintenant des  preuves irréfutables que la Russie n'a pas interféré dans les élections américaines, les Néocons font presque instinctivement un lien entre les « serfs MAGA révoltés » à l'intérieur des USA et les « serfs russes révoltés » à l'extérieur. Et, à vrai dire, je dirais que le peuple des États-Unis et le peuple de Russie ont exactement le même ennemi. La différence est que le système politique américain, un système véritablement totalitaire, ne peut pas être subverti de l'intérieur, mais il peut très bien être vaincu de l'extérieur (ne serait-ce que parce que ce système est à la fois non viable - il est basé sur l'exploitation et l'impérialisme - ET non réformable - parce qu'il est absolutiste par nature).

Fondamentalement, le mépris, la haine et la peur de la Russie qu'éprouvent les néoconservateurs ne sont pas différents de leur mépris, de leur haine et de leur peur des « déporables«. Pour ceux qui voient le monde à travers le prisme idéologique du « nous contre eux«, tous les « non-nous » sont des « eux » dangereux qu'il faut écraser.

Conclusion : nous avons ce que nous avons

Andrei Martyanov a tout à fait raison : les États-Unis sont dirigés par des narcissiques absolument ignorants, incompétents et carrément mauvais. Pour ces personnes, l'expertise n'est pas du tout un trait souhaitable, elle est même potentiellement très dangereuse. La loyauté, qui dans le contexte néocon signifie « corruptibilité«, est beaucoup plus souhaitable. Un exemple pour illustrer le propos :

Il n'a pas suffi aux néoconservateurs de prendre le contrôle des groupes de réflexion et des universités américaines. Même RAND, AEI, CSIS & Co. étaient « trop effrayants » pour eux, d'où leur propre création de l' »Institut pour l'étude de la guerre«, qui n'est pas un institut et qui n'étudie rien, surtout pas les guerres (les néoconservateurs n'ont aucune expertise militaire). Et maintenant, même les sources russes (!!!) font référence aux « études » de cet « institut » comme quelque chose de crédible. Tel est le pouvoir des médias.

Ce qui n'est guère surprenant si l'on pense au type d'expertise moderne dont dispose un journaliste ? Au mieux, ils ne sont que des acteurs. Au pire, des presstitués sans cervelle.

Encore une fois, Martyanov a raison, l'écrasante majorité des commentateurs politiques et des têtes parlantes tirent leur « compréhension » de la guerre des livres de Tom Clancy, des films de propagande d'Hollywood et du marketing astucieux du CMI et du Pentagone américains. Au mieux, ces journalistes peuvent écrire des résumés, trouver des « angles«, y compris l'incontournable « intérêt humain«, et ils ont *accès*. Mais ce qu'ils ne savent pas, ou même ne s'en soucient pas, c'est que cet accès n'est accordé qu'aux journalistes politiquement corrects. La plupart du temps, ils n'ont aucune morale et ils s'en moquent. Ils sont là pour l'argent, rien d'autre. Ma seule objection au terme « pressetitué » est qu'il est très injuste pour les prostituées (qui, après tout, livrent généralement ce pour quoi elles sont payées !) Malheureusement, je ne peux qu'être d'accord avec le philosophe français Alain Soral (qui est vicieusement persécuté pour ses opinions, mais qu'aucune organisation des « droits de l'homme » n'oserait jamais défendre, au contraire, ils veulent qu'il soit lynché !)

C'est vrai pour toute la zone A.

Donc non, en tant que personne qui a vu tout cela de l'intérieur (j'avais beaucoup d'amis journalistes, d'ailleurs, je connais aussi ce monde), je ne peux que confirmer pleinement ce que Martyanov répète à l'envi : toute la zone A de 2023 est dirigée soit par les Néocons, soit par leurs fidèles serviteurs, et les 30 dernières années ou plus ont vu une fuite des cerveaux absolument épique, historique et cataclysmique des classes dirigeantes occidentales.

Une dernière chose : cela ne me procure aucune joie d'écrire ce qui précède. Franchement, s'il ne s'agissait que d'une question purement interne aux États-Unis, je ne m'en préoccuperais pas beaucoup (leur pays, leur problème, leur choix). Mais cette réalité est la plus grande menace pour notre planète entière en ce moment. Et je suis absolument terrifié quand je vois le peu de gens qui comprennent et réalisent que Martyanov a tout à fait raison. Et, pour information, il y a beaucoup de sujets sur lesquels Martyanov et moi ne sommes pas d'accord, donc je ne suis pas du côté de Martyanov parce que je le considère comme un ami (ce qui est le cas) ou parce qu'il est mon « maître à penser » (ce qui n'est pas le cas). Non, je le soutiens pleinement sur cette question parce que tant que les États-Unis seront le proverbial « singe avec une grenade (nucléaire) à la main «, les Néocons continueront à représenter une menace existentielle pour notre planète. Et comme les néoconservateurs contrôlent totalement la zone A, ce risque subsistera jusqu'à ce que ces fous soient renvoyés dans une cave ou qu'ils fassent sauter tout l'hémisphère nord.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Se réfère à :

1 article